Livres audio gratuits pour 'Rome antique' :


VIRGILE – Géorgiques (Livre 2)

Donneur de voix : Alain Degandt | Durée : 39min | Genre : Poésie


Virgile - Géorgiques

Dans ce deuxième livre (ou deuxième chant) des Géorgiques, Virgile traite essentiellement de l’arboriculture et de la vigne. Son lyrisme magnifie les conseils utiles qu’il prodigue et qui, pour certains, demeurent d’une surprenante actualité.

Traduction versifiée (1770) : Jacques Delille (1738-1813).

Licence Creative Commons

Géorgiques (Livre 2).

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 7 324 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

VIRGILE – Géorgiques (Livre 1)

Donneur de voix : Alain Degandt | Durée : 36min | Genre : Poésie


Pâtres et troupeaux - Vergilius Romanus - Ve siècle

« Les Géorgiques sont une œuvre de Virgile en quatre chants, écrite entre 36 et 29 avant J.-C. L’auteur y atteint une certaine forme de perfection artistique, ce qui lui vaut d’être considéré comme le plus grand poète de l’époque. L’ouvrage se présente comme un traité sur l’agriculture, mais les thèmes abordés sont beaucoup plus vastes : guerre, paix, mort, résurrection. Il constitue surtout une célébration de la vie paysanne traditionnelle. Virgile a trente-trois ans lorsqu’il entame son œuvre, qu’il n’achèvera que sept ans plus tard. Il entreprend ce poème à la demande de Mécène, son protecteur, dans le but de remettre en honneur parmi les Romains l’agriculture abandonnée pendant les guerres civiles, et de les ramener à la simplicité des mœurs de leurs ancêtres. » (Encyclopédie Wikipedia)

Traduction versifiée (1770) : Jacques Delille (1738-1813).

Je dédie ma lecture à cette part d’Italie que j’aime, et qui sait nous offrir ce qu’il y a de plus beau.

Licence Creative Commons

Géorgiques.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 11 265 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

OVIDE – Le Noyer

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 20min | Genre : Poésie


Noyer

Il est rare en littérature d’entendre un arbre se plaindre longuement de son sort. C’est pourtant le cas de la malheureuse victime de jets de pierres, Le Noyer, dont le poète latin Ovide (43 av-JC–17) nous décrit la triste condition.
« Noyer planté sur le bord de la route, je suis, malgré mon innocence, attaqué par les passants à coups de pierres. Telle est la peine ordinairement infligée aux coupables pris en flagrant délit, alors que l’heure de la justice arrive trop lentement au gré de la vengeance populaire. Mais moi je n’ai commis aucun crime, à moins que ce ne soit un crime de donner chaque année des fruits à mon maître. »
« Mais si vous n’avez pas de motifs de me brûler ni de m’abattre, épargnez-moi, et poursuivez votre chemin. »

Traduction : Désiré Nisard (1806-1888).

En complément, un extrait du célèbre poème Contre les bûcherons de la forêt de Gastine où Pierre de Ronsard fustige ceux qui abattent ces arbres « innocents », comme dit Ovide :
« Escoute, Bucheron (arreste un peu le bras)
Ce ne sont pas des bois que tu jettes à bas,
Ne vois-tu pas le sang lequel degoute à force
Des Nymphes qui vivoyent dessous la dure escorce ?
Sacrilege meurdrier, si on pend un voleur
Pour piller un butin de bien peu de valeur,
Combien de feux, de fers, de morts, et de destresses
Merites-tu, meschant, pour tuer des Déesses ? »

Le Noyer.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 9 348 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

CICÉRON, Marcus Tullius – Le Songe de Scipion

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 26min | Genre : Religion


Raphaël - Le Songe de Scipion

Dans le sixième et dernier livre du De re publica (54 av J.C) traitant de la religion, Le Songe de Scipion est la relation du rêve de Scipion Émilien (185-129 av JC) revoyant son grand-père Scipion l’Africain (235-183 av JC), vainqueur d’Hannibal : « Tout à coup une apparition s’offrit à mon esprit, tout plein encore de l’objet de nos entretiens ; c’est la vertu de nos pensées et de nos discours d’amener pendant le sommeil des illusions… l’Africain m’apparut sous ces traits, que je connaissais moins pour l’avoir vu lui-même que pour avoir contemplé ses images. Je le reconnus aussitôt, et je fus saisi d’un frémissement subit… »
Ce texte pose le dogme de l’immortalité de l’âme. Socrate, chez Platon, condamné, et près de boire la ciguë, au milieu de quelques disciples en pleurs, établissait avec la raison les preuves de l’immortalité de l’âme ; Scipion, glorieux, chez Cicéron, discute avec des amis des destinées et des révolutions des Etats, élève le débat à des idées plus hautes, et expose ce dogme de l’immortalité de l’âme, que les religions de l’antiquité n’affirmaient pas, et qu’il avait appris, dans un songe mystérieux, de la bouche de son immortel aïeul, et de son père Paul-Emile.
« Courage ! me dit-il, et souviens-toi que si ton corps doit périr, toi, tu n’es pas mortel ; cette forme sensible, ce n’est pas toi ; ce qui fait l’homme, c’est l’âme, et non cette figure que l’on peut montrer du doigt. Sache donc que tu es dieu ; car c’est être dieu que d’avoir la vigueur, de sentir, de se souvenir, de prévoir, de gouverner, de régir et de mouvoir le corps qui nous est attaché, comme le Dieu suprême gouverne le monde. Semblable à ce Dieu éternel qui meut le monde, en partie corruptible, l’âme immortelle meut le corps périssable. »
Ce songe marqué par l’influence platonicienne a une grande place dans l’histoire de la pensée religieuse.

Traduction : Désiré Nisard (1806-1888).

Le Songe de Scipion.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 9 931 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

SÉNÈQUE – Apocolokyntose

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 40min | Genre : Mythologie


Lawrence Alma-Tadema - Un empereur romain, 41 AC

Une apothéose est une déification ; la coloquinte est une cucurbitacée et L’Apocolokyntose est la transformation de l’empereur Claude en citrouille, une « citrouillification », facétie satirique sur la mort du cruel mari de Messaline et d’Agrippine, écrite sans doute par Sénèque vers 54 ap JC. Cette satire ménippée (mélange de vers et de prose) retrace la mort de Claude, son ascension au ciel, son jugement par les dieux et sa descente aux enfers où il est accueilli par les fantômes de tous les amis qu’il a assassinés. Il est condamné, lui fervent joueur de dés, à les secouer dans un cornet sans fond.
L’auteur se met ainsi à l’abri : « Rien dans mon récit ne sera dicté par la haine ou par la faveur. Et ces faits incontestables, si l’on veut savoir d’où je les tiens ; d’abord je puis, s’il ne me plaît pas, me dispenser de répondre. Qui pourrait m’y forcer ? Grâce à Dieu, je suis libre depuis qu’il a vu son dernier jour, celui qui justifiait si bien ce proverbe : « Il faut être né ou sot ou roi ». S’il me plaît de répondre, je dirai ce qui me viendra à la bouche. A-t-on jamais exigé d’un historien des cautions sous serment ? »

Traduction : M. Charpentier (1860).

Apocolokyntose.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 8 128 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

PLINE LE JEUNE – Neuf Lettres

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 45min | Genre : Correspondance


Caius Plinius Secundus

Pline le jeune (61-vers 114) est connu pour deux célèbres Lettres à Tacite dans lesquelles il relate l’éruption du Vésuve, la destruction de Pompéi et la mort de son oncle Pline l’ancien. Il nous reste de lui 247 lettres qui, selon certains, sont fictives comme leurs dédicataires, sans spontanéité, traitant un unique sujet sous forme de dissertation morale ou littéraire et ne demandant aucune réponse… D’autres affirment au contraire qu’il s’agit de vraies lettres…
En voici neuf qui nous apportent les témoignages intéressants d’un avocat et personnage public renommé sur le mariage, l’école, les lectures publiques, les problèmes réclamant l’aide de scientifiques (La Fontaine mystérieuse, Les Spectres), la vie à la campagne, etc…

Un conseil :
« Aucune espérance, aucune crainte ne me trouble, nulle rumeur ne m’inquiète ; c’est avec moi seul et avec mes livres que je converse. Oh ! l’heureuse existence droite et pure ; oh ! la douce, la noble oisiveté, plus belle peut-être que toute activité ! Ô mer, ô rivage, ô véritable et paisible asile des Muses, combien vous fécondez mon imagination, que de pensées vous m’inspirez. Ainsi donc vous aussi, quittez ce fracas, ce vain mouvement, ces frivoles travaux, à la première occasion, et livrez-vous à l’étude ou même au repos. » (Le Charme des lettres à la campagne)
Une certitude :
« Ma conclusion confirmera mes prémices : parmi les actions des hommes les unes ont plus de renommée, les autres plus de vraie grandeur. » (Héroïsme d’Arria)
Le témoignage touchant d’un mari comblé :
« En ma femme la plus vive intelligence s’allie à la plus parfaite conduite ; elle m’aime, et c’est une preuve de sa vertu. Elle a de plus le goût des lettres, que lui a inspiré son amour pour moi. Mes écrits sont dans ses mains, elle les lit et les relit, et même les apprend par cœur. Que d’inquiétude dans son cœur, quand je suis sur le point de plaider ! Quelle joie, quand c’est fini ! Elle charge des messagers de lui rapporter les applaudissements, les acclamations que j’ai soulevées, le succès que j’ai obtenu dans mon affaire. » (Un mariage heureux)

Traduction : Calixte Sicard (1837-?).

> Écouter un extrait : Le Charme des lettres à la campagne.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 9 244 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

HORACE – Épîtres à Mécène

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 20min | Genre : Poésie


Horace et Virgile chez Mécène

Quintus Horatius Flaccus (65-8 av. JC), qui avait eu des revers de fortune a été présenté à Caius Maecenas Clinius, sorte de ministre de la culture de l’empereur Auguste qui l’a pris sous sa protection comme il l’avait fait de Virgile. Ce protégé a souvent célébré Mécène dans ses œuvres et lui a adressé ces trois Épîtres (lettres fictives en vers), causeries libres sur les thèmes de la sagesse, de la vieillesse et de l’originalité de sa poésie. La traduction ici proposée est celle de Leconte de Lisle (1818-1894).

« Tantôt je suis actif, je me plonge dans les ondes publiques, je suis le gardien et le satellite rigide de la vertu véritable ; tantôt je retombe insensiblement dans les doctrines d’Aristippus et je m’efforce de dominer les choses au lieu d’être dominé par elle. »

À écouter comme du Montaigne (qui, d’ailleurs, cite fréquemment Horace)…

> Écouter un extrait : Épître 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 7 828 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

AULU-GELLE – Nuits attiques (Sélection)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 1h 5min | Genre : Essais


Aulu-Gelle

Aulus Gellius était un grammairien et un compilateur romain du deuxième siècle après Jésus-Christ. Il nous a laissé ses fiches de lecture, ses notes, ses entretiens avec des philosophes, des juristes et des philologues de ses amis, sans ordre ni méthode avec des digressions voisines du bavardage, qu’il a intitulés Nuits attiques parce qu’il les a composés pendant des soirées d’hiver à Athènes vers 177.
Les vingt livres de notes de l’époque où il aborde pêle-mêle l’histoire, la philosophie, la géométrie, le droit, l’étymologie (son thème préféré), la médecine et même la météorologie ne comportent pas moins de 400 chapitres !
En parcourant la petite sélection (ordre aléatoire) présentée ici avec des titres abrégés, vous ne pourrez vous empêcher de penser presque à chaque page à Montaigne, avec des Essais plus courts certes, mais avec la même « farcissure » et le même goût des citations.

Espérons que vous n’êtes pas de « ces hommes » : « Que ces hommes qui ne se sont jamais exercés ou divertis à lire, à écrire, à commenter, qui n’ont jamais veillé, comme nous, pour l’étude, qui sont toujours restés étrangers aux recherches, aux travaux, aux discussions et aux nobles luttes des amis de la science, qui sont tout entiers à leurs passions et à leurs affaires, que ces hommes s’éloignent de ces Nuits et qu’ils aillent chercher ailleurs des plaisirs d’une autre espèce. »

Traduction : E. de Chaumont, Félix Flambart, E. Buisson, révisée par Jean-Pierre Charpentier (1797-1878) et Félix Blanchet.

> Écouter un extrait : Le Lion d’Androclès.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 9 881 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous nos livres audio gratuits pour Rome antique :