Livres audio gratuits pour 'Arthur Machen' :


MACHEN, Arthur – Le Grand Dieu Pan

Donneur de voix : Vincent de l’Épine | Durée : 2h 28min | Genre : Romans


Le Grand Dieu Pan

« Villiers, cette femme, si je puis l’appeler une femme, a corrompu mon âme.
La nuit même de mes noces me vit assis, dans la chambre d’hôtel, et qui l’écoutais parler. Je l’écoutais parler, je l’écoutais parler, de cette voix merveilleuse, parler de choses que maintenant encore, je n’oserais pas chuchoter à la plus noire des nuits, dans la plus vaste des solitudes. Vous, Villiers, vous croyez connaître la vie, Londres et ce qui va et vient dans cette cité d’épouvantes. […] Mais vos rêves les plus fantastiques, les plus hideux, n’ont pu enfanter l’ombre de ce que j’ai entendu – et vu. Oui, vu, j’ai vu l’incroyable, des choses telles que parfois, arrêté au milieu des rues, je me demandais comment un homme pouvait les avoir vues – et vivre. »

Le Grand Dieu Pan d’Arthur Machen (1863-1947), maintenant reconnu comme un classique de la littérature fantastique, dut affronter à sa sortie en 1894 les foudres de la critique victorienne qui y voyait une œuvre dégénérée et sinistre, avec des références sexuelles implicites.

Pourtant, Arthur Machen sait mieux que quiconque dépeindre la sourde terreur qui s’empare de l’homme face à l’indicible. Dans de cossus salons victoriens, des gentlemen frémissent d’horreur en refermant des livres interdits. L’horreur est au-delà des mots, elle ne peut être évoquée que par allusions, à voix basse.

Pour Stephen King, Le Grand Dieu Pan est l’un des meilleurs récits d’épouvante jamais écrit, et peut-être le meilleur en langue anglaise. Il fut aussi une inspiration pour Lovecraft, qui admirait le talent de Machen pour distiller au fil des pages une angoisse sourde et insidieuse.

Traduction : Paul-Jean Toulet (1867-1920).

Illustration : Carlos Schwabe, Le Faune (1923).

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 216 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |