Livres audio gratuits pour 'Denis Diderot' :


L’ENCYCLOPÉDIE – Vérité (Suite)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 15min | Genre : Philosophie


« Ainsi la géométrie démontre-t-elle, comme nous l’avons déja dit, qu’un globe mille fois plus grand que la terre peut se soutenir sur un essieu moins gros mille fois qu’une aiguille ; mais un globe & une aiguille, tels que la géométrie se les figure ici, ne subsistent point dans la réalité : ce sont de pures abstractions que notre esprit se forme sur des objets. »

Suite promise de l’article de L’Encyclopédie Vérité de Jaucourt.

Après s’être intéressé à définir le terme de Vérité, l’auteur nous propose, à lire avec lenteur, Vérité métaphysique ou transcendentale, Vérité éternelle, Vérité métaphysique, Vérité dans l’Écriture, Vérité en mythologie, avec en appendice, Véracité.

de quoi combler les amoureux de la philosophie.

« Vérité métaphysique : on entend par vérité métaphysique, l’existence réelle des choses conforme aux idées auxquelles nous avons attaché des mots pour désigner ces choses ; ainsi connoître la vérité, dans le sens métaphysique, c’est apercevoir les choses telles qu’elles sont en elles-mêmes, & en juger conformément à leur nature ; mais comme le grand jour convient moins aux jeux du théatre que la lumiere, ainsi la vérité plait moins que l’erreur à la plûpart des hommes, cependant quelle que soit leur foible vue, ou leurs affections dépravées, l’amant de la vérité, qui la recherche, qui la connoît, & qui en jouit, possede le plus grand bien auquel on puisse aspirer ici-bas. Il est beau de considérer du haut d’un mont escarpé, les erreurs & les égaremens des foibles mortels, pourvû qu’on les regarde d’un œil compatissant, & non pas d’un œil orgueilleux. C’est du pic de cette montagne qu’on apprend pourquoi la vérité, fille du ciel, tombe flétrie sous le poids des chaînes de la superstition. »

Vérité (Fin de l’article).

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 973 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

L’ENCYCLOPÉDIE – Fausseté – Mensonge

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 10min | Genre : Philosophie


« On dit qu’il y a eu cent mille hommes écrasés dans le tremblement de terre de Lisbonne : ce n’est pas un mensonge, c’est une fausseté. »

Fausseté et Fausseté des vertus humaines, articles signés Voltaire dans L’Encyclopédie reprennent le même sujet, étoffé, que dans le Dictionnaire philosophique.

« Il y a de la fausseté dans le cœur quand on s’est accoutumé à flatter et à se parer de sentiments qu’on n’a pas ; cette fausseté est pire que la dissimulation, et c’est ce que les Latins appelaient simulatio.
Il y a beaucoup de faussetés dans les historiens, des erreurs chez les philosophes, des mensonges dans presque tous les écrits polémiques, et encore plus dans les satiriques.
Les esprits faux sont insupportables, et les cœurs faux sont en horreur. »

Mensonge de L’Encyclopédie est de la plume de Jaucourt :

« Concluons que si le mensonge, les équivoques & les restrictions mentales sont odieuses, il y a dans le discours des faussetés innocentes, que la prudence exige ou autorise ; car de ce que la parole est l’interprête de la pensée, il ne s’ensuit pas toujours qu’il faille dire tout ce que l’on pense. »

Illustration: Jacques-Philippe Le Bas, Ruines de l’église de São Paulo, après le tremblement de terre de Lisbonne en 1755 (1757).

Encyclopédie : Mensonge.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 3 015 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

VÉRITÉ, selon Voltaire et l’Encyclopédie

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 30min | Genre : Philosophie


Giovanni Lanfranco - Veritas (1600-1625)

Même titre, Vérité, pour l’article de L’Encyclopédie de Jaucourt et pour celui du Dictionnaire philosophique de Voltaire, mais peu de ressemblance dans leur contenu.

Soyons précis :

Voltaire traite trois sujets : Sens de vérité, Vérités historiques et Des degrés de vérité selon lesquels on juge les accusés.

« La vérité est un mot abstrait que la plupart des hommes emploient indifféremment dans leurs livres et dans leurs jugements, pour erreur et mensonge. Cette définition aurait merveilleusement convenu à tous les faiseurs de systèmes. Ainsi le mot sagesse est pris souvent pour folie, et esprit pour sottise.

Humainement parlant, définissons la vérité, en attendant mieux, « ce qui est énoncé tel qu’il est ».

Celui qui a entendu dire la chose à douze mille témoins oculaires n’a que douze mille probabilités, égales à une forte probabilité, laquelle n’est pas égale à la certitude. »

Vérité de l’Encyclopédie est un article très philosophique demandant beaucoup d’attention, avec plusieurs sections dont nous ne donnons que la première… Les autres viendront, en particulier Vérités métaphysiques.

« Il faut considérer la vérité relativement à nos connoissances : considerée sous ce point de vue, on peut la définir une conformité de nos jugemens avec ce que sont les choses : en sorte que ce qu’elles sont en elles-mêmes, soit précisément ce que nous en jugeons.
Si la vérité est une conformité de notre pensée avec son objet, elle est donc une particularité ou circonstance de notre pensée ; elle en est donc dépendante, elle ne subsiste donc point par elle-même. S’il n’y avoit point de pensées & de connoissances au monde, il n’y auroit point de vérité. »

Dictionnaire philosophique : Vérité.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 3 777 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

L’ENCYCLOPÉDIE – Jeux olympiques

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 18min | Genre : Histoire


Lutteurs

Quelques Olympiques de Pindare ont été lus sur ce site ; l’article de l’Encyclopédie consacré aux Jeux olympiques marquera la fin de ceux de cette année.

Nous en retiendrons ici quatre passages montrant les différences et les ressemblances entre les époques :

I. « Les athletes combattirent nus dans ces jeux, depuis la trente-deuxieme olympiade, où il arriva à un nommé Orcippus de perdre la victoire, parce que dans le fort du combat son caleçon s’étant dénoué, l’embarrassa de maniere à lui ôter la liberté des mouvemens. Ce reglement en exigea un autre : c’est qu’il fut défendu aux femmes & aux filles, sous peine de la vie, d’assister à ces jeux, & même de passer l’Alphée pendant tout le tems de leur celébration. »

II. « Il étoit aussi défendu aux athlètes, sous peine d’une amende considérable, d’user de la moindre fraude pour être déclaré vainqueur ; mais ni les lois, ni les peines ne sont pas toujours un frein capable de contenir l’ambition dans de justes bornes. Il y eut des supercheries, & la punition sévere qu’on en tira, n’empêcha pas qu’on ne retombât de tems en tems dans les mêmes fautes. »

III. « En effet, qui pourroit croire, si tant de monumens ne l’attestoient, que pour une couronne d’olivier, toute une nation se dévouât à des combats si pénibles & si hasardeux ? »

IV. « Le vainqueur retournoit-il dans sa ville, ses concitoyens venoient en foule au-devant de lui, & le recevoient avec l’appareil d’une espece de triomphe ; persuadés que la gloire dont il étoit couvert illustroit leur patrie, & rejaillissoit sur chacun d’eux. »

Jeux olympiques.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 582 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

L’ENCYCLOPÉDIE – Déistes – Révélation – Assomption

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 31min | Genre : Religion


Nicolas Poussin - L'Assomption de la Vierge (1650)

L’abbé Edme Mallet a rédigé plus de 1000 articles pour L’Encyclopédie et Boucher d’Argis, avocat guillotiné en 1791 en a fourni, lui, plus de 4000. Des noms bien oubliés… que nous rappellent Déistes, Révélation et Assomption qui complètent, sur le site, les recherches historiques philosophico-religieuses du Siècle des lumières.

On parle beaucoup, par exemple, du Déisme de Voltaire (voir notre récent article Athéisme), mais dans lequel des Déismes proposés par l’abbé Mallet le classeriez-vous ? Il est bon d’éclairer les notions souvent floues que nous avons sur ces problèmes, et en ce jour l’article sur l’Assomption peut préciser les idées.

Les curieux d’Histoire y trouveront des dates : « Néanmoins, la créance commune de l’Eglise est que la sainte Vierge est ressuscitée, & qu’elle est dans le ciel en corps & en ame. La plûpart des Peres Grecs & Latins qui ont écrit depuis le IVe. siecle sont de ce sentiment ; & le cardinal Baronius dit qu’on ne pourroit sans témérité assûrer le contraire. C’est aussi le sentiment de la Faculté de Théologie de Paris, qui en condamnant le livre de Marie d’Agreda en 1697, déclara entre autres choses, qu’elle croyoit que la sainte Vierge avoit été enlevée dans le ciel en corps & en ame. Ce qu’on peut recueillir de plus certain de la tradition depuis le IXe. siecle, c’est que parmi les ornemens des églises de Rome sous le pape Paschal, qui mourut en 824, il est fait mention de deux, où étoit représentée l’Assomption de la sainte Vierge en son corps ; ce qui montre qu’on la croyoit dès-lors à Rome. »

> Écouter un extrait : Déistes.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 3 163 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

L’ENCYCLOPÉDIE – Prêtres – Théocratie – Athéisme

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 40min | Genre : Religion


José Camarón y Meliá - Moisés con las tablas de la ley

Aux articles de L’Encyclopédie de 1751 concernant les religions et leur évolution historique, Dieu, Christianisme, Mahométisme, Paradis, viennent s ‘ajouter :

Prêtres
« Il est doux de dominer sur ses semblables ; les prêtres surent mettre à profit la haute opinion qu’ils avoient fait naître dans l’esprit de leurs concitoyens ; ils prétendirent que les dieux se manifestoient à eux ; ils annoncerent leurs decrets ; ils enseignerent des dogmes ; ils prescrivirent ce qu’il falloit croire & ce qu’il falloit rejetter ; ils fixerent ce qui plaisoit ou déplaisoit à la divinité ; ils rendirent des oracles ; ils prédirent l’avenir à l’homme inquiet & curieux, ils le firent trembler par la crainte des châtimens dont les dieux irrités menaçoient les téméraires qui oseroient douter de leur mission, ou discuter leur doctrine. »

Théocratie
« Après Moïse, le peuple hébreu fut gouverné par des juges que Dieu lui permit de choisir. La théocratie ne cessa point pour cela ; les juges étoient les arbitres des différens, & les généraux des armées : assistés par un sénat de soixante & dix vieillards, il ne leur étoit point permis ni de faire de nouvelles lois, ni de changer celles que Dieu avoit prescrites ; dans les circonstances extraordinaires, on étoit obligé de consulter le grand-prêtre & les prophetes, pour savoir les volontés du ciel : ainsi on regloit sa conduite d’après les inspirations immédiates de la divinité. »

et Athéisme qui pose un problème biographique littéraire :
« On peut aussi attaquer l’athéisme par ses conséquences, qui, en sappant la religion, renversent du même coup les fondemens de la morale & de la politique. En effet l’athéisme avilit & dégrade la nature humaine, en niant qu’il y ait en elle les moindres principes de morale, de politique, d’équité & d’humanité : toute la charité des hommes, suivant cet absurde système, toute leur bienveillance, ne viennent que de leur crainte, de leur foiblesse, & du besoin qu’ils ont les uns des autres. »

Cet article anti-athéiste rédigé par un théologien français et un pasteur d’origine allemande sous la direction et le regard de Voltaire et de Diderot, permet en effet de modifier l’opinion que l’on a souvent de ces deux écrivains.
Voltaire est mort en 1778. Juste avant sa mort il a proclamé qu’il vénérait Dieu, qu’il aimait ses amis, qu’il ne ressentait aucune haine pour ses ennemis et qu’il détestait la superstition.

« Je crois en Dieu, écrit Diderot à Voltaire le 11 juin 1749, quoique je vive très bien avec les athées. Je me suis aperçu que les charmes de l’ordre les captivaient malgré qu’ils en eussent ; qu’ils étaient enthousiastes du beau et du bon, et qu’ils ne pouvaient, quand ils avaient du goût, ni supporter un mauvais livre, ni entendre patiemment un mauvais concert, ni souffrir dans leur cabinet un mauvais tableau, ni faire une mauvaise action. »

Illustration : José Camarón y Meliá, Moisés con las tablas de la ley (1785).

> Écouter un extrait : Prêtres.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 3 733 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

L’ENCYCLOPÉDIE – Paris

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 1h 45min | Genre : Histoire


Vue du Pont Royal prise du Cours de la Reine (1750)

Promenade guidée, en 1750, dans les rues du vieux Paris au milieu des ruines, des constructions nouvelles, des églises, couvents, hôpitaux, souvenirs artistiques et culturels de toutes sortes… On y apprend que « dans les Commentaires de César, I. VI., le premier des auteurs anciens qui ait parlé de Paris, qu’il transféra l’assemblée générale de la Gaule dans la ville de Lutece des Pariens, Lutetia Parisiorum… », que ce « mont qui par avant avoit nom le mont de Mercure, perdit son nom & fut appellé le mont des Martirs (Montmartre) », que « comme nos rois ont toujours aimé la chasse, cette maison (Le Louvre) pouvoit bien d’abord avoir été destinée aux équipages de celle du loup, d’où lui seroit venu le nom de Lupara » ; qu’à « la place de Greve, par où l’on peut dire que commence la rue S. Antoine, étoit anciennement un grand terrein inutile, sur lequel la riviere jettoit quantité de gravier, d’où lui vient sans doute le nom qu’elle porte », que « Saint-André-des-Arcs (et non Saint Andre des Arts) où est l’église paroissiale de ce nom, n’étoit autrefois qu’une petite chapelle au milieu d’un champ planté de vignes & d’arbres fruitiers. Quelques antiquaires croient que cette église a été appellée Saint-André-des-Arcs à cause d’un grand jardin qui étoit proche de-là, où les écoliers alloient souvent s’exercer à tirer de l’arc », etc, etc…

Haussmann bouleversera tout un siècle plus tard.

Le long article Paris de L’Encyclopédie se poursuit avec un catalogue de différents ouvrages relatifs à la capitale et se termine par une comparaison des Athéniens et des Parisiens non enregistrés, mais accessibles dans la version texte.

Illustration : La Grenouillère – Vue du Pont Royal prise du Cours de la Reine (détail, 1750).

> Écouter un extrait : Première Partie.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 3 393 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

L’ENCYCLOPEDIE – Platonisme

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 45min | Genre : Philosophie


title=

Excellente initiation aux arcanes de la vie de Platon et de sa doctrine, l’article Platonisme expose aux profanes comme aux spécialistes, avec clarté, les principes « De la dialectique, De la philosophie contemplative de Platon, & premierement de sa théologie, de la physique de Platon, De l’ame selon Platon, ou de sa psychologie, De la philosophie pratique de Platon, & premierement de sa morale, De la politique de Platon ».
Viennent ensuite (non lus, mais que vous pouvez retrouver dans la version texte) : « Des successeurs de Platon, De l’académie premiere ou ancienne ou des vrais Platoniciens, De Speusippe, Xenocrate, Polémon, Cratès, Cantor, De l’académie moyenne, Arcesilaüs ou Arcesilas, De Lacy de Cyrene, De Philon » et la liste se termine par « Ce fut alors que le Platonisme engendra l’Eclectisme. Le Christianisme commençoit à s’établir ».

Débute alors la deuxième partie de notre enregistrement : « Platonisme (Théologie.) : ce terme désigne, en Théologie, la doctrine de Platon & des Platoniciens, d’après laquelle les Anti-trinitaires prétendent que le dogme de la Trinité a été transporté dans le Christianisme. Il importe de les entendre parler eux-mêmes pour être en état de les combattre ».

Intéressant d’écouter l’encyclopédiste dire « Il est sur-tout très-aisé de se tromper dans l’explication de la doctrine de Platon, qui n’est pas claire & distincte, soit que ce philosophe ait voulu être allégorique & mystérieux politiquement, soit qu’il n’ait pas été bien éclairé lui-même sur les idées qu’il falloit se former de la divinité ».

> Écouter un extrait : 01. Histoire de la philosophie.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 4 187 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous nos livres audio gratuits pour Denis Diderot :