Livres audio gratuits pour 'Australie' :


VON ARNIM, Elizabeth – La Bienfaitrice

Donneur de voix : Vincent de l’Épine | Durée : 7h 34min | Genre : Romans


La Bienfaitrice

« Combien peu il faudrait souvent pour rendre heureux des gens qui vivent dans le malaise, la discorde ou le tourment ! Oh, que n’était-elle indépendante ! Que n’avait-elle la liberté, le pouvoir de faire le bien ! Avec quelle joie elle embrasserait cette carrière : consoler ceux qui pleurent, nourrir ceux qui ont faim, mettre du soleil dans les existences sombres ! »

Dans La Bienfaitrice (The Benefactress, 1901), la jolie Anna Estcourt fait l’amer constat que le mariage est la seule voie possible pour elle, comme pour tant d’autres jeunes femmes de son époque.
Mais un évènement inattendu va lui apporter l’indépendance tant désirée. Anna n’a alors qu’une idée : utiliser son argent pour faire le bien autour d’elle. Elle va découvrir qu’il y a souvent un abyme entre les bonnes résolutions et leur réalisation dans le monde réel.
Avec son humour mordant, son ironie subtile, et sa galerie de personnages drôles et attachants, Elizabeth Von Arnim (1866-1941) évoque avec force l’indépendance féminine. Elle nous dit aussi que la générosité est un art difficile dans un monde qui n’est absolument pas prêt à la recevoir.

Traduction anonyme parue dans Le Temps entre le 29 juillet et le 3 septembre 1904.

Illustration : Edward Killingworth Johnson, Feeding the Doves (détail, XIXe).

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 4 457 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

TASMA – L’Amour aux antipodes

Donneur de voix : DanielLuttringer | Durée : 1h 17min | Genre : Nouvelles


L'Amour aux antipodes

Cette délicieuse nouvelle d’amour de Tasma (nom de plume de Jessie Catherine Huybers, 1848-1897) a été publiée dans La Nouvelle Revue en 1880.

« Arthur aurait donné tout au monde pour pouvoir se débarrasser de ses lunettes. Il s’était résigné à voir un ciel assombri, une terre en deuil mais ne regarder qu’à travers une lumière crépusculaire la charmante jeune femme qui apparaissait sur le seuil, voilà ce qui le contraria fort ; c’était comme si une fatalité lugubre devait toujours s’interposer entre lui et le rêve de sa jeunesse ; car il n’y avait plus à s’y méprendre. Les cheveux, moins blonds que ceux du portrait, avaient l’air pourtant de friser de même, tout naturellement. Les yeux bleus et clairs gardaient ce même air impérieux qu’Arthur avait si bien reconnu chez « sa petite femme ». Les lèvres n’avaient point perdu la couleur rose que relevait si bien le blanc de petites dents humides et luisantes. Seulement la bouche avait acquis un caractère de fermeté qui ôtait quelque chose au charme des traits. Cela trahissait la femme dont l’ambition est de commander plutôt que de séduire. Les gestes accusaient aussi un certain air de domination. Elle avait un port majestueux, et cela sans effort, car sa taille superbe s’y prêtait. Arthur se souvint alors du portrait qu’il s’était fait d’une bonne ménagère aux allures lourdes, à la figure grasse, et la voilà qui se présentait à lui dans tout l’aplomb de sa beauté. »

Traduction anonyme (1880).

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 3 318 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

AHIKAR – La Grande Guerre des émeus

Donneur de voix : Ahikar | Durée : 2h 37min | Genre : Contemporains


Emeu

Ce court roman écologique retrace un fait historique bien connu des Australiens, celui qui opposa en 1932 des soldats de l’armée australienne aux émeus.

Les émeus, présents depuis des temps immémoriaux, doivent-ils disparaître au profit des humains toujours plus nombreux et de leur agriculture intensive ? « Ils sont incompatibles avec l’époque actuelle » a déclaré encore récemment un ministre australien à la Chambre des représentants.

Romain Gary écrivait en 1968 dans la Lettre à l’éléphant : « Si le monde ne peut plus s’offrir le luxe de cette beauté, c’est qu’il ne tardera pas à succomber à sa propre laideur et qu’elle le détruira… Pour moi, je sens profondément que le sort de l’homme, et sa dignité, sont en jeu chaque fois que nos splendeurs naturelles, océans, forêts ou éléphants, sont menacés de destruction… Dans un monde entièrement fait pour l’homme, il se pourrait bien qu’il n’y eût pas non plus place pour l’homme. »

Merci à Christine Sétrin pour ses encouragements.

Illustration : Émeu d’Australie (Wikipédia).

Complétez l’écoute de La Grande Guerre des émeus en feuilletant le dossier complémentaire que vous trouverez à cette adresse

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 57 358 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |