Livres audio gratuits pour 'Turquie' :


TCHERAZ, Minas – Folklore turc (Sélection)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 30min | Genre : Histoire


Forbes Mac Bean - Derviches tourneurs (1854)

Minas Tcheraz (1852-1929), dont nous avons lu récemment quelques nouvelles du Folklore arménien, nous fait connaître, ou mieux connaître, trois thèmes du Folklore turc, extraits aussi de L’Orient inédit.

Certaines coutumes étonnent…

Les Derviches :
« Les Turcs s’adressent parfois aux derviches pour découvrir l’auteur d’un vol. Ces derniers copient des versets du Coran sur de petits bouts de papier, les dissimulent dans la mie du pain et font manger ce pain aux personnes soupçonnées d’avoir commis le vol. Ils croient que le coupable « crève » au bout de trois jours, grâce à ce jugement. »

La Mecque :
« Des domestiques chrétiens accompagnent parfois la caravane, mais il leur est défendu, sous peine de mort, d’entrer à la Mecque. Comme le nombre des pèlerins ne doit pas être inférieur à 72.000, les riches emmènent avec eux des coreligionnaires pauvres. »

Le Mariage :
« Il n’est pas permis à la femme de réclamer le divorce, mais le mari peut divorcer à son gré. Il n’a qu’à payer journellement, pour une période de cent jours, une somme de dix piastres, —- parfois plus, parfois moins, – pour sa subsistance (llafaka ou yémeklik), le délai de cent jours étant indispensable pour que la femme répudiée puisse contracter un nouveau mariage. Il doit lui payer également le prix convenu de sa virginité. La femme emporte les présents de son père et les robes et bijoux qu’elle a reçus de son mari. Celui-ci emporte ses biens personnels. Quand le divorce est prononcé, la femme garde les filles, pour l’entretien desquelles son mari doit lui faire une pension, et l’homme garde les garçons. »

Illustration : Forbes Mac Bean, Derviches tourneurs (1854).

> Écouter un extrait : 01. Les Derviches.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 838 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

ZENNOUR, Hadidjé – La Vérité vraie sur les « Désenchantées » de Loti

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 15min | Genre : Histoire


Marie Lera et les sœurs Zennour et Nouriye, à la légation de Belgique de Constantinople, en 1904

Un document historique de grande valeur.

Imaginez les vraies Manon Lescaut et Emma Bovary prenant la plume et disant « tout ce que L’Abbé Prévost et Flaubert ont écrit sur nous est parfaitement exact, alors qu’ils disent avoir tout inventé ! »

C’est pourtant ce qui s’est produit, quand Zeyneb, une des trois héroïnes turques des Désenchantées (1906) de Pierre Loti écrit, dans Le Figaro de décembre 1909 :

« J’étais la « Zeyneb » de ce livre qui a tant contribué à ouvrir les yeux du monde sur nos souffrances, « Mélek »
était ma jeune sœur, et « Djenane » était notre chère cousine Leyla, qui repose aujourd’hui dans le cimetière d’Eylau. »

alors que Pierre Loti, pour atténuer le bruit provoqué par son roman avait déclaré mensongèrement :

« C’est une histoire entièrement imaginée. On perdrait sa peine en voulant donner à Djénane, à Zeyneb, à Mélek ou à André, des noms véritables, car ils n’ont jamais existé. »

Et ces femmes disaient :
« Oh ! notre Islam faussé, méconnu, auquel pourtant nous restons si fidèlement attachées, car ce n’est pas lui qui a voulu nos souffrances !… Oh ! notre Prophète, ce n’est pas lui qui nous a condamnées au martyre qu’on nous inflige ! Le voile, qu’il nous donna jadis, était une protection, non un signe d’esclavage. »

Après la publication sur le site en 2013 des Désenchantées, voici, aujourd’hui que les problèmes posés par le port du voile ont pris encore plus d’acuité, La Vérité vraie sur les « Désenchantées » par Hadidjé Zennour, fille de Noury-bey, petite-fille de Réchad-bey, comte de Châteauneuf.

La Vérité vraie sur les « Désenchantées ».

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 377 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |