⚠️ Le site est en lecture seule le temps d'une maintenance. Vous ne pouvez plus poster ni commentaires ni messages sur le forum.
Pour plus d'informations, veuillez lire le message explicatif. Patience nous revenons très bientôt !

Livres audio gratuits pour 'Philosophie antique' :


TRISMEGISTE, Hermès – La Table d’émeraude

Donneuse de voix : Laure Giraux | Durée : 2min | Genre : Philosophie


La Table d'émeraude

La Table d’émeraude (Tabula Smaragdina en latin) est un des textes les plus célèbres de la littérature alchimique et hermétique. C’est un texte très court, composé d’une douzaine de formules allégoriques et obscures, dont la fameuse correspondance entre le macrocosme et le microcosme : « Ce qui est en bas est comme ce qui est en haut, et ce qui est en haut est comme ce qui est en bas ». (Source : Wikipédia)

Traduction de l’Hortulain (XIVème siècle).

La Table d’émeraude.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 15 835 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

PLATON – La République (Livre Troisième)

Donneur de voix : Ludovic Coudert | Durée : 1h 42min | Genre : Philosophie


Platon Buste

Quels sont les discours sur les dieux et les héros qu’il convient de faire entendre aux enfants ? et de quelle manière ?
Suite de la discussion de Socrate avec Adimante, puis Glaucon (voir le livre I, et le livre II) : sont abordés alors les sujets suivants : les thèmes traités par les poètes, puis leurs modes narratifs, et la musique qui les accompagnent.
Une deuxième partie abordera les relations de la gymnastique avec la musique pour que l’éducation (inspirée ici de ses formes traditionnelles en Grèce au Vème siècle) soit au service du bien de l’âme et de son bon gouvernement.
On verra à la fin quelques éléments de ce que l’on appelle, improprement d’ailleurs, le « communisme » de Platon.

Traduction : Victor Cousin (1792-1867).

Accéder au sommaire de La République

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 22 668 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

XÉNOPHON – Mémoires sur Socrate (Livre 2)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 1h 25min | Genre : Philosophie


Xénophon

Le livre II des Mémoires sur Socrate met en scène de nouveaux personnages et traite de nouveaux sujets. Xénophon rapporte certaines conversations dont il a été témoin ; le thème de l’amitié revient souvent (300 ans avant Cicéron et 1900 ans avant Montaigne ! ). Le disciple nous enrichit de la pensée de son maître…

Une anecdote amusante : l’histoire nous apprend que Xantippe, l’épouse laide, pingre, rageuse et acariâtre de Socrate lui menait la vie dure ; le fils aîné du ménage supporte mal l’humeur de sa mère. Le « brave » Socrate lui répond : « Crois-tu donc, dit-il, que l’humeur sauvage d’une bête soit plus insupportable que celle d’une mère ? — Non vraiment, du moins d’une mère telle que la mienne. — Est-ce que par hasard elle t’aurait fait quelque morsure ou lancé une ruade, comme tant de gens en reçoivent des bêtes ? — Mais, par Jupiter, elle dit des choses qu’on ne voudrait pas entendre au prix de la vie. — Et toi, dit Socrate, combien, depuis ton enfance, ne lui as-tu pas causé de désagréments insupportables, et de parole, et d’action, et le jour, et la nuit ? combien de soucis ne lui ont pas donnés tes maladies ? — » Et il continue magnifiquement : « Eh bien, cette mère qui t’aime, qui prend de toi tous les soins possibles quand tu es malade, afin de te ramener à la santé et que rien ne te manque, qui, en outre, prie les dieux de te prodiguer leurs bienfaits et s’acquitte des vœux qu’elle a faits pour toi, tu te plains de son humeur ? Pour moi, je pense que, si tu ne peux supporter une telle mère, tu ne peux supporter rien de bon. » (Chapitre 2 : Sur la piété filiale)

Traduction : Eugène Talbot (1814-1894).

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 16 393 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

ÉPICURE – Maximes capitales

Donneur de voix : Iamnot | Durée : 14min | Genre : Philosophie


Épicure

Un condensé de la pensée d’Épicure par lui-même.

« La mort n’a aucun rapport avec nous ; car ce qui est dissous est insensible, et ce qui est insensible n’a aucun rapport avec nous. »

« Nul plaisir n’est en soi un mal ; mais les causes productrices de certains plaisirs apportent de surcroît des perturbations bien plus nombreuses que les plaisirs. »

Traduction anonyme (Wikisource).

Maximes capitales.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 14 022 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

PLATON – La République (Livre Deuxième)

Donneur de voix : Ludovic Coudert | Durée : 1h 29min | Genre : Philosophie


Platon

« Nul n’est juste et honnête de son plein gré, Socrate ! » Les propres frères de Platon, Glaucon et Adimante, reprennent posément la thèse soutenue avec véhémence par Thrasymaque (dans le livre 1) et la développent et la complètent, dans ce deuxième livre de La République. Ils n’y adhèrent cependant pas. S’ils procèdent ainsi c’est précisément pour pousser Socrate à dire, devant des amis, toute sa pensée sur la justice. Ils mettent alors Socrate au défi de faire l’éloge de la justice en elle-même et pour elle-même, et non pas pour ses conséquences avantageuses.
C’est là que l’on trouvera l’histoire célèbre de l’Anneau de Gygès.
Ainsi, ce livre termine l’introduction au reste de la République, et commence l’étude de la justice dans les États et dans les individus. La justice et l’injustice s’observent en effet dans les individus et dans les États. Pour mieux la connaître, les amis philosophes de Socrate devront avoir patience et vigilance et méditer lentement sur la formation d’un véritable État, sur sa composition et finalement sur l’éducation qu’il convient de donner dans l’État. Le livre 2 ne donne que le début de la réflexion sur l’éducation qui fait l’essentiel de la République.

Traduction : Victor Cousin (1792-1867).

Accéder au sommaire de La République

> Écouter un extrait : 01. L’Anneau magique de Gygès.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 30 866 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

CICÉRON, Marcus Tullius – De l’amitié

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 1h 40min | Genre : Philosophie


De l'amitié

« Lelius, ou De amicitia (44 av JC) fut composé peu de temps après le dialogue De la vieillesse, que l’auteur cite même dans le préambule, où il établit une espèce de parallèle entre les deux ouvrages. Ici, le principal interlocuteur est C. Lélius, l’ami du Second Africain ; il cède à l’empressement de ses gendres C. Fannius et Q. Mucius Scévola, qui veulent l’entendre parler sur l’amitié. La scène se passe quelques jours après la mort de Scipion, l’an de Rome 624, sous le consulat de C. Sempronius Tuditanus et de M. Aquillius. » (Introduction de l’éditeur)

« Mais il n’en est pas moins vrai que les deux plus grands écueils de la constance, en amitié, sont la prospérité et l’adversité : la plupart nous méprisent lorsqu’il sont heureux, ou nous abandonnent dans nos disgrâces. Il faut donc regarder comme un homme d’une espèce rare et presque divine, l’ami solide qui ne varie point avec la fortune. »

« Ceux-là méritent notre amitié qui ont en eux-mêmes les moyens de se faire aimer. De tels hommes sont rares, comme toutes les choses excellentes, et il n’est rien de plus difficile que de trouver un objet qui, dans son genre, soit parfait de tout point. »

« Voilà ce que j’avais à vous dire de l’amitié. Je vous exhorte à la mettre au-dessus de tous les liens après la vertu, qui doit avoir le premier rang, et qui est la base de l’amitié même. »

Traduction : Jean-Baptiste Gallon-la-Bastide (1765-1817).

Illustration : Enluminure médiévale pour Livre d’amistie, de Cicéron (1490) : Caius Lélius discutant avec ses gendres Caius Fannius et Quintus Mucius Scévola sur l’amitié, en présence de Cicéron.

> Écouter un extrait : Première Partie.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 14 344 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

PLATON – L’Anneau magique de Gygès

Donneur de voix : Ludovic Coudert | Durée : 5min | Genre : Contes


Unico-Anello

Avant Tolkien, avant Wagner, avant Platon même, une légende ancienne met en scène un anneau au pouvoir magique.
« Fable effrayante… » (Alain).

Avec ce très bref récit, dans la suite du livre 1 de la République, Platon dévoile toute la face cachée du Pouvoir.
C’est le propre frère de Platon, Glaucon, qui raconte cette histoire, pour développer la thèse qu’il rejette lui-même. Il lance ainsi à Socrate le défi le plus étonnant peut-être de tous ceux contenus dans les dialogues de Platon.
Les huit livres qui font la suite des deux premiers de la République sont ce défi relevé et dépassé.
« Ce que je trouve d’effrayant dans cette fable, c’est que Gygès n’hésite et ne délibère que pour savoir qu’il est vraiment invisible ». Alain, Éléments de Philosophie.

Traduction : Victor Cousin (1792-1867).

Illustration extraite de Wikipédia (domaine public).

Histoire de Gygès (avec musique).

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 71 627 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

CICÉRON, Marcus Tullius – De la vieillesse

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 1h 30min | Genre : Philosophie


Caton l'Ancien

Cicéron, dans Caton l’Ancien, ou De la vieillesse imagine Caton l’Ancien dialoguant, à la manière de Socrate chez Platon, avec Scipion et Lelius. Il répond aux quatre problèmes qui, selon lui, abusent et effraient les hommes :

« Lorsque j’y réfléchis, je trouve qu’il y a quatre causes qui font paraître la vieillesse misérable : la première est, dit-on, qu’elle nous éloigne des affaires ; la seconde, qu’elle affaiblit le corps ; la troisième, qu’elle prive de presque tous les plaisirs ; la quatrième, qu’elle est voisine de la mort. Essayons, si vous voulez, d’apprécier toutes ces causes l’une après l’autre, et de voir si l’on a raison de se plaindre. »

Il termine ainsi :
« Quand même nous ne serions point immortels, il est néanmoins désirable pour l’homme de finir en son temps. Les jours qui nous sont accordés ont leur terme ainsi que tout le reste, et la vieillesse est comme le dernier acte du drame de la vie. Nous devons remercier la nature qui nous soustrait à la fatigue, et peut-être à la satiété. »

Traduction : Jean-Baptiste Gallon-la-Bastide (1765-1817).

> Écouter un extrait : Première Partie.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 13 283 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous nos livres audio gratuits pour Philosophie antique :