Livres audio gratuits pour 'Guy de Maupassant' :


MAUPASSANT, Guy (de) – Le Père Milon – Le Père Mongilet

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 31min | Genre : Nouvelles


Le Père Milon

Deux contes de Maupassant qui n’ont de ressemblance entre eux que le temps ensoleillé qu’il faisait ces jours-là…
« Depuis un mois, le large soleil jette aux champs sa flamme cuisante. La vie radieuse éclôt sous cette averse de feu ; la terre est verte à perte de vue. Jusqu’aux bords de l’horizon, le ciel est bleu. » (Le Père Milon)

« Nous étions alors aux derniers jours de juillet, et chacun de nous, chaque dimanche, allait se rouler sur l’herbe ou se tremper dans l’eau dans les campagnes environnantes. Asnières, Argenteuil, Chatou, Bougival, Maisons, Poissy, avaient leurs habitués et leurs fanatiques. » (Le Père Mongilet)

Le Père Milon est le récit de la triste exécution, pendant la guerre de 1870, d’un vieux paysan patriote et « impassible » par un peloton d’officiers prussiens.

Le Père Mongilet, moins sombre, nous raconte pourquoi, à la suite d’une beuverie en banlieue avec un vieux camarade rossé au retour par sa femme, il ne s’est jamais marié et n’est plus sorti de Paris.

Le Père Milon.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 12 102 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

MAUPASSANT, Guy (de) – Le Saut du berger – Pétition d’un viveur malgré lui

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 23min | Genre : Nouvelles


Le Saut du berger

Le Saut du berger nous révèle que Maupassant s’est inspiré de lui-même dans l’épisode fameux de la chute, du haut de la falaise, de la roulotte des amants, dans son roman Une vie publié en 1883 :

« Avec un geste forcené il (c’est le comte, jaloux) poussa le verrou qui fermait l’auvent au-dehors, et, saisissant les brancards, il se mit à secouer cette niche comme s’il eût voulu la briser en pièces. Puis soudain, il s’attela, pliant sa haute taille dans un effort désespéré, tirant comme un bœuf, et haletant ; et il entraîna, vers la pente rapide, la maison voyageuse et ceux qu’elle enfermait.
Ils criaient là-dedans, heurtant la cloison du poing, ne comprenant pas ce qui leur arrivait.
Lorsqu’il fut en haut de la descente, il lâcha la légère demeure qui se mit à rouler sur la côte inclinée. » (Une vie, Chapitre 10)

On lit, en effet, dans Le Saut du berger (1882), ces lignes presque semblables à celles qu’il utilisera dans le roman :

« Puis, s’attelant aux brancards, courbant sa taille maigre, tirant comme un cheval, et haletant sous sa robe de drap trempée, il (c’est l’abbé meurtrier) courut, entraînant vers la pente rapide, la pente mortelle, les jeunes gens surpris enlacés, qui heurtaient la cloison du poing, croyant sans doute à quelque farce d’un passant.
Lorsqu’il fut au haut de la descente, il lâcha la légère demeure, qui se mit à rouler sur la côte inclinée.
Elle précipitait sa course, emportée follement, allant toujours plus vite, sautant, trébuchant comme une bête, battant la terre de ses brancards. »

Intéressant pour qui est passionné par la création littéraire…

Pétition d’un viveur malgré lui est une nouvelle fois pour Maupassant l’occasion de prouver que dans une liaison « neuf fois sur dix c’est l’homme qui est séduit, capté, accaparé, enlacé de liens terribles… Il est la proie, la femme est le chasseur. »

Le Saut du berger.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 13 979 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

MAUPASSANT, Guy (de) – Souvenir (1884, Version 2)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 17min | Genre : Nouvelles


Souvenir

Souvenir (1884)

« Qu’ils sont exquis les souvenirs des anciens printemps !
Vous rappelez-vous, vieux amis, mes frères, ces années de joie où la vie n’était qu’un triomphe et qu’un rire ? Vous rappelez-vous les jours de vagabondage autour de Paris, notre radieuse pauvreté, nos promenades dans les bois reverdis, nos ivresses d’air bleu dans les cabarets au bord de la Seine, et nos aventures d’amour si banales et si délicieuses. [...]
J’avais alors vingt-cinq ans. [...]
Elle se grisa, ma foi, fort bien, chanta, but du champagne, fit toutes sortes de folies… et même la plus grande de toutes.
Ce fut mon premier adultère. »

(Un an plus tôt, à Bougival où se situe l’histoire, décédait Ivan Tourgueniev).

Souvenir (Version 2).

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 6 596 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

MAUPASSANT, Guy (de) – L’Épingle – Le Modèle

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 30min | Genre : Nouvelles


L'Épingle

Ces deux nouvelles de Maupassant ont deux sujets voisins : comment un homme adorant une femme qui l’a trahi en arrive à la haïr et, vivant loin d’elle (L’Épingle) ou à ses côtés (Le Modèle), a sa vie gâchée à tout jamais…

La misogynie dans L’Épingle :
« Et si je vous disais, pourtant, quelle vie atroce j’ai menée à côté d’elle ! Quand je la regardais, j’avais autant envie de la tuer que de l’embrasser. Quand je la regardais… je sentais un besoin furieux d’ouvrir les bras, de l’étreindre et de l’étrangler. Il y avait en elle, derrière ses yeux, quelque chose de perfide et d’insaisissable qui me faisait l’exécrer ; et c’est peut-être à cause de cela que je l’aimais tant. En elle, le Féminin, l’odieux et affolant Féminin était plus puissant qu’en aucune autre femme. Elle en était chargée, surchargée comme d’un fluide grisant et vénéneux. Elle était Femme, plus qu’on ne l’a jamais été. »

La misogynie dans Le Modèle :
« Qui donc pourra déterminer d’une façon précise ce qu’il y a d’âpreté et ce qu’il y a de réel dans les actes des femmes ? Elles sont toujours sincères dans une éternelle mobilité d’impressions. Elles sont emportées, criminelles, dévouées, admirables, et ignobles, pour obéir à d’insaisissables émotions. Elles mentent sans cesse, sans le vouloir, sans le savoir, sans comprendre, et elles ont, avec cela, malgré cela, une franchise absolue de sensations et de sentiments qu’elles témoignent par des résolutions violentes, inattendues, incompréhensibles, folles, qui déroutent nos raisonnements, nos habitudes de pondération et toutes nos combinaisons égoïstes. L’imprévu et la brusquerie de leurs déterminations font qu’elles demeurent pour nous d’indéchiffrables énigmes. Nous nous demandons toujours : « Sont-elles sincères ? Sont-elles fausses ? »

L’Épingle.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 7 002 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

MAUPASSANT, Guy (de) – Monsieur Parent

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 1h 42min | Genre : Nouvelles


Monsieur Parent

Le débonnaire et brave Monsieur Parent ne connaissait pas l’acide désoxyribonucléique (A.D.N) qui lui aurait permis de vivre une vie normale et de ne pas souffrir, toute son existence, d’ignorer si son « petit Georges » était bien son fils…

« Tu étais toute ma consolation ; eh bien, elle t’a emporté en me jurant que je n’étais pas ton père, mais que ton père, c’était lui ! A-t-elle menti ? je ne sais pas. Depuis vingt ans je me le demande… »

Un Maupassant qui sait bien décrire la détresse.

> Écouter un extrait : Première Partie.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 6 439 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

MAUPASSANT, Guy (de) – Bombard – Le Baptême (1885)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 28min | Genre : Nouvelles


Bombard

Présentation de deux nouvelles de nature complètement opposée.

La première, Bombard, fait rire :
« Simon Bombard la trouvait souvent mauvaise, la vie ! Il était né avec une incroyable aptitude pour ne rien faire et avec un désir immodéré de ne point contrarier cette vocation. Tout effort moral ou physique, tout mouvement accompli pour une besogne lui paraissait au-dessus de ses forces. Aussitôt qu’il entendait parler d’une affaire sérieuse il devenait distrait, son esprit étant incapable d’une tension ou même d’une attention. »

L’autre, Le Baptême (1885), fait frissonner d’horreur :
« Mais tenez, j’ai vu, de mes yeux vu, un drame de l’alcool bien étrange et bien saisissant, et tout près d’ici, en Bretagne, dans un petit village aux environs de Pont-l’Abbé. »
NB : Il existe un autre conte émouvant Le Baptême (1884) publié sur le site en 2011.

À écouter dans l’ordre que vous choisirez, selon votre humeur du moment !

Bombard.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 8 274 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

MAUPASSANT, Guy (de) – Voyage de santé

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 14min | Genre : Nouvelles


Cannes

« M. Panard était un homme prudent qui avait peur de tout dans la vie. Il avait peur des tuiles, des chutes, des fiacres, des chemins de fer, de tous les accidents possibles, mais surtout des maladies… Il disait à sa femme, une brave femme qui se prêtait à ses manies : « Songe, ma bonne, comme il faut peu de chose pour estropier ou pour détruire un homme. C’est effrayant d’y penser. On sort bien portant ; on traverse une rue, une voiture arrive et vous passe dessus ; ou bien on s’arrête cinq minutes sous une porte cochère à causer avec un ami ; et on ne sent pas un petit courant d’air qui vous glisse le long du dos et vous flanque une fluxion de poitrine. Et cela suffit. C’en est fait de vous. »

Il est difficile, à la fin de Voyage de santé, de ne pas partager le fou rire de Madame Panard !

Voyage de santé.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 6 296 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

MAUPASSANT, Guy (de) – Regret

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 15min | Genre : Nouvelles


Regret

« M. Saval était nonchalant, voilà. La nonchalance avait été son grand mal, son défaut, son vice. Combien de gens ratent leur vie par nonchalance ! Il est si difficile à certaines natures de se lever, de remuer, de faire des démarches, de parler, d’étudier des questions. »

Maupassant nous raconte le grand Regret (1883) de ce sexagénaire vieux garçon, son « Ah !si j’avais su ! » désespéré…

Regret.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 7 035 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous nos livres audio gratuits pour Guy de Maupassant :