Livres audio gratuits pour 'Poésie antique' :


MUSÉE – Héro et Léandre (Poème grec)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 30min | Genre : Poésie


Ferdinand Keller - Héro trouvant Léandre

Léandre, jeune Grec de la ville d’Abydos, était aimé de Héro, prêtresse à Sestos, ville placée en face d’Abydos, sur les bords de l’Hellespont. Pour aller voir Héro, Léandre traversait tous les soirs l’Hellespont à la nage ; un flambeau allumé par son amante sur une tour élevée lui servait de phare. Léandre se noya pendant une tempête et fut jeté par la mer au pied de la tour de Héro qui, le reconnaissant le lendemain matin, se précipita du haut de cet édifice et se tua ainsi auprès de son amant.
Une fin qui rappelle (ou plutôt qui annonce) celle des couples célèbres Tristan et Yseult et Roméo et Juliette où l’un refuse de survivre à la mort de l’autre.

L’auteur grec Musée (en grec ancien Μυσαῖος), dit le Grammairien, est un poète égyptien de langue grecque, mais sa vie et son poème Héro et Léandre de plus de 300 vers ont donné lieu a des interprétations très diverses.
Ovide mentionne souvent dans ses vers cette histoire tragique : « Tu aurais souvent pu, ô Léandre ! te priver de ton amie ; tu passais le détroit pour qu’elle connût ton courage ». Rappelant ailleurs le dernier trajet où périt Léandre : « Plus d’une fois, dit-il, le jeune amant de Héro avait passé les ondes à la nage, et il les aurait encore passées cette dernière fois, mais sa route était ténébreuse ».
Virgile de même.

Traduction : J.-F. Grégoire et François-Zénon Collombet (1808-1853), 1834.

Illustration : Ferdinand Keller, Héro trouvant Léandre.

Héro et Léandre.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 776 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

OVIDE – Les Amours (Livre 02)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 1h 15min | Genre : Poésie


Casa di Marte e Venere

Le 26 avril 2011 nous publiions les 15 élégies du premier livre de Les Amours d’Ovide. Six ans après voici les 19 élégies du livre II.

Nous avons isolé, pour la donner en exemple, la quatrième, autobiographique, de ce Don Juan, Lovelace, Casanova ou Sade du premier siècle de notre ère.

« La force me manque pour maîtriser mes passions. Je m’y laisse entraîner, comme l’esquif emporté par les flots rapides. Ce n’est point une seule beauté qui stimule mes amours ; j’ai cent motifs pour aimer toujours.
Une belle tient-elle devant moi ses yeux modestement baissés ? mon cœur s’enflamme, et sa pudeur est le piège où je me laisse prendre. Celle-ci se montre-t-elle agaçante ? je succombe parce qu’elle n’est point novice, et qu’elle me promet mille plaisirs sur un lit moelleux. Si j’en vois une dont l’air farouche rappelle la rigidité des Sabines ; je pense qu’elle a des désirs, mais qu’elle les cache sous cet air de grandeur. Êtes-vous savante ? vous me plaisez par vos rares talents ; ignorante ? votre simplicité me charme. »

Traduction : Désiré Nisard (1806-1888).

Illustration: Fresque de la Casa di Marte e Venere à Pompéi.

> Écouter un extrait : Élégie 04.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 019 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

PINDARE – Quatre Olympiques

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 25min | Genre : Histoire


Coureurs

Pierre de Coubertin, quand il s’efforce de remettre sur pied les jeux olympiques, s’inspire des jeux de l’Antiquité pour définir l’idéal olympique, mais de fait, les jeux olympiques modernes n’ont, dès leur création, que peu à voir avec les jeux antiques. Le concept de flamme olympique n’existe pas en Grèce antique : les Grecs ne pratiquent pas non plus d’épreuve par équipe.

Quand un athlète est vainqueur, c’est, comme aujourd’hui une occasion de glorifier la cité qu »il représente.

Les jeux olympiques (Ὀλυμπιακοὶ Ἀγώνες) sont des concours sportifs pentétériques (qui a lieu tous les quatre ans) organisés entre les cités grecques antiques. Ils furent créés au cours du VIIIe siècle av. J.-C. dans le cadre d’un festival religieux en l’honneur de Zeus Olympien et perdurent pendant plus de mille ans. On fixe traditionnellement les derniers jeux en 393 ap. J.-C., peu après l’édit de Théodose ordonnant l’abandon des lieux de cultes de la religion grecque.

« Suivant l’antique usage établi par Hercule, un citoyen d’Étolie, juge intègre de nos combats, orne le front de l’athlète victorieux d’une couronne d’olivier verdoyant. »

« Grand Jupiter, les Heures, tes filles me rappellent à Olympie pour être témoin de ses illustres combats, et chanter les vainqueurs aux sublimes accords de ma lyre ! »

Des 14 Olympiques célébrées par Pindare (518-438 av. J.-C.), trois ont été publiées sur le site en 2008 et celles de ce jour glorifient les vainqueurs des Course des chars, Course aux chevaux, Course et pentathle, à la Lutte.

Traduction : Jean-Aloys Perrault-Maynand (1798-18?).

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 439 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BACCHYLIDE et ALCÉE – 25 Fragments poétiques grecs

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 12min | Genre : Poésie


Lawrence Alma-Tadema - Sappho et Alcée (détail)

Ces poètes grecs mineurs sont moins connus que Pindare, Anacréon ou Sappho…

Bacchylidès de Céos (vers 518 av. J.-C.-vers 450 av. J.-C.) est l’auteur de six livres d’hymnes aux dieux, trois livres d’éloges et un livre d’épinicies. Il jouit de son temps d’une certaine popularité ; il se surnomme lui-même « le rossignol de Céos », mais la postérité lui a préféré son rival Pindare.
« Sa nature divine est au-dessus des tristes maladies qui nous accablent. Son amour constant et nécessaire pour le bien l’empêche de succomber à aucune faute. Le grand maître du monde accorde à peu d’hommes de conserver une vertu pure jusqu’à l’heure des cheveux blancs, et d’éviter tous les malheurs avant d’entrer dans l’ornière de la vieillesse. » (Dieu)

Alcée de Mytilène est un poète de l’époque archaïque né vers l’an 630 av. J.-C, mort en 580 av. J.-C.. Il écrivit des poèmes politiques et beaucoup de chansons de tables ; tout lui est prétexte à boire, comme en témoignent les premières poésies enregistrées !
« Buvons ! buvons ! Pourquoi attendre l’heure des flambeaux, l’éclat du jour ne nous suffit-il pas ? Bacchus, le joyeux fils de Jupiter et de Sémélé, nous a donné le vin pour noyer nos peines dans l’oubli. Emplissez cette coupe, emplissez-la jusqu’au bord ; inondez votre cœur de ce doux nectar : voici l’heure où va paraître l’astre qui dévore les champs. Nous sommes au temps le plus enflammé de l’année. Nos prairies dévorées par la soif invoquent la pluie. C’est l’instant de nous enivrer : c’est l’instant de forcer les plus sobres à boire à longs traits. Amis, plantons, plantons la vigne de préférence à tout autre arbre. »

Il y a 2600 ans les Grecs « inondaient leur cœur de ce doux nectar » sans modération…

Traduction : Ernest Falconnet (1815-1891).

Illustration : Lawrence Alma-Tadema, Sappho et Alcée (1881).

Bacchylide – Poésies.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 3 105 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

VIRGILE – Géorgiques (Œuvre intégrale)

Donneur de voix : Alain Degandt | Durée : 2h 34min | Genre : Poésie


Virgile - Géorgiques

« Les Géorgiques sont une œuvre de Virgile en quatre chants, écrite entre 36 et 29 avant J.-C. L’auteur y atteint une certaine forme de perfection artistique, ce qui lui vaut d’être considéré comme le plus grand poète de l’époque. L’ouvrage se présente comme un traité sur l’agriculture, mais les thèmes abordés sont beaucoup plus vastes : guerre, paix, mort, résurrection. Il constitue surtout une célébration de la vie paysanne traditionnelle. Virgile a trente-trois ans lorsqu’il entame son œuvre, qu’il n’achèvera que sept ans plus tard. Il entreprend ce poème à la demande de Mécène, son protecteur, dans le but de remettre en honneur parmi les Romains l’agriculture abandonnée pendant les guerres civiles, et de les ramener à la simplicité des mœurs de leurs ancêtres. » (Encyclopédie Wikipedia)

Traduction versifiée (1770) : Jacques Delille (1738-1813).

Les quatre livres sont disponibles sur Littérature audio.com :

- Livre 1,
- Livre 2,
- Livre 3,
- Livre 4.

Licence Creative Commons


> Consulter la version texte de ce livre audio.
Page vue 4 084 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

VIRGILE – Géorgiques (Livre 4)

Donneur de voix : Alain Degandt | Durée : 40min | Genre : Poésie


Virgile - Géorgiques

Le Chant IV, dernier livre des Géorgiques, est consacré aux abeilles. Virgile y met en scène, dans un récit à épisodes d’un grand souffle et d’une grande beauté, le savoir de l’époque (où le miel revêtait une grande importance), sur la vie de ces « petits objets » qui sont « de grandes merveilles ». Il rapproche l’organisation de la ruche de celle de la société à Rome sous l’empire, faisant ainsi sa cour à Auguste. Il évoque poétiquement la Nature qui doit environner la ruche, afin de créer les conditions idéales à l’élevage et aux bons soins. Il décrit en style épique les combats entre les rois (=les reines) et introduit un long et somptueux épisode mythologique, consacré au berger Aristée, qui a perdu ses abeilles, et à qui Protée révèle qu’il a involontairement provoqué la mort d’Eurydice et rendu Orphée inconsolable, avant que celui-ci ne périsse, déchiré par les femmes qu’il méprisait.

Traduction versifiée (1770) : Jacques Delille (1738-1813).

Licence Creative Commons

Géorgiques (Livre 4).

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 4 185 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

VIRGILE – Géorgiques (Livre 3)

Donneur de voix : Alain Degandt | Durée : 39min | Genre : Poésie


Virgile - Géorgiques

Sur la suggestion, semble-t-il, de Mécène, dans les deux derniers livres des Géorgiques Virgile évoque, en une poésie puissante et sans faille, les animaux et leur élevage : les troupeaux (L. III) et les abeilles (L. IV). Les analogies avec la nature humaine sont fréquentes et sont sources de lyrisme et de réflexion : ne pas gaspiller les années fécondes mais faire un bon usage du temps ; aspirer à la victoire, à la gloire du triomphe et fuir le déshonneur de la défaite… mais surtout chanter la puissance de l’Amour, dans la création toute entière, moteur même de toute vie. Quant à la mort, évoquée à la fin du livre par le récit d’une épizootie, si elle est, pour nous comme pour les chevaux, souvent douloureuse et vécue comme injuste, elle est certes un fait de nature, mais qui suscite chez Virgile de la pitié et un début d’indignation.

Traduction versifiée (1770) : Jacques Delille (1738-1813).

Licence Creative Commons

Géorgiques (Livre 3).

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 4 197 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

VIRGILE – Géorgiques (Livre 2)

Donneur de voix : Alain Degandt | Durée : 39min | Genre : Poésie


Virgile - Géorgiques

Dans ce deuxième livre (ou deuxième chant) des Géorgiques, Virgile traite essentiellement de l’arboriculture et de la vigne. Son lyrisme magnifie les conseils utiles qu’il prodigue et qui, pour certains, demeurent d’une surprenante actualité.

Traduction versifiée (1770) : Jacques Delille (1738-1813).

Licence Creative Commons

Géorgiques (Livre 2).

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 4 139 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous nos livres audio gratuits pour Poésie antique :