Livres audio gratuits pour 'François-René de Chateaubriand' :


CHATEAUBRIAND, François-René (de) – Mémoires d’outre-tombe (Troisième Partie, Livre 35)

Donneuse de voix : Christiane-Jehanne | Durée : 3h 23min | Genre : Biographies


Le Lion de Lucerne

Dans ce Livre 35, Chateaubriand poursuit ses réflexions politiques, évoque les émeutes des 5-6 juin 1832, son arrestation et son emprisonnement :
« Je remercie les hommes de lettres, grands partisans de la liberté de la presse, qui naguère m’avaient pris pour leur chef et combattaient sous mes ordres ; sans eux, j’aurais quitté la vie sans savoir ce que c’était que la prison, et cette épreuve-là m’aurait manqué. Je reconnais à cette attention délicate le génie, la bonté, la générosité, l’honneur, le courage des hommes de plume en place. Mais, après tout, qu’est-ce que cette courte épreuve ? Le Tasse a passé des années dans un cachot et je me plaindrais ! Non. »

Et des lettres à Madame la Duchesse de Berry, à monsieur de Béranger, déjà évoqués dans le Livre 34.

Puis, mis en liberté, Chateaubriand se prépare à rejoindre la Suisse.
« Beaucoup d’hommes meurent sans avoir perdu leur clocher de vue : je ne puis rencontrer le clocher qui me doit voir mourir. En quête d’un asile pour achever mes Mémoires, je chemine de nouveau traînant à ma suite un énorme bagage de papiers, correspondances diplomatiques, notes confidentielles, lettres de ministres et de rois ; c’est l’histoire portée en croupe par le roman. »

Il nous exprime en son style inimitable, ses promenades en Suisse, ses rencontres et mentionne celle qu’il eut avec Alexandre Dumas, Dumas qui nous relate cette journée dans : Impressions de Voyage en Suisse : Les Poules de Monsieur Chateaubriand, de façon détaillée.

Avec madame Récamier, Chateaubriand visite le tombeau de madame de Staël, moment si émouvant :
« Si j’ai jamais senti à la fois la vanité et la vérité de la gloire et de la vie, c’est à l’entrée du bois silencieux, obscur, inconnu, où dort celle qui eut tant d’éclat et de renom, et en voyant ce que c’est que d’être véritablement aimé. »

Puis les événements en France et sa fidélité à la cause légitimiste le ramènent à Paris. « Enfin, la France légitimiste a pris pour devise ces mots :
Madame, votre fils est mon roi !
et plusieurs journaux les ont adoptés pour épigraphe. »

Mais Chateaubriand garde une distance : « entre les royalistes et moi il y a quelque chose de glacé : nous désirons le même roi ; à cela près, la plupart de nos vœux sont opposés. »

Ce Livre 35 est varié, émouvant et le regard de l’auteur est toujours si enrichissant.

Illustration : Le Lion de Lucerne, monument si bien évoqué par Chateaubriand dans ce Livre 35, et également par Alexandre Dumas : ce monument fut visité lors de leur rencontre.

Licence Creative Commons

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 6 887 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

CHATEAUBRIAND, François-René (de) – Mémoires d’outre-tombe (Troisième Partie, Livre 34)

Donneuse de voix : Christiane-Jehanne | Durée : 2h 27min | Genre : Biographies


Duchesse de Berry

Octobre 1830. « Introduction.
Au sortir du fracas des trois journées, je suis tout étonné d’ouvrir dans un calme profond la quatrième partie de cet ouvrage ; il me semble que j’ai doublé le cap des tempêtes, et pénétré dans une région de paix et de silence. Si j’étais mort le 7 août de cette année, les dernières paroles de mon discours à la Chambre des pairs eussent été les dernières lignes de mon histoire. »
Cette 4ème partie est, dans l’édition que nous utilisons, toujours la 3ème Partie.

La vie politique de cette période de notre histoire de France, avec le « juste-milieu », est relatée et analysée avec les convictions de notre auteur.
Il publie des brochures, comme De la nouvelle proposition relative au bannissement de Charles X et de sa famille.

Il se rend à Genève, à Ferney :
« Là, à Ferney, où il n’entre plus personne, à ce Ferney autour duquel je viens rôder seul, que de personnages célèbres sont accourus ! Ils dorment, rassemblés pour jamais au fond des lettres de Voltaire, leur temple hypogée : le souffle d’un siècle s’affaiblit par degrés et s’éteint dans le silence éternel à mesure que l’on commence à entendre la respiration d’un autre siècle. »

Il écrit à Madame Récamier, évoque un poète-chansonnier, Béranger :
« [...] pour tracer quelques mots sur notre célèbre chansonnier. Vous trouverez mon récit trop court, lecteur, mais j’ai droit à votre indulgence : son nom et ses chansons doivent être gravés dans votre mémoire.
M. de Béranger n’est pas obligé, comme M. Carrel, de cacher ses amours. Après avoir chanté la liberté et les vertus populaires en bravant la geôle des rois, il met ses amours dans un couplet, et voilà Lisette. [...]
M. de Béranger me chanta l’admirable chanson imprimée :
À Monsieur de Chateaubriand : « Chateaubriand, pourquoi fuir ta patrie. »
À cette chanson, qui est de l’histoire du temps, je répondis de la Suisse par une lettre qu’on voit imprimée en tête de ma brochure sur la proposition Briqueville, (Brochure Bannissement Charles X)
Je disais au chansonnier : « Du lieu où je vous écris monsieur, j’aperçois la maison de campagne qu’habita lord Byron et les toits du château de madame de Staël… Ma trop longue vie ressemble à ces voies romaines bordées de monuments funèbres. »»

Chateaubriand, légitimiste, favorable à Henri V, écrit une longue lettre à la Duchesse de Berry (Chapitre 13 de ce Livre 34).

Portrait ci-contre : La Duchesse de Berry, épouse de Charles Ferdinand d’Artois, duc de Berry, fils de Charles X, elle est la mère du comte de Chambord Henri d’Artois, prétendant légitimiste au trône de France sous le nom de « Henri V ». (Wikipédia)

Puis, le choléra se propage :
« Qu’êtes−vous donc, ô immensité des œuvres de Dieu, où le génie de l’homme, qui équivaut à la nature entière, s’il venait à disparaître, ne ferait pas plus faute que le moindre atome retranché de la création ! »

Licence Creative Commons

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 5 718 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

CHATEAUBRIAND, François-René (de) – De la nouvelle proposition relative au bannissement de Charles X et de sa famille

Donneuse de voix : Christiane-Jehanne | Durée : 3h 15min | Genre : Essais


Henri d'Artois

Cette brochure de Chateaubriand commence par un Avertissement (Chapitre 00) et un en tête : la « réponse littéraire aux stances de M. de Béranger » (À Monsieur de Chateaubriand), qui « servira d’introduction à ma réponse politique ».

Puis la Proposition relative au bannissement de Charles X et de sa famille est citée, et Chateaubriand étudie en quatre points la vie politique (Chapitres 01 à 04).
Cette brochure se termine d’une conclusion suivie d’un post-scriptum, le Chapitre 05.

Cette période de notre histoire de France est traitée dans le Livre 34 des Mémoires d’outre-tombe : « Paris, rue d’Enfer, fin de novembre 1831.
De retour à Paris le 11 octobre, je publiai ma brochure vers la fin du même mois ; elle a pour titre : De la nouvelle proposition relative au bannissement de Charles X et de sa famille, ou suite de mon dernier écrit : De la Restauration et de la Monarchie élective. [...] »

Chateaubriand, dans le Livre 25 évoque, après l’assassinat de son père par Louvel, la Naissance du duc de Bordeaux. − Les dames de la Halle de Bordeaux : « M. le duc de Bordeaux vint au monde le 29 septembre 1820. Le nouveau-né fut nommé l’enfant de l’Europe et l’enfant du miracle, en attendant qu’il devînt l’enfant de l’exil. »

Chateaubriand défendra en 1831 la légitimité du duc de Bordeaux, « Henri V », pour les légitimistes. Celui-ci décédera sans postérité : « Sa mort sans enfants en 1883 marque l’extinction de la branche Artois de la maison de Bourbon et le début d’une querelle (toujours d’actualité) entre les maisons de Bourbon d’Espagne et d’Orléans pour savoir laquelle a le plus de légitimité à la Couronne de France. » (Wikipédia)

Illustration : Portrait d’Henri d’Artois, petit-fils de France, duc de Bordeaux. (Prince de la famille royale de France, plus connu sous son titre de courtoisie de « comte de Chambord », né le 29 septembre 1820 au palais des Tuileries à Paris, et mort le 24 août 1883 au château de Frohsdorf à Lanzenkirchen. Petit-fils du roi Charles X, il est prétendant à la Couronne de France de 1844 à sa mort. Wikipédia)

C’est une période très importante qui est donc étudiée ici, avec le regard de son auteur.

Licence Creative Commons

> Écouter un extrait : Chapitre 00.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 3 175 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

CHATEAUBRIAND, François-René (de) – Mémoires d’outre-tombe (Troisième Partie, Livre 33)

Donneuse de voix : Christiane-Jehanne | Durée : 2h 1min | Genre : Biographies


Pierre-Louis Delaval - Portrait de François-René Vicomte de Chateaubriand (1828)

« La monarchie européenne aurait pu continuer sa vie si l’on eût conservé en France la monarchie mère, fille d’un saint et d’un grand homme mais on en a dispersé les semences fécondes : rien ne renaîtra. »

Ainsi se terminait le livre précédent (32), et voici comment débute ce Livre 33 :
« Vous venez de voir la royauté de la Grève s’avancer poudreuse et haletante sous le drapeau tricolore au milieu de ses insolents amis ; voyez maintenant la royauté de Reims se retirer à pas mesurés au milieu de ses aumôniers et de ses gardes, marchant dans toute l’exactitude de l’étiquette, n’entendant pas un mot qui ne fût un mot de respect, et révérée même de ceux qui la détestaient. Le soldat, qui l’estimait peu, se faisait tuer pour elle ; le drapeau blanc, placé sur son cercueil avant d’être reployé pour jamais, disait au vent : Saluez-moi : j’étais à Ivry ; j’ai vu mourir Turenne ; les Anglais me connurent à Fontenoy ; j’ai fait triompher la liberté sous Washington, j’ai délivré la Grèce et je flotte encore sur les murailles d’Alger ! »

Ce très profond Livre 33 évoque les premiers jours d’août 1830, époque de grande importance historique et politique.

Le 7 août est un jour d’une extrême importance dans la vie de Chateaubriand :
« Chapitre 7 : Journée du 7 août. – Séance à la Chambre des pairs. – Mon discours. – Je sors du palais du Luxembourg pour n’y plus rentrer. – Mes démissions.
Le 7 d’août est un jour mémorable pour moi ; c’est celui où j’ai eu le bonheur de terminer ma carrière politique comme je l’avais commencée ; bonheur assez rare aujourd’hui pour qu’on puisse s’en réjouir.
[...]
Je montai à la tribune. Un silence profond se fit ; les visages parurent embarrassés, chaque pair se tourna de côté sur son fauteuil, et regarda la terre. Hormis quelques pairs résolus à se retirer comme moi, personne n’osa lever les yeux à la hauteur de la tribune. Je conserve mon discours parce qu’il résume ma vie, et que c’est mon premier titre à l’estime de l’avenir. »

Ce Livre 33 clôt la carrière politique de Chateaubriand, commencée avec le Livre 19, Chateaubriand que nous retrouverons en octobre 1830, avec le Livre 34.

Illustration : Pierre-Louis Delaval, Portrait de François René Vicomte de Chateaubriand (1828).

Licence Creative Commons

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 5 503 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

CHATEAUBRIAND, François-René (de) – Mémoires d’outre-tombe (Troisième Partie, Livre 32)

Donneuse de voix : Christiane-Jehanne | Durée : 2h 1min | Genre : Biographies


Eugène Delacroix - La Liberté guidant le peuple (1830)

Ce Livre 32 est intitulé Révolution de Juillet.

L’auteur commence par la journée du 26 juillet 1830, les Ordonnances datées du 25 sont insérées dans Le Moniteur.

Puis il évoque les 27, 28 :
« Ceux qui jadis avaient recouvert les aigles napoléoniennes peintes à l’huile de lis bourboniens détrempés à la colle n’eurent besoin que d’une éponge pour nettoyer leur loyauté : avec un peu d’eau on efface aujourd’hui la reconnaissance et les empires. »

et 29 juillet sur le plan militaire et civil, et ensuite les 30 et 31 juillet 1830 ; toute la vie politique est traitée avec grand soin.
« M. le duc d’Orléans avait eu, sa vie durant, pour le trône ce penchant que toute âme bien née sent pour le pouvoir. Ce penchant se modifie selon les caractères : impétueux et aspirant, mou et rampant ; imprudent, ouvert, déclaré dans ceux-ci, circonspect, caché, honteux et bas dans ceux-là : l’un, pour s’élever, peut atteindre à tous les crimes ; l’autre, pour monter, peut descendre à toutes les bassesses. M. le duc d’Orléans appartenait à cette dernière classe d’ambitieux. Suivez ce prince dans sa vie, il ne dit et ne fait jamais rien de complet, et laisse toujours une porte ouverte à l’évasion.
Pendant la Restauration, il flatte la cour et encourage l’opinion libérale. »

Le règne de Charles X s’achève, celui du Duc d’Orléans, nommé Lieutenant Général du Royaume, va commencer, comme « Roi des Français », ce qui sera traité par Chateaubriand dans le livre suivant, le Livre 33.

Illustration : Eugène Delacroix, La Liberté guidant le peuple (1830).

Licence Creative Commons

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 5 024 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

CHATEAUBRIAND, François-René (de) – Mémoires d’outre-tombe (Supplément sur Madame Récamier)

Donneuse de voix : Christiane-Jehanne | Durée : 3h 40min | Genre : Biographies


Juliette Récamier

« Madame Récamier.
Avant de passer à l’ambassade de Rome, à cette Italie, le rêve de mes jours ; avant de continuer mon récit, je dois parler d’une femme qu’on ne perdra plus de vue jusqu’à la fin de ces Mémoires. Une correspondance va s’ouvrir de Rome à Paris entre elle et moi : il faut donc savoir à qui j’écris… »

Ce très joli livre de Chateaubriand est entièrement consacré à Juliette Récamier. On y trouve un récit de Benjamin Constant très intéressant.
L’auteur évoque son enfance, sa jeunesse, ses amitiés, des voyages, les lettres qu’elle reçoit de relations telles que Germaine de Staël, Benjamin Constant, Madame de Genlis, etc…

Dans les Livres 29 et 30, traitant de l’Ambassade de Rome, des Mémoires d’outre-tombe, Juliette Récamier est très présente.

L’auteur achève ainsi ce très touchant livre :
« En approchant de ma fin, il me semble que tout ce que j’ai aimé, je l’ai aimé dans Madame Récamier, et qu’elle était la source cachée de mes affections. [...] Je l’ai suivie la voyageuse par le sentier qu’elle a foulé à peine ; je la devancerai bientôt dans une autre patrie. En se promenant au milieu de ces Mémoires, dans les détours de la Basilique que je me hâte d’achever, elle pourra rencontrer la chapelle qu’ici je lui dédie ; il lui plaira peut−être de s’y reposer : j’y ai placé son image. »

Vous lirez sur notre site deux très importantes conférences de madame Jacqueline Mathilde Baldran, agrégée de l’Université, Maître de conférences honoraire en littérature comparée, Sorbonne Nouvelle-Paris3, consacrées à Juliette Récamier, deux conférences que madame Baldran a eu la générosité de nous offrir, nous la remercions infiniment.

Illustration : Buste de Juliette Récamier, par Joseph Chinard (1805), Musée des Beaux-Arts de Lyon.

Licence Creative Commons

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 5 135 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

CHATEAUBRIAND, François-René (de) – Mémoires d’outre-tombe (Troisième Partie, Livre 31)

Donneuse de voix : Christiane-Jehanne | Durée : 1h 10min | Genre : Biographies


Céleste de Chateaubriand

Dans ce Livre 31, Chateaubriand évoque son retour à Paris, fin mai 1829 ; puis pensant retourner à Rome, il descend vers les Pyrénées, séjourne à Cauterets, mais la vie politique le ramène à Paris : « à Lourdes, au lieu de tourner au midi et de rouler vers l’Italie, je pris le chemin de Pau, mes yeux se remplirent de larmes ».

Il retrouve son épouse, Céleste, à Paris. Celle-ci avait fondé, en 1819, une institution pour les prêtres âgés et les nobles devenues veuves suite à la Révolution : l’Infirmerie Marie-Thérèse, où elle sera enterrée en 1847.
Chateaubriand à cette époque de mai 1829 prépare un legs pour que cette propriété soit plus tard destinée à quelques artistes et gens de lettres malades.

La vie politique en France est traitée dans ce Livre 31 jusqu’aux Ordonnances Polignac de juillet 1830. Chateaubriand revient alors de Dieppe, où il avait vu madame Récamier.
La 1ère Ordonnance établit la suppression de la liberté de la presse, « la presse [...] c’est la parole à l’état de foudre ; c’est l’électricité sociale. Pouvez-vous faire qu’elle n’existe pas ? » écrit-il.
Et lire sa brochure si passionnante Du rétablissement de la censure… sur notre site, car la liberté de la presse est toujours abordée par Chateaubriand avec passion et vivacité.

Le livre suivant, le Livre 32, est consacré aux journées historiques de la Révolution de Juillet.

Illustration : Céleste de Chateaubriand.

Licence Creative Commons

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 5 341 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

CHATEAUBRIAND, François-René (de) – Mémoires d’outre-tombe (Troisième Partie, Livres 29 et 30)

Donneuse de voix : Christiane-Jehanne | Durée : 6h 26min | Genre : Biographies


Le Colisée à Rome

Ces deux Livres 29 et 30 sont présentés ensemble, dans cet audiolivre consacré à l’Ambassade de Rome.

Du 14 septembre au 9 octobre 1828, Chateaubriand quittant Paris rejoint Rome.

Il nous présente :
- la société romaine,
- les fouilles archéologiques à Torre Vergata, lancées le 3 février 1829,
- les lieux et la campagne romaine,
- son « Mémoire » sur l’Orient.

Il évoque le décès du pape Léon XII, le 10 février 1829, puis le conclave. Et courriers, dépêches et lettres à madame Récamier sont proposés à notre lecture : « Ici paraîtront distinctement les deux hommes qui existent en moi. »

Le 16 mai 1829, une lettre adressée à Juliette Récamier se termine ainsi : « j’ai fait déjà plusieurs lieues vers vous ». Du 16 au 28 mai 1829, il rejoint Paris.

Car madame Récamier est fort présente dans ces pages ; d’ailleurs, Chateaubriand lui a consacré tout un Livre intitulé Sur Madame Récamier, figurant ici dans le Supplément des Mémoires d’outre-tombe de l’édition que nous utilisons.

Puis, avec le Livre 31, ce sera le retour de Chateaubriand à Paris.

« Je vais bientôt quitter Rome, et j’espère y revenir. Je l’aime de nouveau passionnément, cette Rome si triste et si belle. [...] On n’a point vu Rome quand on n’a point parcouru les rues de ses faubourgs mêlés d’espaces vides, de jardins pleins de ruines, d’enclos plantés d’arbres et de vignes, de cloîtres où s’élèvent des palmiers et des cyprès,les uns ressemblant à des femmes de l’Orient, les autres à des religieuses en deuil. [...] Dans un des plus beaux sites de la terre, parmi les orangers et les chênes vers, Rome entière sous mes yeux, chaque matin. »

Illustration : Le Colisée à Rome, photo d’Andreas Ribbefjord (licence Cc-By-SA-3.0).

Licence Creative Commons

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 6 615 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous nos livres audio gratuits pour François-René de Chateaubriand :