Livres audio gratuits pour 'Henry Gréville' :


GRÉVILLE, Henry – Stépane Makarief

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 1h 50min | Genre : Nouvelles


Jean Veber - La Correction conjugale

« Stépane Makarief était un paysan du gouvernement de Koursk. Il n’avait ni frères, ni sœurs, ni mère. Son père, vieux laboureur endurci à la peine, l’avait élevé rudement, dans le respect absolu de ses volontés autocratiques : la main du vieillard pesait aussi lourde sur l’épaule de son fils que le bâton du servage sur ses propres épaules. »

Son père le marie, sa femme le trompe, s’enfuit puis revient au logis. Commence alors une vie impossible que Madame Henry Gréville nous dépeint dans Stépane Makarief (une des Nouvelles russes) avec sa profonde connaissance de la mentalité des serfs (le servage sera aboli en 1861).
On n’était pas étonné à cette époque de lire :
« Le bras de Stépane se leva sur sa femme et s’abattit sans relâche tant que la colère muette qu’il avait dans le cœur ne fut pas assouvie. Elle criait à tue-tête, mais sans se révolter. Elle savait d’avance qu’elle serait battue, et cela lui semblait tout simple. »

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 5 787 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

GRÉVILLE, Henry – Le Meunier

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 1h 10min | Genre : Nouvelles


Le Meunier

Qui a aimé L’Examinateur ou Idylles, appréciera Le Meunier qui fait partie des Nouvelles russes écrites avec délicatesse par la plume féminine d’Henri Gréville.
« L’hiver ne se fit pas attendre ; la neige couvrit les allées du jardin. Mérikof, enfermé dans sa maisonnette près du moulin, passait les journées à fumer et les soirées à fabriquer des télègues en bois blanc pour ses enfants chéris. Une après midi, son œuvre fut terminée, les petites charrettes roulaient sans bruit sur leurs roues mignonnes ; il les mit sur la table et les contempla, les larmes aux yeux. La journée était belle, il ouvrit la petite fenêtre de sa chambre et passa la tête dehors. Un souffle de printemps lui caressa le visage, une goutte de neige fondue, chassée du toit par le vent, tomba sur la main qu’il appuyait sur le bord de la fenêtre. »

L’expression « mourir de honte » n’est pas, dans cette nouvelle, prise au sens figuré.

Le Meunier.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 6 827 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

GRÉVILLE, Henry – Véra

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 1h | Genre : Nouvelles


Nikolaj Alexandrowitsch Jaroschenko - Une étudiante des Cours Bestoujev

Pour rendre le titre Véra plus explicite, on pourrait lui ajouter « Pourquoi Serge ne se maria-t-il jamais » ou « Les Incertitudes du cœur peuvent être mortelles » ou encore « Le Mensonge fatal ».

« – Mais si elle m’aime ?… me disais-je. – Ce n’est ma pas faute ! répondait l’orgueil. Je ne puis pourtant pas l’épouser ! Si encore j’étais sûr que… Que quoi ?… Qu’elle n’en a pas aimé un autre avant moi ! m’écriai-je enfin, poussé à bout par cette lutte intérieure. Une jeune fille qui sort seule, elle a avoué elle-même qu’elle sort seule le jour… et la nuit !… qui va voir un incendie à trois heures du matin avec un jeune homme… quelle femme serait-ce ?… Impossible !… Et d’ailleurs, je ne l’aime pas ! Non, je ne l’aime pas ! Je sais ce que je ressens, peut-être !
Oui, peut-être… »

Cette Nouvelle russe souriante, puis émouvante d’Henry Gréville (nom de plume d’Alice Marie Céleste Durand (1842-1902)) « conteur gracieux et attendri », selon Maupassant, est aussi belle que les Idylles.

Véra.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 5 883 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

GRÉVILLE, Henry – L’Examinateur

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 1h 10min | Genre : Contes


Homer Winslow - Le Tableau noir

Alice Marie Céleste Durand (1842-1902), femme de lettres dont notre site a publié Idylles, accompagna son père en Russie quand il devint lecteur en littérature française à l’université impériale de Saint-Pétersbourg. Elle commença à écrire dans le Journal de Saint-Pétersbourg, puis, de retour en France, en 1872, elle prit le nom de plume d’Henry Gréville, en référence au village de ses parents. Jules Barbey d’Aurevilly disait d’elle : « Cette revenue du pays des neiges, a tout de suite percé la neige de l’indifférence publique, si dure aux débutants. Elle est une perce-neige heureuse ! Elle en a la pureté… Elle a la pureté de la plume, cette chose maintenant plus rare que le talent. »

Nous retrouvons cette « pureté de la plume » dans L’Examinateur, joli conte extrait des Nouvelles russes. Un professeur de jurisprudence aide Annette, une jeune fille pauvre de Moscou rêvant d’être institutrice, à améliorer ses connaissances, mais ses leçons aboutissent à une autre conclusion qu’à une réussite à l’examen…
« Les mardis et les samedis se succédèrent paisiblement pendant trois ou quatre mois ; Annette répétait ses leçons avec une conscience admirable, mais elle ne paraissait point faite pour la science ; au moment même où le professeur venait de lui expliquer une règle de grammaire ou quelqu’un des mystères de l’arithmétique, la jeune fille commettait une de ces monstrueuses erreurs qui font infailliblement lever au ciel les yeux et les bras des pédagogues. »

L’Examinateur.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 6 861 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

GRÉVILLE, Henry – Idylles

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 3h 10min | Genre : Nouvelles


Idylles

Quatre des quinze Idylles d’Henry Gréville (nom de plume d’une femme ayant vécu longtemps à Saint Pétersbourg) ont déjà été publiées (Le Soir, La Nuit, Le Matin, La Bergerie) ; voici, par ordre alphabétique, les onze qui complètent ce recueil de poèmes en prose fort appréciés de Guy de Maupassant : « De toutes les femmes de lettres de France, Mme Henry Gréville est celle dont les livres atteignent le plus d’éditions. Celle-là est surtout un conteur, un conteur gracieux et attendri. On la lit avec un plaisir doux et continu ; et, quand on connaît un de ses livres, on prendra toujours volontiers les autres. » et de Barbey d’Aurevilly : « Cette revenue du pays des neiges, a tout de suite percé la neige de l’indifférence publique, si dure aux débutants. Elle est une perce-neige heureuse ! Elle en a la pureté… Elle a la pureté de la plume, cette chose maintenant plus rare que le talent. »

De longueur inégale (Sous les frênes, 5 minutes, Le Bonheur, 45 minutes) ces Idylles bien nommées sont joliment écrites.

« L’herbe était verte et brillante, les feuilles délicates des arbustes, reluisant sous l’eau qui les avait lavées, formaient un réseau fin comme de la dentelle sur le fond noir de la grande forêt qui reprenait au-delà. Il s’arrêta pour mieux voir, mieux observer, mieux respirer l’impression de cette forêt mouillée, plus pénétrante, plus humaine pour ainsi dire dans ces grandes ombres, qu’en plein soleil, sous toutes les magnificences du jour. » (Le Portrait)
« Une lueur chaude emplit tout à coup le ciel, communiquant sa splendeur ambrée à tout ce qu’elle effleurait, comme si les objets eussent été plongés dans un bain d’or ; la rivière sembla rouler des flots de métal pur, les arbrisseaux se dressèrent comme des apparitions du pays de féerie, et les graviers des chemins parurent une poussière de diamants. » (Après la pluie)

> Écouter un extrait : L’Épave.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 6 115 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

GRÉVILLE, Henry – Le Soir – La Nuit

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 50min | Genre : Nouvelles


Greville 2

Du sourire aux larmes (Le Soir) et de la tristesse au bonheur (La Nuit) dans ces deux Idylles qui s’ajoutent à La Bergerie et au Matin précédemment lus de cette auteure. On y retrouve la même fraîcheur de la nature et les parfums des bois.

« La forêt se faisait noire ; un coin de ciel bleu pâle apparaissait entre les grands troncs des pins ; une raie d’or éteint marquait l’horizon, et l’orée du bois claire encore, avec ses troncs épars et son herbe semée de fleurettes, semblait le vestibule de quelque palais magique tiède et velouté, où l’on ne devait entrer qu’avec respect. »

Le Soir.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 8 810 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

GRÉVILLE, Henry – Un crime

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 9h 30min | Genre : Romans


Henry Greville ou Alice Marie Celeste Durand nee Fleury

Guy de Maupassant écrit : « De toutes les femmes de lettres de France, Mme Henry Gréville est celle dont les livres atteignent le plus d’éditions. Celle-là est surtout un conteur, un conteur gracieux et attendri. On la lit avec un plaisir doux et continu ; et, quand on connaît un de ses livres, on prendra toujours volontiers les autres. »
Il est difficile de n’être pas d’accord avec Maupassant en écoutant ce « crime et châtiment » où rien ne vous sera dévoilé de ce meurtre perpétré seulement au milieu de ce long roman de 450 pages…

Nous sommes en Normandie dans un petit village paisible. L’héroine est une jeune paysanne de 17 ans aussi sympathique que tous les gens qui l’entourent. Rien ne laisse présager un crime…

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 12 077 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

GRÉVILLE, Henry – Le Matin – La Bergerie

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 1h 10min | Genre : Nouvelles


Henry Gréville, ou Alice Marie Céleste Durand née Fleury

Deux jolies nouvelles attendrissantes écrites dans un style très « féminin » par un auteur qui connaît bien la campagne. Nous ne sommes pas étonnés d’apprendre qu’Henry Gréville (1842-1902) était le nom de plume d’Alice Durand (poétesse, dramaturge et romancière célèbre en son temps) qui avait pris ce pseudonyme en référence au village de Gréville-Hague, dans la Manche, où avaient vécu ses parents.
« Effrayés de la liberté subite, les béliers restèrent immobiles sur le seuil étroit et bas, regardant devant eux et craignant un piège.
Une bouffée de vent tiède leur apporta l’arôme des falaises humides des buées de la mer, l’odeur de l’herbe courte et grasse, tondue jusqu’au sol par leur dents tenaces et patientes, et soudain, la tête levée, comme poussés par un fouet invisible et résistant encore à l’instinct qui les appelait, les superbes animaux se précipitèrent dans la grande cour qu’ils franchirent en quelques bonds. [...] » (La Bergerie)

Le Matin.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 10 081 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous nos livres audio gratuits pour Henry Gréville :