Livres audio gratuits pour 'Russie' :


CHOLEM ALEICHEM – Ne soyez jamais trop bon

Donneuse de voix : Cocotte | Durée : 24min | Genre : Nouvelles


Rembrandt - Portrait d'un vieux juif

La nouvelle proposée ici fait partie des Histoires de colère de Cholem Aleichem. La vie de cet écrivain yiddish fournit une excellente illustration de la vie de la population juive d’Europe orientale à la fin du XIXe siècle et au début des années 1900.

Shalom Rabinovitch naquit en 1859 dans un petit village de l’Ukraine actuelle et mourut à New-York en 1916. Élevé dans la tradition juive la plus stricte, il développe ses goûts et ses talents en observant les fluctuations de l’Histoire mondiale en général et celle du peuple juif en particulier. Ce dernier se trouve tiraillé entre trois forces pour ainsi dire diamétralement opposées : le judaïsme traditionnel, le capitalisme matérialiste et le socialisme révolutionnaire. Comme beaucoup de ses coreligionnaires, Cholem Aleichem tente de ménager la chèvre et le chou, un pied dans la tradition et l’autre dans les cercles anti-tsaristes. Bon nombre d’écrivains juifs de l’époque évoquent cette situation impossible dans laquelle l’individu juif évolue. La colère face aux pogroms et à l’antisémitisme, la tendance à abandonner une culture qui semble stagner depuis deux millénaires, l’attirance du monde occidental, les idéaux marxistes, toutes ces idées contraires s’entrechoquent tout en produisant une effervescence littéraire considérable. Mais contrairement à la quasi-totalité de ses amis et ennemis écrivains, Cholem Aleichem (en hébreu : « Que la paix soit sur vous ») exprime en général ses idées et ses conflits personnels avec un humour souvent cinglant et une ironie piquante. Son œuvre la plus célèbre, Un violon sur le toit, a fait l’objet de films et d’une comédie musicale de Léonard Bernstein. Elle raconte la triste histoire du Tuvia, le laitier, et de ses sept filles, chacune avec ses problèmes et ses hésitations devant un monde en changement. Les Histoires de colère sont un recueil dans lequel l’écrivain dépeint avec verve et sarcasme la vie de ces hommes et de ces femmes devant un lendemain incertain. Toutes les Histoires prennent la forme d’un monologue prononcé par un personnage pittoresque qui expose ses problèmes à l’auteur.

La première nouvelle, Ne soyez jamais trop bon, conte les avatars d’un père adoptif ingrat qui ne comprend pas le sens de l’Histoire et se renferme dans des thèses et des clichés d’un autre temps.

Traduction : Schmuel Retbi.

Ne soyez jamais trop bon.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 4 998 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

DOSTOÏEVSKI, Fedor – Souvenirs de la maison des morts

Donneur de voix : André Rannou | Durée : 11h 23min | Genre : Romans


Fedor Dostoïevski

Souvenirs de la maison des morts est un roman-reportage dans lequel Dostoïevski décrit la vie des forçats dans un bagne de Sibérie, où il avait lui-même purgé une peine de quatre ans. Le narrateur, Alexandre Pétrovitch Goryanchikov, a été condamné à dix ans de travaux forcés pour avoir tué sa femme. Après sa libération, il a consigné ses souvenirs de captivité dans un cahier, prétendument retrouvé et édité par l’auteur après sa mort, mais il est clair que Goryanchikov se confond avec Dostoïevski.
Le roman relate plusieurs expériences dont ce dernier fut le témoin horrifié. Le narrateur se dit « ému, épouvanté » par le supplice cruel dit de « la rue verte », ou des « baguettes », mais il précise que le pire de tous est celui des « verges ». « Cinq cents verges […] suffisent pour tuer un homme ; au-dessus de cinq cents la mort est presque certaine. » Il insiste souvent sur l’hostilité dont, en tant que « noble », il eut à souffrir de la part des autres forçats, ainsi que sur le tourment d’une promiscuité de tous les instants.
Pour rigoureuses que fussent les conditions dans les bagnes des Tsars, il semble pourtant qu’elles aient été moins inhumaines que celles décrites par Soljenitsyne dans L’Archipel du Goulag et Une journée d’Ivan Denissovitch. En dépit de son titre, ce roman est loin d’être uniformément triste.

Traduction : Charles Neyroud (1863-1913).

> Écouter un extrait : Chapitres 00 et 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 10 663 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

TOLSTOÏ, Léon – Hadji Mourad

Donneur de voix : André Rannou | Durée : 5h 4min | Genre : Romans


Léon Tolstoï

Hadji Mourad est un très beau récit écrit par Tolstoï entre 1896 et 1904 et paru à titre posthume en 1912. Son protagoniste est le chef avar Hadji Mourad (1790-1852), un des opposants musulmans à l’expansion russe au Caucase, et l’œuvre de Tolstoï, qui retrace les derniers mois de sa vie, est historiquement sûre, même s’il l’a enrichie de souvenirs personnels de son séjour au Caucase. Le portrait qu’il trace du Tsar Nicolas 1er et des généraux russes n’est pas flatteur. S’étant rendu aux Russes pour échapper à Chamil, son ennemi juré, Hadji Mourad s’engage à les aider, à condition qu’ils fassent libérer sa famille, prisonnière de Chamil. Mais les Russes se méfient et leur inertie conduira le héros, présenté sous un jour sympathique, à prendre une initiative désespérée et suicidaire.

Traduction : J.-Wladimir Bienstock (1868-1933).

> Écouter un extrait : Chapitres 00 à 03.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 6 406 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

GORKI, Maxime – Ma vie d’enfant

Donneuse de voix : Pomme | Durée : 9h 42min | Genre : Biographies


Ma vie d'enfant

C’est ainsi que le traducteur présente ce livre :

« La connaissance de cette existence d’enfant, de cette petite âme si sensible, en butte aux brutalités d’une tyrannique organisation sociale, éclaire merveilleusement la figure du romancier, explique son inlassable amour de la liberté et de la justice, ainsi que sa foi inébranlable en une régénération russe [...].
Aucune lecture n’est plus émouvante à l’heure actuelle que le récit de cette formation initiale d’une âme de révolutionnaire russe. »

Traduction : Serge Persky (1870-1938).

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 9 480 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

DOSTOÏEVSKI, Fedor – Journal d’un écrivain (1877, 1880, 1881)

Donneuse de voix : Pomme | Durée : 9h 33min | Genre : Essais


St Petersbourg.JPG

Suite et fin de Journal d’un écrivain : années 1877, 1880 et 1881.

Traduction : J.-Wladimir Bienstock (1868-1933) et de John-Antoine Nau (1860-1918).

> Écouter un extrait : Première Partie : 1877.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 7 336 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

TOLSTOÏ, Léon – Guerre et paix (Première Partie : Chapitre 04)

Donneurs de voix : Esperiidae & | Durée : 2h 50min | Genre : Romans


Duel of Pushkin and d'Anthes

En 1806, Nicolas rentre à Moscou en compagnie de Denissow. Malgré son amour pour Sonia,  Nicolas profite de sa jeunesse et ne s’engage pas.

Une rumeur circule sur une supposée liaison d’Hélène Besoukhow avec Dologhow, que Pierre a accueilli chez lui. Au cours d’un dîner en l’honneur de Bagration, l’attitude de Dologhow pousse Pierre au duel. Une dispute éclate avec Hélène, il propose la séparation

Quant au vieux prince Bolkonsky, sans nouvelle de son fils André, il le croit mort. Lise étant sur le point d’accoucher, la princesse Marie lui cache le sort de son époux. Mais André arrive à Lissy-Gori la nuit de l’accouchement.

Denissow demande la main de Natacha, Dologhow celle de Sonia. Toutes deux refusent. Sachant Sonia amoureuse de Nicolas, Dologhow entraîne ce dernier et le fait perdre au jeu. Il part, fin novembre, sans prendre congé d’aucune de ses connaissances, et va rejoindre son régiment, qui se trouve déjà en Pologne.

« « Non… siffla entre ses dents Dologhow, non, ce n’est pas fini ! » et, faisant en chancelant quelques pas, il tomba sur la neige à côté du sabre. Sa main gauche était couverte de sang ; il l’essuya à son uniforme et s’appuya dessus ; son visage pâle et sombre tremblait avec une contraction nerveuse. »

Guerre et paix est un roman de l’écrivain russe Léon Tolstoï. Publié en feuilleton entre 1865 et 1869 dans Le Messager russe, ce livre narre l’histoire de la Russie à l’époque de Napoléon Ier, notamment la campagne de Russie en 1812. Léon Tolstoï y développe une théorie fataliste de l’histoire où le libre arbitre n’a qu’une importance mineure et où tous les événements n’obéissent qu’à un déterminisme historique inéluctable.

Traduction : Irène Paskévitch (1835-1925).

> Écouter un extrait : Chapitre 04, 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 11 166 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

DOSTOÏEVSKI, Fedor – Les Frères Karamazov (Version 2)

Donneuse de voix : Pomme | Durée : 34h 21min | Genre : Romans


Les Frères Karamazov

Roman acclamé par des personnalités comme Sigmund Freud, Albert Einstein ou encore le pape Benoît XVI et considéré comme l’un des plus grands chefs-d’œuvre de la littérature mondiale.
L’intrigue principale tourne autour des trois fils de Fiodor Pavlovitch Karamazov, homme impudique, vulgaire et sans principes, et du parricide commis par l’un d’entre eux.
Chacun des trois fils représente un idéal-type de la société russe de la fin du XIXe siècle : Alexeï, ou Aliocha, le benjamin, est un homme de foi ; Ivan est un intellectuel matérialiste qui cherche à savoir si tout est permis, dans la mesure où Dieu n’existe pas ; Dimitri, très exalté, est un homme impétueux en qui le vice et la vertu se livrent une grande bataille : ce dernier incarne, selon l’auteur lui-même, « l’homme russe ».

Traduction : Henri Mongault (1888-1941).
Cette traduction de 1923 plus récente que celle de Halpérine-Kaminsky et Morice respecte le texte intégral.

> Écouter un extrait : Livre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 36 641 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

TOLSTOÏ, Léon – Guerre et paix (Première Partie : Chapitre 03)

Donneurs de voix : Esperiidae & | Durée : 4h 46min | Genre : Romans


Guerre et Paix - Maria Bolkonskaia-Ch1-03

À Saint-Pétersbourg, le prince Basile fait habilement épouser sa fille, la sensuelle et superficielle Hélène, à Pierre Bezoukhov, pourtant réticent mais faible. Fier de ce succès, il désire faire de même avec son fils Anatole, jouisseur impénitent, et Marie Bolkonskaïa. Ils se rendent à Lissy-Gory, propriété des Bolkonsky. D’abord subjuguée, Marie surprend le bel Anatole dans les bras de sa dame de compagnie, Mlle Bourienne, et refuse le mariage.

Sur le front l’offensive contre Napoléon est décidée et on adopte le plan compliqué du général Weirother, en dépit de nombreuses oppositions. Le 2 décembre 1805, commence la bataille d’Austerlitz, qui mène à l’écrasement des armées russe et autrichienne. Le prince André est grièvement blessé dans une charge. Couché sur le champ de bataille et face à la beauté du ciel, il prend conscience qu’il existe quelque chose de puissant, de vaste et d’insondable. Un peu plus tard, il aperçoit Napoléon et ses troupes, mais il est incapable de dire quoi que ce soit au chef de guerre, puis, laissé pour perdu, il est confié aux soins de la population.

Extrait :
« Je suis appelée à un autre bonheur, se disait la princesse Marie, je serai heureuse en me dévouant et en faisant le bonheur d’autrui, et, quoi qu’il m’en coûte, je n’abandonnerai pas la pauvre Amélie. Elle l’aime si passionnément et s’en repent si amèrement. Je ferai tout pour faciliter son mariage avec lui. S’il manque de fortune, je lui en donnerai à elle, et je prierai mon père et André d’y consentir !… Je me réjouirais tant de la voir sa femme, elle si triste, si seule, si abandonnée !… Comme elle doit l’aimer pour s’être oubliée ainsi ! Qui sait ? J’aurais peut­-être agi de même ! »

Guerre et paix est un roman de l’écrivain russe Léon Tolstoï. Publié en feuilleton entre 1865 et 1869 dans Le Messager russe, ce livre narre l’histoire de la Russie à l’époque de Napoléon Ier, notamment la campagne de Russie en 1812. Léon Tolstoï y développe une théorie fataliste de l’histoire où le libre arbitre n’a qu’une importance mineure et où tous les événements n’obéissent qu’à un déterminisme historique inéluctable.

Traduction : Irène Paskévitch (1835-1925).

> Écouter un extrait : Chapitre 03, 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 13 432 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous nos livres audio gratuits pour Russie :