Livres audio gratuits pour 'André Rannou' :


BARBEY D’AUREVILLY, Jules – Le Chevalier des Touches

Donneur de voix : André Rannou | Durée : 5h 3min | Genre : Romans


lechevalierdesto00barb 0011

Le Chevalier des Touches (1864) est un roman historique, qui tient aussi du roman d’aventures, de l’épopée et du conte fantastique, et qui conte en outre une belle histoire d’amour. Il a pour cadre la presqu’île du Cotentin, où était né et avait grandi Jules Barbey d’Aurevilly (1808-1889). Le héros est un « Chouan » (royaliste) et un agent secret, dont les fréquentes traversées de la Manche, au nez et à la barbe des « Bleus » (républicains) en font un gibier de choix. Victime d’une trahison, il est finalement capturé et condamné à la guillotine. Douze de ses compagnons d’armes les plus résolus parviendront-ils à le libérer à temps ?
Cet épisode tardif de la guerre des Chouans, basé sur un fait réel, est conté trente ans plus tard – par la seule femme ayant participé à cette périlleuse entreprise – à un petit cercle d’amis de la ville de Valognes, royalistes désenchantés mais heureux de revivre un passé dramatique et glorieux. Le rythme de l’action est d’abord un peu lent, mais s’accélère ensuite, et les amateurs d’émotions fortes ne seront pas déçus.

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 16 258 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

SOUVESTRE, Émile – Brest à deux époques

Donneur de voix : André Rannou | Durée : 1h 13min | Genre : Histoire


souvestre-emile

Brest, enclave francophone située au nord d’une Basse-Bretagne longtemps bretonnante, prend de l’importance comme principale base navale sur l’Atlantique à compter de 1631, lorsque Richelieu, tirant parti de sa magnifique rade et de ses eaux profondes, fait construire un arsenal sur les rives de la Penfeld. S’il faut en croire Émile Souvestre, qui me paraît exagérer quelque peu le caractère hybride et cosmopolite de la population, la ville et le port connurent une période de déclin au début du XIXe siècle. L’intérêt du présent article est de nous présenter un tableau à la fois pittoresque et contrasté de Brest sous l’Ancien Régime finissant, époque où le Grand Corps de la « Royale » exerce sur une population mécontente mais apeurée une domination quasi tyrannique, puis en 1794, quand les « Bleus » se vengent de leurs anciens maîtres en faisant régner la terreur tandis qu’affluent les masses des blessés de la guerre navale en cours contre une Europe coalisée.
Émile Souvestre, né à Morlaix en 1806, souligne : « J’ai rédigé cet article sur des notes laissées par mon père, et c’est lui que je laisse parler » et assure que « tout le récit » final d’une exécution publique « est de la plus rigoureuse exactitude », comme le sont les détails atroces concernant le sort réservé aux cadavres de certaines femmes guillotinées. Il est bon de rappeler que tous les Bretons, il s’en faut, ne soutinrent pas la révolte pro-royaliste des Chouans et que les « Bleus » ou Républicains eurent dès le début de la Révolution la haute main dans les grandes villes.
Encore quelques précisions. Le « maximum » est le nom populaire de la « loi du maximum », votée en 1793, « fixant une limite supérieure de prix pour certaines denrées » (Dictionnaire Robert). La « ville d’Aëtius » est le nom savant de la ville de Carhaix. Certaines traditions ont la vie dure et le terme « la Royale » est encore usité de nos jours pour désigner notre Marine nationale.

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 8 188 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

LITTRÉ, Émile – Comment j’ai fait mon dictionnaire de la langue française

Donneur de voix : André Rannou | Durée : 1h 40min | Genre : Biographies


Émile Littré

« Un homme illustre de notre temps, a dit M. Laurent-Pichat [...], dont l’héroïsme moral est devant nous comme un grand exemple, entreprit une tâche immense, sans songer aux jours que cette vie lui réservait. Il commença son œuvre vers les années du déclin. Il y travailla quinze ans ; et l’impression de l’ouvrage dura peut-être autant d’années encore. Le succès couronna la tentative ; il éleva un monument national ; et il peut se reposer maintenant en considérant avec sérénité l’édifice qu’il a consacré à la langue française. »
Dans cette « causerie », Émile Littré (1801-1881) relate d’une plume alerte et lucide les énormes difficultés de tous ordres auxquelles il dut faire face en vue de construire cet édifice. Bien que « dépassé au plan lexicologique » (Wikipédia) le Littré, constamment réédité et complété, fait encore autorité de nos jours.

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 9 880 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

DÉGUIGNET, Jean-Marie – Mémoires d’un paysan bas-breton

Donneur de voix : André Rannou | Durée : 5h 9min | Genre : Biographies


Jean-Marie Déguignet

Jean-Marie Déguignet, autodidacte de la plus humble origine, fut un personnage étonnant. Né en 1834, près de Quimper, il n’alla jamais à l’école et dut mendier jusqu’à l’âge de 10 ans pour aider à faire vivre sa nombreuse famille. Il travailla comme vacher de 12 à 19 ans, et c’est à cette époque que l’apprentissage du français, langue de l’accès au savoir, devient pour lui une obsession. A 19 ans il s’engage dans l’armée pour une durée de 7 ans et découvre que 99% de ses camarades sont illettrés. Après avoir participé à la guerre de Crimée – sur le chemin du retour, lors d’un séjour en Turquie, il profite d’une permission exceptionnelle pour visiter Jérusalem – puis à la campagne d’Italie, il est promu caporal puis sergent. À 27 ans, il se rengage, participe à la soumission de la Kabylie puis à l’expédition du Mexique. De retour à Quimper, il se marie et devient tour à tour fermier, agent d’assurances, puis buraliste, avant de retomber dans la misère, surtout à cause de son anticléricalisme virulent qui le met en porte-à-faux avec une société conformiste et lui vaut l’hostilité de l’Eglise.
En 1897, ayant commencé de rédiger ses mémoires en français, il rencontre Anatole Le Braz qui, ébloui, promet d’en faire publier des extraits. Ce sera le cas, mais seulement en 1904 et 1905, à la veille de sa mort. Ils constituent un témoignage original sur les mœurs de la société rurale et sur la vie militaire au XIXe siècle, caractérisée par la routine et la brutalité d’incessantes punitions, de longs déplacements à pied, ainsi qu’une forte consommation d’alcool. « Mais hélas ! nos gradés d’alors ne savaient commander qu’avec brutalité, grossièreté, colère et souvent haine ou vengeance », déplore-t-il.
Longtemps perdus, ses manuscrits seront retrouvés à la fin du siècle dernier. Une large sélection de ses mémoires sera éditée en 1998 puis en 2001 par les éditions An Here, connaîtra un énorme succès (400 000 exemplaires vendus en France), et sera traduite en plusieurs langues, dont le tchèque et le russe. Déguignet est désormais incontournable pour les spécialistes de sciences humaines qui étudient le XIXe siècle. Je lui voue personnellement une grande admiration.

> Écouter un extrait : Préface.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 17 629 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

MILTON, John – Le Paradis perdu (Poème)

Donneur de voix : André Rannou | Durée : 11h 32min | Genre : Poésie


John Milton - Le Paradis perdu

Le Paradis perdu (1667) de John Milton (1608-1674), écrit après que le poète eut perdu la vue en 1652 (voir le début du Livre III) est sans doute le meilleur poème épique de langue anglaise mais ce monument – plus admiré que lu – ne suscite souvent qu’un intérêt convenu. Beaucoup n’en connaissent que les extraits les plus célèbres, tirés en général des Livres I, IV et IX. Aussi ai-je conscience qu’en proposant l’intégralité de cette œuvre réputée austère, fût-ce dans la traduction de Chateaubriand, je risque de surprendre, voire de rebuter un certain nombre de nos auditeurs !
Le but du poète est de « justifier les voies de Dieu envers les hommes », en développant le récit de la Genèse. Il relate la rébellion de Satan, dépeint comme un grand chef politique et militaire mû par l’orgueil et la jalousie envers le Fils de Dieu – mais souvent considéré comme le véritable héros du poème -, sa chute vertigineuse en Enfer au terme d’un long et violent combat contre l’armée céleste. Pour se venger, il en sortira seul et, au terme d’un long et difficile voyage à travers le Chaos, il parviendra à s’introduire subrepticement dans le jardin d’Eden. Sous la forme d’un serpent, il tirera parti de la vanité d’Eve et de la faiblesse d’Adam pour les convaincre de goûter au fruit défendu de l’Arbre de la Science. Cette désobéissance à une interdiction expresse du Créateur, connue sous le nom de « péché originel » (1) (jamais mentionné dans les Évangiles, mais monté en épingle par saint Paul et saint Augustin, et désormais contesté par plusieurs théologiens), rompt pour longtemps l’alliance entre Dieu et l’Humanité, laquelle ne sera définitivement rétablie que par l’incarnation et la mort en croix du Christ, Dieu fait homme. Milton raconte aussi la création du monde et évoque longuement la beauté de la flore et de la faune du paradis terrestre, ainsi que la relation amoureuse, avant et après la Chute, entre Adam et Ève. Bien qu’étant le chef-d’œuvre de la Création, la femme est inférieure à l’homme, à qui elle doit soumission et obéissance.
Milton était un érudit, un humaniste féru de culture classique, en même temps qu’un fils de la Réforme protestante fondée essentiellement sur les Écritures. D’où la surabondance d’allusions mythologiques et de références bibliques dans ce poème épique. Ayant écrit de nombreux pamphlets hostiles à la monarchie pendant la guerre civile (1642-1648), justifié l’exécution de Charles 1er en 1649, et servi Cromwell pendant l’Interrègne (1649-1660), Milton dut se cacher quelque temps après l’accession au trône de Charles II en 1660.

(1) Qu’un humoriste définit ainsi: « Une pomme, deux poires et beaucoup de pépins » !

Traduction : François-René de Chateaubriand (1768-1848).

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 25 127 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

TOLSTOÏ, Léon – Résurrection

Donneur de voix : André Rannou | Durée : 18h 25min | Genre : Romans


rsurrectionrom00tolsuoft 0007

Le prince Nekhludov, appelé à se prononcer comme membre d’un jury d’Assises sur l’innocence ou la culpabilité d’une prostituée, accusée de meurtre par empoisonnement, reconnaît en elle la jeune pupille de ses tantes, qu’il avait séduite des années auparavant. Après avoir assisté à son injuste condamnation au bagne et jugeant que le vrai coupable, c’est lui, il décide de se racheter en l’épousant. Mais Katucha, devenue la Maslova, refuse tout net cette proposition, et le prince, dévoré de remords, choisit néanmoins de céder ses terres aux paysans qui les travaillent et de la suivre dans son exil en Sibérie.

Résurrection, paru en 1899, fut le dernier roman écrit par Léon Tolstoï. Il y dénonce avec vigueur l’injustice des lois humaines, ainsi que l’hypocrisie et la cruauté de toutes les institutions qui régissent la vie en Russie. Sont particulièrement visés les systèmes judiciaire et pénitentiaire et l’Église Orthodoxe elle-même n’est pas épargnée. La manière dont sont traités les prisonniers lors de leur transfert en Sibérie fait aussi l’objet d’une attaque en règle, et de nombreux passages du roman furent censurés lors de sa première publication.

Traduction : Théodore de Wyzewa (1862-1917).

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 63 319 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

COLLINS, Wilkie – La Femme en blanc

Donneur de voix : André Rannou | Durée : 29h 22min | Genre : Romans


La Femme en blanc

La Femme en blanc, roman à sensation (« sensation novel ») ou à suspense, dont le succès ne s’est jamais démenti depuis sa parution en 1860, conte l’histoire très romantique d’un bel amour contrarié, qui tient à la fois du « thriller » – le mot n’avait pas encore été inventé – et de l’intrigue policière.

Walter Hartright, jeune professeur de dessin, tombe amoureux d’une de ses élèves, la jolie Laura Fairlie, hélas déjà promise par son père à Sir Percival Glyde, qu’elle déteste et qui l’épouse dans le seul but de lui extorquer sa fortune. Il y parviendra, du reste, avec l’aide de son ami italien, le Comte Fosco, et par le biais d’une sombre machination fondée sur la ressemblance physique étonnante entre deux jeunes femmes : Laura, la malheureuse épouse, et Anne Catherick, la mystérieuse « femme en blanc » rencontrée naguère en pleine nuit et sur une route déserte, par le héros, alors qu’elle venait de s’échapper d’un asile d’aliénés, où elle affirmait avoir été frauduleusement incarcérée. C’est la scène la plus célèbre du roman.
Après bien des épreuves et d’innombrables péripéties et rebondissements – parfois mortels -, les efforts conjugués de Walter Hartright et Marian Halcombe, maîtresse femme toute dévouée à sa demi-soeur Laura, auront-ils finalement raison de la scélératesse et de la turpitude des deux « méchants », Percival et Fosco ? C’est ce combat sans merci et longtemps indécis, qui fait l’objet de la troisième et dernière « époque » du roman.

On raconte que Gladstone (1809-1898), chef de file du parti libéral et quatre fois premier ministre, renonça inopinément à une soirée au théâtre prévue de longue date, afin de pouvoir achever la lecture du roman et connaître la fin de cette passionnante histoire !

Traduction : Paul-Émile Daurand-Forgues (1813-1883).

> Écouter un extrait : Préface.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 187 025 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

DIVERS – Dix Contes modernes

Donneur de voix : André Rannou | Durée : 1h 52min | Genre : Contes


Bataille de Loigny

Des dix contes réunis dans ce recueil, seuls neuf ont pu être enregistrés, celui d’Ernest Laut (1864-1951) n’étant pas encore libre de droits. Publié en 1900, à l’initiative d’un professeur américain désireux de mettre à la disposition de ses élèves des textes français « des meilleurs auteurs du jour », l’ouvrage regroupe – à côté de pages relativement connues de Guy de Maupassant et d’Alphonse Daudet – des contes désormais beaucoup moins accessibles, encore que non dénués d’intérêt. Six d’entre eux relatent, avec humour ou de façon dramatique, des épisodes de la guerre franco-prussienne de 1870, encore très présente dans les esprits, ou y font allusion. Sont aussi évoquées la Révolution française et la guerre de Crimée, tandis que L’Oncle Sambuq reprend, avec une verve toute marseillaise, un sujet également traité dans Mon Oncle Jules de Maupassant.

> Écouter un extrait : L’Oncle Sambuq (Paul Arène).

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 15 396 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous nos livres audio gratuits pour André Rannou :