Livres audio gratuits pour 'DanielLuttringer' :


LACROIX, Paul – Le Revenant du château de La Garde

Donneur de voix : DanielLuttringer | Durée : 47min | Genre : Contes


Le Revenant du château de La Garde

Cette nouvelle/conte est extraite des Contes littéraires du bibliophile Jacob à ses petits-enfants parus en 1897.

« – Je les ai vus, Mademoiselle, aussi vrai que je m’appelle Jean- Pierre pour vous servir.
- Vrai ! Vous les avez vus, Jean-Pierre ? dit Germain, qui se réjouissait tout bas de n’avoir pas à rester au château.
- Et moi, de même, je les ai vus, monsieur Germain ! reprit à son tour Marie-Jeanne, en baissant la voix.
- Moi, je voudrais bien les voir ! s’écria mademoiselle de La Garde, qui narguait par sa moue railleuse la crédulité de deux paysans et qui augmentait leurs craintes en ne les partageant pas. Et toi, Thérèse, ne les voudrais-tu pas voir ?
- Assurément, répondit-elle sans s’émouvoir plus qu’à l’ordinaire ; mais nous ne les verrons pas.
- Pourquoi cela, puisqu’ils se laissent voir, ces honnêtes revenants ?
- Parce que de leur naturel les revenants fuient qui les cherche et cherchent qui les fuit. »

Le Revenant du château de La Garde.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 605 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

DARC, Daniel – Fièvre bleue

Donneur de voix : DanielLuttringer | Durée : 1h 1min | Genre : Nouvelles


Fievre bleue.gif

Cette nouvelle d’amour (platonique) par Daniel Darc, pseudonyme de Marie Serrure, romancière et auteur dramatique (1840-1887), a été publiée dans La Revue politique et littéraire en 1884.

« -Il faut faire la part de l’isolement. Seule toujours, la tête se monte. Enfin, que vous dirai-je ? Pol René était devenu pour moi un confident, un ami, un dieu ! À force de le relire et de commenter chacune de ses pensées, je me mis en tête que lui aussi était isolé et malheureux. Et, en effet, sa poésie, vous le savez, est souvent noyée de larmes et pétrie de douleurs. Dans ma folie (car c’en était vraiment une, je l’ai bien compris tantôt, en entendant cette dame), dans ma folie, monsieur, je fis le rêve d’offrir ma vie, mon dévouement, mon âme tout entière à cet homme sublime de consacrer à le rendre heureux mon existence inutile et sans but…, tout cela sans lui demander rien en retour, que de se laisser adorer. Après tout, mon idée, si insensée qu’elle me paraisse à présent, n’était pas sans précédents. Goethe, Byron, Beethoven, Listz, Mérimée, d’autres encore, ont rencontré des dévouements pareils. »

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 621 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

SAINT-HILAIRE, Émile Marco (de) – Une matinée de Pierre-le-Grand à Paris

Donneur de voix : DanielLuttringer | Durée : 14min | Genre : Histoire


Une matinée de Pierre-le-Grand à Paris

Cette émouvante chronique du temps de Louis XV enfant (1717) par l’historien-romancier-essayiste Émile Marco de Saint-Hilaire (1796-1887) est parue dans la Revue des feuilletons en 1841.

« Cependant surmontant bientôt cette émotion trop vive, le monarque reprit son humeur de soldat, et élevant lui-même le bras :
- Mes amis, demanda-t-il à haute voix, donnez-moi un verre !
Un laquais à la livrée du roi (dans ce temps-là, les Invalides étaient servis par la livrée royale) lui présenta un gobelet d’argent, et le maréchal voulut lui verser du vin de sa cave particulière.
- Non, non !… s’écria le czar en repoussant doucement le flacon que tenait le gouverneur, c’est un gobelet pareil à celui de ces braves, et de leur vin qu’il me faut. Alors un sergent lui donna son gobelet d’étain. Pierre le remplit lui-même de vin ; puis élevant le gobelet au-dessus de sa tête :
- Mes camarades, reprit-il d’une voix de stentor, Pierre de Russie boit à votre santé ! »

Une matinée de Pierre-le-Grand à Paris.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 562 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

LEBLANC, Maurice – Arsène Lupin gentleman cambrioleur (Version 2)

Donneur de voix : DanielLuttringer | Durée : 5h 36min | Genre : Romans


Arsène Lupin gentleman cambrioleur

Arsène Lupin gentleman-cambrioleur est un recueil de neuf nouvelles policières, écrites par Maurice Leblanc, qui constituent les premières aventures d’Arsène Lupin. La couverture en couleurs de l’édition originale est dessinée par Henri Goussé.
La première nouvelle du recueil, L’Arrestation d’Arsène Lupin, est publiée en juillet 1905 dans le journal Je sais tout. Il s’agit de la première nouvelle mettant en œuvre Arsène Lupin. Celle-ci ayant rencontré un réel succès, Maurice Leblanc est encouragé à écrire la suite par son éditeur. Or, comme l’auteur est perplexe sur la façon de poursuivre les aventures d’un héros qui vient d’être coffré, l’éditeur l’enjoint de le faire évader. La saga du gentleman-cambrioleur est née. Plusieurs nouvelles paraissent dans Je sais tout, à intervalles irréguliers, jusqu’en 1907, avant d’être regroupées en volume.
Le recueil sort en librairie le 10 juin 1907. (Source : Wikipédia)

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 581 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

DUMAS, Alexandre – Comment Saint Eloi fut guéri de la vanité

Donneur de voix : DanielLuttringer | Durée : 21min | Genre : Contes


Comment Saint Eloi fut guéri de la vanité

… par l’intercession de Jésus-Christ.

« La vanité lui tourna la tête, et oubliant que Dieu nous élève et nous abaisse à sa volonté, il fit faire une enseigne sur laquelle il était représenté ferrant un cheval, avec cette exergue, passablement insolente pour ses confrères, et blessante pour l’humilité religieuse : Éloi, maître sur maître, maître sur tous.
L’inscription fit grande rumeur dès son apparition, et comme Éloi avait surtout à faire à une clientèle de commerçants, de chevaliers et de pèlerins, qui se croisaient incessamment devant sa boutique, l’orgueilleuse enseigne alla bientôt éveiller la susceptibilité des autres maréchaux-ferrants non seulement de la France, mais encore de l’Europe. De tous côtés s’éleva alors contre l’orgueilleux maître une clameur si grande qu’elle monta jusqu’au paradis : le bon Dieu, ne sachant pas d’abord quelle cause l’occasionnait, s’en émut et regarda sur la terre ; ses yeux, qui par hasard étaient tournés vers Limoges, tombèrent sur la fameuse enseigne, et tout lui fut expliqué. »

Comment Saint Eloi fut guéri de la vanité.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 606 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

WELLS, Herbert George – Un étrange phénomène

Donneur de voix : DanielLuttringer | Durée : 27min | Genre : Nouvelles


Un étrange phénomène

Cette nouvelle de science-fiction sur le thème des mondes parallèles a été publiée dans la revue Mercure de France en 1900.

« Puis je passai à travers un enchevêtrement d’algues aux reflets huileux. Je m’enfonçais ainsi dans la mer, et les étoiles s’éteignaient une à une et la lune devenait de plus en plus verte et sombre et les plantes marines prenaient des nuances lumineuses, rouges et pourpre. Tout cela était très vague et mystérieux et toutes choses semblaient agitées d’un léger frisson. Pendant tout ce temps, j’entendais le bruit des roues de mon fauteuil, les pas des gens qui passaient près de moi, et les cris éloignés d’un camelot qui vendait une édition spéciale de la Pall Mall Gazette. »

Traduction : Henry-David Davray (1873-1944).

Un étrange phénomène.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 048 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

TOURGUENIEV, Ivan – Scènes de la vie russe : Jacques Passinkof

Donneur de voix : DanielLuttringer | Durée : 1h 26min | Genre : Nouvelles


Jacques Passinkof.gif

Extrait des Scènes de la vie russe, Jacques Passinkof est paru en 1877 dans une traduction de Xavier Marmier (1808-1892).

« Passinkof se montrait très prévenant et très poli envers chacun, sans être obséquieux. Si on le repoussait, il ne s’humiliait pas, et il ne se fâchait pas ; il se retirait en silence à l’écart, et attendait un autre moment. Ce fut ainsi qu’il agit à mon égard. Il y avait environ un mois que j’étais à l’école. Par un beau jour d’été, en me rendant au jardin, après un de nos jeux bruyants, je le vis assis sur un escabeau sous les larges rameaux d’un lilas. Il tenait un livre à la main, et en m’approchant de lui, je lus sur la couverture de ce livre : Schiller’s Werke (Oeuvres de Schiller). Je m’arrêtai :
« Est-ce que vous savez l’allemand ? » lui demandai-je.
Quand j’y songe, je me fais encore un reproche de l’accent dédaigneux avec lequel je lui adressai cette question. »

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 786 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

SUE, Eugène – Les Sept Péchés capitaux (L’Avarice)

Donneur de voix : DanielLuttringer | Durée : 5h 13min | Genre : Romans


L'Avarice

L’Avarice est le sixième des Sept Péchés capitaux paru en 1851.

« - Admets-tu que, tôt ou lard, les richesses si laborieusement amassées par l’avare s’épanchent presque toujours en magnificence de toutes sortes, car le proverbe a dit : À père avare, fils prodigue.
- Soit ; j’admets la prodigalité comme dispensatrice presque ordinaire de ces trésors si longtemps enfouis, mais où vois-tu de la philanthropie là-dedans ?
- Où j’en vois ? mais partout ! mais dans tout ! Est-ce que les conséquences du luxe, de la magnificence n’amènent pas le bien-être et l’aisance de cent familles qui lissent la soie, le velours, la dentelle ! qui cisèlent l’or et l’argent, qui montent les pierres précieuses, bâtissent des palais, sculptent l’ébène des meubles, vernissent les voilures, élèvent les chevaux de race, cultivent les fleurs rares ? Est-ce que peintres, architectes, les cantatrices, musiciens, danseuses, tout ce qui est enfin métier, art, plaisir, enchantement, poésie, n’a pas une large part à la pluie d’or qui fait éclore ces merveilles ? Et cette pluie d’or, d’où sort-elle, sinon de ce magique réservoir si lentement mais si opiniâtrement rempli par l’avare ? »

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 096 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous nos livres audio gratuits pour DanielLuttringer :