Livres audio gratuits pour 'Jean Boccace' :


BOCCACE, Jean – Le Faucon

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 16min | Genre : Nouvelles


Boccace - Le Faucon

« Un jeune et bien appris gentilhomme de Florence du nom de Frédéric Alberighi aima furieusement Monna Jeanne, une des plus belles et des plus gracieuses dames de la ville.
Frédéric se mit à dépenser son bien sans compter ; et c’étaient, chaque jour, de grands festins pleins de pompe, délicats et friands. Puis il se montrait magnifique en fêtes, en joutes et en tournois. »
est le début du conte de Moréas : Le Faucon inspiré, sans changer de titre, de cette nouvelle de Boccace Le Faucon qui commence ainsi :

« Il y eut autrefois à Florence un jeune gentilhomme fort riche, nommé Fédéric, fils de messire Philippe Albérigni, d’une maison illustre. L’art et la nature n’avaient rien épargné pour en faire un jeune homme accompli ; il n’avait point son pareil parmi la jeune noblesse toscane. Il devint amoureux, comme c’est assez l’ordinaire de ceux de son âge et de son rang, d’une dame de condition, nommée Jeanne, qui, de son temps, passait pour une des plus belles et des plus aimables femmes de Florence. »

Il est littérairement intéressant de comparer le texte original de Boccace (1345) à l’adaptation de Moréas(1900).

Traduction : Antoine Sabatier de Castres (1742-1817).

Le Faucon.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 7 692 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BOCCACE, Jean – Le Décaméron (Deux Contes nouveaux)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 50min | Genre : Contes


Le Reproche ingénieux

Le billet BOCCACE, Jean – Le Décaméron (Première Nouvelle) présente les cent contes, d’inégale longueur et d’inégale valeur, dont déjà huit ont été publiés.

« Peu de gens ignorent que messire Can de la Scale fut un des plus magnifiques seigneurs qu’on ait vus naître en Italie depuis l’empereur Frédéric II. Il est peu d’hommes que la fortune ait autant favorisés, et qui aient pu se faire plus d’honneur que lui de leurs richesses. » (Le Reproche ingénieux)

« Il y eut autrefois à Pérouse un nommé André de la Pierre, qui faisait commerce de chevaux. Ayant appris qu’ils étaient à bon marché dans la ville de Naples, il mit cinq cents écus d’or dans sa bourse, dans l’intention de s’y rendre pour en acheter plusieurs. Comme il n’avait jamais perdu de vue le clocher de sa paroisse, il partit avec d’autres marchands, et arriva à Naples un dimanche au soir. » (Le Rubis)

Traduction : Antoine Sabatier de Castres (1742-1817).

Illustration : Le Reproche ingénieux, dans l’édition du Décaméron de 1846, aux éditions Barbier.

> Écouter un extrait : Le Reproche ingénieux.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 8 635 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BOCCACE, Jean – L’Imposteur confondu, ou La Femme justifiée

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 35min | Genre : Nouvelles


L'Imposteur confondu, ou La Femme justifiée

Le problème posé, il y a 700 ans, dans cette neuvième nouvelle de la deuxième journée du Décaméron est toujours l’objet de désaccords !

« N’est-il pas vrai, et tout le monde ne connaît-il pas que l’homme est l’animal le plus parfait qui soit sorti des mains du Créateur ? La femme ne tient donc que le second rang : aussi tout le monde s’accorde-t-il à dire que l’homme a plus de courage, de force et de constance, et que la femme est timide et changeante… Concluons seulement que si l’homme, étant plus ferme, plus fort et plus constant, ne peut résister, je ne dis pas à une femme qui le prévient et le provoque, mais même au seul désir qui le porte vers celle qui lui plaît ; [...] s’il succombe enfin toutes les fois que l’occasion se présente, comment une femme, naturellement faible et fragile, pourra-t-elle se défendre des sollicitations, des flatteries, des présents, de tous les ressorts, en un mot, que fera jouer un amoureux passionné ? Pouvez-vous penser qu’elle résiste longtemps ? »

Traduction : Antoine Sabatier de Castres (1742-1817).

Illustration : L’Imposteur confondu, par H. Baron, dans l’édition du Décaméron de 1846, aux éditions Barbier.

L’Imposteur confondu.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 7 079 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BOCCACE, Jean – Roger de Jéroli, ou Les Bizarreries du sort

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 25min | Genre : Contes


Roger de Jéroli, ou Les Bizarreries du sort

Roger de Jéroli, ou Les Bizarreries du sort, est la dixième nouvelle de la quatrième journée du Décaméron, ainsi résumée par Boccace :

« La femme d’un médecin met dans un coffre son amant endormi et qu’elle croit mort. Deux usuriers emportent le coffre chez eux. L’amant est découvert et pris pour un voleur. La servante de la dame raconte à la Seigneurie que c’est elle qui l’a mis dans le coffre volé par les usuriers… »

Traduction : Francisque Reynard (1835-?).

Roger de Jéroli, ou Les Bizarreries du sort.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 11 386 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BOCCACE, Jean – Le Prodige opéré par l’amour

Donneuse de voix : Corinne | Durée : 32min | Genre : Nouvelles


Le Prodige opéré par l'amour

« Les anciennes histoires de Chypre font mention d’un gentilhomme de ce pays, nommé Aristippe, le plus riche de tous ses compatriotes, et qui sans doute eût été le plus heureux, si la fortune ne l’eût affligé dans une chose. Parmi les enfants dont il était le père, il en avait un qui pouvait le disputer à tous les jeunes gens du pays pour la taille et la figure ; mais cet enfant était si sot, si stupide, qu’on n’en pouvait espérer rien de bon. On l’appelait Galeso. Son père n’épargna rien pour réparer les défauts de la nature par une bonne éducation ; il lui donna un précepteur et d’autres maîtres, mais tout fut inutile. On ne put ni lui apprendre à lire, ni le rendre tant soit peu poli. Tout ce qu’il faisait était marqué au coin de la grossièreté ; discours, manières, même le son de sa voix, annonçaient en lui l’impolitesse et la rusticité. De là vint qu’on lui donna le surnom de Chimon, qui, en langage chyprien, signifie grosse bête. » (Cinquième Journée, Nouvelle première)

Traduction : Antoine Sabatier de Castres (1742-1817).

Illustration : Le Prodige opéré par l’amour, par H. Baron, dans l’édition du Décaméron de 1846, aux éditions Barbier.

Le Prodige opéré par l’amour.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 8 613 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BOCCACE – Le Décaméron (Sélection)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 43min | Genre : Contes


Le Vieillard amoureux

Suite à la première nouvelle du Décaméron, voici cinq autres contes de Boccace, réputé gaillard auteur. La soif de l’argent, les amours faciles et la religion sont ici ses thèmes préférés (nous sommes au XIVème siècle).

« Le père abbé, qui n’était pas sot, comprit tout de suite que le moine en savait plus long que lui, et qu’il devait avoir vu tout ce qu’il avait fait avec la fille. C’est pourquoi, tout honteux de sa propre faute, il n’osa lui faire subir une punition qu’il méritait aussi bien que lui. Il lui pardonna donc de bon cœur, et lui imposa silence sur tout ce qui s’était passé. Ils prirent ensemble des mesures pour faire sortir la fille secrètement du monastère, et vraisemblablement pour l’y faire rentrer plusieurs autres fois. » (La Punition esquivée)

« Ces mœurs déréglées des prêtres de Rome étaient bien capables de révolter le juif, dont les principes et la conduite avaient pour base la décence, la modération et la vertu. » (Motifs singuliers de la conversion d’un juif à la religion chrétienne)

« Il n’y a pas longtemps que dans notre ville vivait un cordelier qui avait la charge d’inquisiteur de la foi. Quoiqu’il s’efforçât de passer pour un homme plein de sainteté et de zèle pour la religion chrétienne, comme c’est assez l’usage parmi ces messieurs, il était néanmoins beaucoup plus ardent à rechercher ceux qui avaient la bourse pleine que ceux qui sentaient le poison de l’hérésie. » (Cent pour un)

Traduction : Antoine Sabatier de Castres (1742-1817).

Illustration : Le Vieillard amoureux, par H. Baron, dans l’édition du Décaméron de 1846, aux éditions Barbier.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 13 084 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BOCCACE, Jean – Le Poirier enchanté

Donneuse de voix : Corinne | Durée : 32min | Genre : Nouvelles


Le Poirier enchanté

« Nicostrate était un gentilhomme d’Argos, ville très ancienne de l’Achaïe, moins célèbre aujourd’hui par ses richesses que par les rois qu’elle eut autrefois. Ce gentilhomme, parvenu à un âge déjà fort avancé, voulut prendre une femme pour le soigner dans sa vieillesse, et il épousa Lidie, demoiselle de condition, aussi entreprenante qu’elle était aimable et jolie.
Comme il était extrêmement riche, il faisait une grande dépense.
Sa passion dominante était la chasse ; il avait force chiens, force oiseaux et un grand nombre de domestiques. Un jeune homme, nommé Pirrus, beau garçon, bien fait, de bonne mine et adroit à tout ce qu’il faisait, était celui de tous qu’il aimait le mieux et en qui il avait le plus de confiance. Sa femme en devint amoureuse, mais si passionnément, qu’elle n’était heureuse que lorsqu’elle le voyait ou s’entretenait avec lui. » (Septième Journée, Nouvelle Neuf)

Traduction : Antoine Sabatier de Castres (1742-1817).

Illustration : Le Poirier Enchanté, dans l’édition du Décaméron de 1846, aux éditions Barbier.

Le Poirier enchanté.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 11 246 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BOCCACE, Jean – Le Décaméron (Première Nouvelle)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 35min | Genre : Nouvelles


Boccace

Giovanni Boccaccio (1313-1375), est généralement admis comme le créateur de la prose italienne, comme Dante celui de la poésie. Durant la peste qui frappe la ville de Florence en 1348 et dont l’auteur a été témoin, trois jeunes hommes et sept jeunes femmes se réunissent à l’église Santa Maria Novella et prennent la décision de s’isoler dans une villa lointaine pour échapper à la peste. Dans ce lieu, les jeunes gens se racontent pendant dix jours des histoires les uns aux autres. Le titre Décaméron vient donc de ces dix journées de contes. Au total, l’œuvre se compose de cent récits de longueur inégale dont voici le premier : Le Pervers évoqué comme un saint.

Le pervers, « Ce Chappelet était un si galant homme, qu’étant notaire de sa profession, et notaire peu employé, il aurait été très-fâché qu’aucun acte eût passé par ses mains, sans être jugé faux. Il en eût fait plus volontiers de pareils pour rien, que de valides pour un gros salaire. Avait-on besoin d’un faux témoin, il était toujours prêt ; souvent même n’attendait-il pas qu’on l’en priât.
Comme on était alors en France fort religieux pour les serments et que cet homme ne se faisait aucun scrupule de se parjurer, il gagnait toujours son procès, quand le juge était obligé de s’en rapporter à sa bonne foi. »

Traduction : Antoine Sabatier de Castres (1742-1817).

Le Pervers évoqué comme un saint.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 16 561 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous nos livres audio gratuits pour Jean Boccace :