Livres audio gratuits de la catégorie 'Poésie' :


DEGAS, Edgar – Huit Sonnets

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 10min | Genre : Poésie


Edgar Degas - Danseuse posant pour un photographe (187?)

Saviez vous que le peintre et sculpteur impressionniste Edgar Degas (1834-1917) est l’auteur de huit sonnets ?
Edgar Degas fut l’un des premiers à faire de la danse un thème pictural ; il aimait révéler à travers ses modèles la poésie du mouvement.
On se doute que ses poèmes doivent tourner autour de cet art.

« Danse, gamin ailé, sur les gazons de bois.
Ton bras maigre, placé dans la ligne suivie
Équilibre, balance et ton vol et ton poids.
Je te veux, moi qui sais, une célèbre vie.

Nymphes, Grâces, venez des cimes d’autrefois ;
Taglioni, venez, princesse d’Arcadie,
Ennoblir et former, souriant de mon choix,
Ce petit être neuf, à la mine hardie.

Si Montmartre a donné l’esprit et les aïeux,
Roxelane le nez et la Chine les yeux,
À ton tour, Ariel, donne à cette recrue

Tes pas légers de jour, tes pas légers de nuit…
Mais pour mon goût connu qu’elle garde son fruit
Et garde aux palais d’or la race de sa rue. »

Illustration : Edgar Degas, Danseuse posant pour un photographe (187?).

> Écouter un extrait : La Danseuse.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 036 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

CHAPMAN, William – Notre langue – France (Poèmes)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 10min | Genre : Poésie


William Chapman

William Chapman (1850-1917), journaliste, poète et traducteur canadien, admirateur de la France et de sa langue nous offre dans Les Aspirations (1904) deux témoignages propres à flatter notre orgueil national.

Notre langue
« Langue de feu, qui luit comme un divin flambeau,
Elle éclaire les arts et guide la science ;
Elle jette, en servant le vrai, le bien, le beau,
A l’horizon du siècle une lueur immense. »

France
« La France ! c’est le cœur qui fait vivre l’Europe,
La tête où tout projet vaste se développe,
Le bras où l’opprimé cherche à se cramponner,
Le torse qui résiste au choc des avalanches…
C’est un chêne géant dont on coupe les branches,
Mais que l’on ne pourra jamais déraciner. »

Illustration : William Chapman.

Notre langue (Version 2).

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 741 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BAUDELAIRE, Charles – L’Albatros (Poème, Version 6)

Donneuse de voix : Sisyphe | Durée : 1min | Genre : Poésie


Charles Baudelaire

Les génies ne sont pas faits pour vivre en ce monde mais ils lui sont indispensables.

L’Albatros.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 3 556 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

RÉGNIER, Henri (de) – Esquisses vénitiennes (Sélection)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 20min | Genre : Poésie


Marco Grubacs - Le Grand Canal (1894)

Henri de Régnier est aussi l’auteur d’Esquisses vénitiennes dédié à 25 amis et qui sont des bijoux de poèmes en prose.

« N’est-ce pas, en effet, ici un lieu étrange par sa singulière beauté ? Son nom seul provoque l’esprit à des idées de volupté et de mélancolie. Dites : « Venise », et vous croirez entendre comme du verre qui se brise sous le silence de la lune… « Venise », et c’est comme une étoffe de soie qui se déchire dans un rayon de soleil… « Venise », et toutes les couleurs se confondent en une changeante transparence. N’est-ce pas un lieu de sortilège, de magie et d’illusion ? »

Nous vous en proposons une petite sélection et pensons faire plaisir aux amoureux de la poésie et aux « amants de Venise » en leur offrant cette liste (qui contient quelques « illégaux » récents interdits à une lecture publique et aussi des livres ici enregistrés).

Liste non exhaustive :

- Jour de pluie à Venise (Ninon Jacquet)
- Mort à venise (Jean-Paul Labaisse d’après Thomas Mann)
- L’EntrevueAudiolivre (Henri de Régnier – tirée des Contes Vénitiens)
- Dernier jour à Venise (Ninon Jacquet)
- La Mort à Venise (Ninon Jacquet)
- Le Jeu des dames mortes (Philippe Bastin et Italo Locchi)
- Mort à Venise ? (Gérard Cotton)
- Les Roses de Venise (Gérard Coton)
- Ô ma jolie Vénitienne (Gérard Cotton)
- Par delà (Gérard Cotton)
- Carnaval à Venise (Gérard Cotton)
- Venise (Yves Dutheil)
- Toreador (Jean Cocteau)
- Où vit-on des danseurs… (Jean Cocteau)
- Venise de Philippe Deschamp
- ScaramoucheAudiolibro (Arthur de Gobineau)
- Les Amants de Venise (Jacques Plante – Marguerite Monnot)
- Elle voulait qu’on l’appelle Venise (Étienne Roda-Gil – Julien Clerc)
- Venise n’est pas en Italie (Claude Lemesle – Serge Reggiani)
- La Mort de Venise (Maurice Barrès)
- Le CarnavalAudiolivre (Théophile Gautier)
- Les Complaintes de Jules Laforgue
- Souvenirs de Venise (la zucca) (Alfred de Musset)
- VeniseAudiolivre (Alfred de Musset)
- À mon frère revenant d’ItalieAudiolivre (Alfred de Musset)
- Mascarades (Théodore de Banville)

Illustration : Marco Grubacs, Le Grand Canal (1894).

> Écouter un extrait : L’Illusion.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 896 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

S. – Le Choix (Poème)

Donneuse de voix : Sisyphe | Durée : 1min | Genre : Poésie


L'Automne

Un poème sur la « désanimation ».

Le Choix.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 785 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

HUGO, Victor – À celle qui est voilée

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 6min | Genre : Poésie


John William Waterhouse - Boreas

Le long poème À celle qui est voilée des Contemplations manquait à nos richesses.

Le problème reste non résolu : Qui est l’apparition suggérée par Hugo ? La femme aimée ? Un ange ? La vierge ? Il s’agit de l’amour évoqué par une multitude d’images lumineuses contrastant avec l’obscurité.

Chacun peut imaginer ce fantôme.

« Mais tu ne veux pas qu’on te voie ;
Tu viens et tu fuis tour à tour ;
Tu ne veux pas te nommer joie,
Ayant dit : Je m’appelle amour.

Oh ! fais un pas de plus ! Viens, entre,
Si nul devoir ne le défend ;
Viens voir mon âme dans son antre,
L’esprit lion, le cœur enfant ;

Viens voir le désert où j’habite
Seul sous mon plafond effrayant ;
Sois l’ange chez le cénobite,
Sois la clarté chez le voyant. »

Illustration : John William Waterhouse, Boreas (1903).

À celle qui est voilée.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 328 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

FRANCE, Anatole – Albert Glatigny

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 1h 15min | Genre : Poésie


Albert Glatigny

Le très illustre Anatole France fait l’éloge d’un grand oublié qu’il a bien connu, Albert Glatigny (1839-1873), poète, écrivain, comédien et dramaturge français. En 1917, il a reçu, à titre posthume, le prix de littérature de l’Académie française pour l’ensemble de son œuvre.
C’est l’homme malheureux, le comédien raté mort à 34 ans dont les poèmes n’auraient pas dû tomber dans l’oubli. Les années qui précédèrent sa mort sont relatées avec émotion, authentifiés par des lettres.

« De retour au pays normand en 1870, il y trouvait une jeune fille qui y fuyait l’invasion allemande, Mlle Emma Dennie. Elle l’aima pour son bon cœur, pour son talent de poète, et surtout parce qu’il était malheureux. Elle consentit à l’épouser et, atteinte du même mal, elle se fit sa garde-malade. Cette charmante femme donna un foyer au pauvre vagabond, revenu, hélas ! de toutes ses courses. Après la guerre, ils allèrent tous deux habiter à Sèvres, près de Paris, une petite maison au pied du coteau, sur le bord d’un chemin en pente, raviné par les pluies.

C’est là qu’Albert Glatigny mourut le 16 avril 1873. »

Pour comprendre cette admiration de France, voici cinq poésies qui feront peut-être naître la vôtre.

À Ronsard

« Afin d’oublier cette prose
Dont notre siècle nous arrose,
Mon âme, courons au hasard

Dans le jardin où s’extasie
La vive et jeune poésie
De notre vieux maître Ronsard !

Père de la savante escrime
Qui préside au duel de la rime,
Salut ! Nous avons soif de vers ;
La Muse française engourdie
Se débat sous la maladie
Qui gangrène les pampres verts. [...] »

Illustration : Portrait d’Albert Glatigny.

> Écouter un extrait : Albert Glatigny.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 824 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

AMIEL, Henri-Frédéric – Jour à jour : dix poésies de 1880

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 21min | Genre : Poésie


Henri-Frédéric Amiel

L’artiste, écrivain, poète et philosophe suisse Henri-Frédéric Amiel (1821-1881) mérite une place dans notre Panthéon littéraire.
Les dix poèmes choisis dans Jour à jour (1880) sont remarquables par la sincérité de l’introspection, l’exactitude des détails, la clarté de la pensée, son autocritique et sa vision pessimiste de l’univers. On songe parfois à Verlaine qui se lamentait à la même époque :

« La vie humble aux travaux ennuyeux et faciles
Est une œuvre de choix qui veut beaucoup d’amour.
Rester gai quand le jour, triste, succède au jour,
Être fort, et s’user en circonstances viles,

N’entendre, n’écouter aux bruits des grandes villes
Que l’appel, ô mon Dieu, des cloches dans la tour,
Et faire un de ces bruits soi-même, cela pour
L’accomplissement vil de tâches puériles. »

Amiel s’adresse à nous tous dans le premier poème :

« En certaines pages moroses
Aurez-vous, amis pèlerins,
De votre mal surpris les causes,
Reconnu le pli de vos roses
El la trace de vos chagrins ?
Mon âme, qui cherche à s’entendre,
A-t-elle eu la chance parfois,
Rendant ce que vous vouliez rendre,
De trouver l’accord grave ou tendre
Qui sonnait selon votre voix ? »

Illustration : Portrait d’Henri-Frédéric Amiel.

> Écouter un extrait : Aux amis inconnus.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 569 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous nos livres audio gratuits pour Poésie :