⚠️ Le site est en lecture seule le temps d'une maintenance. Vous ne pouvez plus poster ni commentaires ni messages sur le forum.
Pour plus d'informations, veuillez lire le message explicatif. Patience nous revenons très bientôt !

Livres audio gratuits de la catégorie 'Philosophie' :


ALEMBERT, (d’) – Discours préliminaire de l’Encyclopédie (Première Partie)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 50min | Genre : Discours


Benoît-Louis Prevost - Frontispice de L'Encyclopédie (1772)

Jean le Rond d’Alembert écrivit le Discours préliminaire de l’Encyclopédie, ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des Métiers (1751-1772).

« L’Ouvrage dont nous donnons aujourd’hui le premier volume, a deux objets : comme Encyclopédie, il doit exposer autant qu’il est possible, l’ordre & l’enchaînement des connoissances humaines : comme Dictionnaire raisonné des Sciences, des Arts & des Métiers, il doit contenir sur chaque Science & sur chaque Art, soit libéral, soit méchanique, les principes généraux qui en sont la base, & les détails les plus essentiels, qui en font le corps & la substance. Ces deux points de vûe, d’Encyclopédie & de Dictionnaire raisonné, formeront donc le plan & la division de notre Discours préliminaire. »

La lecture de ce texte philosophique, assez ardu parfois, vous sera présentée en deux parties.

« Le premier pas que nous ayons à faire dans cette recherche, est d’examiner, qu’on nous permette ce terme, la généalogie & la filiation de nos connoissances, les causes qui ont dû les faire naître, & les caracteres qui les distinguent ; en un mot, de remonter jusqu’à l’origine & à la génération de nos idées. Indépendamment des secours que nous tirerons de cet examen pour l’énumération encyclopédique des Sciences & des Arts, il ne sauroit être déplacé à la tête d’un ouvrage tel que celui-ci.
On peut diviser toutes nos connoissances en directes & en réfléchies. Les directes sont celles que nous recevons immédiatement sans aucune opération de notre volonté ; qui trouvant ouvertes, si on peut parler ainsi, toutes les portes de notre ame, y entrent sans résistance & sans effort. Les connoissances réfléchies sont celles que l’esprit acquiert en opérant sur les directes, en les unissant & en les combinant.
Toutes nos connoissances directes se réduisent à celles que nous recevons par les sens ; d’où il s’ensuitToutes nos connoissances directes se réduisent à celles que nous recevons par les sens ; d’où il s’ensuit que c’est à nos sensations que nous devons toutes nos idées. »

Illustration : Benoît-Louis Prevost, Frontispice de L’Encyclopédie (1772).

Discours préliminaire de l’Encyclopédie (Première Partie).

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 4 526 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

SÉNÈQUE – Lettres à Lucilius

Donneuse de voix : Domi | Durée : 23h 45min | Genre : Philosophie


Sénèque par Claude Vignon

Les Lettres à Lucilius sont un ensemble de 124 lettres écrites par Sénèque lors des dernières années de sa vie (63–64) à l’intention de Lucilius le Jeune, alors gouverneur romain de Sicile. Les Lettres touchent à une foule de sujets – de la vie quotidienne aux préoccupations métaphysiques – et tendent à expliciter et mettre en valeur les enseignements du stoïcisme adopté par Sénèque. [...] En plus de leur attrait principalement philosophique, elles fournissent maintes indications sur le mode de vie des Romains de l’époque (Ier siècle). (Wikipédia)

Traducteur : Joseph Baillard (1799?-18??).

NB : La traduction lue se trouve sur Wikisource ; elle est complétée par le texte numérisé par S. Schoeffert – Édition H. Diaz qui donne : « Permission de redistribuer librement ce fichier pour un usage non-commercial et sous condition de préserver cette mention et la précédente ».

> Écouter un extrait : Livre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 14 512 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

VOLTAIRE – Dictionnaire philosophique : Âme

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 20min | Genre : Philosophie


Hieronymus Bosch - L'Ascension des âmes (fin XVe)

Ni les philosophes ni les théologiens n’ont résolu depuis Voltaire l’énigme de la nature de l’âme. La conclusion à laquelle aboutit l’essai de mise au point de l ‘auteur est ainsi formulée :

« Personne ne sait ce que c’est que l’Être appelé esprit, auquel même vous donnez ce nom matériel d’esprit qui signifie vent. Tous les premiers Pères de l’Église ont cru l’ame corporelle. Il est impossible à nous autres êtres bornés de savoir si notre intelligence est substance ou faculté : nous ne pouvons connaître à fond ni l’être étendu, ni l’être pensant, ou le mécanisme de la pensée. »

Illustration : Hieronymus Bosch, L’Ascension des âmes (fin XVe).

Âme.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 3 966 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

VOLTAIRE – Zadig, ou La Destinée (Version 2)

Donneuse de voix : Brigitte84 | Durée : 3h | Genre : Contes


Voltaire

Voltaire s’est d’abord défendu d’être l’auteur de ce conte publié pour la première fois en 1747, et inspiré d’un conte persan intitulé Voyages et aventures des trois princes de Serendip, .
Ont été ajoutés deux chapitres que Voltaire n’avait pas souhaité publier de son vivant et qui figurent dans l’édition papier publié dans la collection Grands Écrivains choisis par l’Académie Goncourt.

> Écouter un extrait : Chapitre 00.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 15 345 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

LE PURGATOIRE selon Voltaire et L’Encyclopédie

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 20min | Genre : Religion


Le Purgatoire

L’article Purgatoire de L’Encyclopédie est à la portée de tous les profanes.

« PURGATOIRE, s. m. (Théol.) Selon les Théologiens catholiques, c’est l’état des ames qui étant sorties de cette vie sans avoir expié certaines souillures qui ne méritent pas la damnation éternelle, ou qui n’ont pas expié en cette vie les peines dues à leurs péchés, les expient par les peines que Dieu leur impose avant qu’elles jouissent de sa vue.

Les Juifs reconnoissent une sorte de purgatoire, qui dure pendant toute la premiere année qui suit la mort de la personne décédée. Selon eux, l’ame, pendant ces douze mois, a la liberté de venir visiter son corps, revoir les lieux & les personnes auxquelles elle a eu pendant la vie quelqu’attache particuliere.

Les Musulmans admettent aussi trois sortes de purgatoires. »

…..
Il faut être plus initié pour suivre l’exposé très riche et savant de Voltaire dans Le Purgatoire du Dictionnaire philosophique.

« De l’antiquité du Purgatoire
On prétend que le purgatoire était, de temps immémorial, reconnu par le fameux peuple juif ; et on se fonde sur le second livre des Machabées, qui dit expressément « qu’ayant trouvé sous les habits des Juifs (au combat d’Odollam) des choses consacrées aux idoles de Jamnia, il fut manifeste que c’était pour cela qu’ils avaient péri ; et ayant fait une quête de douze mille dragmes d’argent[203], lui qui pensait bien et religieusement de la résurrection, les envoya à Jérusalem pour les péchés des morts ». »

Le Purgatoire (Encyclopédie).

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 4 571 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

ROUSSEAU, Jean-Jacques – Examen de deux principes avancés par Monsieur Rameau

Donneuse de voix : Christiane-Jehanne | Durée : 53min | Genre : Essais


Angélique Briceau - Portrait de Jean-Jacques Rousseau

Ce texte Examen de deux principes avancés par Monsieur Rameau dans sa brochure intitulée : Erreurs sur la musique dans l’Encyclopédie, fut écrit en 1755, dans le style précis et parfois ironique de Jean-Jacques Rousseau.

« C’est toujours avec plaisir que je vois paraître de nouveaux écrits de M. Rameau : de quelque manière qu’ils soient accueillis du Public, ils sont précieux aux Amateurs de l’Art, et je me fais honneur d’être de ceux qui tachent d’en profiter. Quand cet illustre Artiste relève mes fautes, il m’instruit, il m’honore, je lui dois des remerciements ; et comme, en renonçant aux querelles qui peuvent troubler ma tranquillité, je ne m’interdis point celles de pur amusement, je discuterai par occasion quelques points qu’il décide, bien sur d’avoir toujours fait une chose utile ; s’il en peut résulter de sa part de nouveaux éclaircissements.
[...]
Je remarque, dans les erreurs sur la Musique ; deux de ces principes importants. Le premier qui a guide M. Rameau dans tous tes écrits, et, qui pis est, dans toute sa Musique, est que l’harmonie est l’unique fondement de l’Art, que la mélodie en dérive, et que tous les grands effets de la Musique naissent de la seule harmonie. L’autre principe, nouvellement avancé par Monsieur Rameau, et qu’il me reproche de n’avoir pas ajouté à ma définition de l’accompagnement, est que cet accompagnement représente le corps sonore.
J’examinerai séparément ces deux principes. Commençons par le premier & le plus important, dont la vérité ou la fausseté démontrée, doit servir en quelque manière de base a tout l’Art Musical. »

Ce texte est à lire avec l’Essai sur l’origine des langues dont le titre se complète de : « où il est parlé de la mélodie et de l’imitation musicale », et aussi avec le pamphlet publié en 1753 : Lettre sur la musique française, pour avoir une idée de la pensée de Jean-Jacques Rousseau sur la musique, la mélodie, l’harmonie et l’importance des langues, de leurs particularités, modulations etc…

On trouvera sur Wikipédia des informations complémentaires intéressantes.

Illustration : Angélique Briceau, Portrait de Jean-Jacques Rousseau (1791).

Licence Creative Commons

> Écouter un extrait : Première Partie.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 5 517 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

ROUSSEAU, Jean-Jacques – Lettre sur la musique française

Donneuse de voix : Christiane-Jehanne | Durée : 1h 54min | Genre : Essais


Quentin de la Tour - Portrait de Jean-Jacques Rousseau

Voici Lettre sur la musique française, avec un Avertissement et la Lettre.

« La querelle (« Querelle des Bouffons ») excitée l’année dernière à l’Opéra n’ayant abouti qu’à des injures, dites d’un côté avec beaucoup d’esprit et de l’autre avec beaucoup d’animosité, je n’y voulus prendre aucune part.
[...]
Maintenant que les bouffons sont congédiés, ou prêts à l’être, et qu’il n’est plus question de cabales, je crois pouvoir hasarder mon sentiment, et je le dirai avec ma franchise ordinaire, sans craindre en cela d’offenser personne.
[...]
Toute musique ne peut être composée que de ces trois choses ; mélodie ou chant, harmonie ou accompagnement, mouvement ou mesure.
[...]
Si l’on demandait laquelle de toutes les langues doit avoir une meilleure grammaire, je répondrais que c’est celle du peuple qui raisonne le mieux ; et si l’on demandait lequel de tous les peuples doit avoir une meilleure musique, je dirais que c’est celui dont la langue y est le plus propre. C’est ce que j’ai déjà établi ci-devant, et ce que j’aurai occasion de confirmer dans la suite de cette Lettre. Or s’il y a en Europe une langue propre à la musique, c’est certainement l’Italienne ; car cette langue est douce, sonore, harmonieuse, et accentuée plus qu’aucune autre, et ces quatre qualités sont précisément les plus convenables au chant. »

De Wikipédia, nous lisons :
« Dans sa Lettre sur la musique française, publiée en 1753, c’est bien l’auteur d’Hypolite et Aricie qu’il attaque pour ses théories sur l’harmonie : « C’est donc un principe certain et fondé dans la nature, que toute musique où l’harmonie est scrupuleusement remplie, tout accompagnement où tous les accords sont complets, doit faire beaucoup de bruit, mais avoir très-peu d’expression : ce qui est précisément le caractère de la musique française ».

Nous retrouvons, dans ce pamphlet, le lien fait par Jean-Jacques Rousseau entre musique et langues, traité dans Essai sur l’origine des langues, dont le titre se complète de : « où il est parlé de la mélodie et de l’imitation musicale ».

L’auteur, en 1755, écrit un texte dans lequel il poursuit son opinion sur Jean-Philippe Rameau, Examen de deux principes avancés par Monsieur Rameau.

Ces trois textes nous donnent une idée de la pensée de notre auteur sur la musique, la mélodie, l’harmonie et les langues, leurs particularités, leurs modulations, etc…

Illustration : Quentin de la Tour, Portrait de Jean-Jacques Rousseau (1753).

Licence Creative Commons

> Écouter un extrait : Première Partie.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 5 702 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

VOLTAIRE – Dictionnaire philosophique : Enfer et Enfers

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 27min | Genre : Philosophie


Fra Angelico - Le Jugement dernier (détail, 1432-1435)

Le Paradis du Dictionnaire philosophique vous attend sur le site depuis décembre 2014.

L’ouvrage d’aujourd’hui consacre deux articles à Enfer et Enfers abondamment nourris par Voltaire.

Deux lignes d’Enfer :

« Il était donc vrai que parmi les derniers du peuple, les uns riaient de l’enfer, les autres en tremblaient. Les uns regardaient Cerbère, les Furies, et Pluton, comme des fables ridicules ; les autres ne cessaient de porter des offrandes aux dieux infernaux. C’était tout comme chez nous. »

Enfers s’achève par :

« La fable avait imaginé que les dieux ressuscitèrent Pélops ; qu’Orphée tira Eurydice des enfers, du moins pour un moment ; qu’Hercule en délivra Alceste ; qu’Esculape ressuscita Hippolyte, etc., etc. Distinguons toujours la fable de la vérité, et soumettons notre esprit dans tout ce qui l’étonne, comme dans ce qui lui paraît conforme à ses faibles lumières. »

Bonne lecture en attendant Le Purgatoire

Illustration : Fra Angelico, Le Jugement dernier (détail, 1432-1435).

Enfer.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 4 354 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous nos livres audio gratuits pour Philosophie :