Livres audio gratuits pour 'René Depasse' :


SCHOLL, Aurélien – Jolie société ! – Paris en noir – Un homme providentiel

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 36min | Genre : Nouvelles


Paris en noir

Vers 1880 la France semble en bien mauvais état si l’on écoute Aurelien Scholl, l’auteur de Une Chinoise et du Miracle de Montargis.

Jolie société !
« Depuis l’Elysée jusqu’à la Morgue, tout change, tout passe. Voyez les journaux les plus graves. Tant que les grandes questions remplissent leurs colonnes, tant qu’ils ont des discours à reproduire, ils annoncent à peine un incendie, un vol nocturne, Ils ne se dérangent guère que pour un assassinat. Quand, au contraire, la politique ne donne pas, quand les Chambres sont prorogées, on ne voit plus que guet-apens, enfants écrasés par des voitures ou incendiés par l’imprudence de leurs parents qui leur avaient donné des allumettes en disant : « Nous sortons, amusez-vous bien ». On ne peut plus démolir un mur sans que les maçons y trouvent un trésor. »

Paris en noir
« Le fiacre se rendit au Trocadéro par les petites rues de la rive gauche. Rappelez-vous, s’écria alors des Tourteaux, la magnificence de l’Exposition de 67, le bruit, l’animation, les musiques, et regardez ! Il n’y a pas un chat ! murmura Canasson. – Il n’y a pas même de marchandises, s’écria des Tourteaux avec ironie. Assez ! mon ami, assez ! je retourne à Crétigran. »

Un homme providentiel, ou « comment la gloire arrive grâce à la découverte d’un cadavre » est moins pessimiste.

Illustration : Charles Lansiaux, Berge de la Seine. Gîte d’un miséreux (191?).

> Écouter un extrait : Jolie société !.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 043 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

JANIN, Jules – Tout de bon cœur

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 40min | Genre : Contes


Tout de bon cœur

Tout de bon cœur, à découvrir, est le premier de la liste des huit Contes, nouvelles et récits de Jules Janin(1884), recueil qui contient égalemet Mademoiselle Laurette de Malboissière.

« Car c’est l’usage entre les démons de l’autre monde et les démons de celui-ci, sitôt que le diable a trouvé sa proie, il faut nécessairement qu’il l’accepte et s’en aille au loin chercher une autre aventure. Ainsi, vous rencontreriez Satan lui-même et vous lui donneriez à emporter la première créature qui s’offrirait à ses yeux :
- Tope là ! dirait Satan. »

Illustration : Tout de bon cœur, par A. Duvivier (1867).

Tout de bon cœur.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 917 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

MULLEM, Louis – La Philanthropophagie

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 32min | Genre : Contes


Charles E. Gordon Frazer - Fête cannibale sur l'île de Tanna

Auriez-vous envie de vivre dans ce pays, imaginé par Louis Mullem (1830-1902) dans un de ses Contes d’Amérique : La Philanthropophagie ?

« Assurer l’approvisionnement autophagique et national, telle était, poursuit-elle, la préoccupation dominante du législateur. En conséquence, tout indigène était tenu de mourir pour son pays et cette clause, prise à la lettre, n’affectait pas, comme ailleurs, un sens de détachement et de vaines protestations platoniques. On mourait, mangeable, à quarante ans révolus, époque où dans la pleine maturité des chairs l’âme s’éteint volontiers aux illusions.
L’inutile fardeau de la vieillesse fut ainsi supprimé, sauf pour la caste des administrateurs chargés du souci gouvernemental, sorte d’aristocratie sénatoriale formée, cela va de soi, par le notable et ses associés. »

Illustration : Charles E. Gordon Frazer, Fête cannibale sur l’île de Tanna, Nouvelles Hébrides.

La Philanthropophagie.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 912 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BERGERAT, Émile – L’Horreur humaine – Scipion Garsoulas – L’Enfant perdu

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 49min | Genre : Contes


Honoré Daumier - Le Ventre législatif

Trois nouveaux Contes de Caliban d’Émile Bergerat (1845-1923) à ajouter aux 25 déjà parus.

Conte tragique : L’Horreur humaine
« Ordre de l’état-major allemand. Les habitants de la commune ont un quart d’heure pour se réunir tous dans leur église paroissiale, faute de quoi les meubles, immeubles et récoltes seront livrés à l’incendie. Les femmes et les enfants, exceptés seuls de la mesure, pourront se réfugier au château, mais sans leurs animaux domestiques. »

Conte facétieux : Scipion Garsoulas
« Vous a-t-il été donné d’assister à la séance mémorable où Scipion Garsoulas, député de Provence, obtint le plus beau succès d’hilarité parlementaire que l’histoire du suffrage universel disputera un jour à celle de la gaieté française ? Ce fut prodigieux, on se pâmait sur tous les bancs, le Palais-Bourbon ondulait de rire. »

Conte féerique et rustique : L’Enfant perdu
« Et, cependant, elle est toujours triste.
Nul ne peut se vanter de l’avoir vue une seule fois rire ou chanter au rouet, et non seulement depuis la mort d’Eyrnaud, son mari, mais même auparavant. Une ride, creuse comme une ornière, lui fait deux fronts sous un seul bonnet. Et ils ne savent pas, les gars, ils n’ont jamais su la cause de sa mélancolie. Eyrnaud non plus, ne l’a pas sue, le pauvre cher homme ! »

Illustration : Honoré Daumier, Le Ventre législatif (1834).

> Écouter un extrait : L’Horreur humaine.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 073 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

TOURGUENIEV, Ivan – Un songe

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 1h | Genre : Nouvelles


Mihály Munkácsy - Étude pour « Le Prêteur sur gage »

Un songe
« Je viens d’avouer qu’il m’arrivait de m’endormir sous l’obsession de pensées et de rêveries indéfinissables. Je dormais beaucoup d’habitude, et les songes jouaient un rôle important dans ma vie ; toutes les nuits j’avais des rêves. Je ne les oubliais point, je leur prêtais une signification, je les prenais pour des avertissements, et je m’efforçais de pénétrer leur sens mystérieux ; quelques-uns de ces songes se répétèrent à plusieurs reprises, ce qui m’a toujours surpris et paru très étrange. Voici le rêve qui m’impressionna le plus vivement… »

La quête de ce père « biologique » est le sujet de cette nouvelle attachante qui nous fait comprendre le drame intime d’une mère violée communiquant difficilement avec son fils unique à qui Un songe a appris la vérité.
Ce récit, écrit à la première personne, n’est pas autobiographique car Tourgueniev avait deux frères et ne perdit pas son père à 7 ans…

Traduction : Michel Delines (1851-1914).

Illustration : Mihály Munkácsy, Étude pour « Le Prêteur sur gage » (1874).

Un songe.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 988 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

MIRBEAU, Octave – Divagations sur le meurtre – En écoutant la rue – L’École de l’assassinat

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 30min | Genre : Nouvelles


Honoré Daumier - L'Omnibus

En sept ans Octave Mirbeau a gardé la même opinion sur le comportement de l’homme.

Divagations sur le meurtre (Le Journal, 1896)
« La joie, la vraie et puissante joie du meurtre est en lui… Et moi-même !… »

En écoutant la rue (L’Écho de Paris, 1893)
« Je suis persuadé qu’il existe dans la nature une force mystérieuse pour nous, une force que nous ne connaissons pas encore – car,  que connaissons-nous ?  -, une force qui n’est peut-être, après tout, que la Vie, et contre laquelle, à de certains moments d’excessive épouvante, se brise le génie destructeur de l’homme… La Vie aime la Mort, elle a besoin de la Mort, comme la terre de fumier, puisque c’est de la Mort qu’elle tire chaque jour, à toute heure, son renouveau de jeunesse et ses énergies de fécondité. Mais elle est plus forte que la Mort. Elle la dirige, la maintient, la contient dans un équilibre constant et dans une parfaite harmonie. »

L’École de l’assassinat (Le Figaro, 1889)
« Le besoin de tuer naît chez l’homme avec le besoin de manger et se confond avec lui. Ce besoin instinctif, qui est la base, le moteur de tous les organismes vivants, l’éducation le développe au lieu de le réfréner ; les religions le sanctifient au lieu de le maudire ; tout se coalise pour en faire le pivot sur lequel tourne la société. Dès que l’homme s’éveille à la conscience. »

Illustration : Honoré Daumier, L’Omnibus (1864).

> Écouter un extrait : Divagations sur le meurtre.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 116 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

STRAUSS, Maurice – Adam Worth : mémoires d’un voleur de qualité (Septième Partie)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 49min | Genre : Romans


Shanghai, Foochow Road

Adam worth est plus fort que les Chinois, plus malin que les Parsi et se joue d’un Américain…

Contenu du chapitre 11 :

La bonne canne – En Chine !… Je ne défends ! – Des perles pas chères – Comment je fis obtenir à un Américain égyptologue la gloire qu’il convoitait.

« Partout il y a de l’argent à gagner et, sous ce rapport, l’Empire des Célestes n’est pas le pays le plus mal loti. Et il paraîtrait que les Chinois ont poussé très loin l’art de s’approprier l’argent des autres. Ils ont des méthodes assez déconcertantes, à la fois très compliquées et naïves. »

« Je vois un Parsi, un adorateur du feu. Ces Parsi, descendants des anciens mages de la Perse, sont nombreux dans l’Inde et disséminés jusque sur la côte orientale d’Afrique. On en voit à Paris, à Londres, à New-York, où ils vont offrir leur plus belle marchandise. Car ils s’adonnent au commerce des perles et des pierres précieuses. »

« Il y a aussi un Américain. Il a une bonne tête, cet homme-là, une tête qui me revient tout à fait. C’est bien la tête que je souhaite à ceux dont je rêve de faire mes dupes. »

Accéder à l’œuvre intégrale…

Illustration : Shanghai, Foochow Road (189?-190?).

> Écouter un extrait : Chapitre 11.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 388 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

LAGERLÖF, Selma – À Nazareth – La Vision de l’empereur

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 25min | Genre : Nouvelles


Jan van Scorel - L'Empereur Auguste et la Sybille de Tibur

Saviez-vous que Jésus à cinq ans ne s’entendait pas du tout avec Judas, et que c’est la Sibylle qui décida elle-même l’Empereur Auguste à renoncer à se faire ériger un temple sur le Capitole ?

« Mais il y construisit un sanctuaire à l’Enfant nouveau-né et l’appela Ara Cœli, l’Autel du Ciel. »

Selma Lagerlöf vous donne, de sa belle écriture, tous les détails dans :

- À Nazareth,
- La Vision de l’empereur,

deux nouvelles extraites de Les Liens invisibles (1894).

Traduction : André Bellessort (1866-1942).

Illustration : Jan van Scorel, L’Empereur Auguste et la Sybille de Tibur (152?).

> Écouter un extrait : À Nazareth.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 966 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous nos livres audio gratuits pour René Depasse :