Livres audio gratuits de la catégorie 'Nouvelles' :


WHARTON, Edith – Le Confessionnal

Donneuse de voix : Maria Scaniglia | Durée : | Genre : Nouvelles


Albrecht Dürer - Mains en prière (1508)

Le Confessionnal est une nouvelle tirée du recueil Les Metteurs en scène, d’Edith Wharton.

On a tous des blessures secrètes, un passé, une histoire intime qui nous rend unique.

Ce récit enchâssé nous dévoile l’une de ces histoires.

Perdu dans une ville gigantesque (New-York), un prêtre raconte sa vie et ses aventures. Un passé en Italie, des combats, des peines, des révoltes et puis la fuite, brutale.
L’histoire d’un immigré. Et d’un immense désir de liberté !

Traduction : Jane Chalençon (1861-1919).

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 149 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

GOZLAN, Léon – La Dame verte

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 1h 10min | Genre : Nouvelles


Irruption de la police dans une maison de jeux

Il n’est pas sûr que la suite de cette histoire posthume ait été écrite, malgré les promesses de l’auteur et nous restons sur notre faim, parce qu’elle n’est pas banale.

Léon Gozlan, avec La Dame verte, nous fait visiter des salles de jeux en 1848 comme il nous avait promenés à La Morgue en 1831.

Une rencontre avec l’aimée dans des circonstances très étranges comme vous le verrez…

« J’entrevis alors, à la clarté d’une des lanternes de la porte, l’ensemble de ses traits. Ils me parurent fort beaux, mais leur grande pâleur leur donnait une beauté de fantôme, surtout sous le voile vert à travers lequel je les apercevais. Comme ce voile était très-long, ainsi qu’on les portait alors, elle s’en drapa vivement le visage, la pensée tardive lui étant venue sans doute qu’elle avait commis l’imprudence de me le laisser voir. »

La Dame verte.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 909 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

POE, Edgar Allan – Les Débuts littéraires de Thingum Bob

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 1h | Genre : Nouvelles


Statue d Edgar Poe

Dans cette satire des magazines américains, Poe montre l’inculture des rédacteurs en chef qui récompensent les plagiats de petits écrivaillons. En les imitant, Thingum Bob devient un parfait « homme de lettres » possédant son « système ».

Poe fait de son héros son double grotesque :

« J’écrivis, dans l’ensemble, sur un « système »… J’achetai à la salle des ventes des exemplaires (à bon marché) des Discours de Lord Brougham, des Œuvres complètes de Cobbet, du Nouveau dictionnaire d’argot… Je découpai soigneusement ces ouvrages avec une étrille, et alors, jetant les morceaux dans un crible, je criblai soigneusement tout ce que je trouvais décent (presque rien), réservant les phrases dures, que je jetai dans un large moulin à poivre déteint avec des fentes longitudinales, si bien qu’une phrase entière pouvait passer sans être détériorée… Je mélangeai tous les fragments, je mis dessus le couvercle d’un saupoudroir, secouai, et jetai le mélange sur le papier écolier enduit d’œuf où il se colla. L’effet était magnifique à contempler. »

Amusez-vous en écoutant Edgar Poe dans cette autodérision :

Les Débuts littéraires de Thingum Bob, « Ex-rédacteur en chef de La Buse savante » (ou de L’Oie soiffarde ?, en anglais : Goosetherumfood)

Traduction : William Little Hughes (1822-1887).

Les Débuts littéraires de Thingum Bob.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 874 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

WHARTON, Edith – Échéance

Donneuse de voix : Maria Scaniglia | Durée : 1h 10min | Genre : Nouvelles


Eugène Carrière - Fantine abandonnée (1903)

La plupart des nouvelles qui composent le recueil Les Metteurs en scène (1909) d’Edith Wharton traitent des rapports entre mari et femme et de la difficulté, parfois, de comprendre l’autre.

Échéance : Date à laquelle est exigible l’exécution d’une obligation, le paiement d’une dette. Délai entre la date d’un engagement et son exigibilité.

Un titre énigmatique pour cette troisième nouvelle, traduite par Jane Chalençon (1861-1919).
Quelle est cette dette qu’il faut payer, cette promesse à honorer ?

C’est ce que Julia Westall, prise au piège de ses propres principes, va découvrir. Une chance, comme une date butoir, inévitable…

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 174 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

VILLIERS DE L’ISLE-ADAM, Auguste (de) – L’Amour sublime

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 35min | Genre : Nouvelles


Georg Friedrich Kersting - Couple à la fenêtre (1815)

Ce n’est pas la première fois que Villiers de l’Isle-Adam plaisante sur un thème sérieux.

L’Amour sublime (1893) pourrait avoir comme sous-titre « L’innocence prise en flagrant délit par un commissaire de police ».

« C’était l’absurde s’installant dans la vie réelle » écrit (ou s’écrie) l’auteur…

L’Amour sublime d’un député peut-il se sublimer ?

Illustration : Georg Friedrich Kersting, Couple à la fenêtre (1815).

L’Amour sublime.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 018 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

COMBE, T. – Petites Gens : Boubette

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 1h 40min | Genre : Nouvelles


Adèle Huguelin Vuillemin

Adèle Huguelin Vuillemin (1856-1933) est une Suissesse née d’une famille d’horlogers ruinés ; jeune institutrice elle écrit sous le pseudonyme de T. Combe des nouvelles à succès, dont le recueil Petites Gens (1896) d’où est issu Boubette.

Il y a sûrement des éléments autobiographiques dans l’idylle du brave fils peu cultivé du réparateur de bijoux et la fille adorable de l’épicière un peu « filou ». Une atmosphère villageoise qui nous éloigne des cours royales et des amours des grands de ce monde !

« Deux enfants, ces amoureux. Elle dix-huit ans, lui dix-neuf, et si petits, si maigrelets, qu’ont les eût mis sur une cheminée, de chaque côté de la pendule, comme des amoureux en biscuit de Saxe. Ils se trouvaient mutuellement très bien. Boubette, roussotte et pâlotte, avec sa petite tresse blonde et son ruban vert, avec son petit menton qui pointait en avant, avec ses gestes de gamin et son joli rire impertinent, Boubette était pour Aimé la perle des blondes. Elle, de son côté, bien que peu encline à la vénération, admirait le front d’Aimé. »

Ils écrivent à deux un roman :
« – Ah ! s’écria Boubette, laissez-moi tranquille avec ce plan ! Alexandre Dumas n’en faisait jamais. Aimé se tut et passa la main dans ses cheveux ; au bout d’un instant il reprit : — Je crois cependant qu’un plan est utile, surtout pour des commençants, et quand on travaille à deux, comme nous. Nous pourrions aller dans des directions tout à fait différentes… »

Une charmante histoire, toute dans ce ton, avec quelques larmes cependant.

> Écouter un extrait : 01. Monsieur Uzelim.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 944 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BOVE, Emmanuel – Un malentendu

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 1h 5min | Genre : Nouvelles


Un malentendu

On retrouve dans Un malentendu (1930) un héros désabusé (François Vaillant) comme celui de Mes amis, de Le Pressentiment ou d’Un Raskolnikov et les mêmes analyses psychologiques réalistes et dépouillées… Emmanuel Bove fouille à merveille ses personnages.

La vie de trois hommes, le chirurgien Jean-Marie Formont, Pierre de Rissac (« Il y avait alors un contraste extraordinaire entre l’homme qu’il semblait être et le ton patelin de ses propos, le respect visible qu’il avait pour l’intelligence, la curiosité qu’il portait à des problèmes auxquels il eût semblé devoir être le dernier à trouver quelque intérêt. ») et notre héros François Vaillant est subordonnée aux caprices de Simone Henné :

« Simone Henné était la fille d’un petit fonctionnaire dont la vie méthodique avait plané sur elle pendant toute sa jeunesse. À force de s’être pliée aux habitudes d’autrui, d’avoir été obligée d’obéir, de respecter, le désir était né en elle d’avoir plus tard, elle aussi, des habitudes, de faire plier à son tour ceux qui dépendraient d’elle. Aussi était-elle, à présent, attentive à voir ses moindres désirs exaucés. La plus petite contrariété l’irritait. Il lui semblait chaque fois que tout avait été plus facile pour les autres que pour elle. Et l’aigreur qui s’était développée en elle au cours de son enfance lui rendait cette prétendue injustice insupportable, maintenant que sa beauté l’avait rendue indépendante. Car les hommes qu’elle avait connus, elle avait eu assez d’habileté pour s’arranger que chacun d’eux eût une situation de fortune supérieure au précédent. »

Illustration : George Barbier, La Gourmandise (1925).

Un malentendu.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 993 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

TWAIN, Mark – Les Peterkins et autres contes (Sélection)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 1h 5min | Genre : Nouvelles


Les professeurs de langues des Peterkins

Quatre-vingt cinq articles, contes, nouvelles de l’humoriste américain Mark Twain sont accessibles sur notre site.

Le recueil Les Peterkins et autres contes (1910) nous permet d’en allonger la liste.

Les Peterkins (d’après The Peterkin study the languages, de Lucretia Peabody Hale (1820-1900))
« Monsieur Perkins désirait des professeurs récemment débarqués en Amérique, et il revint un soir chez lui avec une liste complète des étrangers nouvellement arrivés. [...] Mme Peterkins objecta que sa maison ressemblerait à une tour de Babel ; elle en prit cependant son parti. »
Une histoire très drôle. Exemple : « Mais voici qu’une difficulté inattendue surgit lorsqu’ils mirent dans la même voiture le professeur russe et le professeur d’arabe ; ce dernier était Turc et portait un fez sur sa tête ; il s’assit au fond de la voiture. Ils se regardèrent de travers et s’invectivèrent chacun dans leur langue sans que M. Peterkins pût comprendre un traître mot. Était-ce du russe, était-ce de l’arabe ? »

Nos diplomates
« À toute réception d’une cour européenne, les représentants des puissances étrangères portent des uniformes qui les distinguent du commun des mortels et indiquent qu’ils personnifient leur patrie. Notre représentant au contraire s’exhibe dans une lugubre queue de pie noire qui n’évoque aucune idée de nationalité. Cette tenue se rencontre dans tous les pays, on pourrait la désigner sous le nom de « Chemise de nuit internationale ». »
Cette question est capitale pour Mark Twain comme le prouvent ces lignes désabusées :
« P. S. Vienne, le 10 janvier. — Je vois dans les télégrammes de ce matin que je ne suis pas désigné comme le nouvel ambassadeur à Vienne. J’en demeure plutôt surpris et ne sais que dire. »

L’Homme le plus méchant et le plus stupide de Turquie
« Il y avait un homme appelé Mustapha qui vivait près de la Porte d’Or ; il était très vieux, très riche ; sur le point de mourir il fit venir son fils et lui tint le langage suivant : Mon cher enfant, je vais mourir ; avant de vous quitter, je veux vous indiquer mes dernières volontés. Voici cent livres, vous les donnerez à l’homme le plus méchant que vous rencontrerez. Voici cent autres livres, vous les donnerez à l’homme le plus stupide que vous découvrirez. »

Traduction : François de Gail (1910).

> Écouter un extrait : Les Peterkins.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 327 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous nos livres audio gratuits pour Nouvelles :