Livres audio gratuits pour 'Auteurs divers' :


DIVERS – La Cellule 158 – La Misère

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 29min | Genre : Nouvelles


Théophile Alexandre Steinlen - Dans la vie

Deux histoires tristes sur la prison et la pauvreté sobrement écrites par deux auteurs méconnus distants d’un siècle.

La Cellule 158 (1924) (ou les derniers jours d’un condamné) par le Belge Jean Tousseul (1890-1944) dont la vie fut très pénible (santé et argent).

« Il avait tué au cours d’une rixe un soir de « pardon ». Il avait bu, et dans la mêlée, terrassé sous le nombre, il avait donné si mal son coup de couteau que l’homme en mourut. Lorsqu’il y songeait, six mois après, il en était encore hébété, comme d’un cataclysme qui avait partagé sa vie, bien que la cellule l’eût transformé : le passé seul restait clair jusqu’à ce geste. Mais la détention préventive pendant laquelle le petit cordonnier vécut en attendant une peine sans fin, la mort de sa mère – morte de honte, lui avait-on dit -, l’anonymat où on le tenait ici, les chansons du village qu’il fredonnait en battant la semelle, la partie de cartes du samedi avec le chantre, un pensionné de l’État et l’échevin, le ge­nièvre du pays, les couchers de soleil derrière la drève, le souvenir brûlant d’une amante perdue, les mensonges injurieux de l’avocat de la victime et surtout le geôlier de la troisième section qui le frappait chaque semaine, tout cela avait fait de Nicolas Planquet un être servile et sournois dont la main et les yeux resteraient froids à jamais. »

La Misère (1841) d’Andréas (alias Gabriel Roux, 18?-18?).

« Pauvre mère ! Elle était avant comme beaucoup d’autres femmes, ni plus ni moins malheureuse. Un jour seulement elle s’effraya de la destinée qui l’attendait. La misère s’était assise, pour n’en plus bouger, sur le seuil de sa porte, au cinquième étage. La misère a-t-elle une expression ? Si elle devient l’indigence même, on s’habitue sur-le-champ à la confondre avec le néant. Madame Angel est mère de quatre enfants ; son mari mourut l’an dernier, pris dans l’engrenage d’une machine à vapeur, victime de l’industrie, dans l’atelier où il travaillait pour vivre au jour le jour. L’atelier ne fut pas fermé ; on dit, entre voisins, qu’un ouvrier était mort et qu’il laissait une femme et des enfants ; l’émotion s’arrêta là. La veuve recueillit l’héritage du travailleur : beaucoup de larmes, sans pain, elle lutte contre la misère ; elle est beaucoup plus morte que son mari. »

La Cellule 158.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 3 838 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

DIVERS – Trois Nouvelles méconnues et divertissantes

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 15min | Genre : Nouvelles


Alfred Sisley - Petit Pont sur l'Orvanne

Ces trois brèves nouvelles, en général ignorées, sont divertissantes. Elles sont dues à deux romancières et au Marquis de Sade, célèbre, lui !

Jeanne Marais (1888-1919), pseudonyme de Lucienne Marfaing, est l’auteur d’une vingtaine d’œuvres, collaboratrice des Annales politiques et littéraires.
Le Reflet sur la vitre est une rosserie infligée à une jeune femme inculte et coquette.

Claude Varèze est le pseudonyme de Mme Louis Sonolet, née Madeleine Gigon (18?-19?).
Dépourvue de toute ironie, la charmante nouvelle Ma petite ville décrit avec amour et finesses des lieux chers à l’auteur :

« Attendons encore… Au sommet de la colline là-bas, les arbres ne sont plus que des ombres chinoises sur le ciel d’où le jour s’épuise… Dans l’eau brune et rose encore les lumières qui s’allument dans la ville s’allongent en zigzags d’or. » (Ci-joint le pont immortalisé par Sisley.)

On retrouve dans Soit fait ainsi qu’il est requis les habituelles coquineries du Marquis de Sade :

« Ma fille, dit la baronne de Fréval à l’aînée de ses enfants qui allait se marier le lendemain, vous êtes comme un ange, à peine atteignez-vous votre treizième année, il est impossible d’être plus fraîche et plus mignonne, il semble que l’amour même se soit plu à dessiner vos traits, et cependant vous voilà contrainte à devenir demain la femme d’un vieux robin dont les manies sont fort suspectes. »
Et la mère y va de ses conseils….

> Écouter un extrait : Le Reflet sur la vitre.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 5 347 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

DIVERS – Le Premier Janvier, Quatre Évocations poétiques

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 10min | Genre : Poésie


Janus

Le nouvel an est une fête d’origine païenne qui vit le jour vers 46 avant notre ère, sous l’impulsion de Jules César qui décida que le 1er janvier serait le Jour de l’An.
Les Romains dédiaient ce jour à Janus, dieu païen des portes et des commencements, qui avait deux visages, l’un vers l’avant, l’autre vers l’arrière.

Pour commémorer le premier janvier 2015 (500ième anniversaire de la montée sur le trône de François Ier, vainqueur à Marignan en septembre 1515), nous vous proposons 4 courts poèmes :

- Victor Hugo (1802-1885), Premier Janvier,
- Arhur Rimbaud (1854-1891), Les Étrennes des orphelins,
- Tristan Derême (1889-1941), Bonne Année,
- Louisa Paulin (1888-1944), La Nouvelle Année.

agrémentés de vœux plutôt humoristiques :

« Que cette année vous soit heureuse ; que la paix, le repos et la santé vous tiennent lieu de fortune. » (Madame de Sévigné)

« Tous les hommes font la même erreur, de s’imaginer que bonheur veut dire que tous les vœux se réalisent. » (Léon Tolstoï)

« J’ai décidé d’être heureux parce que c’est bon pour la santé. » (Voltaire)

« Tenez, dit l’avare : voici un calendrier neuf, et qu’il vous fasse toute l’année ! » (Jules Renard)

« Je vous apporte mes vœux. – Merci, je tâcherai d’en faire quelque chose. » (Jules Renard)

« Je ne prendrai pas de calendrier cette année, car j’ai été très mécontent de celui de l’année dernière. » (Alphonse Allais)

> Écouter un extrait : Premier janvier.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 5 437 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

DIVERS – La Mort et le bûcheron

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 3min | Genre : Poésie


Jean de La Fontaine - La Mort et le Bûcheron, illustration de Gustave Doré

Ces trois fables sur le même thème, ayant pour source Le Vieillard et la Mort d’Ésope (620-560 av. J.C.), attirent notre attention sur la création littéraire et sur l’originalité de chacun des écrivains.

« Un jour un vieillard ayant coupé du bois, le chargea sur son dos. Il avait un long trajet à faire. Fatigué par la marche, il déposa son fardeau et il appela la Mort. La Mort parut et lui demanda pour quel motif il l’appelait. Le vieillard répondit : « C’est pour que tu me soulèves mon fardeau… »
Cette fable montre que tous les hommes sont attachés à l’existence, même s’ils ont une vie misérable. »
Ésope (Le Vieillard et la Mort, traduction d’Émile Chambry (1864-1938)).

À comparer :

- Nicolas Boileau (1630-1711) : Le Bûcheron et la Mort,
- Jean de La Fontaine (1621-1695) : La Mort et le Bûcheron,
- Jean-Baptiste Rousseau (1670-1741) : Fable d’Ésope.

> Écouter un extrait : Le Vieillard et la Mort.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 7 848 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

DIVERS – Citations sur la mort et dictons pour la Toussaint

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 12min | Genre : Philosophie


Cimetière fleuri

Mourir est, depuis toujours, le destin de tout être humain ; la mort fait partie de la vie… Ces quelques citations et proverbes, pas nécessairement funèbres, en ce jour de la Toussaint, d’anonymes ou d’auteurs connus peuvent être joints au long poème de Théophile Gautier La Comédie de la mort pour célébrer littérairement ce premier novembre 2013.

« Ce n’est pas que j’aie peur de la mort mais je préfère ne pas être là quand ça arrivera. »

« La mort ne me fait pas peur. Mort ? Je l’ai déjà été jusqu’au jour de ma naissance. »

« Ce n’est quelquefois qu’en perdant ceux qu’on aime qu’on sent combien on les aimait. » (Alfred de Musset)

Citations sur la mort et dictons pour la Toussaint.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 6 822 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

DIVERS – Quatre Poésies du XVIIème siècle

Donneur de voix : Francis | Durée : 12min | Genre : Poésie


John William Waterhouse - Windflowers

« Hélas ! petits moutons, que vous êtes heureux !

Vous paissez dans nos champs sans soucis, sans alarmes :

Aussitôt aimés qu’amoureux,

On ne vous force point à répandre des larmes. [...] »

Les Moutons (Antoinette Deshoulières)

Les Moutons (Antoinette Deshoulières).

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 5 529 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

DIVERS – Deux Curiosités littéraires (Poèmes)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 8min | Genre : Poésie


Marc-Antoine Désaugiers

Marc-Antoine-Madeleine Désaugiers (1772 1827), chansonnier et vaudevilliste, aujourd’hui oublié, fut aussi célèbre de son temps que Béranger (1780-1857). Tableau de Paris à cinq heures du matin est un petit chef-d’œuvre réaliste, gai, insouciant dont la richesse des rimes nous amuse.
« L’huissier carillonne,
Attend, jure, sonne,
Ressonne, et la bonne,
Qui l’entend trop bien,
Maudissant le traître,
Du lit de son maître
Prompte à disparaître
Regagne le sien.

Gentille, accorte
Devant ma porte
Perrette apporte
Son lait encore chaud. [...] »

Un siècle plus tôt Jean-Baptiste Panard (1691-1765) publiait Les Vieillards, poème de la même veine avec le refrain récurrent « Aujourd’hui, ce n’est plus cela », reprenant  le vieux thème éternel « O tempora ! o mores ! » ou bien « Ah ! de mon temps ! ».

« Une vieille

Dans ma jeunesse,
Quand deux cœurs amoureux
S’unissaient tous les deux
Ils sentaient mêmes feux ;
De l’hymen les doux nœuds
Augmentaient leur tendresse.

Aujourd’hui ce n’est plus cela :
Quand l’hymen s’en mêle,
L’ardeur la plus belle
N’est qu’une étincelle,
L’Amour bat de l’aile,
Et l’époux va
Cahin-caha. »

Deux curiosités littéraires à savourer…

Tableau de Paris à cinq heures du matin.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 6 267 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

DIVERS – Dix Contes modernes

Donneur de voix : André Rannou | Durée : 1h 52min | Genre : Contes


Bataille de Loigny

Des dix contes réunis dans ce recueil, seuls neuf ont pu être enregistrés, celui d’Ernest Laut (1864-1951) n’étant pas encore libre de droits. Publié en 1900, à l’initiative d’un professeur américain désireux de mettre à la disposition de ses élèves des textes français « des meilleurs auteurs du jour », l’ouvrage regroupe – à côté de pages relativement connues de Guy de Maupassant et d’Alphonse Daudet – des contes désormais beaucoup moins accessibles, encore que non dénués d’intérêt. Six d’entre eux relatent, avec humour ou de façon dramatique, des épisodes de la guerre franco-prussienne de 1870, encore très présente dans les esprits, ou y font allusion. Sont aussi évoquées la Révolution française et la guerre de Crimée, tandis que L’Oncle Sambuq reprend, avec une verve toute marseillaise, un sujet également traité dans Mon Oncle Jules de Maupassant.

> Écouter un extrait : L’Oncle Sambuq (Paul Arène).

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 13 267 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous nos livres audio gratuits pour Auteurs divers :