⚠️ Le site est en lecture seule le temps d'une maintenance. Vous ne pouvez plus poster ni commentaires ni messages sur le forum.
Pour plus d'informations, veuillez lire le message explicatif. Patience nous revenons très bientôt !

Livres audio gratuits pour 'Iamnot' :


MULTATULI – La Prière de l’athée – Het gebed van den onwetende (Poème)

Donneur de voix : Irma & Iamnot | Durée : 10min | Genre : Poésie


Multatuli

Après Saïdjah et Adenda, voici une deuxième œuvre de Multatuli, une lecture bilingue d’un célèbre poème interdit en France du vivant de Multatuli (1820-1887) pour ses propos considérés comme blasphématoires. À noter que le titre en néerlandais signifie La Prière de l’ignorant et non pas de l’athée.

« Ikweet niet of wezyngeschapen met ‘n doel,
Of maar by toevaldaarzyn. Ook niet of eenGod
Of… Godenzichvermaken met onsleed, en schimpen
Op de onvolkomenheid van onsbestaan. Als dit zowaar’
Zou ‘t vreeselykzyn! Aanwien de schuld
Dat zwakkenzwakzyn, krankenkrank en dommen dom?
Wanneerwezyngemaakt met opzet, met ‘n doel.
En door onze onvolkomenheiddat niet bereiken. »

« J’ignore si nos pas vers un but sont portés
Ou s’en vont au hasard ; – si des divinités
Assises au-dessus de nous dans les nuées
Poursuivent nos douleurs de sinistres huées
Et raillent les efforts de notre être incomplet ;
Chaque fois que le corps subit des défaillances,
Chaque fois que l’esprit des mortelles souffrances
Sent l’éternel fardeau l’écraser – Ce serait
Horrible… Sur qui donc rejeter l’anathème
De ce que le malade est languissant et blême,
Le faible sans vigueur et le fou sans raison. »

Traduction : Hermann Van Duyse (1868).

Het gebed van den onwetende.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 8 769 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

CLARÉTIE, Jules – Camille Desmoulins (Extraits)

Donneur de voix : Iamnot | Durée : 26min | Genre : Histoire


Camille Desmoulins2

Voici quelques extraits d’une superbe biographie de Camille Desmoulins et de ses amis « dantonistes ». Je recommende particulièrement la conclusion qui est d’une grande beauté.

Le premier extrait décrit la France de la période pré-révolutionnaire ainsi que l’engagement de Desmoulins ; le deuxième donne un exemple des requêtes des communes écrites dans les cahiers de doléances (je vous conseille de lire la version écrite qui est extraordinaire de par sa simplicité, sa profondeur et son orthographe) ; enfin, j’ai enregistré la conclusion de ce livre qui nous rappelle ce que représente non seulement Camille Desmoulins et ses amis mais surtout la Révolution dans son ensemble pour des citoyens de notre chère république.

> Écouter un extrait : Avant 1789.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 14 838 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

JAURÈS, Jean – Les idées politiques et sociales de Jean-Jacques Rousseau (Extraits)

Donneur de voix : Iamnot | Durée : 3min | Genre : Essais


Jean Jaures 2

Deux passages que j’ai beaucoup aimés dans un article sur Jean-Jacques Rousseau.

Les idées politiques et sociales de Jean-Jacques Rousseau (Extraits).

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 9 769 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

VERHAEREN, Émile – Les Soirs (Poèmes)

Donneur de voix : Iamnot | Durée : 5min | Genre : Poésie


Émile Verhaeren par Théo van Rysselberghe

« Mourir ainsi, mon corps, mourir, serait le rêve !
Sous un suprême afflux de couleurs et de chants,
Avec, dans les regards, des ors et des couchants,
Avec, dans le cerveau, des rivières de sève.
Mourir ! comme des fleurs trop énormes, mourir !
Trop massives et trop géantes pour la vie !
La grande mort serait superbement servie
Et notre immense orgueil n’aurait rien à souffrir !
Mourir, mon corps, ainsi que l’automne, mourir ! » (Mourir)

> Écouter un extrait : Le cri.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 7 194 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

JAURÈS, Jean – Discours à la jeunesse (1903)

Donneur de voix : Iamnot | Durée : 31min | Genre : Essais


Jean Jaurès

Un des textes clefs de Jaurès prononcé au lycée d’Albi en 1903.

« Le courage, c’est d’aimer la vie et de regarder la mort d’un regard tranquille ; c’est d’aller à l’idéal et de comprendre le réel ; c’est d’agir et de se donner aux grandes causes sans savoir quelle récompense réserve à notre effort l’univers profond, ni s’il lui réserve une récompense. Le courage, c’est de chercher la vérité et de la dire ; c’est de ne pas subir la loi du mensonge triomphant qui passe, et de ne pas faire écho, de notre âme, de notre bouche et de nos mains aux applaudissements imbéciles et aux huées fanatiques. »

Discours à la Jeunesse (1903).

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 21 316 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

VERHAEREN, Émile – Les Moines (Poèmes)

Donneur de voix : Iamnot | Durée : 36min | Genre : Poésie


Émile Verhaeren par Théo van Rysselberghe

Un superbe recueil de Verhaeren datant de 1886.

« Ce moine était géant, sauvage et solennel,
Son corps semblait bâti pour un œuvre éternel,
Son visage, planté de poils et de cheveux,
Dardait tout l’infini par les trous de ses yeux ;
Quatre-vingts ans chargeaient ses épaules tannées
Et son pas sonnait ferme à travers les années ;
Son dos monumental se carrait dans son froc,
Avec les angles lourds et farouches d’un roc ;
Ses pieds semblaient broyer des choses abattues
Et ses mains ébranler des socles de statues,
Comme si le Christ-Dieu l’eût forgé tout en fer,
Pour écraser sous lui les rages de l’enfer. » (Moine épique)

> Écouter un extrait : Aux moines.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 7 738 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BLANC, Louis – Quelques Vérités économiques

Donneur de voix : Iamnot | Durée : 14min | Genre : Essais


Louis Blanc

Louis Blanc (1811-1882) est un journaliste et historien français, membre du gouvernement provisoire de 1848 et député sous la Troisième République. Républicain convaincu, il est un des précurseurs des courants socialistes et communistes en France. En faveur du suffrage universel, il se distingue, après la Révolution de 1848, en proposant la création des Ateliers sociaux afin de rendre effectif le droit au travail. Mais il est finalement contraint de s’exiler à Londres après les Journées de Juin car tenu pour responsable de l’émeute du 15 mai. Il y demeura jusqu’à la fin de la guerre franco-prussienne de 1870, entrant de nouveau à l’Assemblée nationale en 1871, où il siège une dizaine d’années à l’extrême gauche. (Source : Wikipédia)

« Comment nous garantiriez-vous le fruit de notre labeur, quand vous ne pouvez ou n’osez nous garantir l’emploi de nos bras ? Notre dénuement nous livre à la merci d’autrui, et ce qu’on nous offre, en échange de notre activité, ce n’est pas le produit créé, c’est seulement un salaire qui nous permettra de vivre en le créant, salaire dont la concurrence maintient le chiffre au niveau des plus strictes nécessités de la vie, et qui ne laisse presque jamais de marge pour des épargnes, que dévorerait, d’ailleurs, le premier jour de chômage ou de maladie. Ce n’est donc pas la perspective du bien-être futur de nos enfants qui nous stimule, nous : en fait de stimulant, nous ne connaissons que la faim. Comment se fait-il que ceux qui fécondent la terre soient en peine d’un morceau de pain ? que ceux qui tissent les étoffes précieuses soient en peine d’un vêtement ? que ceux qui bâtissent les palais ne sachent pas quelquefois où reposer la tête ? »

Quelques Vérités économiques.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 43 972 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

MILOSZ, Oscar V. de L. – Les Terrains vagues (Poème)

Donneur de voix : Iamnot | Durée : 4min | Genre : Poésie


Oscar Venceslas de Lubicz-Milosz

« Comment m’es-tu venu, ô toi si humble, si chagrin ? Je ne sais plus.
Sans doute comme la pensée de la mort, avec la vie même.
Mais de ma Lithuanie cendreuse aux gorges d’enfer du Rummel,
De Bow-Street au Marais et de l’enfance à la vieillesse

J’aime (comme j’aime les hommes, d’un vieil amour
Usé par la pitié, la colère et la solitude) ces terrains oubliés
Où pousse, ici trop lentement et là trop vite,
Comme les enfants blancs dans les rues sans soleil, une herbe

De ville, froide et sale, sans sommeil, comme l’idée fixe,
Venue avec le vent du cimetière, peut-être
Dans un de ces ballots d’étoffe noire, lisse et lustrée, oreillers
Des vieilles dormeuses des berges, dans les terribles crépuscules. »

Les Terrains vagues.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 8 376 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous nos livres audio gratuits pour Iamnot :