Livres audio gratuits de la catégorie 'Nouvelles' :


BOVE, Emmanuel – Six Nouvelles

Donneuse de voix : Cocotte | Durée : 48min | Genre : Nouvelles


Stanislas Lépine - Le Pont des Arts, Paris

Voici six nouvelles, parues dans Paris-Soir.

Le Sauveteur : Un chômeur se promène sur les quais de la Seine, près du pont des Arts, lorsque, soudain, il entend le bruit d’une chute. Une jeune fille vient de se jeter à l’eau.

Le Remords : Le docteur Jacques Figue profite d’un séjour à Marseille pour rendre visite à ses vieux parents, qu’il n’a pas revus depuis sept ans.

L’Attente : Madame Courtois n’est pas rentrée. Son mari, très inquiet, va demander à son voisin de l’aider à passer cette longue attente.

Les Trois Mille Francs : Monsieur Chanzy vient de mourir. Il avait emprunté 3000F à son ami, qui voudrait bien être remboursé par sa veuve.

Un déséquilibré : Ernest Lecoffre, désespéré de la mort de sa femme, vient chercher refuge auprès de son frère.

Une enquête discrète : Pourquoi deux inspecteurs de police se présentent, ce soir, chez M. et Mme Rougerin ?

Je remercie chaleureusement un audio lecteur, Lemuelson, qui m’a aimablement envoyé ces nouvelles.

Illustration : Stanislas Lépine, Le Pont des Arts à Paris (1875).

> Écouter un extrait : Le Sauveteur.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 3 566 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

RILKE, Rainer Maria – Histoires du bon Dieu (Sélection)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 42min | Genre : Nouvelles


Arie Johannes Lamme - L'Aumône (ca. 1900)

Le grand poète autrichien Rainer Maria Rilke (1875-1926) est aussi célèbre par ses Cahiers de Malte Laurids Brigge. Ses autres nombreux ouvrages sont moins connus comme par exemple les douze Histoires du bon Dieu (1900).
Nous vous proposons les deux premières L’Étranger et Pourquoi le bon Dieu veut qu’il y ait des pauvres, puis Le Mendiant et la fière demoiselle.

L’Étranger est très étrange…

Traduction : Maurice Betz (1898-1946).

Illustration : Arie Johannes Lamme, L’Aumône (ca. 1900).

> Écouter un extrait : L’Étranger.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 6 046 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

OUIDA – Umilta, un conte de Noël

Donneur de voix : DanielLuttringer | Durée : 1h 31min | Genre : Nouvelles


Umilta, un conte de Noël

Maria Louise Ramé, dite Ouida (prononciation enfantine de « Louisa »), née à Bury St Edmunds (Suffolk) le 1er janvier 1839 et morte à Viareggio (Province de Lucques) le 25 janvier 1908 est une romancière anglaise.

Umilta, un conte de Noël est paru sous ce titre dans La Revue des deux mondes le 15 décembre 1879. Il n’y est jamais question de Noël, mais de la campagne toscane, d’amour et de jalousie…

« Le Toscan reste toujours attaché au sol qui l’a vu naître. Il s’en ira dans le monde, il sera bon soldat soumis et patient, mais, tout en vaquant à son service, il reste par la pensée dans le petit village, soit de la plaine, soit de la montagne, où il a pour la première fois ouvert les yeux ; les honneurs pourront venir à lui, les belles promesses d’avancement pourront le tenter, il sait qu’en restant au loin il s’élèvera de plus en plus ; n’importe, aussitôt libre, il jettera son sabre pour retourner à la charrue qui l’attend dans ces sillons où les tulipes d’or poussent pêle-mêle avec le blé. La vie d’autrefois lui demeure toujours chère ; il la préfère au gain, à la gloire, si ces biens doivent lui être prodigués hors de chez lui ; il languirait loin de son toit de tuile rouge, loin de la haute tour de sa petite église brunie par le temps, loin de ses champs enguirlandés de vigne, loin de ses boeufs blancs aux yeux méditatifs, loin de tout ce qu’il a laissé derrière lui dans quelque solitude embaumée où sa mère file assise sous le porche, où le petit ruisseau babillard passe en courant devant la maison, tout bleu de violettes ou tout jaune de chélidoines selon la saison. Ce sont là des choses auxquelles le jeune soldat toscan aspire toujours, des choses qu’il voit dans son sommeil, comme un mourant a des rêves du ciel. Il y a de plus mauvaises passions que celle-là. »

Traduction anonyme (1879).

Umilta, un conte de Noël.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 3 520 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

MAIZEROY, René – Le Soulier blanc

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 8min | Genre : Nouvelles


Le Soulier blanc

À l’approche des fêtes de Noël, voici pour s’ajouter à la trentaine d’œuvres publiées de cet auteur, une courte bluette sans prétention de René Maizeroy (1856-1918), Le Soulier blanc.

Le gentil récit du souvenir d’un Noël intime évoquant un Noël antérieur…

Le Soulier blanc.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 3 860 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

ESQUIROS, Alphonse – Le Baron et la princesse – La Solitude (Poème)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 17min | Genre : Poésie


Alphonse Esquiros

Pour mieux connaître Alphonse Esquiros (1812-1876), homme politique, plusieurs fois député socialiste, publiciste, écrivain et poète parisien, encensé par Victor Hugo voici la nouvelle Le Baron et la princesse pour faire sourire, et, extrait de Hirondelles, le poème La Solitude.

« J’aime même le bruit d’une onde qui retombe,
Ou bien, laissant errer mes pas irrésolus,
Lors, je pense aux absents, aux amis de la tombe
Que je ne verrai plus. »

Illustration : Alphonse Esquiros vers 1869.

Le Baron et la princesse.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 3 932 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

LEMAÎTRE, Jules – En marge de Pantagruel – En marge de l’Odyssée

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 40min | Genre : Contes


Edward Matthew Hale - The Mermaid's Rock

Les À la manière de de Reboux et Muller sont des joyaux, mais Reboux est décédé en 1963… S’en rapproche En marge des vieux livres
de Jules Lemaître, longue série de textes imitant, parodiant, pastichant des morceaux d’œuvres célèbres Iliade, Odyssée, Télémaque, La Fontaine, Fénelon, Saint-Simon, Virgile, Rabelais (deux tomes de contes).

À connaître En marge de Pantagruel : Panurge marié.

En marge de l’Odyssée : La Sirène

« Vers ce temps-là, un navire, attiré par les chants des Sirènes, étant venu se briser sur un écueil voisin, Euphorion vit avec horreur ces gracieuses filles planter leurs dents aiguës dans les corps naufragés et, du sang qu’elles pompaient, se gonfler comme de blanches outres. Leucosia n’avait voulu ni chanter avec ses soeurs, ni prendre sa part du festin. Euphorion lui en sut gré ; mais, en l’interrogeant, il démêla qu’elle s’était abstenue uniquement pour ne pas lui déplaire, et que, si l’amour, commun à la plupart des animaux, avait pu l’émouvoir, la pitié, propre seulement aux hommes, lui était demeurée étrangère. »

Illustration : Edward Matthew Hale, The Mermaid’s Rock (ca. 1894).

En marge de Pantagruel.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 4 206 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

ISTA, Georges – La Grève des danseuses – Une femme du monde

Donneuse de voix : Cocotte | Durée : 18min | Genre : Nouvelles


Edgar Degas - Danseuses en bleu

Georges Ista né à Liège le 12 novembre 1874 et mort à Paris le 6 janvier 1939 est un écrivain de langue wallonne et un militant wallon. Il fut également dessinateur, peintre et aquafortiste.
Il fut un auteur dramatique fécond, collabora à diverses revues wallonnes militantes convaincu que le wallon était un complément de l’identité française de la Wallonie. Il a publié en 1917 une quarantaine de contes et nouvelles. Deux sont déjà dans la bibliothèque : Chez la voyante et Une rupture.

La Grève des danseuses : « Théréson roula sa brochure, la déroula, la lissa un instant entre son genou et sa paume, puis déclara, lentement :
- T’à l’heure, elle a dit comme ça au patron qu’toutes les danseuses, c’était rien qu’des grues.
Zulma resta suffoquée. « Ah ben !… Ah ben !… » murmura-t-elle. Puis sans rien ajouter, elle fila vers l’escalier des loges, aussi vivement que si elle avait eu le feu au derrière. »

Une femme du monde : « Jolimont continuait à se brosser l’épaule, méticuleusement. C’était un joli garçon de trente-cinq ans environ. Il avait une mise un peu trop soignée, un peu trop de bagues aux doigts, un peu trop de chaîne de montre, un peu trop d’épingle de cravate, un peu trop de brillantine sur des cheveux un peu trop bien peignés, et pas assez de talent.
Le gros papa Corentin vint lui taper sur le ventre. « Si vous voulez vous appuyer la petite Yoyo, opina-t-il, elle ne vous fera guère poser. Elle en pince, la gosse ! » Mais l’autre se redressa d’un air indigné. « Des choristes ! proféra-t-il. Des choristes, à moi ! » Puis, gourmé, hautain et dédaigneux : « Et qu’est-ce qu’il resterait pour les femmes du monde ? »»

Illustration : Edgar Degas, Danseuses en bleu.

La Grève des danseuses.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 4 415 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

ZWEIG, Stefan – Le Pickpocket (Version 2)

Donneur de voix : Christian Dousset | Durée : 1h 22min | Genre : Nouvelles


Le Pickpocket

De Stefan Zweig, on connaît surtout Amok, La Pitié dangereuse, 24 Heures de la vie d’une femme… mais le talent de cet écrivain s’illustre aussi à travers d’autres œuvres, véritables petits joyaux littéraires. C’est le cas de la nouvelle Le Pickpocket où observation minutieuse, humour et réflexion philosophique se mêlent avec bonheur. Voilà un récit à la première personne qui nous présente un personnage bien singulier, en effet… Toutefois, si l’action a pour cadre le Paris de 1931, l’humaine condition demeure une préoccupation majeure de l’auteur.

« Les épaules de travers, l’air craintif, cette ombre jaune s’avançait sur de maigres jambes de clown, et s’évadait de la cohue, tantôt à gauche, tantôt à droite, avec une mine soucieuse. »

N.B. : La traduction présentée ici, seule libre de droits à ce jour, abrège un peu le texte original.

Traduction anonyme (1935).

Illustration : George Cruikshank, Mr Brownlow at the bookstall (Oliver Twist, XIXe).

Licence Creative Commons

Le Pickpocket.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 4 553 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous nos livres audio gratuits pour Nouvelles :