Livres audio gratuits de la catégorie 'Nouvelles' :


SILVESTRE, Armand – En mer

Donneur de voix : DanielLuttringer | Durée : 12min | Genre : Nouvelles


En mer

Cette nouvelle d’amour à la chute espiègle est tirée du recueil Les Cas difficiles édité en 1895.

« Des quatre passagères, une seule était vraiment charmante. Miss Ellen avait une admirable chevelure blonde et des yeux bleus exquis. Sa robe très simple dessinait ses formes avec une vérité sculpturale et une fidélité éminemment plastique. Ce n’était assurément pas avec des paquets de dentelles qu’étaient modelés ces jolis seins au contour doucement ondoyant, ni ces hanches rebondies, pareilles à deux collines jumelles, où fleurissait la rose du désir. Tout était attirant et délicieux dans cette jolie personne, qui joignait beaucoup de grâce pudique à tant d’involontaires attraits. Comme je compris bien vite qu’il ne fallait pas lui faire ostensiblement la cour, au moins jusqu’à ce que j’eusse pris un parti définitif, car compromettre sans raison une femme est une action abominable, je déversai mes hommages apparents sur une autre miss d’une trentaine d’années, celle-là, infiniment coquette, et qui ne douta pas un seul instant de la sincérité de ma cour… »

En mer.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 187 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

THEURIET, André – L’Araignée

Donneur de voix : DanielLuttringer | Durée : 10min | Genre : Nouvelles


L'Araignée

Nouvelle sur la sujétion au jeu parue dans le recueil Contes de la primevère en 1897.

Le début : « Avez-vous remarqué, en automne, au long des treilles déjà mûres ou parmi les buissons déjà rougis, ces grandes et légères toiles d’araignée, d’un dessin géométrique si parfait et en même temps si artiste, – frêles rosaces brodées à jour comme de fines dentelles, où la rosée suspend des perles minuscules et qui durent à peine une journée ? Ces toiles soyeuses et ajourées, auxquelles les paysans de chez moi donnent le joli nom d’airantèles, sont l’œuvre d’une industrieuse araignée à l’abdomen brun rebondi et décoré d’une croix d’or pâle, qui porte l’appellation scientifique d’épeire diadème. »

L’Araignée.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 440 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

MORISSETTE, Joseph Ferdinand – Ida

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 20min | Genre : Nouvelles


Joliette

Nouvelle de Joseph Ferdinand Morissette, Ida :

« Madame Bertrand disait qu’à dix-huit ans, une fille est trop jeune pour s’amouracher d’un garçon. Elle ajoutait que ce ne serait pas elle qui permettrait à sa fille de se laisser fréquenter par un jeune homme, avant vingt-deux à vingt-cinq. »

Illustration : Un commerce à Joliette en 1893.

Ida.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 211 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BAZIN, René – Madame Dor

Donneuse de voix : Gaëlle | Durée : 1h | Genre : Nouvelles


René Bazin - Madame Dor

Madame Dor est la propriétaire de l’Hôtel de la Marine, à Camaret, où le narrateur s’est arrêté quelques jours. Il y découvre la joie vive des jeunes filles se promenant le soir le long du quai qui contraste avec la beauté mélancolique des paysages du Finistère. Et il comprend la jalousie féroce que Madame Dor, « fille, veuve et mère de naufragés », éprouve envers la mer qui a lui pris ceux qu’elle aimait. Son petit-fils, Guillaume, est à présent l’objet de toutes ses attentions. « Il sera tout ce qu’il voudra, mais pas marin ! »
Plus encore que le courage, c’est l’amour de Mme Dor pour son petit-fils, qu’elle veut protéger et garder pour elle seule, qui transcende cette nouvelle de René Bazin, publiée en 1894 dans le recueil Humble Amour.
Elle est accompagnée d’une composition de Yann-Fañch Perroches, accordéoniste diatonique breton, avec son aimable autorisation.

Illustration : Mareyeuse en manteau de deuil attendant les bateaux de pêche (Le Guilvinec, Finistère, début XXe).

Licence Creative Commons

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 128 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BOURGET, Paul – Un remords

Donneur de voix : DanielLuttringer | Durée : 20min | Genre : Nouvelles


Un remords

Cette (plutôt) cruelle nouvelle est parue dans la Revue de famille en 1889.

Le début : « J’étais entré au cercle en sortant du théâtre, et je m’attardai devant la table de baccarat. Je regardais, juché sur une de ces chaises hautes à l’usage des joueurs qui n’ont pas trouvé de place près du tapis vert, ou aux simples curieux comme moi. C’était ce que l’on appelle, en termes de club, une belle partie. Le banquier, un joli jeune homme en tenue de soirée, la boutonnière fleurie d’un gardénia, perdait environ trois mille louis, mais sa physionomie de viveur de vingt-cinq ans se tendait à ne trahir aucune émotion. Seulement le coin de la bouche d’où tombaient les sacramentels : « J ‘en donne… En cartes… Baccarat… Voilà le point… » n’aurait pas mâchonné avec tant de nervosité un bout de cigare éteint, si la frénésie froide du jeu ne lui avait serré le cœur. »

Un remords.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 346 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

ROULLAUD, Henri – Crime d’enfants

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 53min | Genre : Nouvelles


Crime d'enfants

Crime d’enfants, de Henri Roullaud, répond à la question ci-dessous en l’illustrant d’un exemple :

« Nos sentiments de bonté, que nous vantons si haut en toute occasion, ont-ils beaucoup progressé depuis cette antiquité reculée, soit envers les hommes que notre état social condamne à tant de tortures, soit envers l’innombrable troupeau que nous poussons à nos abattoirs ou que nous faisons périr sous le fouet pour la satisfaction de nos besoins ? La réponse à cette question est au moins douteuse. »

Crime d’enfants.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 169 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

MENDÈS, Catulle – Il ne faut pas jouer avec la cendre

Donneur de voix : DanielLuttringer | Durée : 20min | Genre : Nouvelles


Il ne faut pas jouer avec la cendre

Cette mélancolique nouvelle d’amour est parue dans le recueil Les Folies amoureuses en 1883.

« Ils s’étaient retrouvés. Il était toujours beau. Elle était encore jeune. Elle l’avait fait suivre après le théâtre. Elle lui avait écrit : « Si vous reconnaissez mon écriture, venez dimanche là-bas, où l’on s’aimait ». S’il avait reconnu l’écriture ! Il l’eût reconnu entre mille. Lui aussi, il se rappelait la petite chambre au premier étage de l’auberge, la chambre au papier déteint, aux carreaux rouges ; il devina que c’était là qu’elle l’attendrait. Rien n’avait changé dans ce nid de leurs amours. Seulement la servante était devenue très vieille. Avec quel bon appétit, l’appétit de leur jeunesse, ils mangèrent le pain bis et burent le vin bleu. « Comme tu es belle ! » lui disait-il, et il ajouta : « Tiens, on a mis un verrou ». Elle rougit et sourit. Tout ce qu’ils avaient fait autrefois, ils le refirent. Ils recommençaient leur vie. Ils auraient voulu être pauvres pour souffrir comme ils avaient souffert. Ils firent semblant de l’être. »

Il ne faut pas jouer avec la cendre.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 371 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

LABAT, Gaston-P. – L’Auberge de la mort

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 13min | Genre : Nouvelles


L'Auberge de la mort

Gaston-P. Labat (1843-1908) commence ainsi L’Auberge de la mort :

« Minuit !… heure du sommeil pour les consciences tranquilles, heure d’insomnie pour ceux qui souffrent, heure du crime pour les méchants et les mauvais, venait de sonner au beffroi de la Ville Sainte. C’était en l’an de grâce mil… et quelques cents ans… Donc, le dernier coup du beffroi annonçait la mort d’un siècle et la naissance d’un nouveau. Telle est la vie : tombeau et berceau, deux béquilles qui servent l’homme à passer du temps… à l’éternité. Un hibou réveilla de son cri nocturne trois êtres qui dormaient depuis cent ans. »

Illustration : Félix Vallotton, Verdun (1917).

L’Auberge de la mort.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 133 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous nos livres audio gratuits pour Nouvelles :