Livres audio gratuits pour 'Christiane-Jehanne' :


LAMARTINE, Alphonse (de) – L’Homme (Poème)

Donneuse de voix : Christiane-Jehanne | Durée : 31min | Genre : Poésie


Thomas Phillips - Lord Byron

L’Homme, Deuxième Méditation.
« À Lord Byron

Toi, dont le monde encore ignore le vrai nom,
Esprit mystérieux, mortel, ange ou démon,
Qui que tu sois, Byron, bon ou fatal génie,
J’aime de tes concerts la sauvage harmonie,
Comme j’aime le bruit de la foudre et des vents
Se mêlant dans l’orage à la voix des torrents !
La nuit est ton séjour, l’horreur est ton domaine :
[…]
Dédaigne un faux encens qu’on t’offre de si bas:
La gloire ne peut être où la vertu n’est pas.
Viens reprendre ton rang dans ta splendeur première
Parmi ces purs enfants de gloire et de lumière
Que d’un souffle choisi Dieu voulut animer,
Et qu’il fit pour chanter, pour croire, et pour aimer! »

C’est un magnifique poème sur l’être humain, sa relation au Divin, sur la poésie et bien sûr, plus particulièrement sur Lord Byron que Lamartine découvre.

Citations issues du commentaire de Lamartine :
- à propos des vers de Lord Byron : « Je lus et je relus depuis, avec une admiration toujours plus passionnée, ceux de lord Byron. Ce fut un second Ossian pour moi, l’Ossian d’une société plus civilisée, et presque corrompue par l’excès même de sa civilisation : la poésie de la satiété, du désenchantement et de la caducité de l’âge. »

- à propos de son décès en Grèce, à l’âge de 36 ans : « Il mourut martyr volontaire d’une cause désintéressée. Il y a plus de poésie vraie et impérissable dans la tente où la fièvre le couche à Missolonghi, sous ses armes, que dans toutes ses œuvres.
L’homme en lui a grandi ainsi le poète, et le poète à son tour immortalisera l’homme. »

Illustration : Portrait de Lord Byron par Thomas Phillips, 1813.

Licence Creative Commons

L’Homme.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 290 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BENSON, Robert Hugh – Le Maître de la Terre

Donneuse de voix : Christiane-Jehanne | Durée : 11h 22min | Genre : Romans


Escorial

Robert Hugh Benson, né le 18 novembre 1871 et mort le 19 octobre 1914 (à 42 ans), est un ecclésiastique et homme de lettres britannique. Il est le plus jeune fils d’Edward White Benson, archevêque de Cantorbéry. Il est le frère cadet d’Arthur Christopher Benson et d’Edward Frederic Benson.
Après ses études au collège d’Eton puis à Trinity College (Cambridge), Robert Hugh Benson fut ordonné prêtre dans l’Église anglicane par son propre père.
Il séjourna au Proche-Orient.
Admis dans l’Église catholique en 1903, puis ordonné prêtre en 1904, il est envoyé à Cambridge, il y exerça son ministère sacerdotal tout en poursuivant une carrière littéraire d’une trentaine d’ouvrages.

Le Maître de la Terre, paru en 1906, est un roman majeur. Il a 35 ans quand il l’écrit.
Il est obsédé par l’Antéchrist.
Par le biais des personnages, l’auteur exprime sa foi et les principes qui lui tenaient à cœur, sa version de l’Apocalypse, et de très profondes réflexions philosophiques et spirituelles.
Il décède en 1914, au début d’une guerre qu’il pressentait lorsqu’il écrivit ce livre.

C’est un livre de genre mixte, science-fiction, futurisme, et spiritualité.
Y sont évoqués la religion catholique, la franc-maçonnerie, le matérialisme, le communisme, l’athéisme, l’euthanasie, l’élimination physique radicale des opposants, entre autres thèmes, si importants.
Face à face, deux options, la religion traditionnelle catholique, et la religion dite de l’Humanité.

C’est un ouvrage de très profonde et intense réflexion sur la condition humaine.
Il nous amène à réfléchir sur les religions, les croyances, les aspirations et besoins de l’être humain à tenter de comprendre le sens de la vie, les réponses, les manipulations mentales toujours possibles.
À chacun, chacune, de faire sa propre réflexion, après la lecture de ce très grand roman.

Traduction : Théodore de Wyzewa (1862-1917).

Merci beaucoup à Suzanne Duc d’avoir indiqué ce texte.

Illustration : Quatrième Ange sonnant de la trompette, Apocalypse VIII, Beatus de l’Escorial (950-955).

Licence Creative Commons

> Écouter un extrait : Chapitre 00.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 681 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

LEOPARDI, Giacomo – Dialogue d’un physicien et d’un métaphysicien

Donneuse de voix : Christiane-Jehanne | Durée : 16min | Genre : Philosophie


Giacomo Leopardi Portrait

Ce dialogue est l’Œuvre morale numéro X.

« Giacomo Leopardi, né le 29 juin 1798 à Recanati et mort le 14 juin 1837 à Naples, est un poète, philosophe, écrivain, moraliste et philologue papiste, considéré comme le plus grand poète de langue italienne du XIXe siècle et une des plus importantes figures de la littérature mondiale ainsi que du romantisme littéraire.
Il est considéré comme précurseur de Freud, de Cioran. » (Wikipédia)

« Mais pleine de loisir et d’ennui, ce qui revient à dire vide, elle semble justifier cette pensée de Pyrrhon, qu’entre la vie et la mort il n’y a pas de différence. »

Les échanges du texte de cet audiolivre amènent de profondes réflexions autour de la vie, sa durée, l’art de bien vivre, d’être heureux.

Traduction : Alphonse Aulard (1849-1928).

Illustration : Portrait de Giacomo Leopardi.

Licence Creative Commons

Dialogue d’un physicien et d’un métaphysicien.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 648 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

CHATEAUBRIAND, François-René (de) – Mémoires d’outre-tombe (Œuvre intégrale)

Donneurs de voix : | Durée : –h –min | Genre : Histoire


François-René de Chateaubriand par Anne-Louis Girodet-Tiroson

Les Mémoires d’outre-tombe sont la principale œuvre de François-René de Chateaubriand, dont la rédaction commence en 1809, sous le titre Mémoires de ma vie, et s’achève en 1841. L’édition originale des Mémoires d’outre-tombe, titre final du projet, sera publiée en 12 volumes entre 1849 et 1850 chez Penaud frères (Paris), après une diffusion en feuilleton dans le journal La Presse. (Wikipédia)

Chateaubriand, par une langue si pure, un style si varié et sensible, nous offre des réflexions philosophiques, des informations historiques, des rapprochements… ou éloignements littéraires ; les anecdotes personnelles parsèment le texte et l’histoire de l’auteur côtoie l’Histoire.
La mort, certes, existe ; ne pas l’oublier rend la Vie plus chère : vies humaines, belle Nature… L’auteur nous livre son opinion personnelle, ô combien intéressante et enrichissante. Tout se tisse, il construit une splendide tapisserie littéraire, chatoyante, vivante.

Ces Mémoires : des textes lumineux, lumineux d’intelligence, d’humour, de sensibilité.

Vous trouverez dans cette intégrale un enregistrement complet en cours de réalisation par Christiane-Jehanne, ainsi que d’autres extraits ou sélections proposés par René Depasse, André Deguffroy et Francis.

Illustration : François-René de Chateaubriand, par Anne-Louis Girodet-Tiroson (après 1808), Musée d’Histoire de la Ville et du Pays Malouin, Saint-Malo.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 17 832 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

CHATEAUBRIAND, François-René (de) – Mémoires d’outre-tombe (Troisième Partie, Livres 42 et 43)

Donneuse de voix : Christiane-Jehanne | Durée : 3h 34min | Genre : Poésie


Tombeau de Chateaubriand à Saint Malo

Cet audiolivre vous propose les deux derniers Livres des Mémoires d’outre-tombe.

Dans le Livre 42, Chateaubriand commence par la politique générale, Louis-Philippe, messieurs Thiers, Talleyrand, de La Fayette, Armand Carrel.
Il évoque ensuite quelques femmes, une Louisianaise, madame Tastu et madame de Bourdic-Viot dont il nous signale « une ode remarquable », poème intitulé Le Silence.
« Madame de Bourdic-Viot fut célèbre sous Louis XVI par cette Ode sur le Silence » (Information de La Pléiade, Chateaubriand, Les Mémoires d’outre-tombe, Tome deux, p.1130, 1951).
George Sand est aussi évoquée dans le chapitre sept.
Puis ce Livre 42 se termine par la mort de Charles X.

Le Livre 43, écrit le 25 septembre 1841, s’intitule « Conclusion ».
Le texte Avenir du monde des Suppléments aux Mémoires, est à lire associé au Livre 43, on y trouve de très importantes réflexions sur la société et la vie politique.
Cet ultime Livre de ses Mémoires est un sobre et touchant récapitulatif :
- la vie politique, l’Histoire de France, la mort du duc d’Enghien en toile de fond permanente dans la pensée de l’auteur, et si bien traitée dans le Livre 16, sont ici reprises et repensées.
- la Liberté et la liberté de la presse ont été son idée fixe, pour notre société en évolution, avec des réflexions sur l’Égalité et la Fraternité.
- et, bien sûr, le Temps, historique et privé, l’Espace, géographique voire astronomique et privé, accompagnant son regard sur l’Histoire et son histoire, son recul, son humour, sa lucidité, sa foi chrétienne, sa culture structurent et tissent par leurs subtils entrelacs ce Livre et tout l’ensemble de ses Mémoires.

Chateaubriand décède à Paris le 4 juillet 1848, madame Récamier est à son chevet ; cette relation et la fin de notre auteur sont présentées avec délicatesse par madame Baldran, agrégée de l’Université, dans ses conférences Juliette Récamier : La Belle des belles et Une éclatante maturité.

Selon son vœu, Chateaubriand repose à Saint-Malo, où il était né le 4 septembre 1768.

Entre le 21 octobre 1848 et le 3 juillet 1850, les Mémoires d’outre-tombe paraissent dans la presse (Information : La Pléiade, Tome un, 1951).

Illustration : Tombeau de François-René de Chateaubriand, à Saint-Malo sur le rocher du Grand Bé, face à la mer qu’il a tant chérie.

Licence Creative Commons

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 869 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BOURDIC-VIOT (de), Henriette – Le Silence (Poème)

Donneuse de voix : Christiane-Jehanne | Durée : 4min | Genre : Poésie


Constellations

Madame de Bourdic-Viot, née à Dresde en 1746, arrive en France à l’âge de quatre ans.
Elle est très cultivée, connaît le latin, l’allemand, l’anglais et l’italien ; la musique, jointe à la poésie, partageait tout son temps.
Ses poésies sont disséminées dans l’Almanach des Muses et autres recueils.
Elle fut membre de l’académie de Nîmes.
Connue par son esprit et son amabilité, ses vers sont dans le style de Gresset et de Voltaire avec lequel elle a correspondu.
Elle est décédée près de Bagnols-sur-Cèzes en 1802 (Source : Wikipédia).

François-René de Chateaubriand a évoqué Le Silence, son « ode remarquable », écrit-il, dans le Livre 42 des Mémoires d’outre-tombe.

Début de ce très beau poème :
« Le Silence
Contemporain avec l’éternité,
Silence, tu régnas sur la nature entière,
Longtemps avant que la matière
Reçut les lois de la Divinité ;
Tout fut en toi, sans toi rien n’eût été.
[...] »

Illustration : Constellations (domaine public).

Licence Creative Commons

Le Silence.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 365 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

CHATEAUBRIAND, François-René (de) – Mémoires d’outre-tombe (Suppléments : Avenir du monde, Amour et vieillesse)

Donneuse de voix : Christiane-Jehanne | Durée : 38min | Genre : Biographies


Rose blanche, feuilles séchées

Ce sont deux textes des Suppléments extrêmement intéressants, et à lire associés aux Livres des Mémoires d’outre-tombe, qui vous sont ici proposés :

Avenir du monde concerne la société, les transformations sociales, les mouvements constitutionnels et l’importance de la presse, de l’imprimerie.
La vie politique, en France sous Louis-Philippe et en Europe, est évoquée.
La propriété, les classes socio-économiques, l’émancipation des femmes, la religion, voici quelques thèmes traités dans ces pages.

Nous y retrouvons aussi quelques lignes des Livres 37 et 42.
Ce texte est « un fragment important de la conclusion générale » (La Pléiade, 1950, Tome II, page 1047), et peut être lu associé au Livre 43.

Amour et vieillesse est un très touchant texte sur le temps qui passe, l’âge et les sentiments amoureux. L’auteur adolescent avait créé sa Sylphide, toujours présente dans l’esprit de l’« Enchanteur » vieillissant. Et, de la jeunesse à la vieillesse, le temps aura passé si vite !
Entre jeunes et moins jeunes personnes, quelles vraies relations sentimentales possibles, quelles limites ? Désir et frustration, jalousie, refuser ou se voir refusé, voilà quelques thèmes abordés.

Ce texte, bien souvent commenté, fut intitulé par Sainte-Beuve, qui le publia en 1862, Confession délirante.
Il débute par « « Chants de tristesse » à une inconnue » : peut-être l’Occitanienne rencontrée à Cauterets en 1829 : « il se trouva que l’inconnue était une Occitanienne, qui m’écrivait depuis deux ans… » (Livre 31, chapitre 1).
Puis il se poursuit par « Un vieux René » : peut-être des pages à madame Récamier.

Ces deux textes offrent de belles matières à réflexion, pour la vie des sociétés et pour la vie sentimentale de chacun-chacune à tout âge de son existence.

Illustration : Rose blanche et feuilles séchées. Photo personnelle.

Licence Creative Commons

Avenir du monde.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 405 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

CHATEAUBRIAND, François-René (de) – Mémoires d’outre-tombe (Suppléments)

Donneuse de voix : Christiane-Jehanne | Durée : 3h 23min | Genre : Biographies


Blason de la famille de Chateaubriand

Sont proposés ici les textes suivants, appartenant aux Suppléments aux Mémoires d’outre-tombe :

- La Généalogie de la famille de Chateaubriand avec des précisions concernant plusieurs branches, et des anecdotes où François, Duc de Bretagne, et François, Roi de France, pourraient bien être confondus…

- Un texte sur la vie de la sœur de Chateaubriand, Julie, Madame de Farcy, écrite par l’abbé Carron, et dont les extraits ont été choisis par notre auteur, pour cet ajout à ses Mémoires.
Après une vie mondaine, Julie fit preuve d’une fort profonde piété, ses actes et belles paroles sont ici rapportés : « On ne cherche qu’à soulager ses maux, disait−elle, et l’on ne parvient souvent qu’à les aigrir. En les faisant partager, on se les exagère à soi−même ; on détaille ses griefs, on s’appesantit sur chacun ; la compassion qu’on inspire d’un côté double le sentiment d’injustice qu’on éprouve de l’autre ; plus on se fait plaindre, plus on s’attendrit sur soi, et plus on se sent blessé de ce que l’on souffre. Ce résultat prouve que de telles consolations ne sont point dans l’ordre de Dieu. »

- Les sept Textes retranchés, dont six sont dans le présent audiolivre :

01. Préface testamentaire, de 1833 :
« Les Mémoires à la tête desquels on lira cette préface embrassent ou embrasseront le cours entier de ma vie ; ils ont été commencés dès l’année 1811, et continués jusqu’à ce jour. Je raconte dans ce qui est achevé, et raconterai dans ce qui n’est encore qu’ébauché, mon enfance, mon éducation… »

« Dans mes trois carrières successives, je me suis toujours proposé une grande tâche : voyageur, j’ai aspiré à la découverte du monde polaire ; littérateur, j’ai essayé de rétablir la religion sur ses ruines ; homme d’état, je me suis efforcé de donner aux peuples le vrai système monarchique représentatif avec ses diverses libertés : j’ai du moins aidé à conquérir celle qui les vaut, les remplace, et tient lieu de toute constitution, la liberté de la presse. Si j’ai souvent échoué dans mes entreprises, il y a eu chez moi faillance de destinée. »

02. Saint-Malo.

03. Le « Revenant ».

04. Pantomime de Mila.

05. Digression philosophique, texte en quatre parties, très riche de par le regard de l’auteur concernant la philosophie et la spiritualité :
« Si l’homme n’a pas d’âme, vos cruelles expériences ne portent alors que sur la matière, ne démontrent que les aptitudes de cette matière ; mais il faut que vous me prouviez que l’homme n’a pas d’âme ; or c’est ce dont je vous défie. »

06. Sur une pièce retrouvée. Ceci est à associer au Livre 16 des Mémoires d’outre-tombe.
Ces pages évoquent Bonaparte et la mort du Duc d’Enghien.

07. Dîner à Royal-Lodge (avril-septembre 1822).

Tous ces textes apportent des compléments très importants aux Mémoires d’outre-tombe.

Illustration : Blason de la famille Chateaubriand.

Licence Creative Commons

> Écouter un extrait : Généalogie (Première Partie).

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 175 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous nos livres audio gratuits pour Christiane-Jehanne :