⚠️ Le site est en lecture seule le temps d'une maintenance. Vous ne pouvez plus poster ni commentaires ni messages sur le forum.
Pour plus d'informations, veuillez lire le message explicatif. Patience nous revenons très bientôt !

Livres audio gratuits de la catégorie 'Philosophie' :


GUYAU, Jean-Marie – La Contingence dans les lois de la nature et la liberté dans l’homme selon Épicure

Donneuse de voix : Domi | Durée : 1h 16min | Genre : Philosophie


Jean-Marie Guyau

Né en 1854, Jean-Marie Guyau mourra de la phtisie en 1888, laissant une œuvre immense.
Guyau fut, en effet, historien de la philosophie morale, historien des religions, philosophe de l’art, théoricien de la pédagogie, auteur de manuels de lecture, enseignant et poète.
Le texte présenté est un article de Guyau concernant la pensée d’Épicure à la philosophie duquel il a consacré son livre La Morale d’Épicure et ses rapports avec les doctrines contemporaines.

«  Selon Épicure, il est deux idées également capables de troubler l’esprit humain et dont il importe également de se délivrer pour jouir de la sérénité intellectuelle. La première, c’est la croyance à quelque divinité agissant sur le monde et sur l’homme ; la seconde, la croyance à une nécessité universelle régissant la nature. On connaît la lutte des Épicuriens contre les dieux et leur prétendue providence. Ce qui n’est peut-être pas aussi bien connu, [… ] c’est la lutte d’Épicure contre l’idée de nécessité. Cette partie de son système est originale et d’autant plus intéressante qu’elle rappelle par plusieurs points des doctrines contemporaines. Nous essaierons d’exposer ici la conception d’Épicure, sans prétendre l’apprécier autrement qu’au point de vue de son importance historique et de son originalité.[…] Nous avons voulu simplement chercher ici le vrai sens et montrer l’importance historique d’une des principales théories d’Épicure. »

> Écouter un extrait : Première Partie.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 5 602 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

VOLTAIRE – Dictionnaire philosophique : Génie des langues – Harmonie des langues – Littérature

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 22min | Genre : Philosophie


Œuvres de Voltaire

Les lecteurs intéressés par la langue de Molière et de Voltaire auront plaisir à retrouver le dernier dans ces trois articles du Dictionnaire philosophique.

Extraits de Langues :

Génie des langues : « On appelle génie d’une langue son aptitude à dire de la manière la plus courte et la plus harmonieuse ce que les autres langages expriment moins heureusement. »

Harmonie des langues : « J’ai connu plus d’un Anglais et plus d’un Allemand qui ne trouvaient d’harmonie que dans leurs langues. La langue russe, qui est la slavonne, mêlée de plusieurs mots grecs et de quelques-uns tartares, paraît mélodieuse aux oreilles russes.
Cependant un Allemand, un Anglais qui aura de l’oreille et du goût, sera plus content d’ouranos que de heaven et de himmel ; d’anthropos que de man ; de Theos que de God ou Gott ; d’aristos que de goud. »

L’article Littérature est riche en suggestions : « On appelle la belle littérature celle qui s’attache aux objets qui ont de la beauté, à la poésie, à l’éloquence, à l’histoire bien écrite. La simple critique, la polymathie, les diverses interprétations des auteurs, les sentiments des anciens philosophes, la chronologie, ne sont point de la belle littérature, parce que ces recherches sont sans beauté. »
parfois discutables :
« Parmi les arts libéraux, qu’on appelle les beaux-arts par cette raison-là même qu’ils cessent presque d’être des arts dès qu’ils n’ont point de beauté, dès qu’ils manquent le grand but de plaire, il y en a beaucoup qui ne sont point l’objet de la littérature : tels sont la peinture, l’architecture, la musique, etc. ; ces arts, par eux-mêmes, n’ont point de rapports aux lettres. »

> Écouter un extrait : Génie des langues.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 4 877 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

SÉNÈQUE – De la constance du sage

Donneuse de voix : Domi | Durée : 1h 5min | Genre : Philosophie


Sénèque à Cordoue

Sénèque (4 av. J.-C.- 65 ap. J.-C.), est un philosophe de l’école stoïcienne. Il est parfois nommé Sénèque le Philosophe, Sénèque le Tragique ou Sénèque le Jeune pour le distinguer de son père.

Le texte présenté est destiné à Sérénus et fut composé entre 55 et 58. Sénèque veut démontrer à son interlocuteur que le Sage ne subit ni injustice, ni offense. Sénèque écrit : «  L’injure a pour but de faire du mal à quelqu’un : or la sagesse ne laisse point place au mal. Il n’est de mal pour elle que la honte, laquelle n’a point accès où habitent déjà l’honneur et la vertu : l’injure ne va donc point jusqu’au sage. Car si elle est la souffrance d’un mal, dès que le sage n’en souffre aucun, aucune injure ne peut le toucher. Toujours elle ôte quelque chose à celui qu’elle attaque, et on ne la reçoit jamais sans quelque détriment de sa dignité, de sa personne ou de ses biens extérieurs ; or le sage ne peut rien perdre : il a tout placé en lui… »

Traduction : Joseph Baillard (1799-18?).

De la constance du sage.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 7 735 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

VOLTAIRE – Dictionnaire philosophique : Livres

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 22min | Genre : Philosophie


Charles Emmanuel Biset - Nature morte avec des livres, une lettre et une tulipe (2e moitié XVIIe)

L’article Livres du Dictionnaire philosophique de Voltaire comprend trois sections.

La première est riche de considérations historiques, telles :

« Avant l’admirable invention de l’imprimerie, les livres étaient plus rares et plus chers que les pierres précieuses. Presque point de livres chez nos nations barbares jusqu’à Charlemagne, et depuis lui jusqu’au roi de France Charles V, dit le Sage ; et depuis ce Charles jusqu’à François Ier c’est une disette extrême.
Les Arabes seuls en eurent depuis le VIIIe siècle de notre ère jusqu’au XIIIe.
La Chine en était pleine quand nous ne savions ni lire ni écrire. »

Mais les deux autres prennent une direction plus « voltairienne ».

Croirait-on qu’un jour le docteur Tamponet dit à plusieurs docteurs : « Je me ferais fort de trouver une foule d’hérésies dans le Pater noster, si on ne savait pas de quelle bouche divine sortit cette prière, et si c’était un jésuite qui l’imprimât pour la première fois.
Voici comme je m’y prendrais :
Notre père qui êtes aux cieux. Proposition sentant l’hérésie, puisque Dieu est partout. On peut même trouver dans cet énoncé un levain de socinianisme, puisqu’il n’y est rien dit de la Trinité. » (Section II : Le docteur Tamponet est un pseudonyme de Voltaire !)

« Étant évident par l’expérience que si la Bible traduite en langue vulgaire était permise indifféremment à tout le monde, la témérité des hommes serait cause qu’il en arriverait plus de mal que de bien, nous voulons que l’on s’en rapporte au jugement de l’évêque ou de l’inquisiteur, qui, sur l’avis du curé ou du confesseur, pourront accorder la permission de lire la Bible, traduite par des auteurs catholiques en langue vulgaire, à ceux à qui ils jugeront que cette lecture n’apportera aucun dommage. » (Section III)

Illustration : Charles Emmanuel Biset, Nature morte avec des livres, une lettre et une tulipe (2e moitié XVIIe)

Livres.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 5 609 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BRÉAL, Michel – Le Langage et les nationalités

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 1h 15min | Genre : Philosophie


Europa polyglotta (S. XVIII)

Une suggestion intéressante serait de grouper la lecture ou l’audition de Pathologie verbale de Littré (1808-1881), de Qu’est-ce qu’une nation ? de Renan (1823-1892) et de l’article du linguiste Michel Bréal (1832-1915), le fondateur de la sémantique moderne : Le Langage et les nationalités (Revue des Deux Mondes, 1891).

« Quand Rivarol, en 1783, adressait à l’académie de Berlin son discours sur l’universalité de la langue française nul ne prévoyait, ni à Berlin, ni à Paris, l’importance politique qui serait un jour attribuée à la différence des idiomes. [...] Quoi qu’en aient dit d’illustres savants, on peut douter que la linguistique doive être comptée parmi les sciences naturelles. [...] Mais si, prenant les termes dans leur sens ordinaire, nous opposons, comme on a l’habitude de le faire, aux sciences naturelles les sciences historiques, c’est-à-dire celles qui nous instruisent des actes et des œuvres de l’homme, il n’est pas douteux qu’il faille mettre la science du langage parmi les sciences historiques.
Est-il vrai, comme cela est dit et répété, que le langage soit régi par des lois nécessaires et aveugles ? »

À suivre pour avoir la réponse du savant…

Illustration : Europa polyglotta, carte linguistique d’Europe (S. XVIII)

Le Langage et les nationalités.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 5 459 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

HUME, David – Trois Essais

Donneuse de voix : Domi | Durée : 45min | Genre : Essais


David Hume

David Hume (1711-1776)

Essai sur l’amour et le mariage
« Je ne sais d’où vient que les femmes sont si portées à prendre mal tout ce qui se dit pour dénigrer le mariage et à toujours considérer une satire contre la vie conjugale comme une satire contre les femmes. Veulent-elles signifier par là qu’elles sont la partie principalement concernée et que, si prévalait dans le monde une répugnance à entrer dans cet état, elles en seraient surtout les victimes ? Où sont-elles conscientes que les malheurs et les échecs du mariage sont dus plus à leur sexe qu’au nôtre ? »

Essai sur l’origine du gouvernement
« Tous les hommes sont conscients de la nécessité de la justice pour maintenir la paix et l’ordre et ils sont conscients de la nécessité de la paix et de l’ordre pour maintenir la société. Pourtant, malgré cette forte et évidente nécessité, telle est la fragilité et la perversité de notre nature qu’il nous est impossible de demeurer loyalement et infailliblement dans le sentier de la justice. »

Essai sur la dignité ou la bassesse de la nature humaine
« Certains élèvent notre espèce jusqu’aux cieux et représentent l’homme comme une sorte de demi-dieu humain qui tire son origine du ciel et conserve des signes évidents de sa lignée et de son origine. D’autres insistent sur les côtés obscurs de la nature humaine et ne peuvent découvrir quelque chose, sinon la vanité, par lequel l’homme surpasse les autres animaux qu’il affecte tant de mépriser. »

Traduction : Monsieur Philippe Folliot (2007), avec son aimable autorisation.

Essai sur l’amour et le mariage.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 5 666 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

HUME, David – Essais sur le bonheur

Donneuse de voix : Domi | Durée : 1h 12min | Genre : Essais


David Hume 2

David Hume (1711-1776), philosophe, économiste et historien écossais est considéré comme un des plus importants penseurs des Lumières et un des plus grands philosophes et écrivains de langue anglaise.
Son importance dans le développement de la pensée contemporaine est considérable. On ne retint pourtant longtemps de sa pensée que le scepticisme destructeur ; mais les commentateurs de la fin du XX° siècle se sont attachés à montrer le caractère positif et constructif de son projet philosophique.
La sélection présente quatre essais qu’il a regroupés dans Essais sur le bonheur.

L’Épicurien : « Nos doutes présents sur la cause originelle de toutes choses ne seront, hélas, jamais résolus. Cela seul dont nous puissions être certains, c’est que, si un esprit souverain préside à toutes choses, il doit se réjouir de nous voir remplir les fins de notre être et jouir de ce plaisir pour lequel seul nous avons été créés. »
Le Stoïcien : « Il accepte avec gratitude cette récompense à venir qui a été préparée pour lui et, s’il est déçu, il ne pensera pas que la vertu est un vain mot mais, estimant que c’est la juste récompense qui lui revient, il reconnaîtra avec gratitude la bonté de son créateur qui, l’appelant à l’existence, lui a de cette façon offert l’occasion d’acquérir un bien aussi inestimable ».
Le Sceptique : « Alors que nous raisonnons sur la vie, elle s’en va, et la vie et la mort, même si elles reçoivent le sot et le philosophe différemment, les traitent de la même façon. »
Le Platonicien : « Le bonheur le plus parfait doit sûrement venir de la contemplation de l’objet le plus parfait. » (d’après Wikipédia)

Traduction : Monsieur Philippe Folliot (2007), avec son aimable autorisation.

> Écouter un extrait : Essai sur l’Épicurien.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 7 349 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

KROPOTKINE, Pierre – L’Anarchie, sa philosophie, son idéal

Donneuse de voix : Myrneleon | Durée : 1h 35min | Genre : Essais


Pierre Kropotkine

« Ceux qui sont persuadés que l’Anarchie n’est qu’un ramassis de visions sur l’avenir et qu’une poussée inconsciente vers la destruction de toute la civilisation actuelle sont encore bien nombreux. [...] Il y à deux ou trois années seulement, la grande presse parisienne ne soutenait-elle pas que la seule philosophie de l’anarchiste c’est la destruction, son seul argument – la violence ? On admet volontiers que l’anarchiste possède un idéal ; on le trouve même trop beau, trop élevé pour une société qui n’est pas composée que d’hommes d’élite. Mais – n’est-il pas trop prétentieux de ma part de parler d’une philosophie là où, au dire de nos critiques, il n’y à que des visions pâles d’un avenir lointain ? »

> Écouter un extrait : Parties 01 à 03.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 8 446 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous nos livres audio gratuits pour Philosophie :