Livres audio gratuits pour 'Vincent de l’Épine' :


AUSTEN, Jane – Orgueil et prévention (Œuvre intégrale)

Donneur de voix : Vincent de l’Épine | Durée : 12h 48min | Genre : Romans


Orgueil et prévention - Miss Lizzie Bennet

Orgueil et prévention, également traduit en français sous le titre Orgueil et préjugés, est l’un des romans les plus connus de Jane Austen. Romanesque, souvent drôle, avec ses dialogues pleins d’esprit, ses rebondissements inattendus, et ses intrigues sentimentales élaborées, il nous dépeint les difficultés auxquelles sont confrontées les femmes de la petite gentry anglaise, pour qui la sécurité matérielle passe forcément par le mariage.

Le roman est désormais disponible dans son intégralité sur Littérature audio.com :

- Livre 1,
- Livre 2,
- Livre 3.

Traduction : Eloïse Perks (1790-1850).

Illustration : Salomon Guillaume Counis, Portrait of a Lady Wearing a Flowered Shawl (1820).


> Consulter la version texte de ce livre audio.
Page vue 22 315 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

AUSTEN, Jane – Orgueil et prévention (Livre 3)

Donneur de voix : Vincent de l’Épine | Durée : 4h 30min | Genre : Romans


Orgueil et prévention - Miss Lizzie Bennet

« Comme Élisa Bennet a mauvaise mine ce matin ! s’écria Mlle Bingley, de ma vie je n’ai vu quelqu’un changer autant en quelques mois ; elle est devenue si brune, elle a l’air si commun ! […] Quant à moi, continua-t-elle, je dois avouer que jamais je n’ai pu la trouver jolie […]. Je me rappelle lorsque d’abord nous fîmes connaissance avec elle, combien notre étonnement fut grand d’apprendre qu’elle était en réputation de beauté ; il me souvient même de ce que vous nous dîtes à ce sujet, un jour que tous les Bennet avaient dîné à Netherfield ; « elle est une jolie femme », ce furent vos paroles ; on pourrait aussi justement nommer sa mère un bel esprit, mais ensuite elle vous plut davantage, et je crois même que dans un temps, vous la trouviez presque jolie.

- Oui, repartit Darcy, qui ne se pouvait plus contraindre, mais quand je pensais ainsi, je la connaissais peu, car il y a déjà longtemps que je la regarde comme une des plus belles femmes de ma connaissance. »

Il quitta alors l’appartement, laissant Mlle Bingley jouir de la triste satisfaction de l’avoir forcé à dire… ce qui ne pouvait causer de peine qu’à elle seule. »

Dans ce troisième et dernier livre d’Orgueil et prévention, un événement imprévu va forcer Lizzie à retourner à Longbourn, et va précipiter l’intrigue. L’intelligence des situations, la saveur des dialogues, et tout ce qui fait le talent de Jane Austen, éclatent ici à chaque page.

Traduction : Eloïse Perks (1790-1850).

Illustration : Salomon Guillaume Counis, Portrait of a Lady Wearing a Flowered Shawl (1820).

> Écouter un extrait : Chapitre 44.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 21 637 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

AUSTEN, Jane – Orgueil et prévention (Livre 2)

Donneur de voix : Vincent de l’Épine | Durée : 4h 24min | Genre : Romans


Orgueil et prévention - Miss Lizzie Bennet

« Darcy n’était qu’à peu de distance, et son apparition fut si subite qu’il était impossible d’éviter sa vue. Ses yeux rencontrèrent ceux d’Élisabeth ; la plus vive rougeur vint déceler leur embarras. M. Darcy tressaillit et parut quelques instants immobile d’étonnement, mais se remettant bientôt, il s’avança vers les voyageurs et adressa la parole à Élisabeth, sinon d’un air fort calme du moins avec une parfaite politesse.

Elle s’était détournée presque involontairement, mais s’arrêtant, et comme il approchait, elle reçut ses compliments avec un embarras qu’il lui fut impossible de vaincre. […] L’idée de l’inconvenance qu’il y avait pour elle à se trouver chez lui, se présentait à son esprit avec une nouvelle force ; le peu d’instants qu’ils demeurèrent ensemble fut peut-être un des plus désagréables de sa vie ; quant à lui, il ne paraissait guère plus à l’aise ; lorsqu’il parlait, son accent n’avait point sa fermeté ordinaire. […] Il était aisé d’apercevoir le trouble de son âme. »

Dans ce deuxième et avant-dernier livre d’Orgueil et prévention, le roman de Jane Austen déploie toute la richesse et l’intelligence de sa narration. Les intrigues amoureuses se nouent autour des demoiselles Benett, mais pour être romanesques, elles n’en restent pas moins ancrées dans la réalité très prosaïque de l’Angleterre du XIXème siècle.

Traduction : Eloïse Perks (1790-1850).

Illustration : Salomon Guillaume Counis, Portrait of a Lady Wearing a Flowered Shawl (1820).

> Écouter un extrait : Chapitre 23.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 26 524 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

AUSTEN, Jane – Orgueil et prévention (Livre 1)

Donneur de voix : Vincent de l’Épine | Durée : 3h 54min | Genre : Romans


Orgueil et prévention - Miss Lizzie Bennet

« Élisabeth prit sa place parmi les danseuses, qui, la voyant honorée à ce point d’avoir M. Darcy pour danseur, la regardaient avec un étonnement au moins égal à celui qu’elle éprouvait elle-même.
Ils furent quelque temps sans se parler : elle s’imagina que leur silence devait durer autant que les deux contredanses, et était résolue à ne pas le rompre. Mais tout à coup l’idée lui vint que la meilleure manière de contrarier son danseur serait de le forcer à causer ; elle lui fit donc quelques observations sur la danse, il lui répondit en peu de mots, et bientôt après elle lui adressa encore la parole.
- Maintenant, monsieur Darcy, dit-elle, c’est à votre tour de parler ; j’ai fait mes remarques sur la danse, et j’attends les vôtres sur la grandeur du salon, le nombre des danseurs.
Il sourit, et assura qu’il se ferait un plaisir de dire tout ce qu’elle voudrait.
- Très bien, cette réponse me suffit pour le moment ; tout à l’heure, peut-être, j’observerai que les bals de société sont plus agréables que les bals publics ; mais maintenant nous pouvons nous taire. »

Orgueil et prévention, également traduit en français sous le titre Orgueil et préjugés, est l’un des romans les plus connus de Jane Austen. Romanesque, souvent drôle, avec ses dialogues pleins d’esprit, ses rebondissements inattendus, et ses intrigues sentimentales élaborées, il nous dépeint les difficultés auxquelles sont confrontées les femmes de la petite gentry anglaise, pour qui la sécurité matérielle passe forcément par le mariage.

Traduction : Eloïse Perks (1790-1850).

Illustration : Salomon Guillaume Counis, Portrait of a Lady Wearing a Flowered Shawl (1820).

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 51 641 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

COLLINS, Wilkie – Mad Monkton

Donneur de voix : Vincent de l’Épine | Durée : 3h 5min | Genre : Romans


Mad Monkton

« Alfred Monkton baissa tout à coup la voix d’un air mystérieux.
- Je crois à la prophétie, parce que Stephen Monkton lui-même se tient là, debout au moment où je parle , et me confirme dans cette croyance…

Etait-ce l’horreur solennelle qui se peignait sur son visage, au moment où il se tourna vers moi ?
Etait-ce que n’ayant jamais cru aux bruits répandus sur sa folie, je me voyais tout à coup forcé de me rendre à cette effrayante conviction ? – Véritablement, je ne saurais le dire : mais, tandis qu’il parlait, je sentais mon sang se figer dans mes veines […], et j’avais conscience que je n’aurais jamais osé tourner la tête pour regarder ce qu’il me montrait ainsi derrière mon épaule. »

Mad Monkton constitue l’une des rares incursions de Wilkie Collins dans le fantastique. Il met au service de ce genre son sens de l’intrigue et du détail ; il en résulte un fantastique subtil et délicieusement victorien.

Traduction : Paul-Émile Daurand-Forgues (1813-1883).

Illustration : Portrait d’un gentleman, artiste inconnu (1809).

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 16 814 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

POE, Edgar Allan – Le Scarabée d’or

Donneur de voix : Vincent de l’Épine | Durée : 1h 34min | Genre : Nouvelles


Le scarabee dor

« – Jupiter, Tu dis que ton maître est malade ; ne t’a-t-il pas dit de quoi il souffre ?
- Oh, Massa, c’est bien inutile de se creuser la tête. Massa Will dit qu’il n’a absolument rien. Mais alors pourquoi donc s’en va-t-il de ci et de là, tout pensif, les regards sur son chemin, la tête basse, les épaules voutées, et pâle comme une oie ! Et pourquoi donc fait-il encore et toujours des chiffres ?
- Il fait quoi Jupiter ?
- Il fait des chiffres, avec des signes sur une ardoise. Les signes les plus bizarres que j’aie jamais vus. Je commence à avoir peur tout de même. […]
- Et tu penses donc que ton maître a été réellement mordu par le scarabée, et que cette morsure l’a rendu malade ?
- Je ne pense rien du tout, je le sais. Pourquoi donc rêve-t-il toujours d’or, si ce n’est parce qu’il a été mordu par le scarabée d’or ? »

Mystères, parchemins perdus, codes secrets et cryptographie : Edgar Allan Poe dans Le Scarabée d’or (The Gold Bug, paru en 1843) nous propose le décryptage complet d’une énigme fascinante. Son personnage de Legrand, qui préfigure le fameux C. Auguste Dupin, peut être considéré comme un des jalons de cette formidable lignée de détectives de fiction qui nous amèneront, près de quarante ans plus tard, le personnage de Sherlock Holmes.

Traduction : Charles Baudelaire (1821-1867).

Illustration de Herpin (1895).

> Écouter un extrait : Première Partie.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 25 000 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

WHARTON, Edith – Chez les heureux du monde (Seconde Partie)

Donneur de voix : Vincent de l’Épine | Durée : 7h 43min | Genre : Romans


Chez les heureux du monde - Miss Lily Bart

« Miss Bart, durant ce rapide échange de paroles, était demeurée admirablement calme et droite, légèrement isolée du groupe qui se tenait avec embarras autour d’elle. Elle avait pâli sous le choc de l’insulte, mais la décomposition des visages environnants ne se reflétait pas sur le sien. […]

Selden la vit risquer un coup d’œil sur les visages des autres femmes. Elle lut leur incrédulité dans leur regard détourné, comme dans la muette bassesse des hommes réfugiés derrière elles, et pendant une misérable demi-seconde, il la sentit trembler sur le bord du désastre. Puis, tournant vers lui d’un geste aisé, avec la pâle bravoure de son sourire retrouvé :

- Cher monsieur Selden, – dit-elle, – vous avez promis de me mettre en voiture… »

Dans cette deuxième et dernière partie de son beau roman (dont la première partie est déjà disponible sur notre site), Edith Wharton montre toute la cruauté feutrée de la haute société américaine du début du vingtième siècle.

Retrouvons donc la belle Lily Bart dans les salons étincelants, accompagnons-la sur de luxueux yachts en Méditerranée, mais qu’on ne s’y trompe pas : partout elle ne trouvera que pièges, fausseté et bassesse, mais peut-être trouvera-t-elle aussi au bout du chemin… le mot qui éclaircira tout.

Traduction : Charles du Bos (1882-1939).

Illustration : Paul-César Helleu, Portrait de Claire Weil, 1919.

> Écouter un extrait : Chapitre 15.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 16 328 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

WHARTON, Edith – Chez les heureux du monde (Première Partie)

Donneur de voix : Vincent de l’Épine | Durée : 7h 42min | Genre : Romans


Chez les heureux du monde - Miss Lily Bart

« Combien, de la grande cage dorée où ils étaient tous entassés pour l’ébahissement des badauds, le monde extérieur semblait séduisant à Lily, tandis qu’elle entendait la porte claquer sur elle !

En réalité, elle le savait bien, la porte ne claquait jamais ; elle demeurait toujours ouverte ; mais la plupart des prisonniers étaient comme des mouches dans une carafe : une fois entrés, ils ne pouvaient plus reconquérir leur liberté. »

Chez les heureux du monde (The House of Mirth), qui a pour cadre la haute société américaine du début du vingtième siècle, était considéré par Edith Wharton comme une version plus brutale de son autre roman plus connu, Le Temps de l’innocence.

Alors entrez vous aussi dans la cage dorée, avec la belle Lily Bart, qui « exhale de l’élégance comme une fleur exhale son parfum ».
Mais méfiez-vous, car dans la cage rôdent des créatures qui peuvent vous déchirer le cœur d’un mot ou même d’un sourire.

Traduction :  Charles du Bos (1882-1939).

Illustration :  Paul-César Helleu, Portrait de Claire Weil, 1919.

À suivre…

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 17 553 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous nos livres audio gratuits pour Vincent de l’Épine :