Livres audio gratuits pour 'René Depasse' :


BADIN, Adolphe – Un blessé

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 54min | Genre : Nouvelles


Un blessé

« Le siège de Paris est un épisode de la guerre franco-allemande de 1870. À partir du 17 septembre 1870, la ville est rapidement encerclée par les troupes allemandes, que la résistance parisienne n’empêche pas de progresser au nord de la Loire durant l’automne 1870. » (Wikipédia)

C’est à cette époque que se situe cette émouvante nouvelle d’Adolphe Badin (1831-vers 1890), journaliste auxerrois qui a vécu ces événements.

« Quel défilé ! C’était un officier d’artillerie, dont les jambes pendaient fracassées entre les mains des brancardiers ; un pauvre chasseur dont le visage disparaissait tout entier sous un masque de sang coagulé ; puis d’autres, officiers, sous-officiers, soldats de toute arme, les mains enveloppées dans des linges sanglants, la tête bandée, le corps inerte dans une capote toute souillée de boue et de sang, avec un grand trou sur la poitrine. »

Illustration : Blessés dans la cabine d’un bateau-mouche, pendant le siège de Paris.

Un blessé.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 295 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BOILEAU, Nicolas – Les Femmes – SÉMONIDE D’AMORGOS – Sur les femmes (Version 2)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 1h 5min | Genre : Société


Operateur Céphalique : Céans maitre Lustucru a un secret admirable qu'il a apporté de Managascar pour reforger et repolir sans faire mal ni douleur les testes des femmes acariatres, criardes...

Quelles charges contre les femmes ! À 23 siècles de distance, Sémonide d’Armorgos, poète iambique grec du septième siècle av. JC et Nicolas Boileau sont sans pitié à l’égard des épouses.

Le poème de 118 vers de Sémonide Sur les femmes est la première œuvre misogyne de la littérature occidentale. Toutes – ou presque – les dix races de femmes incarnent le mal : la femme-terre la bêtise, la femme-mer l’hypocrisie, la femme-singe la laideur, la femme-chienne l’indécence, etc. La seule acceptable est la femme-abeille. (Traduction : Louis Humbert (1845-1921))

La Satire X de Boileau Les Femmes est une mise en garde adressée à Alcippe sur le point de convoler. Quelle que soit la fiancée choisie, elle deviendra invivable après le mariage :

« L’épouse que tu prends, sans tache en sa conduite,
Aux vertus, m’a-t-on dit, dans Port-Royal instruite,
Aux lois de son devoir règle tous ses désirs.
Mais qui peut t’assurer qu’invincible aux plaisirs,
Chez toi, dans une vie ouverte à la licence,
Elle conservera sa première innocence
[...]
Peut-être avant deux ans, ardente à te déplaire,
Éprise d’un cadet, ivre d’un mousquetaire,
Nous la verrons hanter les plus honteux brelans,
Donner chez la Cornu rendez-vous aux galans
[...]
Combien n’a-t-on point vu de belles aux doux yeux,
Avant le mariage anges si gracieux,
Tout à coup se changeant en bourgeoises sauvages,
Vrais démons apporter l’enfer dans leurs ménages,
Et, découvrant l’orgueil de leurs rudes esprits,
Sous leur fontange altière asservir leurs maris. »

L’Histoire ne dit pas si Alcippe s’est marié !

Illustration : Operateur Céphalique : Céans maitre Lustucru a un secret admirable qu’il a apporté de Managascar pour reforger et repolir sans faire mal ni douleur les testes des femmes acariatres, criardes… (Estampe, XVIIIe).

Satire X : Les Femmes (Boileau).

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 431 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

LONDON, Jack – Quand un homme se souvient

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 35min | Genre : Contes


Quand un homme se souvient

Quand un homme se souvient (1901) est un nouveau récit de Jack London, du temps où en Alaska les chercheurs d’or finissaient parfois tragiquement leurs parties de dés ou de cartes.

« Il battit les cartes, les donna et Uri coupa le valet de pique. Ils abattirent leurs jeux. Uri était sans atouts, alors que Fortuné montrait l’as deuxième. La liberté lui paraissait bien proche, tandis qu’ils comptaient les cinquante pas.
- Si Dieu diffère sa vengeance et que tu m’abattes, les chiens et le reste t’appartiennent.Tu trouveras un acte de vente bien en règle dans ma poche, déclara Uri, se tenant droit devant lui, la poitrine offerte. Fortuné chassa de son esprit la vision du soleil étincelant sur les mers et se prépara à tirer. Il y mit le plus grand soin. Deux fois il abaissa son arme, tandis que la brise du printemps battait les pins. Puis, se ravisant, il mit un genou à terre, empoigna le revolver à deux mains et fit feu. »

Traduction : Louis Postif (1887-1942).

Illustration : Dîner de mineurs du Klondike, vers 1898.

Quand-un homme se souvient.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 506 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

ARNAULT, Antoine Vincent – Nouvelles Fables (Poèmes, Sélection)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 27min | Genre : Poésie


Antoine Vincent Arnault

Une dizaine des Nouvelles Fables d’Antoine Vincent Arnault (1766-1834), « fables faites sous l’inspiration du caprice » écrit l’auteur, homme politique, ami de Napoléon, poète et dramaturge, deux fois élu à l’Académie française.
Le ton de ses fables est souvent satirique, et le comparer à La Fontaine n’est pas un compliment exagéré, comme vous le jugerez vous-même.

L’Habit de laine et l’habit de soie

« Plus grognon même encor que de coutume,
Sous son toit, l’autre jour, Dom Pourceau déclamait
Ce monologue, que ma plume
Mot pour mot ici vous transmet.
« Est-il prétention plus vaine
Que celle de Robin Mouton ?
Il se croit mon égal, dit-on !
Avec son gros habit de laine,
Il m’ose discuter le pas !
Quoiqu’il n’ait pas le sens d’une oie,
Le faquin ne voit-il donc pas
Que je porte un habit de soie ? »

Illustration : Portrait d’Antoine Vincent Arnault, par François-André Vincent (1801).

> Écouter un extrait : Le Grabat.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 391 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

SOULIÉ, Frédéric – Le Second Mari

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 36min | Genre : Société


Le Second Mari

En présentant en 2010 Frédéric Soulié (1800-1847), bien délaissé aujourd’hui, nous le disions « aussi célèbre à son époque que Balzac et Eugène Sue ». Il est temps de réparer cet oubli…

« Ce que j’appelle Le Second Mari (1841) est un type particulier à la nation française, particulier même au territoire parisien, et qui, n’ayant pas d’aïeux directs dans le passé, n’aura pas d’enfants légitimes dans l’avenir.
Et cependant le second mari a eu une foule de prédécesseurs et aura des myriades de successeurs. Aux yeux du vulgaire, tous sont de la même famille ; aux yeux du philosophe, il y a un abîme entre le second mari et tout ce qui lui ressemble. Le corail est pour la plèbe une pierre comme la malachite ; le naturaliste sait seul que c’est un animal.
Voyons maintenant ce que c’est que le second mari. » (au temps de Balzac.)

Illustration : Le Second Mari (1840-1842).

Le Second Mari.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 558 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

VIDOCQ, François – Mémoires (Chapitre 18, fin)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 56min | Genre : Biographies


Maurice Orange - Le Retour des corsaires en 1806

C’est peut-être l’histoire du lieutenant Fleuriot, second du capitaine Paulet, qui est la plus attachante du chapitre XVIII des Mémoires de Vidocq dont voici le contenu de la deuxième partie :

Le lion d’argent. — Le capitaine Paulet et son lieutenant. — Les corsaires. — Le bombardement. — Le départ de lord Lauderdale. — La comédienne travestie. — Le bourreau des crânes. — Neuvième Henri et ses demoiselles. — Je m’embarque. — Combat naval. — Le second de Paulet est tué. — Prise d’un brick de guerre. — Mon sosie ; je change de nom. — Mort de Dufailli. — Le jour des rois. — Une frégate coulée. — Je veux sauver deux amants. — Une tempête. — Les femmes des pêcheurs.

Illustration : Maurice Orange, Le Retour des corsaires en 1806 (XIXe).

Chapitre 18 (Fin).

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 838 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

ROBERT, Louis (de) – Paroles d’un solitaire

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 2h 30min | Genre : Philosophie


Louis de Robert

Nouvelles Confessions et nouvelles Rêveries d’un promeneur solitaire écrites par Louis de Robert (1871-1937). Ce grand ami parisien de Pierre Loti n’eut pas la même existence que son ami voyageur car la leucémie le cloua un grand nombre d’années à vivre dans son jardin. Son Roman du malade, prix Fémina 1911, suscita l’admiration de Maurice Barrès, Anna de Noailles, Robert de Montesquiou et Colette ; il fut lauréat du Prix de l’Académie française en 1927.
Paroles d’un solitaire est une mine de réflexions sages sur la vie, de conseils d’un isolé, de descriptions charmantes de la nature, et d’enthousiasmes d’ un écrivain qui adore la littérature.

« Va, fais toi-même ta propre expérience et ris-toi du philosophe qui ne t’apporte rien. Car toutes les vérités sont en toi et chacune n’attend que son heure pour se révéler. Tu n’as pas besoin de courir les mers, tu contiens tous les climats, tous les pays, les pays de lumière qui donnent le goût de la beauté, les pays de brume qui donnent le goût du scrupule, le Midi qui fait naître les artistes, le Nord qui fait naître les penseurs. »

Certains ne seront pas d accord avec tous ses propos :
« Est-ce de gaieté de cœur que je renonce à l’idée si douce de retrouver après la mort les êtres qui me furent ou me sont chers, que je me prive de cette suprême consolation ? Croit-on qu’il ne faille pas de courage à l’homme privé d’espérance et qui pense chaque jour à la mort pour se résigner au trou noir qui l’attend ?
Que Dieu existe selon la conception de l’Église romaine, se peut-il que me présentant devant lui les mains et la conscience pures je doive me défendre comme d’un crime de n’avoir pas cru à l’immortalité de l’âme ? Mais, mon Dieu, ce cerveau que vous m’avez donné commandait par sa complexion même la nature de mes pensées. Si cet instrument que je n’ai pas choisi, que je n’ai pu échanger contre aucun autre, dont j’ai dû me servir tel que je l’ai reçu de vos mains, si cette lampe éclairant les choses d’une certaine façon, bonne ou mauvaise, ne m’a pas conduit à la foi, est-ce ma faute ? Une montre est-elle responsable de l’heure qu’elle marque ? Si elle avance, si elle retarde, cela dépend du jeu de ses rouages. J’ai cherché la vérité. Me suis-je trompé ? J’ai cru et souhaité le contraire. Mes pensées ont été les fruits naturels de la plante que je suis. Il ne dépendait pas de moi qu’elles fussent autres. Si vous avez voulu que les éléments dont je suis composé ne fussent bons qu’à produire une manière de voir qui devait vous déplaire, pouvez-vous m’en faire grief puisque je n’ai 1rien fait pour qu’il en fût ainsi ? »

Illustration : Louis de Robert (1911).

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 833 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

AGNEL, Émile – Procès faits aux animaux (Version 2)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 1h | Genre : Histoire


Procès faits aux animaux

Émile Agnel (1810-1882)
Avocat, philologue et littérateur français est connu pour avoir publié en 1858 Curiosités judiciaires et historiques du moyen âge : procès faits aux animaux.

Grand enrichissement historique pour qui ignore « de semblables absurdités » !

« Au moyen âge on soumettait à l’action de la justice tous les faits condamnables de quelque être qu’ils fussent émanés, même des animaux.
[...] L’histoire de la jurisprudence nous offre à cette époque de nombreux exemples de procès dans lesquels figurent des taureaux, des vaches, des chevaux, des porcs, des truies, des coqs, des rats, des mulots, des limaces, des fourmis, des chenilles, sauterelles, mouches, vers et sangsues… Si l’animal auteur d’un délit – tel par exemple qu’un porc, une truie, un bœuf – peut être saisi, appréhendé au corps, il est traduit devant le tribunal criminel ordinaire, il y est assigné personnellement ; mais s’il s’agit d’animaux sur lesquels on ne peut mettre la main, tels que des insectes ou d’autres bêtes nuisibles à la terre, ce n’est pas devant le tribunal criminel ordinaire que l’on traduira ces délinquants insaisissables, mais devant le tribunal ecclésiastique, c’est-à-dire devant l’officialité. »

L’auteur termine par :
« Lorsqu’on voit de pareils moyens sérieusement mis en pratique, comment ne pas croire à la vertu des sciences occultes ?
Dans un siècle d’activité intellectuelle comme le nôtre, on est à se demander si nos aïeux n’avaient pas bien du temps à perdre pour le dépenser à de semblables absurdités. »

Note récente :
« En 2003, le conseil des anciens du village turc d’Akpinar en Anatolie orientale, condamne à mort un âne au comportement agressif ; le maire du village, accusé de n’être pas intervenu après les agressions répétées de l’équidé contre des habitants, des vaches et des moutons, avait réuni les anciens pour juger le fauteur de troubles, selon le journal Zaman. »

Procès faits aux animaux.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 902 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous nos livres audio gratuits pour René Depasse :