Livres audio gratuits pour 'Russie' :


PELLETIER, Madeleine – Mon voyage aventureux en Russie communiste

Donneuse de voix : Pomme | Durée : 5h 26min | Genre : Biographies


Madeleine Pelletier

À la fin de l’année 1920, la doctoresse Madeleine Pelletier, communiste militante, part clandestinement en Russie. Ce voyage à travers l’Europe dévastée par la guerre de 1914-1918 est plein d’embûches, de marches épuisantes, de péripéties rocambolesques.
« Je comptais entonner l’Internationale en pénétrant enfin sur le territoire béni du communisme, mais tout mon enthousiasme est parti, je suis trop malheureuse ! »
En Russie, elle s’intéresse principalement à la condition des femmes et des enfants.

Illustration : Madeleine Pelletier en 1910.

> Écouter un extrait : Partie 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 8 769 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

TOURGUENIEV, Ivan – Un incendie en mer

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 26min | Genre : Nouvelles


Alexey Bogolyubov - Navire en feu (1850)

Parmi les œuvres dernières du sexagénaire Ivan Tourgueniev, figure Un incendie en mer, souvenir vécu de ses 18 ans (1838) qu’il nous relate sereinement, avec une pointe d’humour à la fin.

« Presque tous les passagers étaient rassemblés là. Des matelots, sous la surveillance du capitaine, étaient occupés à descendre à la mer une de nos deux chaloupes, heureusement la plus grande. Par-dessus l’autre bord du navire, j’aperçus, vivement éclairée par l’incendie, la falaise abrupte qui descend vers Liibeck. Il y avait certainement près de deux kilomètres jusqu’à cette falaise. Je ne savais pas nager. »

Texte original dicté en langue française par l’auteur en juin 1883, trois jours avant sa mort.

Illustration : Alexey Bogolyubov, Navire en feu (1850).

Un incendie en mer.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 5 181 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

TOLSTOÏ, Léon – Après le bal

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 32min | Genre : Nouvelles


Dmitri Kardovski - Bal à Saint-Pétersbourg (1913)

« Vous dites qu’un homme ne peut comprendre par soi-même ce qui est bien et ce qui est mal, que tout dépend du milieu, que le milieu façonne l’homme. Et moi je pense que tout tient au hasard… Tenez, je vous raconterai quelque chose qui m’est arrivé…
[...]
Mais j’eus beau faire, je n’y pus parvenir ; et ne l’ayant pas appris, je ne pus entrer au service militaire comme j’en avais formé le projet auparavant. Et non seulement je n’ai pas servi dans l’armée mais je n’ai servi nulle part. »

Pensez vous comme Ivan Vassilievitch, le narrateur de Après le bal (1889) écrit par Léon Tolstoï que  « tout tient au hasard »?

Traduction : J.-Wladimir Bienstock (1868-1933).

Illustration : Dmitri Kardovski, Bal à Saint-Pétersbourg (1913).

Après le bal.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 5 452 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

TOLSTOÏ, Léon – La Sonate à Kreutzer (Version 2)

Donneur de voix : André Rannou | Durée : 3h 24min | Genre : Nouvelles


La Sonate à Kreutzer

Le sujet de cette célèbre nouvelle, une des plus noires de Tolstoï, est en apparence banal : un homme tue sa femme dans un accès de jalousie. Mais ce drame ne se produit qu’au dénouement, même si thème de la jalousie est sous-jacent tout au long du récit, et le propos initial et fondamental est autre : dénoncer l’amour charnel, avant ou dans le mariage – lui-même assimilé à une forme de prostitution – et préconiser une totale abstinence sexuelle, celle-ci dût-elle à terme entraîner la disparition du genre humain. L’émancipation de la femme, quant à elle, n’est qu’un leurre, tant il est vrai que la femme demeure et demeurera toujours pour l’homme un « objet de volupté », un moyen de jouissance. Le monde entier n’est qu’« une immense maison de tolérance ». Cet ouvrage, publié en 1889, fut promptement interdit par la censure.
Sophie, la femme de l’écrivain, se serait sentie visée et humiliée par cet étrange réquisitoire, qui aurait détruit les derniers vestiges de leur amour.

Le titre se réfère à la Sonate pour violon et piano N° 9 en la majeur, dite « Sonate à Kreutzer », de Beethoven, laquelle est interprétée au chapitre 23 par deux des protagonistes de la nouvelle. Elle est surtout célèbre pour son premier mouvement (presto sostenuto), avec son dialogue tourmenté du piano et du violon. Pozdnydchev, le mari jaloux, le juge si intense qu’on devrait, selon lui, ne l’interpréter que dans des circonstances graves et exceptionelles.

Traduction : J.-Wladimir Bienstock (1868-1933).

Pomme Arnaudon a bien voulu assurer l’illustration musicale de cet enregistrement, avec de courts extraits de la sonate de Beethoven, et je l’en remercie très chaleureusement. André.

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 6 755 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BAKOUNINE, Michel – Qui suis-je ?

Donneur de voix : Jonathan | Durée : 7min | Genre : Philosophie


Michel Bakounine

« Je ne suis ni un savant, ni un philosophe, ni même un écrivain de métier. J’ai écrit très peu dans ma vie et je ne l’ai jamais fait, pour ainsi dire, qu’à mon corps défendant, et seulement lorsqu’une conviction passionnée me forçait à vaincre ma répugnance instinctive contre toute exhibition de mon propre moi en public.
Qui suis-je donc, et qu’est-ce qui me pousse maintenant à publier ce travail ? »

Mikhaïl Aleksandrovitch Bakounine, francisé en Michel Bakounine (1814-1876), est un révolutionnaire, théoricien de l’anarchisme et philosophe qui a particulièrement écrit sur le rôle de l’État.

Qui suis-je ?.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 6 433 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

MÉRIMÉE, Prosper – Les Bohémiens

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 35min | Genre : Poésie


Mihály Munkácsy - Famille de bohémiens

Les Bohémiens est un long poème de Pouchkine traduit en prose par Prosper Mérimée en 1890.

« Ainsi par le pouvoir des vers, dans ma mémoire obscurcie, revivent les visions des jours écoulés parmi la liesse ou l’ennui. Dans ces lieux, longtemps, longtemps a retenti l’effrayante voix de la guerre. Là le Russe a marqué une frontière à Stamboul. Là notre vieil aigle, à la double tête, entend redire encore ses gloires passées. C’est là, au milieu de la steppe, sur des retranchements en ruines, que je rencontrai les chariots des Bohémiens, ces paisibles fils de la liberté. »

Illustration : Mihály Munkácsy, Famille de bohémiens (XIXe).

Les Bohémiens.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 5 277 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

TOLSTOÏ, Léon – Ce que j’ai vu en rêve

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 43min | Genre : Nouvelles


Teodor Axentowicz - Le Vieil Homme et un fantôme

Une triste histoire de famille intitulée par Léon Tolstoï Ce que j’ai vu en rêve parue en 1889.

« Ma fille n’existe plus pour moi ! Tu m’entends, elle n’existe plus. Mais je ne puis pas la laisser sur le pavé. Je ferai le nécessaire pour qu’elle puisse vivre à son gré, mais je ne la connais plus. Oui, oui… jamais je n’aurais pu imaginer rien de semblable. C’est affreux, affreux…
[...]
Au nom de Dieu, n’en parlons plus ! J’ai assez souffert. Maintenant je n’ai plus qu’un seul désir : prendre les dispositions nécessaires pour qu’elle ne soit un fardeau pour personne et puisse arranger sa vie à elle ; nous autres, nous resterons de notre côté, sans la connaître. C’est tout ce que je puis faire. »

Traduction : J.-Wladimir Bienstock (1868-1933).

Illustration : Teodor Axentowicz, Le Vieil Homme et un fantôme (190?).

Ce que j’ai vu en rêve.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 5 390 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

TOLSTOÏ, Léon – Guerre et paix (Seconde Partie : Chapitre 01)

Donneurs de voix : Esperiidae & | Durée : 3h 59min | Genre : Romans


Guerre et paix

Le prince André, retiré dans ses terres, affranchit ses serfs et construit des écoles. Il se rend dans les domaines de Riazan voir le comte Rostov pour affaires. Sa rencontre inattendue avec Natacha le trouble, tant la profonde joie de vivre de celle-ci contraste avec son propre pessimisme.

Pierre, à la tête de la franc-maçonnerie pétersbourgeoise, est plus tourmenté que jamais, ayant échoué à mettre en pratique ses idéaux. Au retour d’un long voyage à l’étranger, ses propositions novatrices sont rejetées par ses frères maçons et il quitte l’Ordre. Sa femme Hélène le supplie de refaire vie commune, ce que Pierre accepte. Il reprend son ancienne vie et tient un journal intime.

La situation financière des Rostov est difficile, le comte est mauvais gestionnaire. Véra, la fille aînée, épouse l’officier Berg et Natacha se délie définitivement de son engagement envers Boris. La jeune fille assiste nerveusement à son premier bal en l’honneur de l’empereur. Grâce à Pierre, André invite Natacha, qu’il revoit pour la première fois, et en tombe amoureux.

Dès lors il fréquente de plus en plus les Rostov ; Natacha éprouve pour lui des sentiments jusqu’alors inconnus. André révèle les siens à Pierre, surpris par la transformation de son ami. Il se rend ensuite à Lyssia Gori informer son père ; celui-ci, intransigeant, impose un délai d’un an avant le mariage. André fait enfin sa demande, au grand bonheur de la jeune fille qui accepte les longues fiançailles, mais André refuse qu’elle soit liée à sa parole.

Guerre et paix est un roman de l’écrivain russe Léon Tolstoï. Publié en feuilleton entre 1865 et 1869 dans Le Messager russe, ce livre narre l’histoire de la Russie à l’époque de Napoléon Ier, notamment la campagne de Russie en 1812. Léon Tolstoï y développe une théorie fataliste de l’histoire où le libre arbitre n’a qu’une importance mineure et où tous les événements n’obéissent qu’à un déterminisme historique inéluctable.

Extrait :

« – Maman, au nom du ciel, ne me demandez rien à présent, je ne puis rien dire !

Et cependant ce même soir, émue et terrifiée, les yeux fixes, couchée auprès de sa mère, elle lui conta tout au long, et ce qu’il lui avait dit de flatteur et d’aimable, et ses projets de voyages, et ses questions sur Boris et sur l’endroit où elle et les siens avaient l’intention de passer l’été : « Jamais, jamais, je n’ai éprouvé rien de pareil à ce que je sens maintenant… seulement, devant lui, j’ai peur ! Qu’est-ce-que cela veut dire ? sans doute que cette fois c’est… c’est cela, c’est le vrai ! Maman, vous dormez ? »

Traduction : Irène Paskévitch (1835-1925).

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 33 544 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous nos livres audio gratuits pour Russie :