Livres audio gratuits pour 'Voltaire' :


VOLTAIRE – Lettre à Madame Denis : Petit Dictionnaire à l’usage des rois

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 5min | Genre : Correspondance


Adolph von Menzel - Voltaire à la cour de Frédéric I

L’aventure de Voltaire à Berlin se résume ainsi : en 1750 Frédéric, roi « éclairé » de Prusse invite Voltaire à sa cour de Potsdam comme chambellan et oracle en littérature. Leurs relations d’abord chaleureuses se dégradent progressivement,vu le caractère des deux hommes et un jour Voltaire, blessé dans son amour-propre, ne songe plus qu’à s’évader. Il dégage dans cette Lettre à Madame Denis la leçon philosophique et politique de son expérience prussienne.

« Je vois bien qu’on a pressé l’orange ; il faut penser à sauver l’écorce. Je vais me faire, pour mon instruction, un petit dictionnaire à l’usage des rois.
Mon ami signifie mon esclave.
Mon cher ami veut dire vous m’êtes plus qu’indifférent.
Entendez par : je vous rendrai heureux, je vous souffrirai tant que j’aurai besoin de vous.
Soupez avec moi ce soir signifie je me moquerai de vous ce soir.

Le dictionnaire peut être long. [...] »

Illustration : Adolph von Menzel, Voltaire à la cour de Frédéric II.

Lettre à Madame Denis : Petit Dictionnaire à l’usage des rois.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 14 506 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

VOLTAIRE – Un Chrétien et un Juif devant un Sénateur

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 27min | Genre : Philosophie


Francois Marie Arouet

Discussion animée entre un chrétien et un sénateur érudit sur des points très contreversés de l’histoire de la religion devant l’empereur Marc-Aurèle (persécuteur des chrétiens) ; un juif présent ajoute ses sarcasmes et rend pénible la situation du chrétien. Un Dialogue philosophique, qui ne peut laisser indifférent, de la même veine que Le Dîner du Comte de Boulainvilliers.

« Le Sénateur au Chrétien. – Pourquoi troublez-vous la paix de l’empire ? pourquoi ne vous contentez-vous pas, comme les Syriens, les Égyptiens et les Juifs, de pratiquer tranquillement vos rites ? pourquoi voulez-vous que votre secte anéantisse toutes les autres ?
Le Chrétien. – C’est qu’elle est la seule véritable. Nous adorons un Dieu juif, né dans un village de Judée, sous l’empereur Auguste, l’an de Rome 752 ou 756 ; son père et sa mère furent inscrits, selon le divin saint Luc, dans ce village, lorsque l’empereur fit faire le dénombrement de tout l’univers, Cyrenius étant alors gouverneur de Syrie.
Le Sénateur. – Votre Luc vous a trompés. Cyrenius ne fut gouverneur de Syrie que dix ans après l’époque dont vous parlez : c’était Quintilius Varus qui était alors proconsul de Syrie ; nos annales en font foi. Jamais Auguste n’eut le dessein extravagant de faire un dénombrement de l’univers : jamais même il n’y eut sous son règne un recensement entier des citoyens romains. »

Un Chrétien et un Juif devant un Sénateur.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 8 658 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

VOLTAIRE – Le Dîner du Comte de Boulainvilliers

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 1h 15min | Genre : Religion


Le diner du Comte de Boulaivilliers

Le Dîner du Comte de Boulainvilliers (1767) parut sans frontispice ni nom d’auteur. Voltaire fut vite soupçonné d’en être l’auteur, le désavoua et, effrayé, l’attribua à un certain St-Hiacinte. L’impiété et l’anticatholicisme devaient froisser beaucoup de croyants ; la religion, le pape, Jésus, les rites sont malmenés dans ce dîner où un abbé subit les assauts de trois contradicteurs et s’avoue à la fin vaincu.

Un exemple entre autres : « Oseriez-vous nier votre idolâtrie, vous qui adorez du culte de dulie dans mille églises le lait de la Vierge, le prépuce et le nombril de son fils, les épines dont vous dites qu’on lui fit une couronne, le bois pourri sur lequel vous prétendez que l’être éternel est mort ? vous enfin qui adorez d’un culte de latrie un morceau de pâte que vous enfermez dans une boîte, de peur des souris ? Vos catholiques romains ont poussé leur catholique extravagance jusqu’à dire qu’ils changent ce morceau de pâte en Dieu par la vertu de quelques mots latins, et que toutes les miettes de cette pâte deviennent autant de dieux créateurs de l’univers. Un gueux qu’on aura fait prêtre, un moine sortant des bras d’une prostituée, vient pour douze sous, revêtu d’un habit de comédien, me marmotter en une langue étrangère ce que vous appelez une messe, fendre l’air en quatre avec trois doigts, se courber, se redresser … etc. »

Accéder aux autres Dialogues philosophiques de Voltaire.

> Écouter un extrait : 01. Avant le dîner.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 11 461 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

VOLTAIRE – Quatre Lettres philosophiques

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 35min | Genre : Philosophie


Quakers

Exilé en Angleterre en 1726, Voltaire y découvre un peuple travailleur, libre et respectueux de l’intelligence, jouissant des bienfaits du commerce et de l’industrie. Il étudie les sectes religieuses, admire Locke et Newton et applaudit Shakespeare. Les Lettres anglaises (1734) ou Lettres philosophiques sont à la fois œuvre de propagande etœuvre satirique ; la vingt-cinquième et dernière Sur les pensées de Pascal révèle la portée profonde du livre : une réaction contre les bases théologiques et chrétiennes de la société française.
« Lorsqu’il faut (dit le quaker) que nous comparaissions devant les magistrats pour les affaires des autres (car nous n’avons jamais de procès), nous affirmons la vérité par un oui ou par un non, et les juges nous en croient sur notre simple parole, tandis que tant de chrétiens se parjurent sur l’Évangile. » (Première Lettre : Sur les Quakers).

« En vérité, nous sommes d’étranges gens ! Peut-être dans dix ans prendra-t-on cette méthode anglaise, si les curés et les médecins le permettent ; ou bien les Français, dans trois mois, se serviront de l’inoculation par fantaisie, si les Anglais s’en dégoûtent par inconstance. » (Onzième Lettre : Sur l’insertion de la petite vérole)

« Je ne sais pourtant lequel est plus utile à un État, ou un seigneur bien poudré qui sait précisément à quelle heure le Roi se lève, à quelle heure il se couche, et qui se donne des airs de grandeur en jouant le rôle d’esclave dans l’antichambre d’un ministre, ou un négociant qui enrichit son pays, donne de son cabinet des ordres à Surate et au Caire, et contribue au bonheur du monde. » (Dixième Lettre : Sur le commerce)

« M. Addison, en France, eût été de quelque académie, et aurait pu obtenir, par le crédit de quelque femme, une de douze cents livres, ou plutôt on lui aurait fait des affaires, sous prétexte qu’on aurait aperçu, dans sa tragédie de Caton, quelques traits contre le portier d’un homme en place ; en Angleterre, il a été secrétaire d’État. » (Vingt-troisième Lettre : Sur la considération qu’on doit aux gens de lettres)

> Écouter un extrait : Sur les Quakers.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 15 679 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

VOLTAIRE – Des beaux-arts (Extrait du Siècle de Louis XIV)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 46min | Genre : Histoire


Louis XIV par Hyacinthe Rigaud

Dans Le Siècle de Louis XIV (1751, 39 chapitres), Voltaire ne cherche pas seulement à faire une réflexion historique ; il veut « peindre à la postérité, non les actions d’un seul homme Louis XIV, mais l’esprit des hommes dans le siècle le plus éclairé qui fût jamais. » À l’histoire politique et militaire il ajoute l’histoire des œuvres de grands artistes, écrivains et architectes de l’époque pour mieux la comprendre. Le trente-deuxième chapitre Des Beaux-Arts est un vrai cours d’histoire de la littérature du dix-septième siècle (à connaître absolument si l’on prépare un baccalauréat ! ) où l’on trouve la citation célèbre :
« Le génie n’a qu’un siècle, après quoi il faut qu’il dégénère. » et qui se termine par : « La nation française est de toutes les nations celle qui a produit le plus de ces ouvrages. Sa langue est devenue la langue de l’Europe : tout y a contribué ; les grands auteurs du siècle de Louis XIV, ceux qui les ont suivis… La langue française est de toutes les langues celle qui exprime avec le plus de facilité, de netteté, et de délicatesse, tous les objets de la conversation des honnêtes gens ; et par là elle contribue dans toute l’Europe à un des plus grands agréments de la vie. »

Des beaux-arts.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 10 614 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

VOLTAIRE – Entretiens chinois

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 45min | Genre : Contes


Jesuite chez les Ming

« Un Chinois nommé Xain, ayant voyagé en Europe dans sa jeunesse, retourna à la Chine à l’âge de trente ans, et, devenu mandarin, rencontra dans Pékin un ami qui était entré dans l’ordre des Jésuites ; ils eurent ensemble les conférences suivantes. [...] »

Le mandarin n’a pas du tout envie que le jésuite vienne prêcher sur ses terres…

Accéder aux autres Dialogues philosophiques de Voltaire.

> Écouter un extrait : Première Conférence.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 11 357 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

VOLTAIRE – Le Philosophe ignorant

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 2h 15min | Genre : Philosophie


Voltaire Philosophe ignorant

Le Philosophe ignorant (1767) fut d’abord intitulé Questions d’un homme qui ne sait rien. Voltaire s’attaque à la philosophie à système, aux chimères savantes de Descartes, Spinoza, Leibniz, Hobbes… et propose de faire de l’ignorance une forme supérieure de sagesse.
« Esclave de tout ce qui m’environne, au lieu d’être roi, resserré dans un point, et entouré de l’immensité, je commence par me chercher moi-même. » Vers la fin des 56 articles consacrés à la métaphysique et à la morale, il écrit ironiquement : « Si vous me dites que je ne vous ai rien appris, souvenez-vous que je me suis annoncé comme un ignorant. »
Ces considérations très « voltairiennes » sont d’un accès facile pour tout auditeur, même non versé dans les subtilités philosophiques.

> Écouter un extrait : Articles 1 à 24.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 16 730 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

VOLTAIRE – Aventure de la mémoire

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 10min | Genre : Contes


Jupiter et Mnemosyne

« Le genre humain pensant, c’est-à-dire la cent millième partie du genre humain, tout au plus, avait cru longtemps, ou du moins avait souvent répété que nous n’avions d’idées que par nos sens, et que la mémoire est le seul instrument par lequel nous puissions joindre deux idées et deux mots ensemble.

C’est pourquoi Jupiter, représentant la nature, fut amoureux de Mnémosyne, déesse de la mémoire, dès le premier moment qu’il la vit ; et, de ce mariage, naquirent les neuf Muses, qui furent les inventrices de tous les arts. »

Aventure de la mémoire.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 10 798 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous nos livres audio gratuits pour Voltaire :