Livres audio gratuits pour 'Léon Tolstoï' :


TOLSTOÏ, Léon – Guerre et paix (Première Partie : Chapitre 02)

Donneurs de voix : Esperiidae & | Durée : 4h 37min | Genre : Romans

Nicolas Toussaint Charles

À Braunau, en Autriche, le commandant en chef Koutouzov passe en revue un régiment où l’on retrouve Dologhov dégradé. André Bolkonsky y est aide de camp zélé et observateur. Aspirant hussard, Nicolas Rostov se lie avec son supérieur Denissov.

Les Français emmenés par l’audace de Murat passent le pont de Thabor et menacent la jonction des deux armées. Afin d’emmener le plus gros de l’armée vers les Autrichiens, Koutouzov envoie le détachement du général Bagration en barrage. Mais, à cause d’une erreur d’appréciation de Murat, la bataille ne s’engage pas directement.

Malgré de lourdes pertes, Bagration parvient à rejoindre Koutouzov. Nicolas Rostov est blessé, tandis que le prince André se désillusionne du pouvoir.

Extrait :
« Ah ! si j’avais pu y vivre, je n’aurais rien désiré de plus, pensait Rostow… rien ! Je sens en moi tant d’éléments de bonheur, en moi et en ce beau soleil… tandis qu’ici… des cris de souffrance… la peur… la confusion… la hâte… on crie de nouveau, tous reculent et me voilà courant avec eux… et la voilà, la voilà, la mort, au-­dessus de moi !… Une seconde encore, et peut-­être ne verrai-­je plus jamais ni ce soleil, ni ces eaux, ni ces montagnes !… »

Guerre et paix est un roman de l’écrivain russe Léon Tolstoï. Publié en feuilleton entre 1865 et 1869 dans Le Messager russe, ce livre narre l’histoire de la Russie à l’époque de Napoléon Ier, notamment la campagne de Russie en 1812. Léon Tolstoï y développe une théorie fataliste de l’histoire où le libre arbitre n’a qu’une importance mineure et où tous les événements n’obéissent qu’à un déterminisme historique inéluctable.

Traduction : Irène Paskévitch (1835-1925).

> Écouter un extrait : Chapitre 02, 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 20 152 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

TOLSTOÏ, Léon – Guerre et paix (Première Partie : Chapitre 01)

Donneurs de voix : Esperiidae & | Durée : 5h 40min | Genre : Romans


Guerre et Paix

Guerre et paix – Livre premier – Première partie

En juin 1805 à Saint-Pétersbourg, lors d’une soirée donnée par Anna Pavlovna Schérer, demoiselle d’honneur de l’impératrice Maria Feodorovna, se croisent Pierre, le prince Basile Kouraguine et ses enfants, Hélène et Hippolyte, le prince André Bolkonsky et Lise, sa jeune épouse enceinte. Pierre est le fils naturel du vieux comte Bézoukhov. Cette soirée est l’occasion pour Pierre et André de renouer leur amitié.

À Moscou, les héritiers potentiels du vieux comte Bézoukhov, mourant, se pressent à son chevet. Grâce à l’intervention de la princesse Droubetskoï, Pierre, fils illégitime du comte Bézoukhov, assiste à sa mort et hérite de toute sa fortune.

Dans la demeure provinciale des Bolkonsky, le prince André est fermement décidé à rejoindre l’armée. Il remet sa femme Lise aux soins de son père, le sévère et coléreux Nicolas Andréïévitch, et de la douce et pieuse princesse Marie.

« Le prince André ne fit que hausser les épaules [...], il se contenta de dire : « Si l’on ne se battait que pour ses convictions, il n’y aurait pas de guerre.
– Et ce serait parfait, répliqua Pierre.
– C’est bien possible, mais cela ne sera jamais, reprit en souriant le prince André.
– Enfin, voyons, pourquoi allons-nous faire la guerre ?
– Pourquoi ? Je n’en sais rien ! Il le faut, et par-dessus le marché j’y vais. – et il s’arrêta. J’y vais, parce que la vie que je mène ici… ne me va pas ! »

Guerre et paix est un roman de l’écrivain russe Léon Tolstoï. Publié en feuilleton entre 1865 et 1869 dans Le Messager russe, ce livre narre l’histoire de la Russie à l’époque de Napoléon Ier, notamment la campagne de Russie en 1812. Léon Tolstoï y développe une théorie fataliste de l’histoire où le libre arbitre n’a qu’une importance mineure et où tous les événements n’obéissent qu’à un déterminisme historique inéluctable.

Traduction : Irène Paskévitch (1835-1925).

> Écouter un extrait : Chapitre 01, 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 42 891 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

TOLSTOÏ, Léon – D’où vient le mal – Ce qui fait vivre les hommes

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 1h | Genre : Contes


Ce qui fait vivre les hommes

Le traducteur Ely Halpérine-Kaminsky (1856-1936) a eu l’idée de réunir sept contes de Léon Tolstoï dans le recueil À la Recherche du bonheur qui comprend Le Filleul, Les Deux Vieillards, Histoire vraie, Le Moujik Pakhom, Feu qui flambe ne s’éteint plus et D’où vient le mal ainsi que Ce qui fait vivre les hommes.

D’où vient le mal est la réponse d’un ermite à quatre animaux :
« Ce n’est ni de la faim, ni de l’amour, ni de la méchanceté, ni de la peur que viennent tons nos malheurs : c’est de notre propre nature que vient le mal ; car c’est elle qui engendre et la faim, et l’amour, et la méchanceté, et la peur. »

Ce qui fait vivre les hommes est une autre réponse religieuse d’un ange en transit sur terre à qui le Seigneur avait dit :
« Tu connaîtras un jour trois paroles divines : tu apprendras ce qu’il y a dans les hommes, ce qui n’est pas donné à l’homme, et ce qui fait vivre les hommes. Quand tu auras appris ces trois paroles, tu reviendras au ciel. »

Illustration extraite d’une édition russe de 1866 de Ce qui fait vivre les hommes.

D’où vient le mal.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 8 019 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

TOLSTOÏ, Léon – Khodynka

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 24min | Genre : Contes


Kkodynka

« La tragédie de Khodynka est une bousculade qui eut lieu le 30 mai 1896 sur le champ de Khodynka, à Moscou, pendant les cérémonies accompagnant le couronnement de l’empereur Nicolas II de Russie. Elle fit 1389 victimes. » (Wikipédia)

Léon Tolstoï nous fait assister au drame personnel que connut la jeune princesse Alexandra en venant assister à ce couronnement où elle s’était mêlée au peuple et fut sauvée in extremis par Emelian, un jeune ouvrier dans la misère.

Le conte Khodynka s’achève cependant avec le sourire.

Traduction : J.-Wladimir Bienstock (1868-1933).

Khodynka.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 5 327 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

TOLSTOÏ, Léon – Le Prisonnier du Caucase

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 35min | Genre : Contes


Le Prisonnier du Caucase

Le Prisonnier du Caucase est le titre d’un poème de Pouchkine (1821), d’un poème de Lermontov (1828) et de ce récit de Léon Tolstoï (1872), sans parler de deux ballets, d’un opéra et de trois films, le dernier de 1996.

À l’origine le conte relate l’épopée de deux soldats russes captifs des Tatars dans un village du Caucase. Il a été ensuite très transformé dans ses différentes adaptations.

Traduction : Claude Claudovitch (1909).

Le Prisonnier du Caucase.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 11 152 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

TOLSTOÏ, Léon – Scènes de la vie russe

Donneuse de voix : Pomme | Durée : 4h 40min | Genre : Contes


Leon Tolstoj

7 histoires courtes, mettant en scène des paysans dans leur vie quotidienne.
Parfois une touche de mysticisme apparaît, qui fait réfléchir le personnage sur la moralité de sa vie.

Traduction : Henri Gautier (1890).

> Écouter un extrait : 01. Pourquoi l’on tient à la vie.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 11 628 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

TOLSTOÏ, Léon – Résurrection

Donneur de voix : André Rannou | Durée : 18h 25min | Genre : Romans


rsurrectionrom00tolsuoft 0007

Le prince Nekhludov, appelé à se prononcer comme membre d’un jury d’Assises sur l’innocence ou la culpabilité d’une prostituée, accusée de meurtre par empoisonnement, reconnaît en elle la jeune pupille de ses tantes, qu’il avait séduite des années auparavant. Après avoir assisté à son injuste condamnation au bagne et jugeant que le vrai coupable, c’est lui, il décide de se racheter en l’épousant. Mais Katucha, devenue la Maslova, refuse tout net cette proposition, et le prince, dévoré de remords, choisit néanmoins de céder ses terres aux paysans qui les travaillent et de la suivre dans son exil en Sibérie.

Résurrection, paru en 1899, fut le dernier roman écrit par Léon Tolstoï. Il y dénonce avec vigueur l’injustice des lois humaines, ainsi que l’hypocrisie et la cruauté de toutes les institutions qui régissent la vie en Russie. Sont particulièrement visés les systèmes judiciaire et pénitentiaire et l’Église Orthodoxe elle-même n’est pas épargnée. La manière dont sont traités les prisonniers lors de leur transfert en Sibérie fait aussi l’objet d’une attaque en règle, et de nombreux passages du roman furent censurés lors de sa première publication.

Traduction : Théodore de Wyzewa (1862-1917).

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 65 828 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

TOLSTOÏ, Léon – Quarante Ans

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 25min | Genre : Contes


Léon Tolstoï écrivant sous le portrait de Nicolas Kostomarov

Quarante Ans, légende petite-russienne, « écrite par le célèbre historien russe Kostomarov, fut publiée dans le Journal de Gatzouk. Elle plut beaucoup au comte L. Tolstoï, qui la remania, l’abrégea et en écrivit entièrement le dernier chapitre… Nous publions ici un résumé de cette légende d’après la version de Kostomarov et intégralement la fin inédite qui est du grand écrivain. »

« Trofine Sémionovitch se rendit sur les lieux de son crime et, à minuit, une voix lui dit : « Je te punirai dans quarante ans. » [...] Souvent le remords torturait Trofine. Il résolut de se confesser à l’archevêque et lui raconta tout. L’archevêque le rassura, en lui disant que malgré l’énormité du crime, il l’avait racheté par vingt années de travail et de probité et que s’il faisait construire une belle église, Dieu lui pardonnerait. Il fit bâtir l’église. [...] Mais la fatale quarantième année était venue. Il attendait avec effroi le châtiment qui allait le frapper. »
À ce moment commence « la fin inédite » écrite par Tolstoï…

Traduction : J.-Wladimir Bienstock (1868-1933).

> Écouter un extrait : 01. Introduction.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 9 160 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous nos livres audio gratuits pour Léon Tolstoï :