Livres audio gratuits pour 'Grèce antique' :


PLATON – Théagès

Donneur de voix : Francis | Durée : 43min | Genre : Philosophie


Buste de Socrate (Musée du Louvre)

« Dèmodocus : Socrate, j’aurais grand besoin de t’entretenir en particulier, si tu en as le loisir, et si tu ne l’as pas, je te supplie de le prendre pour l’amour de moi, à moins que tu n’aies quelque affaire d’importance.

Socrate : J’ai du loisir maintenant et particulièrement pour toi : si donc tu veux me parler, je suis tout prêt.

Démodocus : Veux-tu que nous nous retirions ici, sous le portique de Jupiter Libérateur ?

Socrate : Comme tu voudras. »

Traduction : Victor Cousin (1792-1867).

Théagès.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 14 004 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

THÉOCRITE – Idylles (Sélection 2)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 35min | Genre : Poésie


Idylles de Théocrite

Il y a cinq ans, cinq Idylles ont été lues ici ; en voici, traduites par Leconte de Lisle, cinq nouvelles sur les trente qui nous restent de Théocrite, poète grec né à Syracuse vers 315 av. JC, dont nous savons peu de choses. Les idylles ne sont pas seulement des poésies pastorales et champêtres (Damoitas et Daphnis), à la manière des Bucoliques futures de Virgile, mais de petits poèmes sur divers sujets, souvent mythologiques (Héraklès enfant). L’Enchanteresse décrit l’amour dans toute la violence de ses transports et Racine jugeait que l’Antiquité n’avait rien laissé de plus passionné que ce poème où la femme trompée veut se venger de l’infidèle :
« Une femme m’a dit que Delphis était amoureux, soit d’une femme, soit d’un homme, car elle ignorait ceci ; mais qu’il emplissait sa coupe d’un vin pur pour boire à son amour, et qu’il était parti, disant qu’il allait orner de guirlandes la maison qui l’attire. Cette femme m’a dit cela, et elle a dit vrai, car, jadis, il venait me voir trois ou quatre fois par jour, laissant chez moi son flacon dorien, et voici que je ne l’ai point vu depuis douze jours. C’est qu’il cède à d’autres désirs, et que je suis oubliée. Maintenant, je l’enchanterai avec des philtres, et, s’il m’outrage encore, oui ! par les Moires, il frappera à la porte de l’Hadès, grâce à ces poisons terribles que je garde dans une corbeille. »

> Écouter un extrait : Le Chevrier ou Amaryllis.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 7 592 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

ARISTOTE – Rhétorique

Donneuse de voix : Domi | Durée : 13h 11min | Genre : Philosophie


Aristote

Probablement composée par Aristote entre 329 et 323 av. JC, la Rhétorique traite de l’art oratoire, c’est à dire « l’apprentissage de la capacité de discerner dans chaque cas ce qui est partiellement persuasif. »

L’ouvrage se divise en trois livres qui étudient :

Livre 1 : Définition
« [...] tout le monde dans une certaine mesure, essaie de combattre et de soutenir une raison,de défendre, d’accuser. » (15 chapitres ; 3 heures 48 min)

Livre 2 : Psychologie des locuteurs
« Il importe [...] de savoir sous quel jour apparaît l’orateur, dans quelle disposition les auditeurs supposent qu’il est à leur égard et dans quelle disposition ils sont eux-mêmes. » (26 chapitres ; 4 heures 2 min)

Livre 3 : Effets de style
« Il ne suffit pas de posséder la matière de son discours, on doit encore parler comme il faut et c’est là une condition fort utile pour donner au discours une bonne apparence. » (19 chapitres ; 2 heures 40 minutes)

Ce texte voit sa lecture facilitée par une construction rigoureuse qui ne laisse pas le lecteur sans guide (annonce de la question, annonce du plan, traitement de la question, conclusion, annonce de la suite).

Traduction : Charles Émile Ruelle (1833-1912).

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 32 435 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

ARISTOTE – La Métaphysique (Livre 1, Chapitres 1 et 2)

Donneur de voix : Ludovic Coudert | Durée : 21min | Genre : Philosophie


Aristote

Si les hommes aiment particulièrement voir, c’est parce que la vue fournit une infinité de perceptions. Connaissances des distances, profondeurs, formes sont apportées plus par la vue que par l’ouïe. La couleur, en effet, qui excite les sensations de la vue, est une qualité permanente des objets (du moins quand le jour dispense assez de lumière) alors que les objets – qui pourraient tous produire une vibration sonore – sont temporairement audibles (c’est-à-dire de temps à autre seulement) alors même que nous serions capables de percevoir leurs sons à chaque instant. Les couleurs quotidiennes apportent ainsi avec elles plus de richesses que les sons quotidiens (si l’on excepte bien sûr les paroles, qui, du fait de leurs significations, et non de leur seule sonorité, donnent une certaine supériorité à l’ouïe sur la vue). Le monde « visible » qui nous intéresse provient donc du monde de la couleur.
Mais, dans le plaisir de voir, la couleur n’est pas l’essentiel. Car voir vraiment, ce n’est pas voir la couleur seulement, mais voir ce que la couleur révèle : la distinction, la profondeur et l’ordre des choses, un invisible qui ordonne le visible. Ainsi, le plaisir de voir annonce le goût pour la sagesse. Il est signe du désir de savoir métaphysique. Les hommes, en effet, savourent, plus que tout, la connaissance qui ordonne les autres : connaissances du monde et de soi, notamment. Cette connaissance s’appelle la Sophia (Sagesse) et Aristote l’identifie avec, d’une part, la connaissance des causes premières, et, d’autre part, avec la vie même du dieu. Voir vraiment, c’est vivre. Connaître la sagesse, c’est participer à la vie divine.
La Métaphysique d’Aristote propose au lecteur de s’acheminer lentement jusqu’à la connaissance de l’invisible le plus élevé, qui ordonne tout être et tout savoir : l’Acte pur, Dieu. Dans les sujets d’étude, tout ne se vaut pas. On peut – voire on doit – ignorer certaines choses, car le temps pourra manquer.

Traduction : Alexis Pierron (1814-1878) et Charles Zévort (1816-1887).

La Metaphysique (Livre 1, Chapitres 1 et 2).

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 21 196 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

PLATON – La République (Livre Quatrième)

Donneur de voix : Ludovic Coudert | Durée : 1h 30min | Genre : Philosophie


Platon

Au livre IV, Socrate revient enfin sur le sujet initial de la justice, qui avait été approché dans le livre I. Mais l’idée qu’il énonce à son sujet est, encore une fois, bien paradoxale :

« Ainsi, mon cher ami, la justice pourrait bien consister à s’occuper de ses propres affaires. [...] » La justice est de l’ordre du souci de soi. Toutefois, ce souci de soi n’est pas l’égoïsme au sens vulgaire du terme. Pour comprendre tout cela, il faut suivre la « chasse » que Socrate entreprend dans ce livre IV, en compagnie de Glaucon et Adimante, les deux frères cadets de Platon.

Outre ce sujet, le lecteur trouvera dans ce livre une réflexion sur la tempérance, le courage et enfin la prudence. Cette dernière réalité a un nom qui prête à confusion aujourd’hui. Socrate n’entend pas par là la crainte d’un danger, mais plutôt la connaissance excellente de ce qu’il faut faire, selon les circonstances et la raison, connaissance qui tient l’homme éloigné à la fois de l’indécision et de la précipitation.

Traduction : Victor Cousin (1792-1867).

Accéder au sommaire de La République

> Écouter un extrait : 01. Vertus de la bonne éducation.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 24 940 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

ANACRÉON – Odes (Poèmes, Sélection)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 20min | Genre : Poésie


Anacréon

Ἀνακρέων, poète grec (vers 550 av. J.-C.-464 av. J.-C, à l’époque où naissait Socrate), dit « Le chantre ou Le Vieillard de Téos » vécut à Athènes et dans son Ionie natale. Ses poèmes légers ont donné naissance au fameux « style anacréontique », très prisé plus tard par les Grecs, par les Romains et imité par les Belleau, Ronsard (« Mignonne, allons voir si la rose… »), La Fontaine, etc…

Ses trois thèmes favoris sont le vin, les femmes et la vieillesse, comme le montrent ces vingt odes choisies parmi les soixante-trois parvenues à la postérité.
Voici la première (non lue), La Cithare :

« Je veux chanter les Atrides,
Je veux chanter Cadmus :
Mais ma lyre dans ses cordes
N’a qu’un chant : celui de l’Amour.
Naguère j’ai changé de cordes,
Changé toute ma lyre :
Et moi aussi, je chantais les travaux
D’Hercule ; mais, ma lyre
Répondait par des chants d’amour.
Adieu donc désormais,
Héros, puisque ma lyre
Ne chante que les Érôs. »

Traduction : Alexandre Machard (1884).

> Écouter un extrait : Les femmes.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 10 069 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

TRISMEGISTE, Hermès – La Table d’émeraude

Donneuse de voix : Laure Giraux | Durée : 2min | Genre : Philosophie


La Table d'émeraude

La Table d’émeraude (Tabula Smaragdina en latin) est un des textes les plus célèbres de la littérature alchimique et hermétique. C’est un texte très court, composé d’une douzaine de formules allégoriques et obscures, dont la fameuse correspondance entre le macrocosme et le microcosme : « Ce qui est en bas est comme ce qui est en haut, et ce qui est en haut est comme ce qui est en bas ». (Source : Wikipédia)

Traduction de l’Hortulain (XIVème siècle).

La Table d’émeraude.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 14 774 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

EURIPIDE – Médée

Donneurs de voix : Projet collectif | Durée : 1h 27min | Genre : Mythologie


Médée

Cette tragédie relate la partie la plus connue de la vie de Médée, qui, après avoir protégé et aidé Jason à conquérir la Toison d’Or, fui son pays natal et même tué son propre frère, va être répudiée par son mari qui, visant un destin royal pour lui et ses enfants, s’est marié avec Créuse, fille du Créon, roi de Corinthe. La vengeance de la magicienne sera terrible…

Si les thèmes de la passion, de la jalousie et de la vengeance sont notoires, la pièce abordait, même à l’époque de sa production, des messages plus implicites mais non moins forts et subversifs pour un public grec et… masculin. Euripide montre non seulement les difficultés que peut rencontrer une femme dans une société essentiellement patriarcale mais aussi celles que doit affronter une étrangère, une « barbare », dans le monde grec. Il est intéressant de noter que, lors de sa production en 431 (avant notre ère) pour les Grandes Dyonisies, Médée n’a obtenu que le 3ème prix sur seulement trois pièces en compétition, et ceci, probablement du fait des thèmes originaux et frondeurs d’Euripide, qui ayant inventé plusieurs éléments de l’histoire (comme le filicide), a dû agacer, si ce n’est choquer, un public complaisant et fier de son identité.

Médée fait aujourd’hui partie du canon littéraire occidental.

Traduction : Leconte de Lisle (1818-1894).

> Écouter un extrait : 01. La Nourrice, le Gouverneur.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 29 820 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous nos livres audio gratuits pour Grèce antique :