Livres audio gratuits de la catégorie 'Nouvelles' :


RICHEBOURG, Émile – La Joue brûlée

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 40min | Genre : Nouvelles


Egbert van der Poel - Incendie dans un village

Partie 7 des Amours de village, La Joue brûlée confirme l’attirance d’Émile Richebourg (1833-1898) pour les histoires campagnardes mettant en présence et en rivalité deux jeunes femmes fiançables et un jeune homme…

« Les sympathies que nous éprouvons naissent presque toujours de celles dont nous sommes l’objet. Il en est de même de toutes les affections : nous aimons qui nous aime. »

La Joue brûlée.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 940 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

WELLS, Herbert George – Mon premier aéroplane

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 37min | Genre : Nouvelles


Mon premier aéroplane

Histoire très amusante, à la manière de Charlot ou de Jacques Tati.

Mon premier aéroplane est un des six récits groupés, publiés à la suite de La Machine à explorer le temps, premier roman de H.G. Wells qui lui a donné la notoriété.

« L’autre jour, dans un tiroir, j’ai découvert un ancien catalogue plein de bizarres illustrations représentant des appareils plus bizarres encore. Quelle époque ! Un monde incrédule avait enfin consenti à croire qu’il pourrait voler, et, en sus des fabricants d’automobiles, de cycles et autres, une centaine de maisons nouvelles et tout à fait inconnues façonnaient des aéroplanes de toutes les dimensions et de tous les modèles pour satisfaire aux commandes. »

Et il acheta un aéroplane avec l’argent de maman !

Traduction : Henry-David Davray (1873-1944).

Illustration : My First Aeroplane, The Strand Magazine (1910).

Mon premier aéroplane.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 005 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

O. HENRY – La Chasse à l’homme – La Punition inutile – Entre deux rounds – La Recette perdue

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 1h 30min | Genre : Nouvelles


La Recette perdue

Les quatre dernières histoires américaines qui complètent New York Tic Tac.

La Chasse à l’homme
« Lou et Nancy étaient copines. Elles étaient venues à la grande cité pour chercher du travail, parce que, chez elles, il n’y avait pas assez à manger. Nancy avait dix-neuf ans, Lou en avait vingt.

- Est-ce que tu n’as pas froid, Nancy ? demanda Lou. C’que t’es gourde de travailler dans ce vieux magasin pour huit dollars par semaine ! Moi, j’ai gagné dix dollars et demi la semaine dernière. Possible que le repassage soit pas aussi chic que d’vendre de la dentelle derrière un comptoir, mais au moins ça paye ! Y en a pas une de nous autres, repasseuses, qui se fait moins de dix dollars par semaine, et j’ai jamais entendu dire que c’était pas du travail aussi respectable que le tien !
- C’est bon pour toi, répondit Nancy en relevant fièrement le nez. Je suis satisfaite de mes huit dollars par semaine et de ma chambre meublée. Il me plaît de vivre au milieu des belles choses et des gens chic
Oui, sûrement, je suis à l’affût du gibier ; mais celui que je veux devra être capable de faire quelque chose de plus que de se pavaner comme un mannequin cousu de dollars. »

Étranges confidences de femmes battues dans ces deux nouvelles :

La Punition inutile nous apprend de curieuses mœurs américaines :
« – J’voudrais pas d’un homme, dit Mrs. Cassidy, qui m’battrait pas au moins une fois par semaine. Ça prouve qu’il tient à vous, vois-tu ! Mais, bon Dieu ! c’est pas une dose homéopathique que Jack vient de m’flanquer cette fois ! J’en vois encore trente-six chandelles. N’empêche que maintenant il va être doux et gentil comme un agneau pendant tout l’reste de la s’maine pour s’faire pardonner ça. V’là un œil au beurre noir qui va m’rapporter au moins une soirée d’cinéma et c’te blouse en soie qu’j’ai envie depuis si longtemps. »

Dans Entre deux rounds nous lisons : « Et au même instant elle lance à la tête de son seigneur une cocotte pleine de lard et de navets. Mr. MacCaskey n’est pas un novice dans l’art des échanges balistiques. Choisissant le plat suivant sur le menu du jour, il riposte aussitôt avec le rôti de porc aux choux déjà servi sur la table, ce qui lui attire la réplique appropriée d’une terrine de pudding. Projeté avec adresse par le maître de maison, un bloc de gruyère atteint Mrs. MacCaskey en pleine figure. Visant soigneusement, elle contre-attaque au moyen d’un pot de café noir et bouillant. »

Fin de La Recette perdue : « Riley et Mac Quirk s’étaient en effet livré une grande et amicale bataille. Des bouteilles et des verres brisés gisaient sur le sol. La salle était pleine de fumées d’alcool. Le plancher était parsemé de flaques spiritueuses. »

Rappelons-nous que  la prohibition aux États-Unis fut l’interdiction de fabriquer, transporter, importer, exporter et vendre de l’alcool. Mise en place le 29 janvier 1919, cette mesure avait pour objectif de réduire les délits et la corruption.

Traduction : F.R.

Illustration : Andrew Varick Stout Anthony, Barney Flynn’S, on the corner of Pell Street and the Bowery, showing Chuck Conners (with cap) and typical frequenters of a bowery saloon (1899).

> Écouter un extrait : La Chasse à l’homme.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 199 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

O. HENRY – New York Tic Tac (Œuvre intégrale)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 9h 37min | Genre : Nouvelles


Flat Iron Building New York (1912)

O. Henry, pseudonyme de l’écrivain américain William Sydney Porter (1862 – mort le 5 juin 1910 à New York), est un écrivain et journaliste américain surtout connu pour ses près de 400 nouvelles qui se déroulent au début du XXe siècle, et dont beaucoup d’entre elles ont pour cadre la ville de New York, d’où le titre de ce recueil New York Tic Tac qui en compte trente et dont les personnages ne sont jamais ni entièrement bons ni entièrement méchants. L’humour domine, bien sûr, mais il arrive aussi à O Henry de nous émouvoir, comme par exemple dans La Dernière Feuille

Une belle citation :
« Ce ne sont pas les routes que nous prenons, c’est ce que nous avons à l’intérieur qui nous fait devenir ce que nous sommes. »

Traduction : F.R.

Illustration : Flat Iron Building, New York (1912).

- Les Cadeaux inutiles
- Mammon et le petit archer
- Le Courrier du parc
- Chambre meublée
- Amour et surmenage
- Vingt ans après
- La Rançon du smoking
- Le Calife, Cupidon et l’horloge
- Sœurs du cercle enchanté
- Un champion de la science matrimoniale
- Le Loup tondu
- La Chasse à l’homme
- Le Pendule
- Le Jour d’actions de grâces et les deux gentlemen
- On ne peut pas tout avoir
- Le Triangle social
- La Robe pourpre
- La Recette perdue
- La Punition inutile
- La Dernière Feuille
- L’Art et la combine
- La Jeune Fille et l’habitude
- Boadicée
- L’Hymne et le flic
- Entre deux rounds
- Le Philtre
- Mémoires d’un chien jaune
- La Paume de Tobin
- Le Comte et l’invité
- Un service d’amour


> Consulter la version texte de ce livre audio.
Page vue 1 020 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

GOURMONT, Rémy (de) – Le Secret de Don Juan – Celle qu’on ne peut pas pleurer – L’Autre

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 30min | Genre : Nouvelles


Eugène Delacroix - Le Naufrage de Don Juan

Difficile de ne pas succomber au charme du style de Rémy de Gourmont dans ces Histoires magiques (1894), même si la mort conclut tristement les trois.

Le Secret de Don Juan

« Don Juan entra dans la carrière armé et orné de cette devise : « Pour plaire, il faut prendre ce qui plaît à celles qui plaisent. »
À une défaillante blonde, il prit le geste de comprimer d’une main adroite le douloureux battement d’un cœur absent ;
À une autre, il prit un ironique clignement des paupières qui donnait l’illusion de l’impertinence ;
À une autre… »

Celle qu’on ne peut pas pleurer :

« Quel que soit le degré d’immoralité conventionnelle dont un honnête sot taxerait ma conduite, je la juge, moi, d’une moralité très haute et même absolue, – et je puis, fièrement et douloureusement, embrasser dans la chambre de ma femme morte celui que moi-même je fis son amant. »

L’Autre :

« Les deux sœurs ne s’étaient jamais aimées, et l’aînée, celle qui entrait, radieuse et insolente sous son air condoléant, n’avait jamais pardonné à sa cadette, elle restée fille, son précoce mariage. »

Illustration : Eugène Delacroix, Le Naufrage de Don Juan.

> Écouter un extrait : Le Secret de Don Juan.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 957 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

EEKHOUD, Georges – Le Quadrille du lancier

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 55min | Genre : Nouvelles


Le Quadrille du lancier

Dans les 12 Contes patibulaires (sur 14) ici publiés, Georges Eekhoud (1854-1927) a moins montré son penchant pour la littérature homosexuelle que dans son œuvre majeure Escal-Vigor qui fit scandale et que dans Le Quadrille du lancier. Il a peint les uranistes avec sympathie, mais il ne faut pas oublier que ce peintre de l’homosexualité masculine est aussi par sa double culture belge et suisse un parfait manieur de la langue française.

Deux échantillons extraits du Quadrille du lancier :
« Et les discordances, la couleur fauve, la frénésie, la continuelle fêlure de cette musique digne du rogomme et des gueulées du voyou, ces cuivres aussi mal embouchés que des escarpes, ce cancan provocateur et cynique sur lequel on venait de lui faire danser le plus macabre des cavalier-seul, viola brusquement sa conscience et convertit son désespoir en un démesuré besoin de représailles ! »

« De trop explicites gazettes lui avaient révélé les mœurs ségoriennes des colonies pénitentiaires. A côté des chambrées de mendiants et de frelampiers, celles de la caserne avec leurs farces risquées et leurs indécentes brimades étaient de virginales nurseries. Les chauffoirs des dépôts de vagabonds perpétuaient les priapées des antiques étuves. Et, comme dans des serres torrides établies pour la culture la plus forcée, on y voyait fleurir des végétations monstrueuses ressuscitées du paganisme ou importées de l’Orient. »

L’orgie sexuelle finale fait frémir :
« L’atmosphère y régnait plus suffocante que l’ozone et plus délétère que la mofette. De livides désirs crépitaient à fleur de peau comme les feux follets sur la tourbière. Ici, le feu de l’enfer prévalait contre le feu du ciel, car nulle part ailleurs les salamandres des ardeurs maudites et des lacs asphaltides ne se traînaient et se mêlaient avec autant d’effronterie. Et à présent le dégradé aspirait à cette vie patibulaire et goûtait par anticipation la cuisante et sinistre tendresse du galérien pour son compagnon de boulet. »

Le Quadrille du lancier.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 842 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

O. HENRY – Le Jour d’actions de grâces et les deux gentlemen – Mammon et le petit archer

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 39min | Genre : Nouvelles


Le Jour d'actions de grâces et les deux gentlemen

Deux nouvelles histoires humoristiques de New York Tic Tac :

1) Le Jour d’actions de grâces et les deux gentlemen dont O Henry nous annonce le thème :

« Et maintenant, allons-y de notre histoire, laquelle est destinée à vous prouver que, en Amérique, de ce côté-ci de l’Océan, nous avons des traditions qui sont en train de vieillir à une allure beaucoup plus rapide que celles de l’Angleterre, grâce à notre activité et à notre esprit d’entreprise. »

2) Mammon et le petit archer, titre sibyllin qui signifie la lutte entre le pouvoir de l’argent (Mammon, dans le Nouveau Testament de la Bible, est la richesse matérielle ou l’avarice, souvent personnifiée en divinité) et le pouvoir de l’amour, symbolisé par Cupidon, « une espèce de petit garçon plutôt grassouillet, qui tirait des flèches dans le tas avec un arc – un gosse tout nu ».

« Ne dis pas ça ! fit le vieil Anthony à son fils d’un ton indigné. Je te parie que l’argent gagne à tous les coups, mon garçon. J’ai feuilleté toute l’encyclopédie depuis A jusqu’à Z pour tâcher d’y trouver quelque chose qu’on ne peut pas se procurer avec de l’argent : le diable m’emporte si j’en ai découvert une seule, même à l’article « Incorruptible ». Je te dis que l’argent arrive toujours dix longueurs devant le reste du lot. Cite-moi quelque chose qu’on ne peut pas acheter avec de l’argent.

– Eh bien ! par exemple, répliqua le jeune Richard avec une certaine chaleur, l’argent ne suffit pas pour vous faire accepter dans les sphères exclusives de la haute société. »

La chute est inattendue… et donne raison, hélas !, à ce puissant milliardaire.

Traduction : F.R.

Illustration : Our Central Park — seats « exclusively for ladies » (1860).

Le Jour d’actions de grâces et les deux gentlemen.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 148 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

WELLS, Herbert George – Le Fabricant de diamants

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 31min | Genre : Nouvelles


Henri Moissan, prix Nobel de chimie en 1906, en train de fabriquer des diamants synthétiques

« Les diamants se fabriquent en traitant du carbone décomposé avec un fondant et une pression convenables. Le carbone se cristallise, non pas sous forme de mine de plomb, ni de poussière de charbon, mais sous forme de petits diamants. Cela, les chimistes le savent depuis des années déjà, mais ce que personne n’a pu découvrir encore, c’est le fondant exact avec lequel il faut mettre en fusion le carbone et à quelle pression au juste il faut le soumettre pour obtenir les meilleurs résultats. Il s’ensuit que les diamants fabriqués par les chimistes sont petits et ternes et n’ont pas la moindre valeur commerciale. »

déclare Le Fabricant de diamants à H.G. Wells qui se repent de n’avoir pas participé à la combinaison que cet inventeur lui proposait.

Traduction : René Lécuyer (1887-1939).

Illustration : Henri Moissan, prix Nobel de chimie en 1906, en train de fabriquer des diamants synthétiques. Le Fabricant de diamants fut inspirée par les travaux de ce scientifique.

Le Fabricant de diamants.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 194 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous nos livres audio gratuits pour Nouvelles :