Livres audio gratuits de la catégorie 'Nouvelles' :


DUMAS, Alexandre – Herminie

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 1h 20min | Genre : Nouvelles


Vincas Slendzinski - Portrait de dame (1878)

À 42 ans, Alexandre Dumas publie Herminie, qui contient, certes, quelques longueurs, comme le chapitre Le Lansquenet, mais est une nouvelle fulgurante et envoûtante, bien que peu connue parmi les œuvres de Dumas. Elle est précédée d’un avant-propos où l’auteur déplore l’incrédulité des lecteurs face à la vérité exposée dans les romans et qui ne manque pas de pertinence.

Édouard, jeune Parisien oisif, mène une vie de plaisirs et de légèreté entre sa maîtresse Marie et ses cours de droit. Jusqu’à sa rencontre avec une mystérieuse femme, qui lui avoue tout à la fois sa passion et sa furieuse singularité : son amour est absolu et peut se changer en haine mortelle si Édouard…

Les titres des six chapitres sont parlants et la fin est tragique.

Illustration : Vincas Slendzinski, Portrait de dame (1878).

> Écouter un extrait : 01. Avant-propos.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 925 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

AHIKAR – Une pêche miraculeuse

Donneur de voix : Ahikar | Durée : 49min | Genre : Nouvelles


Carpes

« Nous allions souvent pêcher à Chécy, non loin de la cale à Girard. La cale à Girard était un ancien bassin de radoub, construit au XIXe siècle pour réparer les bateaux. Il y avait belle lurette que tout ça était à l’abandon, envahi par des herbes bien plus hautes que nous. Quand nous arrivâmes, un parigot était déjà là, installé pile à notre emplacement habituel… »

Je dédie ce récit à M. René Depasse pour toutes ses lectures, et plus particulièrement celle de La Célèbre Grenouille sauteuse du comté de Calaveras. Depuis qu’il m’a fait découvrir ce récit truculent de Mark Twain, je n’ai eu de cesse d’y revenir et l’envie d’écrire une farce me taraudait.

P.-S. : La verve de Rémi, un des protagonistes de l’histoire, apparaîtra sans doute assez crue à certains. Cela n’engage bien sûr que l’auteur.

Une pêche miraculeuse.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 715 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

DORSENNE, Jean – Un parfum dans la nuit

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 2h 25min | Genre : Nouvelles


Jean Dorsenne

Jean Dorsenne, pseudonyme d’Étienne Troufleau (1892-1945) est un poète et romancier spécialisé dans la littérature exotique et coloniale. De nombreux séjours en Océanie et en Polynésie ont inspiré cet auteur né à Constantine.

Un parfum dans la nuit raconte les malheurs causés par une femme fatale à un pauvre homme, héros en imagination et hanté dès son enfance par le goût de l’exotisme et le désir de l’aventure. Il rencontre, dans un cabaret louche, Conchita, la femme qui incarne ses rêves. Cette « Javanaise » est en fait née à Belleville, s’appelle Margot et l’histoire amusante que l’auteur nous présente est une satire de la manie de l’exotisme qui sévit en France dans les années 1930. (Rappelons-nous l’Exposition coloniale qui s’est tenue à Paris du 6 mai au 15 novembre 1931, à la porte Dorée et sur le site du bois de Vincennes (Entrée 3 francs))

Si Dorsenne s’attache tant à son héros, c’est qu’il est lui aussi hanté par ces pays inconnus qui le font rêver :

« Sur la cheminée de la chambre à coucher, je trouvais, comme il y en a dans tous les logis des ports de mer, de grandes coquilles dont l’orifice dentelé me paraissait contenir des trésors fabuleux. Je les appliquais contre mon oreille et j’entendais aussitôt le sourd mugissement du ressac marin. La poussière recouvrait une touffe de corail et un oursin séché. Dans le salon, je ne cessais de regarder, ici un personnage maladroitement taillé dans une racine, là un bouddha pensif en bronze noirci. Ici, sous les vitres embrouillées d’une armoire, des ivoires de toutes sortes, des coupes de jade, des brûle-parfums hindous en cuivre guilloché, mille bibelots dont la provenance faisait vagabonder sur des mers tropicales mon cerveau exalté, s’offraient à ma curiosité. »

Avec l’aimable autorisation de M. Dominique Troufleau.

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 890 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

HERVILLY, Ernest (d’) – Histoires divertissantes (Deuxième Sélection)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 1h 8min | Genre : Nouvelles


Un bourdon

Quelques indications sur l’auteur, ami de Verlaine, Rimbaud et Hugo, vous attendent dans la première sélection des Histoires divertissantes (1876).

Moins célèbre que ses amis, Ernest d’Hervilly fut pourtant très prolifique et ses Histoires divertissantes atteignent la quarantaine.

Cueillette d’aujourd’hui :

- La Femme sans tête,
- La Dernière Heure,
- Un singulier personnage,
- Pour parler d’autre chose,
- Le Vent d’automne.

« Et vous qui, le menton sur la paume de la main, vous laissez quelquefois aller à remonter le courant de l’âge, écoutez-moi. Ma voix sera douce, elle traversera votre rêverie sans vous en tirer cruellement yeux à demi fermés, ma voix fera-t-elle sa partie avec grâce dans le concert qui vibre au fond de vos âmes. »

> Écouter un extrait : La Femme sans tête.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 379 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

SAND, George et SANDEAU, Jules – La Fille d’Albano

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 30min | Genre : Nouvelles


George Sand et Jules Sandeau

Richard est un roman de Jules Sandeau (1811-1883), La Mare au diable est due à George Sand et La Fille d’Albano est une nouvelle ébauchée par l’un, refaite par l’autre à l’époque de leur liaison et signée J. S. (Jules Sand).

Le sujet est le dilemme entre la vie bourgeoise exigée d’une jeune fille par le mariage et les nécessités de la création artistique qui demandent à une femme d’être libre.

La ravissante Italienne Laurence est sur le point de se marier ; Carlos, à la fois son père, son frère, son maître en peinture, la dissuade.

« Reste, reste, disait le peintre en la pressant sur son sein, et ses larmes tombaient sur la tête de la fiancée. Enfant, ajouta-t-il, enfant qui veux une famille ! Eh ! n’as-tu pas le monde ? Toi qui l’avais adopté pour patrie, le trouves-tu trop vaste ? déborde-t-il ton âme ? Que fait au Bohémien la terre qu’il foule de ses pas vagabonds, le ciel sous lequel repose sa tête indépendante ? La terre n’est-elle pas à lui ? tous les lieux n’ont-ils pas du soleil ? Ainsi l’artiste ; il a l’univers pour famille ; sa patrie, c’est le sol qui l’inspire. Et puis tu te plains d’être seule… Seule, ingrate ! et Carlos ? et ton frère ?…  »

Connaissez-vous la toile d’Horace Vernet qui représente cette fille d ‘Albano ? Le fiancé éconduit l’a vue, lui !

Illustration : Portrait de George Sand par Alfred de Musset (1833)Portrait de Jules Sandeau par George Sand (1831).

La Fille d’Albano.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 750 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

ANDREÏEV, Leonid – En attendant le train – La vie est belle pour les ressuscités

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 35min | Genre : Nouvelles


Mikalojus Ciurlonis - Cimetière lituanien (1909)

Plusieurs nouvelles d’Andreïev sont accessibles aujourd’hui, qui ne l’étaient pas quand furent ici enregistrés C’était… en 2009, ou À Sabourovo en 2014.

En attendant le train nous décrit le comportement de quelques voyageurs patientant dans une petite gare. On y apprend, entre autres, que l’accès des compartiments était interdit, en Russie, aux individus en état d’ébriété !

La vie est belle pour les ressuscités commence ainsi :

« Vous est-il arrivé de vous promener dans des cimetières ?
Dans ces coins de terre emmurés, étroits et paisibles, pleins d’herbe épaisse, il y a une poésie troublante et toute particulière.
Jour après jour, on y amène de nouveaux morts ; l’énorme ville bruyante et grouillante est déjà tout entière transportée là, et la cité renouvelée attend son tour d’y venir. »

et se continue par :

« Mais que les morts ressuscitent ! Ouvrez-vous, tombeaux maussades, anéantissez-vous, pesants monuments, fendez-vous, grillages de fer !
Ne fût-ce que pour un jour, que pour un instant, rendez la liberté à ceux que vous étouffez de votre poids et de vos ténèbres !
Vous croyez qu’ils sont morts ? Erreur, ils vivent ! Ils se taisaient, mais ils sont vivants.
Vivants !
Laissez-les voir le rayonnement du ciel bleu et sans nuage, aspirer l’air pur du printemps, s’enivrer de chaleur et d’amour. »

Traduction : Serge Persky (1870-1938).

Illustration : Mikalojus Ciurlonis, Cimetière lituanien (1909).

En attendant le train.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 894 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

TINAN, Jean (de) – Annotation sentimentale

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 25min | Genre : Nouvelles


Annotation sentimentale

« J’écrivis un soir ces pages pour une jeune femme très blonde qui collectionne des échantillons d’écriture, mais j’ai préféré les donner à un ami – parce que nous avons tous un peu les mêmes peines. »

Jean de Tinan, mort à 24 ans en 1898, est l’auteur d’Érythrée que nous avons accompagné d’une courte biographie. Jeune Casanova, passionné par les problèmes touchant à l’amour et à l’érotisme, il philosophe avec élégance :

« Bien des jeunes gens – Madame – ont aujourd’hui cette habitude fâcheuse de disserter sans précision sur la métaphysique d’amour : combien souvent ils se contredisent eux-mêmes. »

« Nous ne savons pas penser à l’amour, il y faut d’extraordinaires musiques, des fugues envolées et des arpèges lents. Nous comprenons presque, aux heures de demi-inconscience où nous échappons un peu à la tyrannie des sensations, lorsque le passé et le présent nous gênent moins, – alors seulement se précisent des représentations pieusement enfantines : murmurer son nom, écarter doucement ses mains pour adorer son regard, recevoir d’elle, d’elle ! – nous imaginons mal l’éblouissant mélange de la volupté et de l’amour. »

« Devrons-nous ainsi ricocher de cœur en cœur et de chair en chair jusqu’à l’apaisement d’un néant ou l’effarement d’un au-delà ! – l’effarement : car peut-être ne songeons-nous si souvent à la possibilité d’un ineffable devenir d’amour que parce que nous parvenons mal à y croire, et nous ne parvenons pas non plus à croire en l’anéantissement simple des personnalités ; nos souffrances d’amour sont comme des reflets de nos girations métaphysiques, seulement cela ne nous apparaît pas très nettement, parce qu’il y a rarement simultanéité. »

« Flirt ! – jeune dieu souriant, ceux-là seul médiront de toi qui ont mal connu ces joies factices et véritables ; tu marches indulgent appuyant doucement tes belles mains contre les lèvres qui les implorent – et tu sais que dans nos cœurs nous t’avons élevé des autels. Ce soir, il te plaira que nous allions en longues théories lentes sous les péristyles fleuris de tes temples en faisant semblant de nous aimer… »

Écoutons en souriant l’Annotation sentimentale (1921, posthume).

Dans Penses-tu réussir !!, le premier roman de Tinan, Mallarmé avait salué une nouvelle Éducation sentimentale.

Annotation sentimentale.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 698 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

WHARTON, Edith – Les Metteurs en scène

Donneuse de voix : Cocotte | Durée : 38min | Genre : Nouvelles


Les Metteurs en scène

Jean Le Fanois mène la vie assommante et équivoque de « metteur en scène », de lanceur de nouveaux riches dans le monde parisien. De grosses pertes au jeu avaient sérieusement entamé sa modeste fortune. Il noua rapidement des relations avec un riche Américain qui le chargea de décorer son hôtel. Il toucha de fortes commissions de la part des antiquaires et brocanteurs. Après la mort de son mécène, il devint le conseiller attitré des Américains désireux de dépenser leurs millions au profit des oisifs parisiens.

Au cours de ses recherches, il rencontre miss Blanche Lambert, qui vit, comme lui, aux dépens d’une veuve milliardaire qui rêve d’un beau mariage. Très vite, les deux jeunes gens lui trouvent un mari digne de ses exigences.

Leur association continue à bien fonctionner. Ils lancent de riches bienfaiteurs dans le monde des aristocrates français ruinés.

Un jour, ils font la connaissance de deux riches et naïves Américaines, Mrs et Miss Smithers. La mère rêve d’un beau mariage pour sa fille. Jean le Fannois trouve rapidement un prétendant, un charmant jeune duc.

Les Metteurs en scène.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 923 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous nos livres audio gratuits pour Nouvelles :