Livres audio gratuits pour 'Espagne' :


MÉRIMÉE, Prosper – Les Voleurs

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 33min | Genre : Correspondance


John Frederick Lewis - José María Hinojosa « El Tempranillo » (132-1834)

Prosper Mérimée est l’auteur de cinq Lettres adressées d’Espagne (1842) au directeur de la Revue de Paris.

Les Voleurs (Lettre troisième) est destiné à faire connaître un célèbre bandit José Maria qui sévissait en Andalousie, puis de la frontière portugaise jusqu’au Royaume de Murcie, dont la tête était mise à prix et dont la générosité et la courtoisie égalaient la dangerosité.

« P.S. : José Maria est mort depuis plusieurs années. – En 1833, à l’occasion de la prestation de serment à la jeune reine Isabelle, le roi Ferdinand accorda une amnistie générale, dont le célèbre bandit voulut bien profiter. Le gouvernement lui fit même une pension de deux réaux par jour pour qu’il se tînt tranquille. »

Illustration : John Frederick Lewis, José María Hinojosa « El Tempranillo » (132-1834).

Les Voleurs.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 858 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

FERNÁN CABALLERO – La Mouette

Donneuse de voix : Cocotte | Durée : 10h | Genre : Romans


Franz Xaver Winterhalter - Étude d'Italienne (1864)

« Quand le premier ouvrage (La Gaviota – La Mouette) de l’auteur de Lágrimas (Un ange sur la terre) parut, en Espagne, cette publication fut accueillie par le public avec un enthousiasme universel. Voici comment s’exprimait un des critiques les plus compétents de la presse espagnole, D. Eugenio de Ochoa, en terminant un article consacré, dans le journal La España, à l’examen de la Gaviota :
C’est la première lueur d’un beau jour, le premier fleuron de la couronne poétique qui ceindra le front d’un Walter Scott espagnol.

Dans le prologue que Fernán Caballero a placé en tête de la Gaviota, il a déterminé admirablement le point d’où il est parti et le but moral qu’il se propose dans ses ouvrages :
« En composant cette œuvre légère, dit-il, nous n’avons pas eu l’intention de faire un roman, mais de chercher à donner une idée exacte, véritable, de l’Espagne, des mœurs de ses habitants, de leurs caractères, de leurs habitudes.
Nous avons voulu esquisser la vie intime du peuple, dans la haute et la basse classe, peindre son langage, ses traditions et ses légendes. Ce que nous avons recherché, avant tout, c’est de peindre, d’après nature et avec la plus scrupuleuse exactitude, les objets et les personnages mis en scène.
Notre ambition a été de donner une idée, aussi exacte que possible, de l’Espagne et des Espagnols. »

Ce programme, Fernán Caballero l’a religieusement et admirablement rempli dans toutes ses œuvres. »

A.M. Préface de Lágrimas, Un ange sur la terre.

Traduction : Teotimo T. (1882).

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 693 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

FERNÁN CABALLERO – Demi-Poulet

Donneuse de voix : Cocotte | Durée : 12min | Genre : Contes


Demi-Poulet

Il existe plusieurs versions de ce conte, qu’on trouve dans plusieurs langues.

Cette version est extraite du roman La Mouette de Fernán Caballero, auteure espagnole du XIXe siècle, dont un autre ouvrage, Un ange sur la terre, se trouve dans la bibliothèque de Littératureaudio.com.

Une grand-mère raconte cette histoire à ses petits-enfants :

« Il y avait autrefois une belle poule qui vivait fort à l’aise dans une ferme, entourée de sa nombreuse famille dans laquelle on pouvait remarquer un petit poulet difforme et estropié. C’était justement celui que sa mère aimait le plus. Les mères sont toujours ainsi. »

Traduction : Teotimo T. (1882).

Demi-Poulet.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 480 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

GRACIÁN, Baltasar – Le Héros

Donneuse de voix : Domi | Durée : 2h 35min | Genre : Essais


Baltasar Gracián

Baltasar Gracián (1601-1658) est un écrivain et essayiste jésuite du siècle d’or espagnol. Le Héros est son premier ouvrage.

« Un héros [dit-il] doit réunir en lui toutes les belles qualités mais sans en affecter aucune. Alors on est à double titre un héros ; on l’est par le mérite le plus complet et par l’estime générale des hommes ; on l’est en effet, et l’on est universellement reconnu comme tel. »

S’appuyant sur les exemples tirés de l’Histoire, il détermine quels doivent être les traits de caractère et le comportement de celui qui veut être un grand homme dans quelque domaine que ce soit.

Selon son traducteur, Joseph de Courbeville, le roi Philippe IV après l’avoir lu avec beaucoup d’attention porta sur ce texte le jugement suivant : « Ce petit ouvrage est très agréable, je vous assure qu’il contient de grandes choses. »

Traduction : Joseph de Courbeville (1668-1746).

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 3 176 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

IRVING, Washington – Les Contes de l’Alhambra

Donneuse de voix : Christine Sétrin | Durée : 13h 22min | Genre : Contes


Chénot - Entrée de la cour des Lions à l'Alhambra

À la requête de l’ambassadeur américain en Espagne, l’écrivain et historien Washington Irving (1783-1859), alors en séjour à Paris, se rendit à Madrid en 1826 afin d’y étudier les documents relatifs à la découverte du Nouveau Monde, récemment rendus publics par l’administration espagnole. De ces travaux devait naître, deux ans plus tard, une biographie de Christophe Colomb intitulée, A History of the life and voyages of Christopher Columbus.

Lors de ce voyage en Espagne, Irving eut l’occasion de se rendre à Grenade et le privilège d’y être logé dans le palais de l’Alhambra. Ses observations des coutumes locales, ses conversations avec les habitants, ses propres rêveries inspirées par ces lieux magiques lui inspirèrent le recueil Tales of the Alhambra (1832), dans lequel il mêle savamment son récit de voyage à des considérations historiques sur la présence des Maures en Espagne et la Reconquête, et surtout à une sélection de contes.

Teintés de romantisme, ces contes reprennent d’anciennes légendes espagnoles remises au goût du jour pour le public anglosaxon du XIXème siècle. Caveaux et fontaines enchantés, chevaux ou luths merveilleux, fantômes, tous les ingrédients du gothique sont là, agrémentés d’une petite pointe de picaresque à l’espagnole…

Traduction : Adèle Sobry (17?-18?) et Christine Sétrin (Chapitres 32 à 36).

Je remercie chaleureusement Vincent de l’Épine d’avoir bien voulu réviser la traduction des derniers chapitres.

Illustration : Chénot, Entrée de la cour des lions de l’Alhambra (S. XIX).

Licence Creative Commons

> Écouter un extrait : Chapitre 01 : Le Voyage.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 135 727 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BLASCO IBÁÑEZ, Vicente – Les Quatre Cavaliers de l’Apocalypse

Donneur de voix : André Rannou | Durée : 8h 53min | Genre : Romans


Albert Dürer - Les Quatre Cavaliers de l'Apocalypse

Ce roman, publié en 1916, nous offre un magnifique portrait des premiers mois de la Première Guerre mondiale. Il nous montre une France héroïque tenant vaillamment tête à une Allemagne cruelle et arrogante. Le récit, très bien mené, nous introduit dans le Paris quelque peu décadent de l’immédiat avant-guerre, avant de nous plonger au cœur du conflit lui-même, dont la pièce de résistance est la Bataille de la Marne. Celle-ci débute le 6 septembre 1914, et l’un des protagonistes y assiste bien malgré lui.
Les protagonistes appartiennent à une famille argentine de souche franco-allemande déchirée par la guerre. Marcel Desnoyers, émigré en Argentine pour échapper à la guerre franco-prussienne de 1870, est rentré à Paris en 1910, fortune faite, avec son épouse argentine Luisa et toute sa famille, tandis que Karl Hartrott, citoyen allemand marié à Héléna, la sœur de Luisa, est lui retourné en Allemagne avec les siens. Les rencontres entre cousins, dont chacun ne jure que par son pays, à la veille du conflit ou au cours de la guerre, ne pourront qu’être orageuses à souhait.
Le titre du roman est emprunté au chapitre 6 du dernier Livre de la Bible, L’Apocalypse de Saint Jean. La conflagration, désormais imminente, déclare un des personnages, ne pourra que déclencher les quatre fléaux présentés par saint Jean sous les traits de quatre cavaliers et de leurs montures, qui symbolisent la Peste, la Guerre, la Famine et la Mort. Ils sont brillamment dépeints dans la gravure d’Albert Dürer (voir illustration ci-contre).
L’auteur espagnol Vicente Blasco Ibáñez (1867-1928), est surtout connu pour ses romans réalistes et régionalistes, tels Cañas y barro (Boue et roseaux) et La Barraca (Terres maudites), dont l’action se déroule dans la région de Valencia, et pour ses romans qui traitent de la Guerre de 14-18. Républicain, il s’exila en France en 1923 pour échapper à la dictature militaire de Miguel Primo de Rivera et mourut à Menton cinq ans plus tard.
Vincente Minnelli a réalisé en 1962 une brillante adaptation cinématographique du roman, avec Glenn Ford, Ingrid Thulin et Charles Boyer dans les principaux rôles, mais il situe l’action au début de la Deuxième Guerre mondiale.

Traducteur : Georges Hérelle (1848-1935).

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 6 149 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

PARDO BAZÁN, Emilia – Conte de Noël

Donneuse de voix : Christine Sétrin | Durée : 30min | Genre : Contes


Josep Benlliure - Apothéose de Saint François d'Assise (détail)

L’auteure des réalistes Un petit-fils du Cid, La Chevelure de Laure et Premier Amour nous invite ici à une fantaisie (Fantasía est le titre original espagnol de ce Conte de Noël) dans laquelle elle imagine les traditions en usage, lors la nuit de Noël,… en enfer, au purgatoire et enfin au ciel !

En enfer : « Les horribles monstres avaient disparu. L’enfer se reposait. Je prêtai l’oreille… pas même un sanglot. »

Au purgatoire : « Le vert est la couleur de la nature qui ressuscite à chaque printemps. [...] L’enfer est rouge, le purgatoire vert… »

Au ciel : « De l’azur au dessus et au dessous de moi, de l’azur de tous côtés… cela était étrange et devenait un peu monotone. La fête de Noël dans la demeure des élus se réduirait-elle à ce bain d’éther ? Tant d’imagination et de variété dans les supplices et si peu dans les célestes récompenses ? »

Découvrez avec la narratrice ce conte fantastique quelle sera la « céleste récompense » de la nuit de Noël…

Traduction : G. Saint-Laurens (1900).

Illustration : Josep Benlliure, Apothéose de Saint François d’Assise (détail).

Licence Creative Commons

Conte de Noël.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 4 242 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

GAUTIER, Théophile – Malaga, le cirque et le théâtre

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 1h 30min | Genre : Voyages


Malaga, les arènes au XIXème siècle

De son voyage, en 1845, au-delà des Pyrénées, Théophile Gautier a rapporté un carnet très riche d’impressions.
Malaga, le cirque et le théâtre a quatre centres d’intérêt :
1. La description minutieuse d’un périple en Andalousie de Grenade à Malaga
« Un voyage en Espagne est encore une entreprise périlleuse et romanesque ; il faut payer de sa personne, avoir du courage, de la patience et de la force ; l’on risque sa peau à chaque pas ; sans compter les privations de tous genres, l’absence des choses les plus indispensables à la vie, le danger de routes vraiment impraticables pour tout autre que des muletiers andalous, une chaleur infernale, un soleil â fendre le crâne, vous avez les factieux, les voleurs et les hôteliers, gens de sac et de corde dont la probité se règle sur le nombre de carabines que vous portez avec vous. »
2. L’assistance à une corrida dans les arènes de Malaga :
« Montés (un célèbre torero), au lieu de s’avancer comme d’habitude au milieu de l’arène, se posa à une vingtaine de pas de la barrière pour avoir un refuge en cas de malheur ; il était fort pâle, et, sans se livrer à aucune de ces gentillesses, coquetteries du courage qui lui ont valu l’admiration de l’Espagne, il déploya la muleta écarlate et appela le taureau, qui ne se fit pas prier pour venir. »
3. Une soirée au théâtre très « espagnole ».
4. Des réflexions profondes sur la littérature espagnole, ancienne et contemporaine.

La fin est la constatation du poète désabusé :
« Il ne faut donc pas trop blâmer la foule qui, en attendant, envahit le cirque et va chercher les émotions où elles se trouvent ; après tout, ce n’est pas la faute du peuple si les théâtres ne sont pas plus attrayans ; tant pis pour nous, poètes, si nous nous laissons vaincre par les gladiateurs. En somme, il est plus sain pour l’esprit et le cœur de voir un homme de courage tuer une bête féroce en face du ciel que d’entendre un histrion sans talent chanter un vaudeville obscène, ou débiter de la littérature frelatée devant une rampe fumeuse. »

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 4 029 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous nos livres audio gratuits pour Espagne :