⚠️ Le site est en lecture seule le temps d'une maintenance. Vous ne pouvez plus poster ni commentaires ni messages sur le forum.
Pour plus d'informations, veuillez lire le message explicatif. Patience nous revenons très bientôt !

Livres audio gratuits pour 'Russie' :


SOLLOGOUB, Vladimir Alexandrovitch – Serge

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 50min | Genre : Nouvelles


Vladimir Aleksandrovic Sollogub

Vladimir Sollogoub (1813-1882), à ne pas confondre avec Fédor Sologoub (1863-1927), auteur de Les Ombres, est un écrivain et diplomate russe, connu surtout par son roman satirique anti-slavophile Tarantass (1845) étude de moeurs provinciales. La nouvelle Serge est aussi, via le portait du héros, une confrontation de la noblesse pétersbourgeoise (amour de Serge pour la comtesse) et de la paysannerie de province (amour de Serge pour Olympiade). L’histoire de Serge nous est contée avec humour et une familiarité agréable :
« Il se nomme Serge. Il va à la campagne. Il est militaire, quoique d’un caractère peu guerrier. Il est d’un bon naturel, c’est un élégant hussard. Vous l’avez vu partout. Sa stalle au théâtre est toujours au premier rang, auprès de quelque personne importante ; il lorgne les jolies femmes et se permet des signes d’intelligence avec les danseuses. Il porte toujours des épaulettes neuves, même sur ses vieux uniformes. Il n’est ni bien ni mal, ni spirituel ni bête, ni riche ni pauvre ; il occupe dans le monde une place assez distinguée, grâce à son habileté constante à danser toujours avec la femme à la mode, et à se lier avec les élégants qui viennent de l’étranger briller dans nos salons. Il a lu Balzac et connaît Shakspeare de nom. [...]
Je vais maintenant continuer ; pardonnez-moi, mes chers lecteurs, s’il y a peu d’intérêt dans mon récit : mais ce que j’écris n’est pas une nouvelle, la nouvelle viendra plus tard ; ceci n’en est que l’avant-propos. Du reste, pour procéder par ordre dans les événements, je suppose que vous avez déjà deviné que l’habitation de Serge était voisine de celle de Nicolas Ossinovitch. »
On trouve aussi quelques envolées lyriques, comme « Amour, mot sacré, but unique de la vie, joie de l’existence, se peut-il que tu ne sanctifies pas toujours le cœur dont tu t’es emparé ? Tu es beau, mais tu as aussi besoin de formes, comme les choses les plus prosaïques. Pourquoi t’enflammes-tu à la vue des pirouettes d’une danseuse, et te sens-tu déplacé dans la famille des Karpènetoff ? »

Traduction : Eugène de Lonlay (1815-1886).

Serge.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 7 959 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

TOLSTOÏ, Léon – Quarante Ans

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 25min | Genre : Contes


Léon Tolstoï écrivant sous le portrait de Nicolas Kostomarov

Quarante Ans, légende petite-russienne, « écrite par le célèbre historien russe Kostomarov, fut publiée dans le Journal de Gatzouk. Elle plut beaucoup au comte L. Tolstoï, qui la remania, l’abrégea et en écrivit entièrement le dernier chapitre… Nous publions ici un résumé de cette légende d’après la version de Kostomarov et intégralement la fin inédite qui est du grand écrivain. »

« Trofine Sémionovitch se rendit sur les lieux de son crime et, à minuit, une voix lui dit : « Je te punirai dans quarante ans. » [...] Souvent le remords torturait Trofine. Il résolut de se confesser à l’archevêque et lui raconta tout. L’archevêque le rassura, en lui disant que malgré l’énormité du crime, il l’avait racheté par vingt années de travail et de probité et que s’il faisait construire une belle église, Dieu lui pardonnerait. Il fit bâtir l’église. [...] Mais la fatale quarantième année était venue. Il attendait avec effroi le châtiment qui allait le frapper. »
À ce moment commence « la fin inédite » écrite par Tolstoï…

Traduction : J.-Wladimir Bienstock (1868-1933).

> Écouter un extrait : 01. Introduction.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 9 827 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

TOURGUENIEV, Ivan – L’Exécution de Troppmann

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 1h 5min | Genre : Histoire


Exécution de Troppmann

En 1870, Ivan Tourgueniev assita, écœuré par les réactions joyeuses de la foule devant l’échafaud, à l’exécution de Jean-Baptiste Troppmann dont il accompagna la dernière nuit. Il ne fait que quelques allusions, car ce n’est pas là son propos, au « massacre de Pantin », c’est-à-dire au meurtre des huit membres de la famille Kinck, dont 5 enfants étranglés, égorgés et enterrés vivants, par ce jeune mécanicien de 21 ans condamné à mort.
Le but poursuivi par Tourgueniev est clair : « Je serais content et je me pardonnerais à moi-même une curiosité mal placée, si mon récit donnait quelques arguments aux défenseurs de l’abolition de la peine de mort, ou du moins à l’abolition de sa publicité. » Il faudra attendre 111 ans pour qu’elle soit votée…
Pour plus de détails sur cette affaire du Second Empire, qu’on appela « le crime du siècle », vous pouvez consulter le copieux article de Wikipedia Jean-Baptiste Troppmann.

Traduction : Isaac Pavlovsky (1853-1924).

Illustration : L’Exécution de Jean-Baptiste Troppmann, estampe de 1870.

L’Exécution de Troppmann.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 8 127 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

TOURGUENIEV, Ivan – Apparitions

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 1h 25min | Genre : Nouvelles


Victor Borisov-Musatov - Apparitions

En 1864, Ivan Tourgueniev publie un récit fantastique Apparitions qui sera traduit par Prosper Mérimée. C’est une aventure onirico-philosophique.
Ellis, mais « qui était Ellis ? Une apparition, une âme en peine, un malin esprit, un vampire… Souvent il m’a semblé qu’Ellis était une femme que j’avais connue autrefois… J’ai fait des efforts inouïs pour me rappeler où je l’avais vue… Une fois… aujourd’hui, dans ce moment même, je me souviens… Où ?… Non ; tout se confond dans ma mémoire comme dans un songe… Oui ; j’ai longtemps réfléchi là-dessus, et, ce qui ne surprendra personne, je n’en suis pas plus avancé. Demander conseil à mes amis, je n’ai pu m’y décider de peur de passer pour fou. »
Ellis, donc, exilée de la vie, enlève dans les airs le narrateur peu rassuré, lui fait survoler Paris, le lac Majeur, Rome, les falaises anglaises, l’Allemagne et Saint-Petersbourg…
La promenade aérienne se termine… comme vous l’apprendrez…

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 10 024 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

POUCHKINE, Alexandre – Doubrovski, ou Le Brigand-gentilhomme

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 3h | Genre : Nouvelles


Doudbrovski

Pour bien comprendre le comportement des personnages de Doubrovski, ou Le Brigand-gentilhomme, publié en 1841, il faut connaître l’âme russe. Pouchkine nous aide aussi, dans le récit des événements, en intervenant personnellement :
« Le lecteur a, sans doute, déjà deviné que la fille de Cyrille Pétrovitch, dont nous avons dit seulement quelques mots, est l’héroïne de notre nouvelle. »
« Maintenant nous allons demander au lecteur la permission de lui expliquer les derniers épisodes de notre nouvelle par les circonstances qui ont précédé et que nous n’avons pas encore racontés. »

Recommandé, pour mieux apprécier l’auteur de La Dame de pique, le Discours sur Pouchkine de Fedor Dostoïevski.

Traduction : Maurice Quais (1859?-1939?).

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 10 494 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

DOSTOÏEVSKI, Fedor – L’Idiot

Donneuse de voix : Pomme | Durée : 32h 40min | Genre : Romans


L'Idiot

L’Idiot est un roman psychologique complexe : le récit met en scène une quarantaine de personnages très distincts, dont le comportement confine souvent à la folie.

Le prince, Léon Nikolaïévitch Muichkine, personnage fragile, débonnaire et naïf, débarque dans la bourgeoisie russe de cette époque, artificielle et corrompue. Il représente la douceur de la folie contrastant avec la violence folle qui anime d’autres personnages.

Les rebondissements, aussi fréquents qu’imprévisibles, éblouissent le lecteur, et… surprennent même l’auteur !

Traduction : Victor Derély (1840-1904).

> Écouter un extrait : Avertissement.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 197 432 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

GARCHINE, Vsevolod – Le Signal

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 28min | Genre : Nouvelles


Rails deboulonnes

Le Signal (1887) s’achève par une tragique illustration de l’amitié entre deux malmenés par la vie, le garde-barrière Basile toujours irrité par l’injustice et la cruauté humaine, et son collègue Ivanoff qui, au nom du ciel, se résigne. Nous trouvons dans cette nouvelle de Garchine la tristesse de La Fleur rouge (1883) et deux souvenirs autobiographiques : l’auteur a participé à la guerre contre les Turcs, comme son héros et fut secrétaire, dans l’Administration des Chemins de fer où est employé Ivanoff…

« Ivanoff : – Oui, voisin, j’ai beaucoup souffert depuis que je suis au monde. Il y a des gens qui ont de la chance, qui vivent heureux, sans soucis. Eh bien, moi, qui n’ai jamais fait de mal à personne, rien ne me réussit…
Basile ne répondit rien : il secoua la cendre de sa pipe contre le rebord du rail, se leva et dit avec un soupir :
- Ce n’est pas la chance, voisin, qui est contre nous, mais les hommes. Il n’y a pas au monde de bête plus féroce, plus malfaisante que l’homme. Les loups ne se mangent pas entre eux… un homme mangerait volontiers un de ses semblables, et tout vivant encore…
Ivanoff resta pensif…
- Je ne sais pas, moi… Après tout c’est possible. En tout cas, si nous sommes malheureux, c’est que Dieu le veut ainsi… »

Traduction : Léon R. Paucker (18?-?).

Le Signal.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 7 546 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

ANDREÏEV, Léonid – La Victoire des ténèbres

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 2h 10min | Genre : Nouvelles


Liouba

Le chaste héros de La Victoire des ténèbres, révolutionnaire-terroriste, recherché par la police, se réfugie et passe la nuit dans une maison close. Il y choisit Liouba, jeune prostituée boudeuse avec laquelle il passe sa première nuit d’amour ; elle le provoque par ses mots violents mais justes ainsi que par son attitude d’adolescente dont le métier sordide révèle la tragédie sociale. À cette époque (1907), le terrorisme russe était synonyme de sacrifice, de liberté, d’action désespérée dont la cause était entièrement dévouée au peuple.

Dans cette quatrième nouvelle l’auteur, ombrageux, alcoolique et suicidaire, est bien celui que Maxime Gorki son parrain décrivait : « Leonid Nikolaévitch Andreïev était talentueux de nature, organiquement talentueux ; son intuition était étonnamment fine. Pour tout ce qui touchait aux côtés sombres de la vie, aux contradictions de l’âme humaine, aux fermentations dans le domaine des instincts – il était d’une effrayante perspicacité. »

Traduction : Serge Persky (1870-1938) et Mikhaïl Saltykov pour la Bibliothèque Russe et Slave (partie du chapitre V et chapitres suivants ; voir la note en bas de page de la version texte). Avec l’aimable autorisation de M. Saltykov.

> Écouter un extrait : Chapitres 01 à 04.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 8 522 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous nos livres audio gratuits pour Russie :