Livres audio gratuits pour 'Fedor Dostoïevski' :


DOSTOÏEVSKI, Fedor – L’Idiot

Donneuse de voix : Pomme | Durée : 32h 40min | Genre : Romans


L'Idiot

L’Idiot est un roman psychologique complexe : le récit met en scène une quarantaine de personnages très distincts, dont le comportement confine souvent à la folie.

Le prince, Léon Nikolaïévitch Muichkine, personnage fragile, débonnaire et naïf, débarque dans la bourgeoisie russe de cette époque, artificielle et corrompue. Il représente la douceur de la folie contrastant avec la violence folle qui anime d’autres personnages.

Les rebondissements, aussi fréquents qu’imprévisibles, éblouissent le lecteur, et… surprennent même l’auteur !

Traduction : Victor Derély (1840-1904).

> Écouter un extrait : Avertissement.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 195 995 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

DOSTOÏEVSKI, Fedor – Discours sur Pouchkine

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 30min | Genre : Discours


Pouchkine et Dostoïevski

Le géant de la littérature russe Pouchkine est mort depuis quarante-trois ans, quand, en 1880, l’autre géant Dostoïevski prononce un discours élogieux (Речь о Пушкине ) sur ce « prophète » : « Pouchkine est un phénomène extraordinaire, et peut-être le phénomène unique de l’âme russe, a dit Gogol. J’ajouterai, pour ma part, que c’est un génie prophétique. Pouchkine apparaît juste à l’heure où nous semblons prendre conscience de nous-mêmes, un siècle environ après la grande réforme de Pierre, et sa venue contribue fortement à éclairer notre chemin. »

Une grande partie de cet éloge est consacrée à l’intéressante analyse d’Eugène Onéguine et à la compréhension du personnage de Tatiana : « Eugène Onéguine, un poème qui n’a plus rien de fantaisiste, mais qui est d’un réalisme évident ; un poème dans lequel la vraie vie russe est évoquée avec une telle maîtrise que rien d’aussi vivant n’a été écrit avant Pouchkine ni peut-être depuis lui. »

Les mots de la fin : « Pouchkine est mort dans tout l’épanouissement de son talent et il a emporté dans sa tombe la solution d’un grand problème. Tout ce que nous pouvons faire, c’est tenter de le résoudre. »

Traduction : J. Wladimir Bienstock (1868-1933) et John-Antoine Nau (1860-1918).

Discours sur Pouchkine.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 12 673 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

DOSTOÏEVSKI, Fedor – Une fâcheuse histoire

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 3h 10min | Genre : Romans


Une fâcheuse histoire

Les méfaits de la vodka ajoutée au champagne chez « Son Excellence » venue prêcher l’humanitarisme au repas de noces de l’un de ses subalternes…

« Ceci se passait au temps où, emportés par leur foi en la renaissance de notre chère patrie, les meilleurs de ses enfants s’élançaient, enthousiastes, vers de nouveaux espoirs et de nouvelles destinées. [...] Le conseiller d’État effectif Ivan Iliitch Pralinski portait le titre d’Excellence depuis quatre mois seulement, de sorte que c’était encore un jeune général. Il n’était pas d’un âge avancé : il n’avait que quarante-cinq ans et, désirant paraître plus jeune encore, il y réussissait pleinement. [...] Aussi, le soir où débute notre histoire, après quatre coupes de Champagne, son talent oratoire commençant à se manifester particulièrement, le jeune général s’était mis en tête de convaincre. »

Traduction : Georges d’Ostoya (1878-1937) et Gustave Masson (1819-1888).

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 12 462 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

DOSTOÏEVSKI, Fedor – Les Précoces

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 4h 40min | Genre : Romans


Les Precoces

Dostoïevski devant l’ampleur des Frères Karamazov (qui fut le livre de chevet de Tolstoï à son lit de mort) a dû amputer certains chapitres avec lesquels il a empli un volume supplémentaire paru sous le titre Les Précoces et, pour dérouter le lecteur, il a changé le nom de Karamazov en Chestomazov. Ces « précoces » sont des gamins et le héros Kolia n’a que 14 ans. Le dernier chapitre est très émouvant.

« Sachez donc que rien n’est plus élevé, plus saint, plus utile dans la vie qu’un bon souvenir, surtout quand on l’emporte de l’enfance, de la maison paternelle. On vous parle beaucoup d’éducation, et pourtant un bon souvenir que l’on garde de l’enfance est peut-être la meilleure des éducations. Si l’homme trouve dans sa vie beaucoup de ces souvenirs, son existence peut être tranquille, et si même il n’en garde qu’un seul au cœur, ce seul souvenir peut encore servir un jour à son salut. »

Traduction : Ely Halpérine-Kaminsky (1858-1936).

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 12 667 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

DOSTOÏEVSKI, Fedor – Un chapitre personnel

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 20min | Genre : Biographies


Dostoievski Journal d un ecrivain

Le Journal d’un écrivain écrit par Dostoïevski a été publié de1873 à 1881. Son contenu est très varié (on y trouve même des nouvelles). Dans Un chapitre personnel il répond, ulcéré, à des calomniateurs qui avaient vu dans un de ses textes une allégorie injurieuse à l’égard d’un homme qu’il estimait beaucoup, au contraire !

« Plus d’une fois on m’a poussé à écrire mes souvenirs littéraires. Je ne sais pas si je le ferai. Ma mémoire devient paresseuse, puis c’est triste de se souvenir ! En général j’aime peu me souvenir. Quelquefois, cependant, tels épisodes de ma carrière littéraire se présentent d’eux-mêmes à ma mémoire avec une incroyable netteté. [...] Alors on a supposé que moi, ancien forçat, j’ai eu non seulement la bassesse de m’égayer en songeant à la situation d’un malheureux déporté, mais encore la lâcheté de rendre ma joie publique en écrivant à ce propos une pasquinade injurieuse ! Mais sur quel terrain se place-t-on pour m’accuser d’une telle vilenie ! »

Traduction : J.-Wladimir Bienstock (1868-1933) et John-Antoine Nau (1860-1918).

Un chapitre personnel.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 12 496 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

DOSTOïEVSKI, Fedor – La Mort de George Sand

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 30min | Genre : Histoire


Tombe de George Sand

Il est toujours enrichissant de connaître les commentaires d’un grand écrivain sur un autre grand écrivain (sauf quand la polémique tourne au duel.) Dans Le Journal d’un écrivain (1876) Dostoïevski consacre un article à la mort récente de George Sand qu’il avait lue et admirée ; il nous apprend qu’elle avait été célèbre en Russie, puis oubliée, et en profite pour évoquer les rapports entre les littératures de son pays et de l’Europe

« George Sand a fait, en son temps, son œuvre dans notre pays. Qui donc s’associera à ses compatriotes pour dire un mot sur sa tombe, si ce n’est nous, – nous, les « compatriotes de tout le monde » ? – car enfin, nous autres, Russes, nous avons tout au moins deux patries : la Russie et… l’Europe, même lorsque nous nous intitulons slavophiles. (Qu’on ne m’en veuille pas !) Il n’y a pas à discuter. Cela est. Notre mission, – et les Russes commencent à en avoir conscience, est grande entre les grandes missions. Elle doit être universellement humaine. Elle doit être consacrée au service de l’humanité, non pas seulement de la Russie, non pas seulement du monde slave, du panslavisme, mais au service de l’humanité entière ! »

Traduction : J.-Wladimir Bienstock (1868-1933) et John-Antoine Nau (1860-1918).

La Mort de George Sand.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 13 871 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

DOSTOÏEVSKI, Fedor – Nietotchka Nezvanova

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 8h 45min | Genre : Romans


Nietotchka Nezanova

Nietotchka (« la petite Anna, Annette »), adulte, raconte sa vie d’enfant et d’adolescente orpheline dans ce roman inachevé de Dostoievski envoyé au bagne en 1849. Une analyse psychologique très profonde des douleurs d’une jeune fille maladive, de ses désirs troublants, de ses amitiés passionnées, de ses très rares bonheurs.

« En outre, une angoisse encore vague pour moi-même grandissait de plus en plus dans mon jeune cœur. Étonnée, je m’arrêtais devant un tableau, une glace, une cheminée d’un travail bizarre, ou une statue qui semblait comme exprès cachée dans une niche profonde, afin de mieux m’observer et de m’effrayer. Je m’arrêtais, puis tout à coup j’oubliais pourquoi je m’étais arrêtée, ce que je désirais, ce à quoi je pensais, et quand je me le rappelais, la crainte et le trouble me saisissaient de nouveau et mon cœur commençait à battre plus fort. »

Traduction : J. Wladimir Bienstock (1868-1933).

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 14 761 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

DOSTOÏEVSKI, Fedor – La Centenaire

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 20min | Genre : Nouvelles


La centenare

« Babouchka, veux-tu prendre ces cinq kopecks ? Tu achèteras un petit pain.

- Quoi ? Cinq kopecks ? merci, je les prends.

- Prends-les sans t’offenser, babouchka.

Elle les prend. On voit bien que ce n’est pas une mendiante, elle n’en est pas là. Elle a pris l’argent d’une manière très-convenable, pas du tout comme une aumône, par amabilité, en quelque sorte, par bonté d’âme. Du reste, elle est peut-être contente : qui donc lui parle jamais, à la pauvre vieille ? Et non-seulement aujourd’hui on lui parle, mais on s’intéresse à elle, on lui témoigne de la sympathie. »

Dostoïevski termine par ces mots : « Que Dieu bénisse la vie et la mort des simples bonnes gens ! »

Traduction : Ely Halpérine-Kaminsky (1858-1936).

La Centenaire.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 11 702 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous nos livres audio gratuits pour Fedor Dostoïevski :