Livres audio gratuits pour 'Catulle Mendès' :


MENDÈS, Catulle – Le Bonnet de la mariée

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 13min | Genre : Nouvelles


Le Bonnet de la mariée

« Aucune inquiétude possible : j’étais sûre que mon amoureux m’épouserait, puisque j’avais le bonnet de la mariée. Ah ! bien, oui ! Huit jours plus tard, le petit cousin s’en alla. Et jamais plus je n’ai entendu parler de lui. Et voilà pourquoi je bois ce soir du champagne avec vous dans cet affreux cabinet rouge et vert où je m’ennuie depuis dix ans, quatre fois par semaine, régulièrement. »

Des amis qui trinquent en écoutant Le Bonnet de la mariée, une nouvelle signée Catulle Mendès (1841-1909) qui aurait pu l’être par Guy de Maupassant (1850-1893) !

Illustration : Coiffe de mariage tourangelle (Musée d’Airvault).

Le Bonnet de la mariée.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 960 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

MENDÈS, Catulle – Les Trois Bonnes Fortunes

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 15min | Genre : Nouvelles


Les Trois Bonnes Fortunes

« Chacun de vous me contera, sans trop mentir, l’une de ses aventures d’amour, et puisque l’eau va aux fleuves, et les millions aux millionnaires, et le bonheur aux heureux, c’est à celui des trois à qui est échue, autrefois ou naguère, la plus précieuse, la plus rare, la plus parfaite bonne fortune, que j’accorderai de baiser, en présence des deux autres, l’ongle rose et cruel de mon petit doigt déganté ! »

Ainsi s’exprime, dans cette charmante nouvelle de Catulle Mendès, Les Trois Bonnes Fortunes, Madame de Ruremonde dont le verdict… ne serait peut-être pas le vôtre ?

Les Trois Bonnes Fortunes.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 3 086 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

MENDÈS, Catulle – Siméon Charlerie

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 1h 45min | Genre : Nouvelles


Siméon Charlerie et fils

Quand on lit les derniers mots de la longue nouvelle de Catulle Mendès, Siméon Charlerie (1876),

« Quelques instants plus tard, quand les voisins, accourus aux cris de madame Charlerie, allèrent le ramasser sur le pavé de la cour, il était mort. Heureusement. »

cet adverbe final nous fait imaginer la disparition d’un individu malfaisant.

Il n’en est rien. Siméon Charlerie, dont la vie nous est contée de sa naissance à sa mort, était un garçon un peu niais, gentil, mais malheureusement très influençable et que domina, à chaque étape de son existence, un ancien camarade de classe profiteur et peu scrupuleux dont les conseils le perturbèrent au point qu’il en devint fou et rata tout, mariage, métier, relations, et… bonheur.

Une histoire très attachante, peut-être le meilleur des vingt-trois récits de Mendès ici publiés.

> Écouter un extrait : Première Partie.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 3 564 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

DIVERS – Contes du « Gil Blas » (Sélection)

Donneuse de voix : Domi | Durée : 1h 6min | Genre : Nouvelles


La Demoiselle en deuil

Le journal Gil Blas, paru de 1879 à la fin de l’été 1914, a publié de nombreux contes dont les auteurs les plus célèbres sont Maupassant et Mirbeau.
En 1877, le journal publia en recueil quelques textes dont sont extraits les quatre morceaux suivants :

- Théodore de Banville : La Dame anglaise,
- Catulle Mendès : Le Prix de la gloire,
- René Maizeroy : Thérèse Vigneaux,
- Paul Ginisty : La Demoiselle en deuil.

> Écouter un extrait : La Dame anglaise.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 6 228 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

MENDÈS, Catulle – La Sonnette – La Tueuse d’écho

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 22min | Genre : Nouvelles


Aksel Johannessen - Forcée à la prostitution (1915)

La première histoire coquine, La Sonnette, montre combien il est parfois difficile d’être fidèle à la parole donnée.

La Tueuse d’écho écrite par Catulle Mendès en 1883 traite le même sujet, la même année, dans presque les mêmes termes, que Maupassant dans L’Odyssée d’une fille.
« Si vous voulez la savoir, je veux bien vous la dire. Il faut que je vous explique une chose : ce n’est pas gai tous les jours, ni toutes les nuits, la vie que je mène. Patauger dans la boue de neuf heures du soir à deux heures du matin, parler aux gens qui rentrent chez eux, être rudoyée de coups de coude quand les passants sont de mauvaise humeur, retirer son corset dans une chambre d’hôtel garni où il n’y a pas toujours de feu, redescendre l’escalier, recommencer la promenade sous la pluie, ce sont des amusements dont je me passerais bien. »

De qui sont ces lignes ? De Maupassant ou de Mendès ?

La Sonnette.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 4 333 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

MENDÈS, Catulle – La Nouvelle Mariée

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 14min | Genre : Nouvelles


Soir de noces

Les paroles ci-dessous de La Nouvelle Mariée (1883), le soir de ses noces, donnent un aperçu du ton de ce conte :

« Je viens au fait. Je vous ai épousé, parce que vous êtes riche, mais je voudrais ne pas être votre femme, parce que vous êtes hideux, physiquement et moralement. Au contraire, un désir éperdu m’attire vers le jeune homme qui marche sous nos fenêtres. Situation nette : vous, haï ; lui, adoré. Oh ! je sais bien que vous êtes mon maître, car vous m’avez acquise ! vous pouvez, – tout de suite, – entrer dans ce lit où l’on m’a couchée, et d’où je vous dédaigne. Je ne me défendrai pas ! je me soumets. Après le marché fait, libre à vous de prendre possession… »

La Nouvelle Mariée.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 4 784 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

MENDÈS, Catulle – La Petite Servante

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 18min | Genre : Nouvelles


Jeune servante

Le destin cruel, en 1876, de Germaine, La Petite Servante qui semble moins souffrir de sa triste condition que nous qui la voyons vivre aussi soumise…
« On lui avait appris à coudre, mais on ne lui avait pas appris à lire. Lire, pour les personnes de la condition de Germaine, ce n’est pas salutaire. Lire porte à penser, et, une fois que l’on pense, on ne raccommode pas si bien les chemises. Les domestiques l’estimaient peu, parce qu’elle était silencieuse, obéissante et dévouée à sa maîtresse. Elle ne sortait jamais, si ce n’était le dimanche, pour aller à l’église. »
« Elle cousait. Elle avait toujours ses grands yeux bêtes et doux. Jamais âme n’avait été aussi seule que la sienne. Elle n’était pas triste pourtant. »
Un beau récit émouvant de Catulle Mendès, même si le parfum en est un peu décadent.

La Petite Servante.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 6 119 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

MENDÈS, Catulle – Monstres parisiens (Deuxième Sélection)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 50min | Genre : Nouvelles


Monstres parisiens

Blanche de Caldelis et La Dame seule nous présentent des héroïnes apparemment vertueuses mais nous retrouvons dans Madame de Fleurence et dans Les Faux Amants les « monstres » familiers à Mendès (cf. la première sélection de Monstres parisiens).
Comparez en effet la dame seule : « Grande, pâle, maigre, toujours plus amaigrie, et si belle avec vos profonds yeux d’or brun, cerclés d’un sombre azur, fixes, presque effrayants, pareils à des yeux de ressuscitée, vous avez traversé, seule, les luxes et les joies de la vie pari­sienne ; la longueur glaciale de votre robe noire était une traînée de deuil dans les fêtes. Point de mari, aucun amant, pas même une câline amie dont la tendresse charme le cœur sans l’a­paiser, comme un fruit trompe la soif. Cependant une vie intense incessam­ment vous dévorait, visible dans vos yeux caves, où deux braises fauves ne cessaient pas de luire, se ravivant à se consumer. »
et Madame de Roseboise : « Mais rien ne nous empêche de penser que Mine de Roseboise a quelque part dans Paris, par delà des ponts, un jeune ami, bien discret, obscur, inconnu, à qui elle ne craint pas d’avouer les imperfections encore exquises de sa beauté savante. » (Les Faux Amants)

> Écouter un extrait : Les Faux Amants.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 5 725 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous nos livres audio gratuits pour Catulle Mendès :