Livres audio gratuits pour 'René Depasse' :


MARTEL, Tancrède – Les dieux se vengent

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 22min | Genre : Nouvelles


Ulysse et Circe

« Grâce aux sublimes indiscrétions d’Homère, nous savons tous que le plus spirituel et rusé des Grecs, Ulysse, roi d’Ithaque, fut, pendant au moins une année, l’amant de Circé, fille du Soleil, magicienne et reine de l’île d’Æa. [...] Mais on ignore, ou à peu près, qu’un des matelots du roi d’Ithaque conserva jusqu’à sa mort, et cela par sa faute, la forme peu enviable d’un pourceau. Il se nommait Likopinax – « le lécheur-de-plats ». »

Et c’est le destin peu connu de ce compagnon d’Ulysse, Tancrède Martel (1856-1928) nous conte dans
Les dieux se vengent.

P.S. : Dans le même genre, en marge d’Homère, écoutez Elpénor de Giraudoux.

Illustration : Bartholomeus Spranger, Ulysse et Circe (158?).

Les dieux se vengent.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 240 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

ROLLINAT, Maurice – La Pensée (Poème)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 8min | Genre : Poésie


La Pensée

Après avoir lu ces pensées sur la Pensée, écoutez le long poème de Maurice Rollinat… moins optimiste.

« Dominez vos pensées ou ce sont elles qui vous domineront. » Horace

« Le bonheur de votre vie dépend de la qualité de vos pensées. » Marc Aurèle

« Il n’y a rien qui soit entièrement en notre pouvoir sinon nos pensées. » René Descartes

« La pensée n’est qu’un éclair au milieu de la nuit. Mais c’est cet éclair qui est tout. » Henri Poincaré

« Le travail de la pensée ressemble au forage d’un puits ; l’eau est trouble d’abord, puis elle se clarifie. » Proverbe chinois

« Toujours viser à harmoniser la pensée, la parole et l’action. Visez toujours à purifier vos pensées et tout ira bien. » Mahatma Gandhi

La Pensée

« C’est l’ennemi sournois, mais sûr,
Sphinx intime, cancer obscur,
De ce tas de cendres futur
Appelé l’homme. »

Illustration : Victor Ion Popa, La Pensée (1921).

La Pensée.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 162 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

CASTON, Alfred (de) – La Sybille de l’échafaud

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 31min | Genre : Nouvelles


La Sybille de l'échafaud

Le titre de La Sybille de l’échafaud masque complètement le contenu de la nouvelle dont l’essentiel se résume ainsi : Alfred de Caston (1822-1882) et le journaliste écrivain Privat d’Anglemont (1815-1859) pleurent avec une sorcière la mort de Gérard de Nerval qu’ils ont tous les trois beaucoup aimé.

« Une transformation complète venait de s’opérer dans l’attitude de la vieille femme, ses traits s’étaient détendus et ses yeux avaient pris une expression de douceur dont je ne les eusse certes pas crus capables cinq minutes avant que le nom de Gérard de Nerval eût été prononcé
« Hélas ! dit la malheureuse femme, quand je pense qu’il est mort là, presque sous mes yeux, et que je ne l’ai pas sauvé, moi qui me serais fait tuer pour lui de si bon cœur ! »»

Illustration : La rue de la Vieille-Lanterne à Paris, rue aujourd’hui disparue, où le poète Gérard de Nerval (1808-1855) fut retrouvé pendu le 26 janvier 1855 (gravure de 1883).

La Sybille de l’échafaud.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 992 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

LEBLANC, Maurice – Sous le lit

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 17min | Genre : Nouvelles


Sous le lit

Sous le lit

« Chaque soir, quand il rentrait, le comte de Francourt regardait sous son lit.
Cette lâcheté, il tentait de l’excuser par le genre d’existence que lui avait imposé le hasard. »

Maurice Leblanc nous divertit avec cette illustration les dangers de l’abus de l’alcool.

Illustration : Jakub Schikaneder, By the Girl’s Bed (1909-1910).

Sous le lit.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 437 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BEECHER-STOWE, Harriet – Franchise

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 14min | Genre : Nouvelles


Auguste Toulmouche - Vanité

L’écrivaine américaine Harriett Beecher-Stowe (1811-1896) est l’auteure de La Case de l’oncle Tom sur l’abolition de l’esclavage qui restera son ouvrage incontournable, et qui connut un immense succès en Amérique et en Europe. Elle a publié une vingtaine de livres dont quelques contes comme Le Rosier ou Franchise.

Franchise commence ainsi abstraitement, mais la suite est une conversation animée et légère entre deux jeunes filles :

« Il existe une sorte de franchise qui est le résultat d’absence complète de soupçon, et qui exige une entière ignorance du monde et de la vie ; cette espèce qui fait appel à notre générosité et à notre tendresse. Puis vient la franchise d’un esprit fort, mais pur, connaissant la vie, claire dans ses distinctions, droite dans ses intentions, et au dessus de tout déguisement ou mensonge ; cette sorte inspire le respect. La première semble ne procéder que par instinct, la seconde de l’instinct et de la réflexion réunis ; la première procède en partie de l’ignorance, la seconde se fonde sur une confiance éprouvée en soi-même. »

Traduction : Emile Gigault de le Bédollière (1812-1883).

Illustration : Auguste Toulmouche, Vanité (ca. 1870).

Franchise.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 227 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

NOZIÈRE, Fernand – Les Nymphes de Ville-d’Avray

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 18min | Genre : Nouvelles


Les Nymphes de Ville-d'Avray

Les Nymphes de Ville-d’Avray de Fernand Nozière (1874-1931) sont avant tout un bel éloge-souvenir du peintre Jean-Baptiste Camille Corot (1796-1865).

Trois nymphes qu’il a peintes s’entretiennent…

«« Nous nous penchions sur son épaule et, sans qu’il le remarquât, nous jetions sur la toile presque achevée une poussière impalpable, mystérieuse. Le tableau devenait transparent, précieux, irréel. Parfois, il ne pouvait se défendre contre un accès de joie, mais non d’orgueil. Il s’accordait cet éloge : « Ce n’est pas mal ! » C’était un homme qui accomplissait sans vanité sa besogne quotidienne. Il n’avait pas le désir du luxe. Il ne se souciait point de posséder un hôtel et de recevoir, sur son yacht et dans ses salons, l’élite de la société parisienne ou les plus riches amateurs d’Amérique. Il n’avait pas de belles relations puisqu’il se contentait de notre camaraderie…
- De notre tendresse ! »
Ainsi parlaient Iris, Chloé, Lydie, et je ressentais une grande vénération pour le peintre qu’elles avaient aimé. »

Illustration : Jean-Baptiste Camille Corot, Nymphes et enfant au bain (1855-1860).

Les Nymphes de Ville-d’Avray.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 205 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

LIBAR, Th. – Le Dernier Mariage

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 15min | Genre : Nouvelles


Une Amazone

Le Dernier Mariage, de Th. Libar, est celui d’une femme de cent-trente ans dans un petit hameau de la lune avec un jeune homme de cinquante ans qui la trompe honteusement, ce  qui explique qu’on pourra « donner, aux Enfants-Produits, le sexe que l’on désire et, grâce aux progrès de la morale publique, on peut calculer, sans craindre de se tromper, que, dans trois cents ans, il n’existera plus un seul homme dans l’État. Ce jour-là, nous toucherons enfin à la perfection… »

Illustration : Paul Lormier, Nisida ou les amazones des Açores (1848).

Le Dernier Mariage.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 220 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

DELARUE-MARDRUS, Lucie – La Dernière Sirène

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 21min | Genre : Nouvelles


La Dernière Sirène

Lucie Delarue-Mardrus (1874-1945), poétesse, écrivaine, romancière et sculptrice mérite d’être connue, ne serait-ce que pour cette page ou s’exprime La Dernière Sirène :

« Pense que je suis seule à peupler la mer. N’ai-je pu la connaître toute, moi qui n’avais que ses vagues pour compagnes ? Ce sont elles qui ont arrondi mes seins comme les galets qu’elles roulent. Ce sont elles qui m’ont déposé ces perles dans les oreilles. Elles m’aiment. Je me couche doucement en elles, et c’est d’avoir bercé mon corps qu’elles arrivent si creuses à ton rivage. Elles m’ont tout raconté. Je sais les jours de calme où se gonfle à peine leur peau glauque et succincte, et les jours de tempête où, noires d’orage et blanches d’écume, elles accourent en folles furieuses charger terriblement les falaises. Je sais exactement le sens de la mer changeante, guerrière et rétractile. Sa rumeur monstrueuse est dans mon sang. J’ai vu de près ses rochers déchirants, mais aussi j’ai connu les longs sommeils dans ses flaques saumâtres, parmi un peu de sable, de vase et de galets, entre deux ou trois coquilles et quelques algues, et aussi les repos profondément noyés, quand d’étranges poissons viennent me regarder de toute leur âme de phosphore, et que les écailles de ma queue brillent comme l’or dans l’obscurité silencieuse. J’ai connu les matins de printemps, lorsque les jeunes filles jettent quelques fleurs dans l’amertume de la mer, quelques fleurs pour sucrer la mer, et les soirs électriques de l’été, quand les barques tirent derrière elles un sillage de feu. Je sais tout ! Je t’apprendrai tout ! Tu comprendras comme moi l’abîme et la surface, et les grands soirs au large, alors que la douleur aiguë des goélands lézarde le ciel et que ma tête chevelue, crevant l’immensité, émerge dans le couchant, pour que, tendant des bras insensés vers les horizons de flamme, je veuille, jusqu’au fond de mon être, boire la mer et manger le soleil ! »

Illustration : Elisabeth Jerichau Baumann, Sirène (1863).

La Dernière Sirène.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 291 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous nos livres audio gratuits pour René Depasse :