Livres audio gratuits de la catégorie 'Poésie' :


FARGUE, Léon-Paul – Poèmes (Sélection)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 40min | Genre : Poésie


Léon-Paul Fargue

Léon-Paul Fargue (1876-1947), poète, chroniqueur et essayiste, disciple de Mallarmé, collègue ou ami de Paul Valéry, Marcel Schwob, Paul Claudel, Claude Debussy, André Gide, était connu pour sa mélancolie et sa grande sensibilité. Beaucoup de tristesse et de tendresse, comme il apparaît dans Poèmes (1912) qu’on croirait écrit par un homme de plus de 36 ans !

Poèmes est un recueil de 36 textes en prose sans titre dont voici, lus à la suite, les 3 premiers et les 6 derniers :

1. Pourrait-elle fleurir encore
2. De la tendresse — et de la tristesse
3.  Mauvais cœur

29. Il est tard. Dans ce long couloir
30. Une odeur nocturne, indéfinissable
31. Se peut-il que ce faux ménage
32. La corde le serrait si fort
33. On a trouvé sur le cadavre, des lettres…
34. Un homme a penché la tête en arrière…
35. Un ange se pose aux créneaux du jour…
36. La vie tournait dans son passé

« La rue est triste comme une porteuse de pain congédiée, et toutes les maisons ont leur tablier gris… Là-haut les marches vieilles et caves touchent ce ciel songeur qui est le front de toutes choses… Un quinquet penche sa tête creuse où brûle encore, comme un rappel de fièvre au soleil neuf, la huppe d’une pensée, d’une vieille pensée
qu’on n’a pas tuée… »

Illustration : Léon-Paul Fargue en 1927.

Poèmes.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 7 432 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

ESQUIROS, Alphonse – Le Baron et la princesse – La Solitude (Poème)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 17min | Genre : Poésie


Alphonse Esquiros

Pour mieux connaître Alphonse Esquiros (1812-1876), homme politique, plusieurs fois député socialiste, publiciste, écrivain et poète parisien, encensé par Victor Hugo voici la nouvelle Le Baron et la princesse pour faire sourire, et, extrait de Hirondelles, le poème La Solitude.

« J’aime même le bruit d’une onde qui retombe,
Ou bien, laissant errer mes pas irrésolus,
Lors, je pense aux absents, aux amis de la tombe
Que je ne verrai plus. »

Illustration : Alphonse Esquiros vers 1869.

Le Baron et la princesse.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 6 347 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

POPELIN, Claudius – Dix Poèmes parnassiens

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 15min | Genre : Poésie


Claudius Popelin

Quelle meilleure façon de présenter Claudius Popelin (1825-1892), peintre, émailleur et poète parnassien méconnu, auteur de plus de 370 poèmes, groupés sous le titre de Poésies complètes : Strophes et couplets. Hommes et fourmis. Histoire d’avant-hier. Un livre de sonnets (1889) que de lire ce sonnet de Heredia ?

« À Claudius Popelin

Dans le cadre de plomb des fragiles verrières,
Les maîtres d’autrefois ont peint de hauts barons
Et, de leurs doigts pieux tournant leurs chaperons,
Ployé l’humble genou des bourgeois en prières.

D’autres sur le vélin jauni des bréviaires
Enluminaient des Saints parmi de beaux fleurons,
Ou laissaient rutiler, en traits souples et prompts,
Les arabesques d’or au ventre des aiguières.

Aujourd’hui Claudius, leur fils et leur rival,
Faisant revivre en lui ces ouvriers sublimes,
A fixé son génie au solide métal ;

C’est pourquoi j’ai voulu, sous l’émail de mes rimes,
Faire autour de son front glorieux verdoyer,
Pour les âges futurs, l’héroïque laurier. »

Voici une sélection de dix poésies, certaines très belles.

Illustration : Claudius Popelin par son fils (XIXe).

> Écouter un extrait : Arbre de Noël.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 5 955 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

MICHEL, Louise – La Poésie – Nox – Paris (Poème)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 11min | Genre : Poésie


Zdenka Brauerová - Paris

Les quatorze Légendes et chansons de geste canaques (1875) de Louise Michel en prose sont rejointes par ces trois belles poésies posthumes.

La Poésie
« Oh ! comme il était beau, ce rayon des étoiles!
Oh ! comme il était doux et léger dans les voiles,
Cet orage divin !
Et les lueurs disaient une hymne parfumée
Tandis qu’harmonieux, dans la nue enflammée
Montait le chant sans fin.

Partout le ciel avait des splendeurs inconnues,
Une aurore nouvelle éblouissait les nues,
Les cieux disaient : planez !
Envolez-vous ! disaient les aigles aux colombes ;
Venez, disait l’azur ; venez, disaient les tombes,
Et tout disait : aimez ! »

(Non ! ce n’est pas de Victor Hugo !!)

Nox
« Où va le rameau vert, où va la feuille sèche,
Âmes, souffles, parfums, où vous en allez-vous ? »

Paris
« On dirait qu’à la fois les pâles réverbères,
Tous les souffles glacés de toutes les misères,
Les fantômes vivants et les froids trépassés,
Les bandits embusqués sous les portes dans l’ombre
S’en vont au même point, vers la morgue, où sans nombre,
En entrant, ils sont effacés. »

Illustration : Zdenka Brauerová, Paris (1896).

> Écouter un extrait : La Poésie.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 5 081 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

MAUROY, Prosper – La Mer, méditation (Poème)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 10min | Genre : Poésie


Philippe Auguste Jeanron - Vue d'Ambleteuse (1854)

Prosper Mauroy est surtout connu comme un des deux fondateurs de la Revue des deux mondes en 1829.

Retrouvée de lui, cette poétique Méditation, La Mer écrite sur la côte d ‘Opale à Ambleteuse.

Au loin l’Angleterre…

« Les montagnes s’affaissent, les fleuves changent de cours, l’arbre centenaire tombe desséché. Toi seul es immortel, majestueux océan ! Toi seul survivras à toutes les ruines ! Le monde, au commencement, n’est sorti de tes abîmes que pour y rentrer encore… Il disparaîtra encore une fois sous ton noir manteau. »

Illustration : Philippe Auguste Jeanron, Vue d’Ambleteuse (1854).

La Mer, méditation.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 4 721 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BLÉMONT, Émile – Ève exilée

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 12min | Genre : Poésie


James Jacques Joseph Tissot - Adam et Ève expulsés du Paradis

Cueilli dans Les Beaux Rêves d’Émile Blémont cet assez long poème très hugolien donne la parole à Dieu justifiant la chasse du paradis terrestre de nos ancêtres :

Ève exilée (1909)

« Sans l’épreuve du mal, le bien n’existe pas ;
Ce que vaut la clarté, le saurais-tu sans l’ombre ?
On doit, pour se mouvoir dans l’espace et le nombre,
Accepter l’âpre effort, puis la loi du trépas.

Vous cherchiez mon secret et je vous le confie.
Ne soyez pas pour vous plus cruels que le sort ;
Fiers de l’amour fécond, ne craignez point la mort ;
Elle est la sœur paisible et sombre de la vie. »

Illustration : James Jacques Joseph Tissot, Adam et Ève expulsés du Paradis (1896-1902).

Ève exilée.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 4 909 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

MÉRIMÉE, Prosper – Les Bohémiens

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 35min | Genre : Poésie


Mihály Munkácsy - Famille de bohémiens

Les Bohémiens est un long poème de Pouchkine traduit en prose par Prosper Mérimée en 1890.

« Ainsi par le pouvoir des vers, dans ma mémoire obscurcie, revivent les visions des jours écoulés parmi la liesse ou l’ennui. Dans ces lieux, longtemps, longtemps a retenti l’effrayante voix de la guerre. Là le Russe a marqué une frontière à Stamboul. Là notre vieil aigle, à la double tête, entend redire encore ses gloires passées. C’est là, au milieu de la steppe, sur des retranchements en ruines, que je rencontrai les chariots des Bohémiens, ces paisibles fils de la liberté. »

Illustration : Mihály Munkácsy, Famille de bohémiens (XIXe).

Les Bohémiens.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 5 550 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

KLOPSTOCK, Friedrich-Gottlieb – Odes choisies

Donneuse de voix : Christiane-Jehanne | Durée : 57min | Genre : Poésie


Max Brückner - Le Walhalla (1896)

Voici quelques odes de cet auteur sensible et engagé pour la liberté, ce qui lui valut une reconnaissance de la nation française, de par le Décret du 26 août 1792.

Ces odes choisies ici montrent différentes facettes de l’auteur, qui rédigea également La Messiade, poème sur le Messie, en vingt chants.

Madame de Staël, dans son ouvrage si enrichissant, De l’Allemagne, cite certaines odes avec recul et intelligence littéraire.

Charles Nicolas Denis Diez nous présente les textes de son propre ouvrage, avec arguments et notes des textes sélectionnés.
Quelques informations concernant ce germaniste de très grande érudition : déjà maître d’études, Charles Nicolas Denis Diez fait partie des six professeurs reçus à l’agrégation d’allemand ayant lieu pour la première fois en 1849 et devient ainsi professeur de lycée. Le doctorat ès-lettres, passé en 1859, lui permet d’enseigner en Faculté : il est nommé professeur de Littérature étrangère à Besançon (1864-1865), puis à Dijon (1872).
Il est l’auteur d’une thèse française sur Klopstock : Essai sur Klopstock, thèse présentée à la Faculté des lettres de Strasbourg, par C. Diez. Friedrich Gottlieb Klopstock (1724-1803) faisait partie de la liste des auteurs allemands inscrits au programme de l’agrégation en 1849. Poète et auteur dramatique allemand, hostile au jacobinisme de la Révolution française, il rompt avec le rationalisme du XVIIIe siècle et annonce le courant de révolution littéraire du Sturm und Drang (Tempête et passion).

Odes de ce livre audio :

01. Le Rossignol (1748) À la sœur de son ami Schmidt.
02. À Ebert (1748) La peur de perdre ses amis.
03. À Young (1752) Une apothéose du poète anglais.
04. Les Deux Muses (1752) En lice, la Muse allemande et la Muse anglaise.
05. Notre langue (1767) La langue allemande, personnifiée, apparaît.
06. L’Art du Tialf (1767) Des bardes nous entraînent sur un fleuve glacé…
07. Connaissez-vous vous-mêmes (1789) La Liberté.
08. Les Deux Tombeaux (1793) Charlotte Corday, La Rochefoucaut.
09. Les Deux Tombeaux. Traduction de madame de Clarowitz.
10. À l’ombre de La Rochefoucault (1793) Élégie sur la perte de la liberté.
11. Hermann sorti du Walhalla (1794) Ne pas attaquer la France, et mieux vaut, toujours, la paix.
12. Le Monument à Thérèse-Mathilde-Amalie (1794) Unir Vérité et Histoire.

Traduction : Charles Nicolas Denis Diez (1826-1872).

Illustration : Max Brückner, Le Walhalla (1896).

Licence Creative Commons

> Écouter un extrait : Le Rossignol.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 9 594 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous nos livres audio gratuits pour Poésie :