Livres audio gratuits de la catégorie 'Nouvelles' :


SCHOLL, Aurélien – Jolie société ! – Paris en noir – Un homme providentiel

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 36min | Genre : Nouvelles


Paris en noir

Vers 1880 la France semble en bien mauvais état si l’on écoute Aurelien Scholl, l’auteur de Une Chinoise et du Miracle de Montargis.

Jolie société !
« Depuis l’Elysée jusqu’à la Morgue, tout change, tout passe. Voyez les journaux les plus graves. Tant que les grandes questions remplissent leurs colonnes, tant qu’ils ont des discours à reproduire, ils annoncent à peine un incendie, un vol nocturne, Ils ne se dérangent guère que pour un assassinat. Quand, au contraire, la politique ne donne pas, quand les Chambres sont prorogées, on ne voit plus que guet-apens, enfants écrasés par des voitures ou incendiés par l’imprudence de leurs parents qui leur avaient donné des allumettes en disant : « Nous sortons, amusez-vous bien ». On ne peut plus démolir un mur sans que les maçons y trouvent un trésor. »

Paris en noir
« Le fiacre se rendit au Trocadéro par les petites rues de la rive gauche. Rappelez-vous, s’écria alors des Tourteaux, la magnificence de l’Exposition de 67, le bruit, l’animation, les musiques, et regardez ! Il n’y a pas un chat ! murmura Canasson. – Il n’y a pas même de marchandises, s’écria des Tourteaux avec ironie. Assez ! mon ami, assez ! je retourne à Crétigran. »

Un homme providentiel, ou « comment la gloire arrive grâce à la découverte d’un cadavre » est moins pessimiste.

Illustration : Charles Lansiaux, Berge de la Seine. Gîte d’un miséreux (191?).

> Écouter un extrait : Jolie société !.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 962 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BARONCELLI, Folco (de) – Babali

Donneuse de voix : Cocotte | Durée : 22min | Genre : Nouvelles


La Coiffe comtadine

Folco de Baroncelli-Javon (1er novembre 1869 à Aix-en-Provence – 15 décembre 1943 à Avignon) est un écrivain et un manadier camarguais, disciple de Frédéric Mistral et tenant du Félibrige. « Inventeur » de la Camargue, il en a exploité des traditions avérées et en a instauré de nouvelles.
Il passe son enfance au château de Bellecôte près de Nîmes où il fait ses études. Nîmes est alors ville taurine et capitale des félibres ; il y rencontre Roumanille et, en 1889, Mistral. Dès 1890, il publie en provençal un premier ouvrage, Babali, et, l’année suivante, il fonde avec Mistral le journal L’Aiòli, avant d’être appelé au service militaire.
Folco de Baroncelli a contribué à transformer la Camargue, jusque là étendue sauvage et désolée, en une nature ordonnée et apprivoisée, devenue parc naturel et l’une des destinations de vacances les plus courues.

Babali était une jeune brosseuse d’indienne dans une fabrique de tissus provençaux. Elle était adroite, toujours contente, toujours gaie et souriante. Pour jouer, pour courir, pour faire la farandole, elle était toujours la première. Un jour, elle rencontre un beau gardian qui amenait un groupe de taureaux à une abrivado (taureaux, entourés de gardians, parcourant les rues de la ville, jusqu’aux Arènes, pour la course du lendemain), à Avignon.

Illustration : Coiffe avignonnaise, photo de Jean-Louis Zimmerman (licence Cc-By-2.0).

Babali.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 877 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

WELLS, Herbert George – L’Étoile

Donneuse de voix : Gaëlle | Durée : 36min | Genre : Nouvelles


Earth in space (1903)

Une étoile apparaît dans le ciel, qui se précipite sur la planète Neptune, et se rapproche à une vitesse vertigineuse de la Terre. Sur celle-ci, les femmes et les hommes de tous les continents observent, s’interrogent, s’inquiètent. Puis se succèdent changements climatiques, tremblements de terre, éruptions volcaniques, fonte des neiges, innondations… Que restera-t-il de notre monde après le passage de cette étoile ? Et qu’en saura-t-on depuis Mars ?
Cette courte nouvelle d’H.G. Wells, à la frontière de la science et du fantastique, a été publiée en 1897. Elle est accompagnée par des Préludes de Debussy, et disponible en deux versions, avec et sans accompagnement sonore.

Traduction : Henry-David Davray (1873-1944).

Illustration : An artist’s view of the earth, The Booklovers Magazine (1903).

Licence Creative Commons

L’Étoile (avec accompagnement musical).

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 296 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

TOURGUENIEV, Ivan – Un songe

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 1h | Genre : Nouvelles


Mihály Munkácsy - Étude pour « Le Prêteur sur gage »

Un songe
« Je viens d’avouer qu’il m’arrivait de m’endormir sous l’obsession de pensées et de rêveries indéfinissables. Je dormais beaucoup d’habitude, et les songes jouaient un rôle important dans ma vie ; toutes les nuits j’avais des rêves. Je ne les oubliais point, je leur prêtais une signification, je les prenais pour des avertissements, et je m’efforçais de pénétrer leur sens mystérieux ; quelques-uns de ces songes se répétèrent à plusieurs reprises, ce qui m’a toujours surpris et paru très étrange. Voici le rêve qui m’impressionna le plus vivement… »

La quête de ce père « biologique » est le sujet de cette nouvelle attachante qui nous fait comprendre le drame intime d’une mère violée communiquant difficilement avec son fils unique à qui Un songe a appris la vérité.
Ce récit, écrit à la première personne, n’est pas autobiographique car Tourgueniev avait deux frères et ne perdit pas son père à 7 ans…

Traduction : Michel Delines (1851-1914).

Illustration : Mihály Munkácsy, Étude pour « Le Prêteur sur gage » (1874).

Un songe.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 922 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

AHIKAR – Les Gâteaux de chien

Donneur de voix : Ahikar | Durée : 20min | Genre : Nouvelles


Les Gâteaux de chien

« Ma cousine arriva en courant et dit à sa mère devant tout le monde : « Maman, pourquoi tu nous fais manger des gâteaux pour chien ? » Ma tante gênée répliqua aussitôt : « Mais voyons, Charlotte, qu’est-ce que tu racontes ? Personne ne te fait manger des gâteaux pour chien. » Charlotte ouvrit la main et déposa sur la table quelques petits gâteaux secs. « Et ça ! cria-t-elle. — Voyons Charlotte, calme-toi, dit ma tante de plus en plus gênée… Et qu’est-ce que tu racontes ? C’est ça que tu appelles des gâteaux pour chien ? — David m’a dit qu’ils ne les mangeaient pas, ils les achetaient uniquement pour le chien. » Ma tante était cramoisie. Pour cacher sa gêne, elle prit un petit gâteau et le porta à sa bouche. [...] »

Les Gâteaux de chien.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 626 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

MIRBEAU, Octave – Divagations sur le meurtre – En écoutant la rue – L’École de l’assassinat

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 30min | Genre : Nouvelles


Honoré Daumier - L'Omnibus

En sept ans Octave Mirbeau a gardé la même opinion sur le comportement de l’homme.

Divagations sur le meurtre (Le Journal, 1896)
« La joie, la vraie et puissante joie du meurtre est en lui… Et moi-même !… »

En écoutant la rue (L’Écho de Paris, 1893)
« Je suis persuadé qu’il existe dans la nature une force mystérieuse pour nous, une force que nous ne connaissons pas encore – car,  que connaissons-nous ?  -, une force qui n’est peut-être, après tout, que la Vie, et contre laquelle, à de certains moments d’excessive épouvante, se brise le génie destructeur de l’homme… La Vie aime la Mort, elle a besoin de la Mort, comme la terre de fumier, puisque c’est de la Mort qu’elle tire chaque jour, à toute heure, son renouveau de jeunesse et ses énergies de fécondité. Mais elle est plus forte que la Mort. Elle la dirige, la maintient, la contient dans un équilibre constant et dans une parfaite harmonie. »

L’École de l’assassinat (Le Figaro, 1889)
« Le besoin de tuer naît chez l’homme avec le besoin de manger et se confond avec lui. Ce besoin instinctif, qui est la base, le moteur de tous les organismes vivants, l’éducation le développe au lieu de le réfréner ; les religions le sanctifient au lieu de le maudire ; tout se coalise pour en faire le pivot sur lequel tourne la société. Dès que l’homme s’éveille à la conscience. »

Illustration : Honoré Daumier, L’Omnibus (1864).

> Écouter un extrait : Divagations sur le meurtre.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 063 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

LAGERLÖF, Selma – À Nazareth – La Vision de l’empereur

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 25min | Genre : Nouvelles


Jan van Scorel - L'Empereur Auguste et la Sybille de Tibur

Saviez-vous que Jésus à cinq ans ne s’entendait pas du tout avec Judas, et que c’est la Sibylle qui décida elle-même l’Empereur Auguste à renoncer à se faire ériger un temple sur le Capitole ?

« Mais il y construisit un sanctuaire à l’Enfant nouveau-né et l’appela Ara Cœli, l’Autel du Ciel. »

Selma Lagerlöf vous donne, de sa belle écriture, tous les détails dans :

- À Nazareth,
- La Vision de l’empereur,

deux nouvelles extraites de Les Liens invisibles (1894).

Traduction : André Bellessort (1866-1942).

Illustration : Jan van Scorel, L’Empereur Auguste et la Sybille de Tibur (152?).

> Écouter un extrait : À Nazareth.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 920 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

ROSNY aîné, J.-H. – Nomaï, amours lacustres

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 35min | Genre : Nouvelles


Nomaï, amours lacustres

Texte de science-fiction de J.-H. Rosny à ajouter, par exemple, à ceux enregistrés de La Mort de la Terre ou d’Un autre monde et évidemment de La Guerre du feu.

Nous assistons dans Nomaï, amours lacustres au premier baiser de l’humanité, suivant une singulière cérémonie :

« Prenant sur sa poitrine une pierre de néphrite, le père fit ouvrir la bouche à Nomaï. Ensuite, d’un coup sûr, il lui cassa une dent longue, ainsi qu’il est ordonné. Le sang jaillit ; la jeune lacustre tendit elle-même, avec douceur, la dent brillante à son maître. – Ainsi firent les fils du Loup depuis dix fois dix générations, dit Zamm.
Il fut dur à son fiancé Amreh que le sang jaillît de la bouche charmante de Nomaï. Et il trouva une parole si douce qu’aucun homme, depuis le commencement du monde, n’avait dit la pareille à une femme : – Je voudrais, Nomaï, que mon sang coule et non le tien !
Leurs veines et leurs chairs semblaient confondues, et il leur vint, obscure, mais profonde, l’intuition de la future caresse de l’Amour, le pressentiment du Baiser. »

Nomaï, amours lacustres

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 784 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous nos livres audio gratuits pour Nouvelles :