Livres audio gratuits pour 'André Rannou' :


ROLLAND, Romain – Jean-Christophe (Volume 1 : L’Aube)

Donneur de voix : André Rannou | Durée : 4h 8min | Genre : Romans


Romain Rolland - Jean-Christophe

Jean-Christophe, roman-fleuve (1904-1912) qui fut distingué par le Prix Nobel de littérature en 1915, est la pièce maîtresse de l’œuvre de Romain Rolland. L’ensemble compte dix volumes et retrace la vie, chargée d’épreuves mais pleine d’énergie, d’un musicien allemand de génie, Jean-Christophe Krafft, et anime autour de lui toute une époque. « À ses contemporains tentés par le mirage des richesses matérielles, l’auteur voulait rendre le goût de l’énergie morale, de la générosité, de l’amour fraternel. » (Lagarde et Michard, XXe siècle). Cette vaste fresque, qui nous offre un tableau du monde intellectuel de la fin du XIXe et du début du XXe siècle, est aussi une réflexion sur la création artistique.

Les présentations de chacun des 10 volumes du roman, dont le premier est L’Aube (1904), seront inspirées de celles du site ebooksgratuits, que je remercie.

Christophe est l’aîné de Melchior, violoniste qui s’enlise dans l’alcool, et de Louisa, mère courage qui se bat contre la misère. Grand-père était aussi musicien. Il offre un vieux piano à la famille et apprend la musique à Christophe. Cet instrument va permettre de révéler le talent de l’enfant qui, à six ans, se voue à la musique, commence à donner des concerts et à composer…

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 13 356 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

HAWTHORNE, Nathaniel – La Maison aux sept pignons

Donneur de voix : André Rannou | Durée : 10h 23min | Genre : Romans


Hawthorne

Ce roman, qui a fortement influencé H.P. Lovecraft et souvent été adapté au cinéma et à la télévision, est un des grands classiques de la littérature américaine. Publié en 1851, il fut sans doute inspiré par un fait réel survenu à Salem lors du fameux procès pour sorcellerie de 1692.

L’action se passe au milieu du XIXe siècle dans une petite ville de la Nouvelle Angleterre. Près de deux siècles plus tôt, Matthew Maule avait lancé une malédiction contre le colonel Pyncheon et ses descendants avant d’être pendu pour sorcellerie. Le colonel – puritain austère, dont les ancêtres avaient émigré d’Angleterre en Amérique à partir de 1620 pour y pratiquer un protestantisme plus rigoureux que celui de l’Église anglicane -, s’était alors emparé d’un terrain ayant appartenu à Maule et y avait bâti une immense maison à sept pignons, avant de mourir subitement dans des conditions suspectes. L’actuel propriétaire est l’hypocrite Juge Pyncheon, qui n’y vit pas mais permet à sa cousine Hepzibah, femme très pauvre, d’y habiter. Elle y est rejointe par une jeune parente, la sémillante Phoebe, puis par un frère bien-aimé, Clifford, qui vient de purger une peine de trente années de prison pour un crime qu’il n’a pas commis, et qui est moralement et physiquement très affaibli. Loge aussi dans la maison le daguerréotypiste Holgrave, qui se révélera être un descendant de Maule. Persuadé que Clifford sait où se trouvent les titres de propriété de l’oncle qu’il a prétendument assassiné, le méprisable Juge Pyncheon, déjà responsable de tous les malheurs de son cousin, menace de le faire interner dans un asile de fous s’il ne révèle le lieu de la cachette.

La sombre Maison éponyme, « espèce de cœur aux proportions gigantesques, ayant sa vie propre » est un des protagonistes d’une action qui touche parfois au surnaturel et au fantastique. Les thèmes principaux en sont la culpabilité qui se transmet inexorablement de génération en génération et l’impossible expiation d’une sorte de « péché originel ».

Traduction : Paul-Émile Daurand-Forgues (1813-1883)

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 12 172 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

ROLLAND, Romain – Au-dessus de la mêlée

Donneur de voix : André Rannou | Durée : 3h 54min | Genre : Essais


Cathédrale de Reims incendiée

Au moment où éclate la première guerre mondiale, Romain Rolland (1866-1944) vit à Genève où il publie des articles, qu’il recueillera en 1915 sous le titre significatif de l’un d’entre eux : Au-dessus de la mêlée. Dans ce célèbre manifeste pacifiste, l’auteur adjure les peuples français et allemand de respecter la vérité et de faire preuve d’humanité dans le désastreux conflit que les oppose. Cette neutralité et cette hauteur de vues déclenchèrent une violente controverse et lui attirèrent la haine unanime des belligérants. Sa lucidité fut néanmoins récompensée par le Prix Nobel de littérature pour l’année 1916, qui couronnait aussi l’auteur des 10 volumes de Jean-Christophe (1904-1912), le premier roman-fleuve français, dont le héros est un musicien allemand.

Signalons une erreur de numérotage des chapitres dans l’exemplaire de 1915 ayant servi à établir le  texte disponible sur Wikisource. Afin de faciliter à nos auditeurs le suivi de la version texte pendant l’écoute, nous avons « répercuté » cette erreur dans le numérotage des fichiers. C’est la raison pour laquelle vous ne trouverez pas de Chapitre 4.

> Écouter un extrait : Introduction.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 8 860 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

CONRAD, Joseph – Gaspar Ruiz, et autres nouvelles

Donneur de voix : André Rannou | Durée : 8h 5min | Genre : Nouvelles


00010364

Ce recueil de six nouvelles – je n’en ai enregistré que cinq, jugeant moins intéressante celle intitulée L’Indicateur – fut publié au début de 1908, et l’introduction qu’en donne Conrad dans la Note de l’auteur me dispense de faire l’habituelle présentation. Je signale néanmoins qu’elles furent écrites entre 1905 et 1908 et sont immédiatement postérieures à Nostromo, auquel des critiques préférèrent Gaspar Ruiz, et que toutes sont basées sur des faits réels.

Grâce à l’excellente biographie de Michel Renouard, récemment parue dans la Collection Folio (Gallimard), nous savons que Conrad entretenait avec ses traducteurs français – dont André Gide, qui traduisit Typhon – des relations d’étroite amitié et qu’il les surveillait de près, en fin connaisseur. En effet, il est notoire que cet auteur, qui écrivait si bien l’anglais, n’en maîtrisa jamais parfaitement la prononciation, et que « plus il vieillit, plus son accent devint atroce ». En revanche, il parlait et écrivait un excellent français, très idiomatique.

Il appréciait beaucoup Philippe Néel de Saint Sauveur, né à Alès en 1882, après que son père, pasteur méthodiste eut quitté Jersey pour le Gard. C’est à cet ingénieur des chemins de fer, beaucoup moins connu que sa femme, l’exploratrice Alexandra David-Néel, que nous devons les traductions de Lord Jim, Nostromo, Gaspar Ruiz et Sous les yeux d’Occident.

Je signale enfin qu’en raison des contraintes de l’informatique notre classement des nouvelles n’est pas celui de l’auteur, inconvénient mineur compte tenu de la diversité de leurs sujets et de l’absence entre elles d’aucun lien.

Traduction : Philippe Néel (1882-1941).

> Écouter un extrait : Note de l’auteur.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 9 613 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

COLLINS, Wilkie – La Pierre de Lune

Donneur de voix : André Rannou | Durée : 19h 37min | Genre : Romans


books moonstone lovell

Qui a volé la Pierre de Lune, ce magnifique diamant rapporté des Indes, qui disparaît alors même qu’il vient d’être offert à Rachel Verinder le soir de son de dix-huitième anniversaire ? Est-ce une jeune servante, au passé douteux, un des invités à la fête, ou Rachel elle-même, dont le comportement étrange éveille les soupçons du Sergent Cuff, de la police de Londres ? Et que penser des trois Indiens qui rôdent autour du domaine et semblent aussi intéressés par ce diamant ? La découverte du coupable, après bien des rebondissements, déjouera tous les pronostics et surprendra l’intéressé lui-même.

Paru en 1868, soit neuf ans après La Femme en Blanc, l’autre grand succès de Wilkie Collins, La Pierre de Lune est lui aussi un « roman à sensation » ou à suspense, qui passe pour avoir en outre créé un genre littéraire nouveau. En effet, le poète et critique T.S. Eliot le considère comme de « le plus long et le meilleur des romans policiers modernes », jugement confirmé par une maîtresse du genre, Dorothy L. Sayers. Le roman partage avec La Femme en Blanc une structure originale, dans la mesure où chaque portion de l’intrigue est relatée par un protagoniste différent, qui peut intervenir plusieurs fois.
Force est de reconnaître que la traduction de Marguerite de Vaudreuil, qui n’est pas sans mérite, a beaucoup vieilli. Sous sa plume un « anniversaire » est un « jour de naissance ». L’accumulation des passés simples (« Que fîtes-vous quand vous m’aperçûtes ? ») et des imparfaits du subjonctif (« De quelque côté que nous tournassions les yeux… ») peuvent agacer ou prêter à sourire.
Il reste que ce roman est un des chefs-d’œuvre de la littérature d’Outre-Manche et un livre qui se lit bien.

Traducteur : Marguerite de Vaudreuil, Comtesse Gédéon de Clermont-Tonnerre (1824-1881).

> Écouter un extrait : Prologue.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 17 106 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

MUNRO, Hector Hugh – Nouvelles (Deuxième Sélection)

Donneur de voix : André Rannou | Durée : 33min | Genre : Nouvelles


6898901-L

« Un jour il a été poursuivi dans un cimetière, quelque part sur les rives du Gange, par une meute de chiens parias, et il a dû passer la nuit dans une tombe franchement creusée… »

« En fait, Laura mourut le lundi.
- C’est terriblement ennuyeux, se plaignit Amanda à son oncle par alliance, Sir Lulworth Quayne. J’ai invité des tas de gens à venir faire du golf et à pêcher, et les rhododendrons sont en pleine floraison.
- Laura a toujours manqué de tact. Elle est née la semaine des courses de Goodwood, alors qu’il y avait dans la maison un ambassadeur qui détestait les bébés. »

« – Le début de l’histoire était mauvais, dit la plus petite des petites filles, mais la fin est superbe. »

Traduction : André Rannou.
Je remercie mon épouse, Lina Rannou, pour sa relecture critique de mes traductions.

> Écouter un extrait : La Fenêtre ouverte.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 11 844 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

MUNRO, Hector Hugh – Trois Nouvelles

Donneur de voix : André Rannou | Durée : 51min | Genre : Nouvelles


Hector Hugh Munro

Hugh Hector Munro (1870-1916), plus connu sous son nom de plume de Saki, est un écrivain écossais. Né en Birmanie, alors province de l’Inde, il est envoyé en Angleterre à l’âge de deux ans et confié pour treize ans à deux tantes célibataires habitant le Devon. Il se vengera de leur éducation par trop stricte et autoritaire en dépeignant, dans ses nouvelles, des tantes (ou des cousines) tyranniques et bornées. Bien qu’âgé de quarante-quatre ans en 1914, il insiste pour s’engager dans l’armée britannique et est tué au combat en 1916.
Ses romans et ses nouvelles dépeignent, non sans une certaine désinvolture, les mœurs de la haute société bourgeoise des années 1900. Avec une puissance d’invention fantastique, un esprit mordant et un humour corrosif, il pourfend la prétention pompeuse, la méchanceté et la stupidité, et prend un malin plaisir à subvertir la société édouardienne.

Écrites dans un style émaillé d’épigrammes, avec des intrigues habilement conçues qui mettent souvent en scène des enfants et des animaux, ses courtes histoires racontent des farces hilarantes ou macabres, tantôt ironiques, tantôt terrifiantes, qui révèlent chez l’auteur une veine de cruauté et une tendance à s’identifier aux « enfants terribles » à la Cocteau. Il y a au cœur de son œuvre quelque chose de sombre et de menaçant.

Parmi ses nouvelles les plus connues figurent Tobermory, La Fenêtre ouverte, Sredni Vashtar, Le Tigre de Mrs Packletide et Laura.
Complètement oublié pendant des décennies, Saki aurait été redécouvert par Graham Greene et demeure très populaire. Il est bon de signaler qu’aimer lire Saki peut devenir une addiction !

NB : Le Tigre de Mrs Packletide a été enregistré en VF et en VO.

Traduction : André Rannou.

> Écouter un extrait : Le Tigre de Mrs Packletide.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 8 289 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

MILTON, John – Sur la liberté de la presse

Donneur de voix : André Rannou | Durée : 56min | Genre : Essais


Milton Aeropagitica

Le titre complet de ce pamphlet, publié en 1644, est Aréopagitique : Discours de M. John Milton pour la liberté de la presse non autorisée au Parlement d’Angleterre.
Ce titre fait référence à l’Aréopage, ce prestigieux tribunal d’Athènes qui siégeait sur la colline d’Arès (Mars, selon la mythologie latine). Ayant aboli en 1641 la Chambre Etoilée (Star Chamber), instrument honni de la tyrannie royale, et partant libéré la presse, le Parlement – en guerre avec le roi Charles 1er depuis août 1642, et comprenant la Chambre des Lords et la Chambre des Communes – venait en 1643 de réintroduire la censure. Milton ouvre son adresse aux parlementaires, tous protestants, en leur démontrant qu’ils reprenaient ainsi les méthodes de leurs pires ennemis, à savoir la papauté et l’Église catholique. Il argumente que la censure n’avait jamais été exercée, si ce n’est de manière quasi fortuite, ni par les Grecs ni par les Romains, et qu’elle était née de la conjonction du Concile de Trente (1545-1563) et de l’Inquisition, ce tribunal ecclésiastique chargé depuis le XIIIe siècle de lutter contre les hérésies.
La liberté d’encourager le savoir est, dit-il, une partie essentielle de l’éthique chrétienne. La lecture sans contrainte et la diversité d’opinions sont nécessaires au développement de la vertu, et de toute façon la censure des seuls livres et autres publications serait totalement inefficace. Elle ne pourrait en outre que ralentir le progrès de la science, ainsi que le montre le cas de Galilée, rencontré par Milton au cours de son récent voyage en Italie. Milton, futur auteur du Paradis perdu, s’exprime en érudit ami des livres, qu’il considère comme des êtres vivants, et affirme par-dessus tout sa confiance dans le pouvoir de la vérité de triompher dans tout combat loyal avec l’erreur.
En 1788, le comte de Mirabeau reprendra à son compte l’argumentation de Milton, pour dénoncer la censure qui sape les efforts du roi Louis XVI pour s’informer de l’avis de ses sujets concernant la convocation des États Généraux. Il s’en explique dans un avant-propos à sa traduction, d’ailleurs abrégée, du texte de Milton. Celle-ci sera rééditée, sans que soit cité le nom du traducteur, en 1826, lorsque le gouvernement de Charles X envisagera de limiter derechef la liberté de la presse.
Aujourd’hui encore, ce célèbre pamphlet est considéré comme une des meilleures critiques de toute forme de censure.

Traducteur : Honoré Gabriel Riqueti, comte de Mirabeau (1749-1791).

Sur la liberté de la presse.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 7 242 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous nos livres audio gratuits pour André Rannou :