Livres audio gratuits pour 'République tchèque' :


SVOBODOVÁ, Růžena – Un ami

Donneuse de voix : Esperiidae | Durée : 45min | Genre : Nouvelles


statue

Svobodová Růžena (1868-1920) est une écrivaine tchèque. Les héros principaux de ses livres sont des femmes ou des enfants.

Traduit par Jules Chopin (1880-1939), Un ami est le seul texte de cette auteure disponible en français. C’est l’histoire d’une amitié, de cette affection tendre, puissante et spontanée, qui dilate l’âme et fait grandir.

Un jeune garçon s’est épris d’amitié pour un vieillard. Le vieillard lui raconte des histoires, le prend sous son aile, l’emmène sur les routes avec lui. Le petit garçon ne rechigne pas à désobéir à ses parents pour l’accompagner dans ses déplacements. Jusqu’au jour où…

Extrait :
« Chaque jour, à cette heure-là, le petit François s’arrangeait pour se trouver libre. Il évitait d’être retenu par ses camarades, en sortant de l’école ; de rencontrer en route son père, toujours sévère, qui l’aurait renvoyé à la maison ou chargé de quelque commission. Bref, il s’arrangeait pour ne pas manquer la voiture du postillon et pour, malgré les ordres contraires, se dissimuler au fond du siège ou sous le tablier de cuir, de façon à pouvoir aller à la gare à côté de son vieil ami Kudrna. »

Un ami.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 4 368 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

KAFKA, Franz – À la colonie pénitentiaire

Donneur de voix : Ahikar | Durée : 1h 26min | Genre : Nouvelles


Franz Kafka

Écrite entre le 4 et le 18 octobre 1914, l’œuvre ne fut publiée qu’en 1919 et fut fort mal accueillie. Durant cette période, il habitait seul à Prague, dans l’appartement de sa sœur Elli.

Pour ma part, bien que ne l’ayant lu nulle part, j’ai toujours pensé que Kafka s’était inspiré de la mort de Rabbi Akiva, le grand architecte de la Mishna. La mort de Rabbi Akiva fut atroce : on lui déchira le corps avec des peignes métalliques. Et, dans la Colonie pénitentiaire, ce sont les aiguilles de la herse qui déchirent le corps du condamné en y gravant de plus en plus profondément la sentence.

Attention, ce texte est à déconseiller aux personnes sensibles.

Avec l’aimable autorisation du traducteur Laurent Margantin.

À la colonie pénitentiaire.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 12 708 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

KAFKA, Franz – Un artiste de la faim

Donneur de voix : Cyprien | Durée : 24min | Genre : Nouvelles


Franz Kafka

Un artiste de la faim est une de ces fables énigmatiques et absurdes dont Franz Kafka a le secret, mystérieuse et opaque à force de simplicité et d’évidence. Avec son inimitable poésie, non dénuée d’humour, ce récit se prête à bien des interprétations. Sommes-nous cet artiste du jeûne qui se présente en phénomène de foire pour l’action la moins spectaculaire qui soit, s’infligeant de perpétuelles privations jusqu’à l’épuisement ? Ou bien ce public curieusement fasciné par cette exhibition du rien (toute ressemblance avec certains programmes télévisés actuels serait purement fortuite), et soudain lassé du jour au lendemain ? Les pistes de lecture sont nombreuses, et le génie de l’écrivain est de les laisser toutes possibles.

Avec l’aimable autorisation du traducteur Laurent Margantin.

Licence Creative Commons

Un artiste de la faim.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 8 722 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

NERUDA, Jan – La Messe de Saint Venceslas

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 29min | Genre : Contes


Saint Venceslas

Ce Conte de Mala Strana de l’écrivain tchèque Jan Neruda, La Messe de Saint Venceslas n’est pas tragique comme Elle a ruiné un mendiant ou Le Vampire.

Saint Venceslas Ier de Bohême mort en 933 est le saint patron de la République tchèque, a une statue équestre célèbre à Prague et une chapelle dans la cathédrale Saint Guy, lieu de notre récit, souvenir personnel d’un jeune enfant de chœur.
« Comme tous les enfants de chœur, je croyais que, le soir venu, on lâchait dans la nef des chiens affectés à la garde nocturne de la cathédrale. Bien que nul de nous n’eût jamais aperçu l’ombre de ces singuliers gardiens, notre vive imagination aidant, nous croyions ces mâtins presque aussi féroces et aussi terribles que le gros poil-ras que nous voyions se traîner à l’ombre du roi Venceslas, sur un vieux tableau suspendu derrière le maître-autel. »

Traduction : Henri Hantich (1855-1919).

La Messe de Saint Venceslas.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 3 777 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

NERUDA, Jan – Elle a ruiné un mendiant

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 22min | Genre : Nouvelles


Rudolf von Alt - Vue de Prague

Un nouveau Conte de Mala Strana (1878) de l’écrivain tchèque Jan Neruda (1834-1891) dont vous avez pu apprécier le réalisme et le goût des fins tragiques dans Le Vampire.

Elle a ruiné un mendiant pourrait être sous-titré « Tué par la rumeur ».

« Je veux écrire une triste histoire, mais la figure de M. Voïtichek m’apparaît comme une gaie enluminure. Un visage radieux de santé, roux et luisant comme un rôti de dimanche, arrosé de beurre frais… M. Voïtichek était mendiant. Ce qu’il avait été auparavant, je l’ignore. Mais il devait être mendiant depuis longtemps déjà, à en juger par sa popularité dans tout Mala Strana ; et vu sa bonne santé, il pouvait l’être encore bien longtemps, car il se portait comme un charme. »

Triste victime d’odieuses rumeurs propagées par une mendiante antipathique qu’il avait repoussée : « le sort de M. Voïtichek fut changé. On lui refusait toutes les portes, sous prétexte que les temps étaient durs… Soudain, des larmes jaillirent des yeux de M. Voïtichek. « Pourtant, sanglota-t-il, pourtant, j’ai été toute ma vie si honnête ! » .»

Traduction : Hanus Jelinek (1911).

Elle a ruiné un mendiant.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 5 278 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

ČAPEK-CHOD, Karel Matej – La Promotion de M. Chalvey

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 50min | Genre : Nouvelles


Capek Chod

Extraite de La Ville et la banlieue (1913), cette petite nouvelle La Promotion de M. Chalvey du romancier tchèque Čapek-Chod (pr. Tchapek) (1860-1927) est l’histoire, vers la fin de sa vie, d’un vieux savant toujours penché sur ses microscopes, qui n’a rien connu de l’existence et qui, promu professeur à l’Université de Prague, ouvre enfin les yeux, veut rattraper le temps perdu, mais c’est trop tard.
Un bel exemple d’humour noir qui envahit les dernières pages.

Un autre Capek, Karel Čapek(1890-1938), humoriste, lui aussi, très engagé politiquement, aimait tourner en dérision le régime nazi. Profitons de cette homonymie pour lire sa courte Mort d’Archimède où il apporte une précision historique…

Traduction : George Tilser (1853-1930), pour La Promotion de M. Chalvey ; anonyme (1940) pour La Mort d’Archimède.

La Promotion de M. Chalvey.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 5 846 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

HASEK, Jaroslav – Le Brave Soldat Schveik

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 9h 30min | Genre : Romans


Le Brave Soldat Schveik

Jaroslav Hašek (1883- 1923 ) est un romancier, humoriste et journaliste anarchique tchèque, devenu célèbre par son chef-d’œuvre satirique Le Brave Soldat Schveik.
En 1915, il fut enrôlé dans l’armée autrichienne, incorporé au 91e régiment autrichien sur le front de Galicie, et il n’hésita pas plus tard à ridiculiser ses supérieurs, sous leurs véritables noms. Victime de l’alcoolisme, il ne put achever ce roman, symbole de l’absurdité de tous les conflits, qui s’ouvre sur une scène de comptoir grotesque, dans un restaurant de Prague, le 28 juin 1914 le jour même où l’archiduc François-Ferdinand est assassiné à Sarajevo, marquant le début de la Grande Guerre.
L’humour de cet auteur pince-sans-rire n’est ni lourdaud, ni grossier, et souvent difficile à déceler. Schveik est-il un crétin parlant et agissant sans se rendre compte ? Est-il un opportuniste rusé qui a décidé de « se foutre » de l’administration austro-hongroise ? Est-il fou comme l’a estimé son conseil de révision ? Difficile de trancher, même pour ceux qui l’entourent. Il n’épargne personne, surtout pas l’armée et s’attaque à la religion « incarnée » par l’inénarrable feldkurat (aumônier), ivrogne et coureur de jupons.

Un exemple de sa stupidité :
Une fois introduit dans la salle d’interrogatoire, et après avoir lancé un « Je vous souhaite bonsoir à tous, messieurs ! » aux policiers stupéfaits, idiot et candide, il finit par signer des aveux complets pour leur faire plaisir. À ses compagnons de cellule qu’il retrouve ensuite, il avoue tranquillement :
« – Je viens de reconnaître qu’il se peut que j’aie assassiné l’archiduc Ferdinand. »

Ce « brave » Schveik est devenu une véritable figure nationale et le roman a marqué le réveil de la littérature tchèque avec les œuvres exactement contemporaines de Kafka (1883-1924).

Traduction  : Henry Horejsi (1886-1941).

> Écouter un extrait : Chapitres 01 à 03.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 61 779 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

NERUDA, Jan – Le Vampire

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 12min | Genre : Nouvelles


Jan Neruda grave Vysehrad Cemetery Prague

Le pseudonyme « Pablo Neruda » du poète et homme politique chilien (1904-1973) a été inspiré par le nom de Jan Nepomuk Neruda (1834-1891), poète et homme politique tchèque connu pour Les Contes de Mala Strana. Il a été inhumé (voir photo ci-contre) près d’autres célébrités tchèques : Antonín Dvořák, Alfons Mucha et Smetana…

Un destin qui finit tragiquement dans le décor enchanteur du Bosphore, tel est le sujet de ce récit poignant Le Vampire.
« L’eau de la mer de Marmara n’ondulait que légèrement et, semblable à une opale gigantesque et brillante, affectait toutes les couleurs. Dans le lointain, l’onde était blanche comme du lait, un peu plus près elle semblait rosâtre entre les deux îles, elle brillait comme une orange d’or et dans le fond au-dessous de nous, c’était le bleu des saphirs. »

Traduction : P. Patrys (1888).

Le Vampire.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 9 363 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |