Livres audio gratuits pour 'Christiane-Jehanne' :


CHATEAUBRIAND, François-René (de) – Mémoires d’outre-tombe (Troisième Partie, Livre 23)

Donneuse de voix : Christiane-Jehanne | Durée : 3h 35min | Genre : Biographies


Louis XVIII

« Tout à coup le télégraphe annonça aux braves et aux incrédules le débarquement de l’homme. »

Ainsi commence ce Livre 23. Ce livre est entièrement consacré à la période historique en France connue sous le nom des « Cent-Jours ».

Napoléon débarque à Vallauris le 1er mars 1815 ;  il marche vers Paris, c’est le « vol de l’Aigle ».
Le 18 juin 1815, aura lieu la célèbre Bataille de Waterloo, puis le 22 juin, Napoléon abdique pour la seconde fois, il sera exilé sur l’île de Sainte-Hélène.

Pendant toute cette période, Louis XVIII et sa cour quittent Paris et se dirigent à Beauvais. Puis ils s’installent à Gand. Le 8 juillet 1815, Louis XVIII regagne Paris et son trône.

Chateaubriand évoque toute cette période, lui-même se trouvant à Gand, proche du Roi.

La Charte constitutionnelle et la politique de ces années sont aussi traitées par Madame de Staël (Considérations sur la Révolution Française).
Les Massacrés de Quiberon, dont le sang est évoqué par Chateaubriand et Madame de Staël, a inspiré Victor Hugo, dans une très belle ode, Quiberon.

La fin de ce Livre 23 se termine par une conversation entre Louis XVIII et Chateaubriand.

La fin de Napoléon fera l’objet du livre suivant.

Illustration : François Gérard, Portrait de Louis XVIII (détail).

Licence Creative Commons

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 798 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

STAËL, Germaine (de) – Considerations sur la Révolution française (Cinquième Partie)

Donneuse de voix : Christiane-Jehanne | Durée : 4h 2min | Genre : Essais


Anne Germaine de Staël

« Car sans la nation on ne peut rien, et avec elle on peut tout, excepté ce qui tend à l’avilir elle-même. »

Dans cette cinquième partie des Considérations sur les principaux événements de la Révolution française, l’auteure explique, avec son talent d’écrivaine et toutes ses convictions personnelles, son attachement à la monarchie constitutionnelle, son amour de la Liberté pour notre société.
Avec humour, elle souligne l’ambition et le désir du pouvoir, et face à un texte ambigu, « traduisez : je veux être ministre ; et toutes les obscurités vous seront expliquées ».

Elle évoque ici tout comme Chateaubriand (voir les Livres 22 et 23 des Mémoires d’outre-tombe), La Charte constitutionnelle de Louis XVIII, et, aussi, les Massacrés de Quiberon, fait qui inspire à Victor Hugo une ode, Quiberon, d’une grande force poétique.
Cette cinquième partie se termine en Juillet 1815.

La personne de Bonaparte est largement évoquée, et nous retrouvons dans le très beau poème des Méditations poétiques de Lamartine, Bonaparte, ce personnage historique abordé et présenté sur un fort beau mode poétique.

Illustration : Anne Germaine de Staël.

Licence Creative Commons

> Écouter un extrait : Chapitre 1.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 616 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

LAMARTINE, Alphonse (de) – Bonaparte (Poème)

Donneuse de voix : Christiane-Jehanne | Durée : 19min | Genre : Poésie


Buste de Napoléon Bonaparte au Château de Malmaison

« Cette méditation fut écrite peu de mois après qu’on eut appris en France la mort de Bonaparte à Sainte-Hélène. »

Chateaubriand dans ses Mémoires d’outre-tombe et Madame de Staël dans ses Considérations sur la Révolution française, évoquent longuement avec tout leur talent et leurs convictions personnelles, les événements historiques et politiques sous Napoléon Ier.

Ici, Lamartine, de son si beau style poétique, évoque ce personnage historique, comme Victor Hugo l’avait pu faire dans son propre style, dans son ode Buonaparte.

« Sur un écueil battu par la vague plaintive,
Le nautonier,de loin,voit blanchir sur la rive
Un tombeau, près du bord par les flots déposé ;
[...]
Et vous, peuples,sachez le vain prix du génie
Qui ne fonde pas des vertus. »

Dans l’édition de 1849, le poème s’achève un peu différemment :
« Et vous, fléaux de Dieu ! qui sait si le génie
N’est pas une de vos vertus? »

Illustration : Buste de Napoléon Bonaparte au Château de Malmaison.

Licence Creative Commons

Bonaparte.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 821 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

HUGO, Victor – Quiberon (Poème)

Donneuse de voix : Christiane-Jehanne | Durée : 11min | Genre : Poésie


Jean Sorieul - Combat de Quiberon en 1795 (détail, 1850)

« Par ses propres fureurs le Maudit se dévoile. »

Du 11 au 17 février 1821, Victor Hugo écrit une ode sur Quiberon inspirée par l’Affaire de Quiberon (1795).

Charles de Sombreuil, né en 1770, est mort fusillé à Vannes (Morbihan, en Bretagne) le 28 juillet 1795, pour sa participation à l’expédition de Quiberon.
Lui ainsi que trois nobles et onze prêtres sont fusillés.

Chateaubriand dans ses Mémoires d’outre-tombe, et Madame de Staël dans ses Considérations sur la Révolution française, évoquent ce bien triste événement et ce sang versé.

Ce poème est le quatrième du recueil Odes et ballades.

Illustration : Jean Sorieul, Combat de Quiberon en 1795 (détail, 1850).

Licence Creative Commons

Quiberon.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 617 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

MOLIÈRE – Les Fourberies de Scapin (Version 2)

Donneurs de voix : Projet collectif | Durée : 1h 36min | Genre : Théâtre


Honore Daumier

Les Fourberies de Scapin est une comédie de Molière en trois actes et en prose, créée au théâtre du Palais-Royal le 24 mai 1671. La pièce n’obtint alors qu’un succès limité. Les représentations s’espacèrent rapidement et Molière n’interpréta, jusqu’à sa mort en février 1673, que dix-huit fois le rôle de Scapin.

Reprise par ses anciens compagnons de scène après la mort du dramaturge, la pièce obtint en revanche un immense succès, et fut représentée 197 fois entre 1677 et la mort de Louis XIV en 1715. Elle est par la suite devenue l’une des pièces les plus jouées du répertoire théâtral français.

En l’absence de leurs pères partis en voyage, Octave, fils d’Argante ainsi que Léandre, fils de Géronte, se sont épris l’un de Hyacinte, jeune fille pauvre et de naissance inconnue qu’il vient d’épouser, le second de la « jeune Égyptienne » Zerbinette.
Au retour d’Argante, Octave, très inquiet de la réaction paternelle à l’annonce de son union et, de plus, fort à court d’argent, implore l’aide de Scapin, valet de Léandre. Mais cet « habile ouvrier de ressorts et d’intrigues » ne parvient pourtant pas à faire fléchir le vieillard.
(Wikipédia)

> Écouter un extrait : Acte 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 4 223 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

SOPHOCLE – Œdipe-roi

Donneurs de voix : Projet collectif | Durée : 1h 47min | Genre : Théâtre


Buste de Sophocle du type Farnèse

Dans la littérature grecque antique, le « cycle thébain » est un ensemble de récits légendaires qui racontent l’histoire d’Œdipe et de ses enfants. Sophocle en a tiré trois tragédies : Œdipe-roi, Œdipe à Colone et Antigone, chacune jouée une seule fois (et pas dans cet ordre) entre -440 et -405.

2500 ans plus tard, on demanda à Jean Cocteau pourquoi il travaillait sur La Machine infernale, inspirée tout droit d’Œdipe-roi. Il répondit : « Pourquoi je m’occupe de Sophocle ? Parce qu’il existe des choses neuves très vieilles et des choses vieilles toutes neuves ».

Résumé :

À son arrivée à Thèbes, Œdipe a libéré la cité de la Sphinge en résolvant son énigme ; en récompense, il s’est vu offrir le trône, laissé vacant par la mort de Laïos, et Jocaste, sa veuve. Vingt ans plus tard, une peste se déclare : Œdipe consulte l’oracle de Delphes, par qui s’exprime Apollon. Il annonce que la peste ne s’arrêtera que quand le meurtrier de Laïos aura été découvert et condamné. Œdipe commence alors son enquête…

Quelques informations :

La tragédie grecque est plus voisine de l’opéra que de la tragédie française classique. Ignorant actes et scènes, elle est structurée en parties dramatiques : les épisodes (dialogues joués par les acteurs), et parties lyriques : les stasima (chants et hymnes déclamés par le chœur). L’action est mise en place dans un Prologue, puis le chœur, qui représente les citoyens (ici, les Thébains), entre en scène (Parodos) ; suivent en alternance épisodes et stasima, jusqu’au final et à la sortie du chœur (Exodos). Tout le texte est écrit en vers, ce dont la traduction française ne rend pas compte. Trois acteurs jouent tous les rôles, changeant de voix, de vêtements…

Dans cette lecture, qui n’a pas de support visuel, à chaque rôle correspond un donneur de voix différent. Les textes du chœur et ceux du Coryphée, en principe des vieillards, sont lus par deux voix féminines – concession pratique qui apporte à cette lecture une très heureuse richesse expressive.

L’équipe qui vous propose cette lecture espère mettre en voix les deux pièces suivantes, Œdipe à Colone et Antigone, au mieux des disponibilités de chacune et chacun des donneurs de voix.

Traduction : Nicolas Artaud (1794-1861).

> Écouter un extrait : Prologue.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 9 621 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

STAËL, Germaine (de) – Considerations sur la Révolution française (Quatrième Partie)

Donneuse de voix : Christiane-Jehanne | Durée : 4h 50min | Genre : Essais


Germaine de Staël

« C’est presque toujours après de longs troubles civils que la tyrannie s’établit, parce qu’elle offre à tous les partis épuisés et craintifs l’espoir de trouver en elle un abri… »

Dans cette quatrième partie des Considérations sur les principaux événements de la Révolution française, Madame de Staël évoque de son style net et alerte, les événements historiques en France, depuis le Retour d’Égypte, jusqu’à la première abdication et les Adieux à Fontainebleau de Napoléon, en avril 1814, avec : le 18 brumaire (9 novembre 1799), les guerres, le despotisme, la religion (« Plus les sentiments sont beaux par leur nature, plus ils inspirent de répugnance quand l’ambition et l’hypocrisie s’en emparent »), la censure, l’exil (« Quiconque prévoit en politique le lendemain, excite la colère de ceux qui ne conçoivent que le jour même »), la résistance des peuples, russes et surtout espagnols, les Lumières, la Monarchie constitutionnelle à laquelle l’auteure est favorable, avec l’Angleterre.

Madame de Staël évoque également les écrits de son père, Jacques Necker, et ses derniers moments, en avril 1804, à Coppet (Suisse), alors qu’elle se trouve elle-même à Berlin.

Ce sont de très belles pages sur la liberté, exprimées avec force.

Chateaubriand, dans ses Mémoires d’outre-tombe, et surtout dans son Livre 22, cite Germaine de Staël. La bien tristement célèbre « Affaire du Duc d’Enghien », du Livre 16 des Mémoires d’outre-tombe, est aussi rappelée ici par Germaine de Staël.

Victor Hugo, dans son ode Buonaparte, traite sur un mode poétique, ces pages de l’Histoire.

Illustration : Madame de Staël, par Henri-Joseph Hesse.

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 3 126 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

MERLE D’AUBIGNÉ, Jean-Henri – Histoire de la Réformation du seizième siècle (Tomes 01 à 04)

Donneur de voix : Projet collectif | Durée : 75h 13min | Genre : Histoire


Jean-Henri Merle d'Aubigné

C’est en visitant le donjon du château de la Wartbourg, où Luther, mis à l’abri de la persécution par l’Électeur de Saxe, avait traduit la Bible en langue populaire, de 1521 à 1522, que Jean-Henri Merle d’Aubigné, alors âgé de 23 ans, conçut le dessein d’écrire une grande histoire de la Réformation ; une histoire qui fût à la foi savante, profonde, et qui montrât que le but de cet ébranlement majeur de l’Europe avait moins été de détruire les superstitions, que d’insuffler une vie nouvelle en recréant la foi. Le rêve de ce jeune étudiant en théologie, issu de deux grandes familles protestantes, les Merles de Nîmes, et les fameux d’Aubignés de l’Histoire de France, deviendra la grande affaire de sa vie, pour se concrétiser en treize gros volumes, qui ont fait passer son nom à la postérité. Cinq se regroupent sous le titre général d’Histoire de la Réformation au seizième siècle ; ce sont les plus connus, notamment les quatre premiers centrés autour de Luther, le cinquième étant consacré à l’Angleterre.

> Écouter un extrait : Préface.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 3 558 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous nos livres audio gratuits pour Christiane-Jehanne :