Livres audio gratuits pour 'Fedor Dostoïevski' :


DOSTOÏEVSKI, Fedor – Journal d’un écrivain (1877, 1880, 1881)

Donneuse de voix : Pomme | Durée : 9h 33min | Genre : Essais


St Petersbourg.JPG

Suite et fin de Journal d’un écrivain : années 1877, 1880 et 1881.

Traduction : J.-Wladimir Bienstock (1868-1933) et de John-Antoine Nau (1860-1918).

> Écouter un extrait : Première Partie : 1877.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 6 884 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

DOSTOÏEVSKI, Fedor – Les Frères Karamazov (Version 2)

Donneuse de voix : Pomme | Durée : 34h 21min | Genre : Romans


Les Frères Karamazov

Roman acclamé par des personnalités comme Sigmund Freud, Albert Einstein ou encore le pape Benoît XVI et considéré comme l’un des plus grands chefs-d’œuvre de la littérature mondiale.
L’intrigue principale tourne autour des trois fils de Fiodor Pavlovitch Karamazov, homme impudique, vulgaire et sans principes, et du parricide commis par l’un d’entre eux.
Chacun des trois fils représente un idéal-type de la société russe de la fin du XIXe siècle : Alexeï, ou Aliocha, le benjamin, est un homme de foi ; Ivan est un intellectuel matérialiste qui cherche à savoir si tout est permis, dans la mesure où Dieu n’existe pas ; Dimitri, très exalté, est un homme impétueux en qui le vice et la vertu se livrent une grande bataille : ce dernier incarne, selon l’auteur lui-même, « l’homme russe ».

Traduction : Henri Mongault (1888-1941).
Cette traduction de 1923 plus récente que celle de Halpérine-Kaminsky et Morice respecte le texte intégral.

> Écouter un extrait : Livre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 33 290 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

DOSTOÏEVSKI, Fedor – La Femme d’un autre et Le Mari sous le lit

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 2h | Genre : Nouvelles


La Femme d'un autre et Le Mari sous le lit

La Femme d’un autre et Le Mari sous le lit est la réunion de deux nouvelles, La Femme d’un autre (sous-titrée « Une scène de rue ») et Le Mari sous le lit (sous-titrée « Une aven­ture extra­or­di­naire ») parues en 1848.

Une très juste vue de l’œuvre nous est présentée par Wikipédia :
« La nouvelle a l’allure d’un vaudeville et met en scène les poncifs du genre. La thématique du triangle amoureux (ou plutôt du polygone, vu le nombre d’amants de l’héroïne), le ridicule pathétique des maris cocus (systématiquement beaucoup plus âgés que leur épouse), l’idée qu’une épouse jeune est forcément menteuse, volage et infidèle, les nombreux quiproquos auxquels donne lieu la situation, mais aussi l’abondance des dialogues, en particuliers des échanges décousus et pleins de vivacité, des invraisemblances et des rebondissements imprévus de toutes sortes donne à cette pochade une allure de théâtre de boulevard. »

Triomphe du ridicule et du grotesque, et un ton qui peut surprendre les admirateurs de l’auteur de Crime et châtiment, mais moins ceux du créateur du Bouffon (Polzounkov).

Traduction : Ely Halpérine-Kaminsky (1858-1936).

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 7 670 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

DOSTOÏEVSKI, Fedor – L’Arbre de Noël

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 15min | Genre : Contes


L'Arbre de Noël

Cette histoire est inventée de toutes pièces par Dostoïevski, mais le romancier se figure qu’elle a dû vraiment arriver la veille de Noël dans une grande ville, par un froid horrible.

L’Arbre de Noël est sous-titré Le Petit Garçon à l’arbre de Noël du Christ.

« Oh ! quelle lumière ! Oh ! quel arbre de Noël ! Non, ce n’est pas un arbre de Noël, il n’en a jamais vu de semblable !
Où se trouve-t-il maintenant ? Tout reluit, tout rayonne, et des poupées tout autour ; mais non, pas des poupées, des petits garçons, des petites filles, seulement ils sont bien brillants. Tous ils tournent autour de lui, ils volent, ils l’embrassent, le prennent, l’emportent, et lui-même s’envole. »

Traduction : Ely Halpérine-Kaminsky (1858-1936).

L’Arbre de Noël.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 9 351 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

DOSTOÏEVSKI, Fiodor – Bobok

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 50min | Genre : Nouvelles


Victor Vasnetsov - Un chevalier au croisement des chemins (Détail)

Cette nouvelle extraite du Journal d’un écrivain est le récit d’une conversation entre morts qui attendent d’être définivement inhumés, dans un cimetière où le narrateur s’est arrêté et a entendu des dialogues sépulcraux.
Ces colloques sont aussi lamentables que ceux des vivants. « Du moment que même en bas les choses sont ainsi, que peut-on exiger de l’étage supérieur ? Mais quelles plaisanteries », se dit Ivan Ivanitch, le héros de Bobok (1873), sous-intitulé Notes de quelqu’un.

Dostoïevski attribue cette nouvelle fantastique au témoignage d’un écrivain ivrogne ou fou ? Le conte commence ainsi :

« Avant-hier Semion Ardalionovitch me dit tout à coup :
- Voyons, ne seras-tu jamais sobre, Ivan Ivanitch, dis-moi, de grâce ?
- Drôle de question. Je ne m’en formalise pas, je suis un homme timide ; mais voici pourtant qu’on me dit fou. Par pur hasard, un peintre a fait mon portrait : « Tu es tout de même un littérateur » dit-il. Je me suis laissé faire ; il l’exposa. Puis je lus : « Allez voir cette face maladive, toute proche de la folie. » »
La traduction est de F. Rosenberg (1899) ; il en est une autre sur le site de Bienstock (Chapitre 5 du Journal d’un écrivain).

Bobok.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 5 889 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

DOSTOÏEVSKI, Fedor – Journal d’un écrivain (1873-1876)

Donneuse de voix : Pomme | Durée : 14h 48min | Genre : Essais


St Petersbourg.JPG

Ce journal, écrit et publié de 1873 à 1881, contient des réflexions de l’auteur sur la Russie, sur l’occident, sur le caractère russe, sur l’instruction des femmes, des enfants, etc, et même sur des faits divers, mais également quelques œuvres littéraires de fictions, des nouvelles.

À suivre…

Traduction : J.-Wladimir Bienstock (1868-1933) et de John-Antoine Nau (1860-1918).

> Écouter un extrait : Préface.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 113 298 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

DOSTOÏEVSKI, Fedor – La Timide (Version 2)

Donneuse de voix : Pomme | Durée : 1h 35min | Genre : Contes


La Timide

Conte inclus dans Journal d’un écrivain.

« Je demande pardon à mes lecteurs de leur donner cette fois un conte au lieu de mon « carnet » rédigé sous sa forme habituelle. Mais ce conte m’a occupé près d’un mois. En tout cas, je sollicite l’indulgence de mes lecteurs.
Ce conte, je l’ai qualifié de fantastique, bien que je le considère comme réel, au plus haut degré. Mais il a son côté fantastique, surtout dans la forme, et je désire m’expliquer à ce sujet.
Il ne s’agit ni d’une nouvelle, à proprement parler, ni de « mémoires ». Figurez-vous un mari qui se trouve chez lui, devant une table, sur laquelle repose le corps de sa femme suicidée. Elle s’est jetée par la fenêtre quelques heures auparavant. [...] » (Avertissement de l’auteur.)

Traduction : J.-Wladimir Bienstock (1868-1933) et John-Antoine Nau (1860-1918).

> Écouter un extrait : Chapitre 1.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 9 349 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

DOSTOÏEVSKI, Fedor – La Confession de Stavroguine

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 1h 45min | Genre : Romans


La Confession de Stavroguine

La Confession de Stavroguine à l’évêque Tykhon, censurée, a été supprimée de l’édition originale de Les Possédés (1879) de Dostoïevski et publiée seulement en 1922 comme fragment inédit.
En 1879, l’auteur est plutôt conservateur, car pour lui une vie dans Dieu, nihiliste, est très dangereuse. Toute son œuvre est basée sur le danger de la perte des valeurs, d’où la célèbre formule « Si Dieu n’existe pas, tout est permis ». Nicolas Vsévolodovitch Stavroguine, le prince mystérieux, le ténébreux nihiliste, le possédé, le déraciné qui ne se laisse jamais dévoiler est devenu presque athée, au contact de la civilisation occidentale mais on le devine parfois plutôt chrétien ; il en va de même pour ses aventures amoureuses. Son nihilisme n’a pas pour conséquence l’indifférence au Bien et au Mal, mais une obsession pour la bassesse. Stavroguine a violé la petite Matriocha. L’enfant éprouve un sentiment de honte et de déshonneur. Elle croit même avoir « tué Dieu », comme si le nihilisme était passé dans son corps. L’auteur se garde bien de prendre position. L’intéressent seulement les confrontations d’idées, l’homme en lutte avec ses doutes. Tout ici n’est clarifié qu’avec le dialogue où s’affrontent Stavroguine et le moine Tikhon.
Notons cette précision de Dostoïevski : « Cette confession écrite est le produit, à mon sens, d’un auteur en état de crise, son œuvre est celle du diable qui le possédait. Le sentiment qui a poussé à écrire ce document est exactement celui qu’éprouve un malade souffrant d’un mal aigu et s’agitant dans son lit pour trouver une position qui lui apporterait un allégement, tout au moins momentané, ou sinon un allégement, un changement de douleur. »

Traduction : Ely Halpérine-Kaminsky (1858-1936).

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 9 692 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous nos livres audio gratuits pour Fedor Dostoïevski :