Livres audio gratuits pour 'Jules Barbey d’Aurevilly' :


BARBEY D’AUREVILLY, Jules – Amaïdée

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 1h 40min | Genre : Poésie


Amaïdée

Amaïdée est un poème en prose que Barbey d Aurevilly écrivit, jeune, en 1835 et qui ne fut publié que l’année de sa mort ; à la fin du poème on lit : « Quand il écrivit ces pages, l’auteur ignorait tout de la vie. L’âme très enivrée alors de ses lectures et de ses rêves, il demandait aux efforts de l’orgueil humain ce que seuls peuvent et pourront éternellement – il l’a su depuis – deux pauvres morceaux de bois mis en croix. Jeudi saint, 18 avril 1889. »
Trois personnages : le Poète Somegod (« quelque dieu ») qui doit être Maurice de Guérin, créateur du Centaure, le Philosophe Altaï en qui se peint l’auteur et une femme, Amaïdée, ancienne prostituée qui accompagne Altaï. « À eux trois ne représentaient-ils pas l’Amour, la Poésie et la Sagesse ? … Tout se tient, tout s’enchaîne, tout est un dans l’homme et dans la Nature : la vie de l’âme est aussi mystérieuse que la vie du corps ; mais c’est également de la vie. »

Naïve exaltation juvénile, parfois grande profondeur, mais toujours de très belles envolées lyriques :

« Écoute-moi, ô Amaïdée ! – dit Altaï. – L’amour passe, et la vertu demeure. Si je t’ai entraînée avec moi, ce n’était ni comme une victime ni comme une esclave. Je ne suis point un de ces insolents triomphateurs de l’âme des femmes, chassant devant eux les troupeaux qui leur serviront d’hécatombes. »

« Quand les hommes cherchent la solitude, quand on les voit se rejeter au sein quitté de la Nature, on les juge d’abord malheureux. Peut-être ce jugement n’est-il pas trop stupide pour le monde ; car jamais la Nature n’est plus belle que quand nous avons le cœur brisé. Mais le mystère, l’éternel mystère, c’est la Douleur, cet ange à l’épée flamboyante, qui nous pousse du monde au désert et de la vie à la Nature, et qui s’assied à l’entrée de notre âme pour nous empêcher d’y rentrer si nous ne voulons périr. »

« Souvent c’était une église abandonnée, parfois un sépulcre écroulé ou un colombier où ne s’abattaient plus les sonores volées de pigeons, mais où il en revenait parfois un ou deux peut-être, mélancoliques et bientôt repartis d’un vol rapide, comme les souvenirs dans nos cœurs ! Tantôt ils restaient sur les grèves, assis sur quelque banc de coquillages, suivant de l’œil la mer qui s’en allait, triste et éternelle voyageuse dont le manteau bleu traîne à l’horizon, quand elle est le plus loin, comme pour empocher l’ordinaire oubli de l’absence. »

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 6 278 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BARBEY D’AUREVILLY, Jules – Les Diaboliques (Œuvre intégrale)

Donneurs de voix : Projet collectif | Durée : 14h 43min | Genre : Nouvelles


Jules Barbey d'Aurevilly - Les Diaboliques, frontispice de Félicien Rops

Les Diaboliques est un recueil de six nouvelles de Jules Barbey d’Aurevilly, publié pour la première fois en 1874 et disponible dans son intégralité sur Littérature audio.com :

- Le Rideau cramoisi (Version 1, Version 2),
- Le Plus Bel Amour de Don Juan,
- Le Bonheur dans le crime,
- Le Dessous de cartes d’une partie de whist,
- À un dîner d’athées,
- La Vengeance d’une femme (Version 1, Version 2).


> Consulter la version texte de ce livre audio.
Page vue 13 328 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BARBEY D’AUREVILLY, Jules – Le Dessous de cartes d’une partie de whist

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 2h | Genre : Nouvelles


Le Dessous de cartes d'une partie de whist, illustré par Félicien Rops

Pour compléter Les Diaboliques (1874), recueil de six nouvelles, manquait Le Dessous des cartes d’une partie de whist. Le thème ici abordé est celui du mensonge et de l’hypocrisie. « Il y a une « effroyable, mais enivrante félicité dans l’idée que l’on ment, que l’on trompe ; dans l’idée d’être seul à savoir qui l’on est… Et cette félicité a la profondeur enflammée de l’enfer. »»
Le dessous de ces cartes révélera deux cadavres, mais il faut arriver à la fin de la nouvelle pour en comprendre le sens. Le mot diabolique, appliqué à l’intensité de la jouissance, exprime la même chose que le mot divin : des sensations allant jusqu’au surnaturel. Les personnages sont souvent silencieux et on apprend très tard ce qu’ils sont (whist signifie silence !)
Comme les cinq autres nouvelles, celle-ci nous plonge dans un univers ambigu…

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 10 681 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BARBEY D’AUREVILLY, Jules – Une histoire sans nom

Donneur de voix : Christophe Ménager | Durée : 4h 3min | Genre : Romans


Melancolie par Jean Baptiste Camille Corot

Que s’est-il passé, cette année là, dans ce petit village perdu du Forez, à la veille de la révolution française, chez Madame de Ferjol et sa fille ?
Comme chaque année et comme la tradition l’exige, dans ce monde feutré, protégé et hypocrite jusqu’à… l’horreur…, ces fières bourgeoises reçoivent chez elles le prédicateur de carême. Elles découvrent un capucin au regard lourd…
C’est évidement une histoire horrible, cruellement humaine, au suspens haletant, puisqu’elle est menée avec la précision psychologique d’un horloger de la passion, J.A. Barbey d’Aurevilly, au mieux de sa verve…

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 15 201 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BARBEY D’AUREVILLY, Jules – La Vengeance d’une femme (Version 2)

Donneur de voix : Christophe Ménager | Durée : 1h 28min | Genre : Nouvelles


-Bel-Ami

Après un court préambule, suivons jusque dans son antre cette femme sublime et sulfureuse, qui cache une terrible blessure. Jusqu’où nous entraînera-t-elle pour venger le meurtre ignoble de son amant ?
Ce texte puissant traverse les années sans une ride. Il nous parle d’amour, d’honneur, de passion et bien sûr de vengeance. Cette histoire est arrivée hier, elle arrivera demain, tant que des hommes orgueilleux blesseront à mort des femmes amoureuses, et que la vengeance de celles-ci sera plus vitale que leur vie elle-même.
Après cette lecture, vous n’aimerez plus comme avant…
Cette nouvelle terrible et implacable est extraite de l’ouvrage Les Diaboliques.

> Écouter un extrait : Préambule.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 13 930 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BARBEY D’AUREVILLY, Jules – Le Rideau cramoisi (Version 2)

Donneuse de voix : Ritou | Durée : 2h 27min | Genre : Romans


Jules Barbey d Aurevilly par Nadar

Leur diligence immobilisée de nuit dans une petite ville, les voyageurs doivent patienter. À la vue d’une fenêtre voilée par un rideau cramoisi, la mémoire du vicomte de Brassard s’éveille soudain. Il raconte à son voisin l’histoire qui s’est déroulée derrière ce rideau, bien des années auparavant.
Tout jeune sous-lieutenant, le vicomte logeait là, dans cette maison, chez de vieilles gens. Un jour, leur fille Alberte revient de quelque pensionnat pour vivre auprès d’eux. Alberte est beaucoup plus qu’une très belle fille. Elle est impassible, paraît une archiduchesse égarée, bien élevée, sans affectation, plutôt silencieuse. Quand elle parle, elle dit ce qu’elle doit dire, sans plus. Son air n’est ni fier, ni méprisant, ni dédaigneux. Cet air dit : « Pour moi, vous n’existez pas. » Jugeant la fille inaccessible, le jeune homme se laisse aller à l’indifférence.
Chaque soir, il dîne à la table familiale sans prêter attention au fait qu’il est assis auprès d’Alberte. Un mois se passe avant que, sous la table, la main d’Alberte ne se pose sur la sienne.
Le cœur du vicomte s’enflamme. Comment faire ? ….

> Écouter un extrait : Le Rideau cramoisi, Première Partie.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 13 880 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BARBEY D’AUREVILLY, Jules – À un dîner d’athées

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 1h 40min | Genre : Contes


Les Diaboliques.gif

Le chef d’escadron Mesnilgrand est un brave dont la carrière militaire a été brisée par son attachement à l’Empereur. Lorsqu’il visite son vieux père, celui-ci, pourtant très avare ,offre à ses amis des dîners mémorables où l’on insulte l’Église, où l’on invoque en riant les femmes et les faits d’armes que l’on a parfois rencontrés ensemble. L’hilarité grivoise de ces hommes de garde, qui « bouffent » du curé en même temps que les mets délicieux du vieux Mesnilgrand sera pourtant brisée ce soir lorsque Mesnilgrand fils narrera à ses camarades l’histoire de Rosalba qui « était pudique comme elle était voluptueuse, et le plus extraordinaire, c’est qu’elle l’était en même temps. »

Un des six récits composant Les Diaboliques (1874).

Illustration de Félicien Rops (1808-1889) pour À un dîner d’athées, dans l’édition de 1879 des Diaboliques.

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 15 526 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BARBEY D’AUREVILLY, Jules – Une page d’histoire

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 35min | Genre : Histoire


Barbey d Aurevilly

« La ville que j’habite en ces contrées de l’Ouest, – veuve de tout ce qui la fit si brillante dans ma prime jeunesse, mais vide et triste maintenant comme un sarcophage abandonné, – je l’ai, depuis bien longtemps, appelée : « la ville de mes spectres », pour justifier un amour incompréhensible au regard de mes amis qui me reprochent de l’habiter et qui s’en étonnent. C’est, en effet, les spectres de mon passé évanoui qui m’attachent si étrangement à elle. Sans ses revenants, je n’y reviendrais pas ! »
Dans cette ville normande Barbey d’Aurevilly évoque le souvenir de l’ amour incestueux d’un frère et d’une soeur, criminels aux yeux de la loi et des moeurs, qui périrent sur l’échafaud.

Une page d’histoire.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 8 956 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous nos livres audio gratuits pour Jules Barbey d’Aurevilly :