Livres audio gratuits de la catégorie 'Philosophie' :


L’ENCYCLOPÉDIE – Jour de l’an – Étrennes

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 10min | Genre : Histoire


Le Compliment, ou La Matinée du Jour de l'An

Quelques indications intéressantes pour parfaire notre culture… en ce début de 2018,  extraites de deux articles de l’Encyclopédie, Année et Étrennes.

« Étrennes, s. f. (Hist. anc. & mod.) présens que l’on fait le premier jour de l’année. Nonius Marcellus en rapporte sous les Romains l’origine à Tatius roi des Sabins, qui régna dans Rome conjointement avec Romulus, & qui ayant regardé comme un bon augure le présent qu’on lui fit le premier jour de l’an de quelques branches coupées dans un bois consacré à Strenua déesse de la force, autorisa cette coûtume dans la suite, & donna à ces présens le nom de strenæ… Les Romains se faisoient réciproquement des présens de figues, de dattes, de palmier, de miel, pour témoigner à leurs amis qu’ils leur souhaitoient une vie douce & agréable. »

Illustration : Philibert-Louis Debucourt, Le Compliment, ou La Matinée du Jour de l’An (1788).

Jour de l’an – Étrennes.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 9 135 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

WEIL, Simone – La Pesanteur et la grâce (Sélection 2)

Donneur de voix : Un veilleur | Durée : 56min | Genre : Philosophie


Simone Weil - Timbre (France, 1979)

« Lumière pour l’esprit et nourriture pour l’âme, l’œuvre de Simone Weil n’a pas à être « actualisée » parce qu’elle émane de ce sommet de l’être qui surplombe tous les temps et tous les lieux. » (Gustave Thibon)

Simone Weil (1909-1943)

> Écouter un extrait : L’Attention et la volonté.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 8 580 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

WEILL, Alexandre – Préface de « Contes d’amour »

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 8min | Genre : Philosophie


Alexandre Weill

« Or, dans une époque où le dernier des sots enrichis jette la pierre aux lettres et aux hommes de lettres, il est bon de rappeler à ce troupeau de moutons de Panurge qu’on appelle le public que, de tous les rois, potentats, héros, diplomates et industriels brevetés, médaillés et décorés, l’homme de lettres seul, digne de ce nom, reste tel qu’il est ; que seul il crée à l’image de Dieu, et que partant, seul, il est immortel ! [...] Rien dans la vie n’est éternel. Le fait se défait, l’air de musique vieillit, le tableau pourrit, la statue se dégrade ; seule, la pensée reste debout ; seule, elle conserve sa jeunesse éternelle. »

Il nous a semblé bon de faire connaître aux « moutons de Panurge » que nous sommes ces quelques lignes enflammées écrites vers 1900 à la gloire des hommes (et des femmes) de lettres par Alexandre Weill (1811-1899), journaliste assez prolifique aux orientations politiques diverses.

Peut-être lirons-nous un jour un de ses Contes d’amour

Illustration : Alexandre Weill (Atelier Nadar, XIXe).

Préface de « Contes d’amour ».

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 7 797 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

SCHURÉ, Édouard – La Vie de Bouddha

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 1h 25min | Genre : Philosophie


Odilon Redon - Le Bouddha

Note historique : Siddhārtha Gautama , dit Shakyamuni (« sage des Śākyas ») ou le Bouddha (« l’Éveillé »), est un chef spirituel qui vécut au VIe ou au Ve siècle av. J.-C., fondateur historique d’une communauté de moines errants qui donnera naissance au bouddhisme.

Philippe Frédéric « Édouard » Schuré (1841-1929) est un écrivain, philosophe et musicologue français, auteur de romans, de pièces de théâtre, d’écrits historiques, poétiques, et philosophiques dont La Vie de Bouddha en 5 chapitres :

La Jeunesse de Bouddha. – La Vie solitaire et l’illumination. – La Tentation. – L’Enseignement et la communauté bouddhiste. – La Mort de Bouddha. – Conclusion, où nous trouvons ces lignes :

« Mais la sagesse de Bouddha n’égala pas la grandeur de son âme et son courage ne fut pas à la hauteur de sa vision. Une initiation incomplète lui fit voir le monde sous le jour le plus noir. Il n’en voulut comprendre que la douleur et le mal. Ni Dieu, ni l’univers, ni l’âme, ni l’amour, ni la beauté ne trouvèrent grâce devant ses yeux. Il rêva d’engloutir à jamais ces ouvriers d’illusion et ces ouvrières de souffrance dans le gouffre de son Nirvâna. Malgré l’excessive sévérité de sa discipline morale, et quoique la pitié qu’il prêchait établît entre les hommes un lien de fraternité universelle, son œuvre fut donc partiellement négative et dissolvante. »

Grande richesse d’information dans cet article philosophique.

Illustration : Odilon Redon, Le Bouddha (1906-1907).

La Vie de Bouddha.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 9 023 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

DURKHEIM, Émile – Le Contrat social de Rousseau

Donneuse de voix : Domi | Durée : 3h 1min | Genre : Essais


Émile Durkheim

« Le problème fondamental du Contrat social, tel qu’il est formulé au chapitre VI du livre 1, peut s’énoncer ainsi : trouver une forme d’association, ou comme dit aussi Rousseau, d’état civil, dont les lois se superposent, sans les violer, aux lois fondamentales de l’état de nature. Par conséquent, pour comprendre la doctrine de Rousseau, il nous faut : 1° déterminer en quoi consiste cet état de nature qui est comme la pierre de touche d’après laquelle doit se mesurer le degré de perfection de l’état civil ; 2° chercher comment les hommes, en fondant les sociétés, ont été amenés à sortir de cette condition première ; car, si la forme parfaite d’association est à découvrir, c’est que la réalité n’en offre pas le modèle ; 3° alors seulement nous serons en mesure d’examiner les raisons pour lesquelles, suivant Rousseau, cette déviation n’était pas nécessaire et comment est possible la conciliation de ces deux états, à certains égards contradictoires. » Durkheim.

> Écouter un extrait : 01. État de nature.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 8 859 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BAKOUNINE, Michel – Qui suis-je ?

Donneur de voix : Jonathan | Durée : 7min | Genre : Philosophie


Michel Bakounine

« Je ne suis ni un savant, ni un philosophe, ni même un écrivain de métier. J’ai écrit très peu dans ma vie et je ne l’ai jamais fait, pour ainsi dire, qu’à mon corps défendant, et seulement lorsqu’une conviction passionnée me forçait à vaincre ma répugnance instinctive contre toute exhibition de mon propre moi en public.
Qui suis-je donc, et qu’est-ce qui me pousse maintenant à publier ce travail ? »

Mikhaïl Aleksandrovitch Bakounine, francisé en Michel Bakounine (1814-1876), est un révolutionnaire, théoricien de l’anarchisme et philosophe qui a particulièrement écrit sur le rôle de l’État.

Qui suis-je ?.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 7 814 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

GRACIÁN, Baltazar – L’Homme de cour

Donneuse de voix : Domi | Durée : 5h 30min | Genre : Essais


Baltasar Gracián

La philosophie de Gracián (1601-1658) constitue une tentative de réhabilitation de l’apparence et de la forme. « Ce n’est pas assez que la substance, écrit Gracián dans L’Homme de cour, il y faut aussi la circonstance » : puisque la justice et la vérité, aux yeux des hommes, comptent moins que les apparences dont elles se revêtent, le sage se doit non seulement d’être vertueux, mais également de soigner les apparences de cette vertu. Il lui faut « faire, et faire paraître », « le bon extérieur est la meilleure garantie de la perfection intérieure. »»
L’éloge de l’apparence se rapproche ainsi dangereusement d’une justification du mensonge, mais le casuiste émérite qu’était Gracián ne franchit jamais le pas : il ne faut pas mentir, écrit-il ; tout en ajoutant : il ne faut pas dire toute la vérité.
« Il ne s’agit pas tant, écrit un commentateur contemporain, de tromper que de « laisser croire ». Pratique d’un cynisme suave : les hommes aiment si peu la vérité qu’il est inutile de courir le risque de leur mentir. Leur propre médiocrité morale se chargera de les en détourner  »
Dans la seconde partie de son œuvre, constituée par le Criticon, Gracián s’emploie à anéantir cette figure construite au fil des ouvrages antérieurs, et à condamner « sans appel [le] monument élevé par lui à la gloire du Héros ». (d’après Wikipédia)

Traduction : Amelot de la Houssaie (1634-1706).

> Écouter un extrait : Partie 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 8 051 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

L’ENCYCLOPÉDIE – Jeu – Jeux de mots – Pointe

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 25min | Genre : Histoire


Claus Meyer - Joueurs de dés

Les extraits de l’article Jeu se divisent en deux rubriques :

Jeu « Espece de convention fort en usage, dans laquelle l’habileté, le hasard pur, ou le hasard mêlé d’habileté, selon la diversité des jeux, décide de la perte ou du gain, stipulés par cette convention, entre deux ou plusieurs personnes. »

Jeux de mots « Une pointe d’esprit fondée sur l’emploi de deux mots qui s’accordent pour le son, mais qui different à l’égard du sens. »

L’article Pointe complète le précédent.

« Cy git ma femme ! Voilà l’exposition du sujet :
Ah, qu’elle est bien pour son repos & pour le mien !

Voilà la pointe. »

Illustration : Claus Meyer, Joueurs de dés (1886).

Jeu.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 6 001 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous nos livres audio gratuits pour Philosophie :