Livres audio gratuits pour 'Christiane-Jehanne' :


BÉRANGER, Pierre-Jean (de) – À Monsieur de Chateaubriand (Poème)

Donneuse de voix : Christiane-Jehanne | Durée : 7min | Genre : Poésie


Pierre-Jean de Béranger

Ce très vibrant poème est un hommage à François-René de Chateaubriand, écrit par un poète et chansonnier, Béranger.

Béranger est né à Paris en 1780, il fut un chansonnier prolifique fort connu, et il éleva la chanson à la hauteur de l’ode. Dans les pièces où il traite de sujets patriotiques ou philosophiques, il sait le plus souvent unir à la noblesse des sentiments, l’harmonie du rythme, la hardiesse des figures, la vivacité et l’intérêt du drame. (Wikipédia)

« L’influence des ouvrages de M. de Chateaubriand sur le jeune Béranger fut prompte et vive. Son admiration est restée fidèle à ce beau génie, dont les inspirations religieuses firent revivre en lui quelques-uns des germes que sa bonne tante de Péronne y avait semés. » Sainte-Beuve

Ce poème de 1831 est largement évoqué par une lettre de Chateaubriand, adressée à Béranger, dans sa brochure De la nouvelle proposition relative au bannissement de Charles X et de sa famille, et dans le livre 34 des Mémoires d’outre-tombe, chapitre 10.

Ce poème commence ainsi :
« Chateaubriand, pourquoi fuir ta patrie,
Fuir son amour, notre encens et nos soins ?
N’entends-tu pas la France qui s’écrie :
Mon beau ciel pleure une étoile de moins ? »

Plus loin, ce vers : « Brille à tes chants d’une noble rougeur » sera suivi, en fin de page, d’une note de Béranger.

Illustration : Portrait de Béranger.

Licence Creative Commons

À Monsieur de Chateaubriand.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 754 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

CHATEAUBRIAND, François-René (de) – Mémoires d’outre-tombe (Troisième Partie, Livre 33)

Donneuse de voix : Christiane-Jehanne | Durée : 2h 1min | Genre : Biographies


Pierre-Louis Delaval - Portrait de François-René Vicomte de Chateaubriand (1828)

« La monarchie européenne aurait pu continuer sa vie si l’on eût conservé en France la monarchie mère, fille d’un saint et d’un grand homme mais on en a dispersé les semences fécondes : rien ne renaîtra. »

Ainsi se terminait le livre précédent (32), et voici comment débute ce Livre 33 :
« Vous venez de voir la royauté de la Grève s’avancer poudreuse et haletante sous le drapeau tricolore au milieu de ses insolents amis ; voyez maintenant la royauté de Reims se retirer à pas mesurés au milieu de ses aumôniers et de ses gardes, marchant dans toute l’exactitude de l’étiquette, n’entendant pas un mot qui ne fût un mot de respect, et révérée même de ceux qui la détestaient. Le soldat, qui l’estimait peu, se faisait tuer pour elle ; le drapeau blanc, placé sur son cercueil avant d’être reployé pour jamais, disait au vent : Saluez-moi : j’étais à Ivry ; j’ai vu mourir Turenne ; les Anglais me connurent à Fontenoy ; j’ai fait triompher la liberté sous Washington, j’ai délivré la Grèce et je flotte encore sur les murailles d’Alger ! »

Ce très profond Livre 33 évoque les premiers jours d’août 1830, époque de grande importance historique et politique.

Le 7 août est un jour d’une extrême importance dans la vie de Chateaubriand :
« Chapitre 7 : Journée du 7 août. – Séance à la Chambre des pairs. – Mon discours. – Je sors du palais du Luxembourg pour n’y plus rentrer. – Mes démissions.
Le 7 d’août est un jour mémorable pour moi ; c’est celui où j’ai eu le bonheur de terminer ma carrière politique comme je l’avais commencée ; bonheur assez rare aujourd’hui pour qu’on puisse s’en réjouir.
[...]
Je montai à la tribune. Un silence profond se fit ; les visages parurent embarrassés, chaque pair se tourna de côté sur son fauteuil, et regarda la terre. Hormis quelques pairs résolus à se retirer comme moi, personne n’osa lever les yeux à la hauteur de la tribune. Je conserve mon discours parce qu’il résume ma vie, et que c’est mon premier titre à l’estime de l’avenir. »

Ce Livre 33 clôt la carrière politique de Chateaubriand, commencée avec le Livre 19, Chateaubriand que nous retrouverons en octobre 1830, avec le Livre 34.

Illustration : Pierre-Louis Delaval, Portrait de François René Vicomte de Chateaubriand (1828).

Licence Creative Commons

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 096 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

CHATEAUBRIAND, François-René (de) – Mémoires d’outre-tombe (Troisième Partie, Livre 32)

Donneuse de voix : Christiane-Jehanne | Durée : 2h 1min | Genre : Biographies


Eugène Delacroix - La Liberté guidant le peuple (1830)

Ce Livre 32 est intitulé Révolution de Juillet.

L’auteur commence par la journée du 26 juillet 1830, les Ordonnances datées du 25 sont insérées dans Le Moniteur.

Puis il évoque les 27, 28 :
« Ceux qui jadis avaient recouvert les aigles napoléoniennes peintes à l’huile de lis bourboniens détrempés à la colle n’eurent besoin que d’une éponge pour nettoyer leur loyauté : avec un peu d’eau on efface aujourd’hui la reconnaissance et les empires. »

et 29 juillet sur le plan militaire et civil, et ensuite les 30 et 31 juillet 1830 ; toute la vie politique est traitée avec grand soin.
« M. le duc d’Orléans avait eu, sa vie durant, pour le trône ce penchant que toute âme bien née sent pour le pouvoir. Ce penchant se modifie selon les caractères : impétueux et aspirant, mou et rampant ; imprudent, ouvert, déclaré dans ceux-ci, circonspect, caché, honteux et bas dans ceux-là : l’un, pour s’élever, peut atteindre à tous les crimes ; l’autre, pour monter, peut descendre à toutes les bassesses. M. le duc d’Orléans appartenait à cette dernière classe d’ambitieux. Suivez ce prince dans sa vie, il ne dit et ne fait jamais rien de complet, et laisse toujours une porte ouverte à l’évasion.
Pendant la Restauration, il flatte la cour et encourage l’opinion libérale. »

Le règne de Charles X s’achève, celui du Duc d’Orléans, nommé Lieutenant Général du Royaume, va commencer, comme « Roi des Français », ce qui sera traité par Chateaubriand dans le livre suivant, le Livre 33.

Illustration : Eugène Delacroix, La Liberté guidant le peuple (1830).

Licence Creative Commons

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 951 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BALZAC, Honoré de – Splendeurs et misères des courtisanes (Partie 03, Version 2)

Donneurs de voix : Christiane-Jehanne & | Durée : 4h 12min | Genre : Romans


Jean-Baptiste-Camille Corot - Le pont au Change vu du quai de Gesvres (détail, 1830)

Cette troisième partie de Splendeurs et misères des courtisanes s’intitule Où mènent les mauvais chemins, et se déroule à la Conciergerie.

« En août 1844, il (Balzac) publie chez de Potter Splendeurs et misères des courtisanes, qui comprend les deux premières parties actuelles. Puis il se met à travailler à la fin du roman, dont il pensait d’abord qu’elle consisterait en une seule partie. Toutefois, après avoir visité la Conciergerie, il décide de consacrer une partie entière à décrire cette prison et le fonctionnement de la justice criminelle, afin de bien amorcer les conditions du suicide de Lucien. Cette troisième partie, intitulée Une instruction criminelle, est publiée dans L’Époque du 7 au 29 juillet 1846. Elle paraît en août 1846 dans l’édition définitive de La Comédie humaine sous le titre actuel, Où mènent les mauvais chemins. Elle est aussi reprise en volume séparé chez Souverain sous le titre Un drame dans les prisons en 1847. » (Wikipédia)

« Le lendemain, à six heures, deux voitures menées en poste et appelées par le peuple dans sa langue énergique des paniers à salade sortirent de la Force, pour se diriger sur la Conciergerie au Palais de Justice.
Il est peu de flâneurs qui n’aient rencontré cette geôle roulante ; mais, quoique la plupart des livres soient écrits uniquement pour les Parisiens, les Étrangers seront sans doute satisfaits de trouver ici la description de ce formidable appareil de notre justice criminelle. Qui sait ? »

Ainsi commence cette troisième partie… fort… instructive !

Illustration : Jean-Baptiste-Camille Corot, Le pont au Change vu du quai de Gesvres (détail, 1830).

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 437 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

CHATEAUBRIAND, François-René (de) – Mémoires d’outre-tombe (Supplément sur Madame Récamier)

Donneuse de voix : Christiane-Jehanne | Durée : 3h 40min | Genre : Biographies


Juliette Récamier

« Madame Récamier.
Avant de passer à l’ambassade de Rome, à cette Italie, le rêve de mes jours ; avant de continuer mon récit, je dois parler d’une femme qu’on ne perdra plus de vue jusqu’à la fin de ces Mémoires. Une correspondance va s’ouvrir de Rome à Paris entre elle et moi : il faut donc savoir à qui j’écris… »

Ce très joli livre de Chateaubriand est entièrement consacré à Juliette Récamier. On y trouve un récit de Benjamin Constant très intéressant.
L’auteur évoque son enfance, sa jeunesse, ses amitiés, des voyages, les lettres qu’elle reçoit de relations telles que Germaine de Staël, Benjamin Constant, Madame de Genlis, etc…

Dans les Livres 29 et 30, traitant de l’Ambassade de Rome, des Mémoires d’outre-tombe, Juliette Récamier est très présente.

L’auteur achève ainsi ce très touchant livre :
« En approchant de ma fin, il me semble que tout ce que j’ai aimé, je l’ai aimé dans Madame Récamier, et qu’elle était la source cachée de mes affections. [...] Je l’ai suivie la voyageuse par le sentier qu’elle a foulé à peine ; je la devancerai bientôt dans une autre patrie. En se promenant au milieu de ces Mémoires, dans les détours de la Basilique que je me hâte d’achever, elle pourra rencontrer la chapelle qu’ici je lui dédie ; il lui plaira peut−être de s’y reposer : j’y ai placé son image. »

Vous lirez sur notre site deux très importantes conférences de madame Jacqueline Mathilde Baldran, agrégée de l’Université, Maître de conférences honoraire en littérature comparée, Sorbonne Nouvelle-Paris3, consacrées à Juliette Récamier, deux conférences que madame Baldran a eu la générosité de nous offrir, nous la remercions infiniment.

Illustration : Buste de Juliette Récamier, par Joseph Chinard (1805), Musée des Beaux-Arts de Lyon.

Licence Creative Commons

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 058 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BALDRAN, Jacqueline Mathilde – Juliette Récamier : La Belle des belles – Une éclatante maturité

Donneuse de voix : Christiane-Jehanne | Durée : 1h 42min | Genre : Essais


Juliette Récamier

« Juliette Récamier, dès son apparition dans le monde, fut appelée la Belle des Belles. Une gracieuse et vaporeuse silhouette, vêtue de blanc. Séduisante et séductrice, elle traîna tous les cœurs après soi… »
… et par rapport à Chateaubriand :
« Elle fut l’amour de sa maturité, la lumineuse tendresse de sa vieillesse. »

Mais, avant de rencontrer François-René de Chateaubriand, Juliette avait vécu…

Madame Baldran, agrégée de l’Université, Maître de conférences honoraire en littérature comparée, Sorbonne-Paris3, a très généreusement et avec une très grande amabilité, offert ces deux textes à notre site, nous la remercions infiniment.

La première conférence, La Belle des belles, évoque l’enfance et la vie de Juliette jusqu’en 1817, la seconde, Une éclatante maturité, la vie de Juliette jusqu’à son décès en 1849.
Madame Baldran nous donne, dans un style très limpide, des informations tout à fait passionnantes.

Sur notre site, vous trouverez aussi le supplément Sur Madame Récamier des Mémoires d’outre-tombe, que Chateaubriand consacre entièrement à cette belle personne.

Illustration : Portrait de Juliette Récamier par François Gérard (1805), musée Carnavalet, Paris.

La Belle des belles.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 214 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

CHATEAUBRIAND, François-René (de) – Mémoires d’outre-tombe (Troisième Partie, Livre 31)

Donneuse de voix : Christiane-Jehanne | Durée : 1h 10min | Genre : Biographies


Céleste de Chateaubriand

Dans ce Livre 31, Chateaubriand évoque son retour à Paris, fin mai 1829 ; puis pensant retourner à Rome, il descend vers les Pyrénées, séjourne à Cauterets, mais la vie politique le ramène à Paris : « à Lourdes, au lieu de tourner au midi et de rouler vers l’Italie, je pris le chemin de Pau, mes yeux se remplirent de larmes ».

Il retrouve son épouse, Céleste, à Paris. Celle-ci avait fondé, en 1819, une institution pour les prêtres âgés et les nobles devenues veuves suite à la Révolution : l’Infirmerie Marie-Thérèse, où elle sera enterrée en 1847.
Chateaubriand à cette époque de mai 1829 prépare un legs pour que cette propriété soit plus tard destinée à quelques artistes et gens de lettres malades.

La vie politique en France est traitée dans ce Livre 31 jusqu’aux Ordonnances Polignac de juillet 1830. Chateaubriand revient alors de Dieppe, où il avait vu madame Récamier.
La 1ère Ordonnance établit la suppression de la liberté de la presse, « la presse [...] c’est la parole à l’état de foudre ; c’est l’électricité sociale. Pouvez-vous faire qu’elle n’existe pas ? » écrit-il.
Et lire sa brochure si passionnante Du rétablissement de la censure… sur notre site, car la liberté de la presse est toujours abordée par Chateaubriand avec passion et vivacité.

Le livre suivant, le Livre 32, est consacré aux journées historiques de la Révolution de Juillet.

Illustration : Céleste de Chateaubriand.

Licence Creative Commons

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 048 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

CHATEAUBRIAND, François-René (de) – Mémoires d’outre-tombe (Troisième Partie, Livres 29 et 30)

Donneuse de voix : Christiane-Jehanne | Durée : 6h 26min | Genre : Biographies


Le Colisée à Rome

Ces deux Livres 29 et 30 sont présentés ensemble, dans cet audiolivre consacré à l’Ambassade de Rome.

Du 14 septembre au 9 octobre 1828, Chateaubriand quittant Paris rejoint Rome.

Il nous présente :
- la société romaine,
- les fouilles archéologiques à Torre Vergata, lancées le 3 février 1829,
- les lieux et la campagne romaine,
- son « Mémoire » sur l’Orient.

Il évoque le décès du pape Léon XII, le 10 février 1829, puis le conclave. Et courriers, dépêches et lettres à madame Récamier sont proposés à notre lecture : « Ici paraîtront distinctement les deux hommes qui existent en moi. »

Le 16 mai 1829, une lettre adressée à Juliette Récamier se termine ainsi : « j’ai fait déjà plusieurs lieues vers vous ». Du 16 au 28 mai 1829, il rejoint Paris.

Car madame Récamier est fort présente dans ces pages ; d’ailleurs, Chateaubriand lui a consacré tout un Livre intitulé Sur Madame Récamier, figurant ici dans le Supplément des Mémoires d’outre-tombe de l’édition que nous utilisons.

Puis, avec le Livre 31, ce sera le retour de Chateaubriand à Paris.

« Je vais bientôt quitter Rome, et j’espère y revenir. Je l’aime de nouveau passionnément, cette Rome si triste et si belle. [...] On n’a point vu Rome quand on n’a point parcouru les rues de ses faubourgs mêlés d’espaces vides, de jardins pleins de ruines, d’enclos plantés d’arbres et de vignes, de cloîtres où s’élèvent des palmiers et des cyprès,les uns ressemblant à des femmes de l’Orient, les autres à des religieuses en deuil. [...] Dans un des plus beaux sites de la terre, parmi les orangers et les chênes vers, Rome entière sous mes yeux, chaque matin. »

Illustration : Le Colisée à Rome, photo d’Andreas Ribbefjord (licence Cc-By-SA-3.0).

Licence Creative Commons

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 607 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous nos livres audio gratuits pour Christiane-Jehanne :