À Découvrir :
LORRAIN, Jean – Ophelius

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 45min | Genre : Nouvelles


Botticelli - Primavera

Le poète Claudius, très malade, prononce sans cesse le nom d’Ophelius, mystérieux personnage et attirant éphèbe (on connait l’intérêt porté à l’homosexualité par Jean Lorrain). Dans Ophelius, les acteurs Armand Harel, la perverse Lady Viane, Claudius qui a perdu la raison, et Ophelius dont le visage rappelle celui de la Primavera de Botticelli vivent dans une ambiance de « franche hystérie baignée d’odeur d’éther et de chloroforme ».
« La Primavera était là, vaguement animée sous la vacillante lueur du flambeau, droite sous ses longs cheveux piqués d’anémones et de branchages aux ramifications de madrépores, charmante avec la douceur lointaine de ses yeux mornes, et souriant, dans l’ovale amaigri de son visage, de son étrange sourire sensuel, exaspérant. »

Ophelius.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 3 658 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

À Découvrir :
STAËL, Germaine (de) – De l’Allemagne (01. Chapitres 13 à 20)

Donneuse de voix : Christiane-Jehanne | Durée : 1h 35min | Genre : Essais


Johann-Heinrich Pestalozzi

Voici la suite et fin de la première partie, avec ces chapitres 13 à 20 qui pétillent d’intelligence.

« Vous êtes bien tranquille, lui dis-je ! – Oui, me répondit-elle, pourquoi faire du bruit ? »

Chapitre 13 : De l’Allemagne du nord. L’auteure arrive en Allemagne. «  Les Allemands ont su se créer une république des lettres animée et indépendante.

Chapitre 14 : La Saxe, sa liberté de la presse et ses villes littéraires.

Chapitre 15 : Weimar, sa société particulière ; Wieland, Goethe et Schiller y vivaient encore quand madame de Staël y arriva.

Chapitre 16 : La Prusse et Frédéric II, « qui aurait voulu que la littérature française fût la seule de ses États ». Klopstock le lui reprocha.

Chapitre 17 : Berlin. La ville et ses spectacles.

Chapitre 18 : Des universités allemandes telles que Halle, Iena, Goettingue, leur organisation, leurs étudiants formant « presque un corps libre dans l’état ». L’étude des langues, si enrichissante et si formatrice, est fort bien présentée par Germaine de Staël, ainsi qu’une pédagogie souple : apprendre à apprendre.

Chapitre 19 : Des institutions particulières d’éducation et de bienfaisance, avec des pages vraiment passionnantes de psycho – pédagogie, disons – nous aujourd’hui, et aussi d’accès à l’instruction pas seulement utilitaire.
La méthode de Johann-Heinrich Pestalozzi où « l’enfant se sent libre », dans laquelle il s’agit non de « de succès, mais de progrès vers un but », est mise en avant par madame de Staël.
« Le nécessaire en tout genre a quelque chose de révoltant quand ce sont les possesseurs du superflu qui le mesurent. » écrit aussi Germaine de Staël.

Chapitre 20 : La fête d’Interlakken. « La vie coule dans ces vallées comme les rivières qui les traversent… »

La partie suivante traitera de la littérature et des arts, en 24 chapitres écrits de la plume alerte et fine de madame de Staël, et, toujours de grande érudition.

Illustration : Johann-Heinrich Pestalozzi.

Accéder à l’œuvre intégrale.

Licence Creative Commons

> Écouter un extrait : Chapitre 13.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 917 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

FLOR O’SQUARR, Charles-M. – Le Portrait de bébé – Sous la Commune

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 30min | Genre : Nouvelles


Atelier Nadar - Portrait du Bébé Montaubry (fin XIXe)

La fin des nouvelles de Flor O’Squarr est toujours inattendue sans l’être.

Le Portrait de bébé, ou la réconciliation :
« C’était charmant. Le petit grandissait au milieu de cette joie. Nous serions fort embarrassé de dire s’il ressemblait au papa ou à la maman, mais le fait est qu’il devenait superbe. Jeanne s’en montrait fière. Elle avait une façon de dire : « MON fils », qui était tout à fait majestueuse. Jacques souriait en regardant marcher le petit bonhomme. »

Sous la Commune, ou la femme-énigme :
« C’était par une nuit de bal, au fond du salon mauresque, près du large divan qu’elle emplissait de ses jupes. Sous son loup de satin noir, je l’avais devinée jolie. L’indéfinissable ondulation des lignes révélait un corps jeune, souple, mince, créé pour les profondes caresses et pour les abandons paresseux. Aucun de ses mouvements ne se dessinait en geste banal. Depuis sa nuque aux teintes fauves, qui supportait un chignon doré traversé d’une longue épingle d’écaille blonde, jusqu’à ses petits pieds impatients et mutinés, cambrés sous des mules noires, on pressentait la ligne nerveuse, chaste, presque divine où l’artiste admire religieusement le témoignage des pures beautés antiques. »

Illustration : Atelier Nadar, Portrait du Bébé Montaubry (fin XIXe).

Le Portrait de bébé.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 840 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BEAUVOIR, Roger (de) – Le Chevalier de Saint-Georges (Tome 1)

Donneur de voix : DanielLuttringer | Durée : 3h 45min | Genre : Romans


Le Chevalier de Saint-Georges

Au temps de la colonie française (esclavagiste) de Saint-Domingue…

Eugène-Augustin-Nicolas Roger dit Roger de Beauvoir (1807-1866) est un romancier, poète et dramaturge romantique français.

Dans la notice du Chevalier de Saint-Georges, Félicien Mallefille écrit : « Roger de Beauvoir est essentiellement artiste : il comprend l’art dans toutes ses formes et dans toute sa portée. Son style est surtout cavalier et singulièrement piquant, il porte l’épée au côté et le plumet sur l’oreille. Il a fait une étude approfondie de deux siècles, du siècle de Henri IV et de celui de Louis XV : on ne peut mieux peindre le premier que dans René le Tueur, le second que dans le Café Procope et le Chevalier de Saint-Georges. Les habitudes, les meubles, les conversations oisives et pimpantes du dix-huitième siècle, Roger de Beauvoir les possède et les incruste dans une nouvelle avec un merveilleux tour d’habileté. »

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 157 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

REBIÈRE, Alphonse – Mathématiques et mathématiciens (Sélection)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 13min | Genre : Sciences


Thomas Degeorge - Mort d'Archimède (1815)

Ces huit textes recueillis par Alphonse Rebière (1842-1901), professeur des lycées, mathématicien et historien, sont en rapport avec les mathématiques.

Et pour nos amis matheux ces quatre problèmes (dont trois à vérifier) pour rester dans ce domaine :

- Dans son Montecristo Alexandre Dumas demande d’établir une addition composée de tous les neuf premiers chiffres sans les répéter et sans employer le zéro, de façon que le total soit cent.
Réponse : 74 ; 25 ; 3/6 ; 9/18.

- Trouver entre 1000 et 2000 deux nombres consécutifs dont la différence des cubes soit un carré ?
M. L. Thomas trouve 1455 et 1456.

- Trouver l’âge, en 1892, d’une personne, sachant qu’il est égal à la somme des chiffres de l’année de la naissance.
Réponse : 19 ans

- Au milieu d’une pièce d’eau carrée de 10 pieds de longueur et de largeur pousse un roseau qui s’élève d’un pied au-dessus de l’eau. En le tirant vers le milieu d’un côté, il atteint juste le bord. Quelle est la profondeur de l’eau ?
La réponse à ce très ancien problème chinois est 12 pieds.

Illustration : Thomas Degeorge, Mort d’Archimède (1815).

> Écouter un extrait : Le Nombre 13.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 303 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

LORRAIN, Jean – La Princesse Ottilia

Donneuse de voix : Cocotte | Durée : 13min | Genre : Contes


La Princesse Ottilia

« Dans la vaste chambre tendue de tapisseries de soie, un groupe de suivantes tourmentait doucement les cordes des théorbes et de grands archi luths, emplissant toute la cour octogone d’un vague et délicat murmure que la jeune fille n’entendait pas, car elle était sourde et muette de naissance. »

La Princesse Ottilia est le premier volet des Princesses d’ambre et d’Italie.

Illustration : La Princesse Ottilia, par Manuel Orazi (1898).

La Princesse Ottilia.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 250 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

TINSEAU, Léon (de) – Le Post-scriptum

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 25min | Genre : Nouvelles


Jean Béraud - Parisienne, place de la Concorde (189?)

Antoine Joseph Léon de Tinseau (1842-1921) était un romancier mondain parisien dont La Meilleure Part fut couronné par l’Académie française.

Le Post-scriptum est une nouvelle alerte qu’on pourrait résumer ainsi : « comment un malentendu risquant d’annuler un mariage prévu disparaît grâce à un post-scriptum ».

« – Ah ! mon Dieu ! c’est vous, chère madame ! Quel bonheur ! quelle surprise ! Comme c’est étrange ! Justement je pensais à vous.

- En regardant les autres ? Savez-vous, monsieur d’Albecourt, que vous auriez une jolie collection d’épreuves si vos yeux étaient des appareils photographiques ? »

Illustration : Jean Béraud, Parisienne, place de la Concorde (189?).

Le Post-scriptum.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 327 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

GONZALÈS, Emmanuel – Les Caravanes de Scaramouche

Donneur de voix : DanielLuttringer | Durée : 1h 35min | Genre : Nouvelles


Les Caravanes de Scaramouche

Dans Les Caravanes de Scaramouche, Emmanuel Gonzalès retrace les pérégrinations de l’acteur italien du XVIIe siècle, Tiberio Fiorelli, alias Scaramouche.

Emmanuel Gonzalès (1815-1887) : Avocat, journaliste, romancier et dramaturge. A collaboré à la fondation de la Revue de France (1835), collaboré au Siècle, édité le Juif errant (1834-1835) et la Revue des voyages (1852-1853). A signé ses articles sous son nom et sous les pseudonymes : Melchior Gomez, Ramon Goméril, Caliban.

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 701 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

VIDOCQ, François – Mémoires (Chapitre 21)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 1h | Genre : Biographies


Vidocq s'échappe grâce à la famille Fossé

Quelle vie que la vie de Vidocq !

« Me voilà receleur ! J’étais criminel malgré moi ; mais enfin je l’étais, puisque je prêtais les mains au crime : on ne conçoit pas d’enfer pareil à celui dans lequel je vivais. Sans cesse j’étais agité ; remords et crainte, tout venait m’assaillir à la fois ; la nuit, le jour, à chaque instant, j’étais sur le qui vive. Je ne dormais plus, je n’avais plus d’appétit, le soin de mes affaires ne m’occupait plus, tout m’était odieux. »

Contenu du chapitre XXI :

Encore un brigand. — Ma carriole d’osier. — Arrestation des deux forçats. — Découverte épouvantable. — Saint-Germain veut m’embaucher pour un vol. — J’offre de servir la police. — Perplexités horribles. — On veut me prendre au chaud du lit. — Ma cachette. — Aventure comique. — Travestissements sur travestissements. — Chevalier m’a dénoncé. — Annette au dépôt de la Préfecture. — Je me prépare à quitter Paris. — Deux faux monnayeurs. — On me saisit en chemise. — Je suis conduit à Bicêtre.

Illustration : Vidocq s’échappe grâce à la famille Fossé, par George Cruikshank (1859).

Chapitre 21.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 787 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

STAËL, Germaine (de) – De l’Allemagne (01. Chapitres 05 à 12)

Donneuse de voix : Christiane-Jehanne | Durée : 1h 30min | Genre : Essais


Cathédrale Saint-Étienne à Vienne

Voici la suite de la première partie avec les chapitres 05 à 12.

L’auteure nous présente dans le chapitre 05 l’Allemagne méridionale, « tempérée sous tous les rapports ».

Dans le chapitre 06, écrit en 1808, c’est l’Autriche, avec ses peuples divers, les Bohèmes, les Hongrois, etc, Vienne et l’esprit du catholicisme sous Marie-Thérèse, puis sous Joseph II, et autres facettes, qui sont abordés.

Chapitre 07 : Vienne.

Chapitre 08 : la société viennoise.

Chapitre 09 : l’esprit français imité parfois par les étrangers.

Chapitre 10 : madame de Staël traite de « la sottise dédaigneuse et de la médiocrité bienveillante », avec un bel humour.

Chapitre 11 : « de l’esprit de conversation » de l’art de conter, chez les Français et chez les Allemands.

Chapitre 12 : une intéressante réflexion sur la langue allemande : « En étudiant l’esprit et le caractère d’une langue, on apprend l’histoire philosophique des opinions, des mœurs et des habitudes nationales. »
À rapprocher de l’étude de Rousseau sur l’origine des langues.

Illustration : Cathédrale Saint-Étienne à Vienne, photo de Patrick Pla (licence Cc-By-Sa-3.0).

Accéder à l’œuvre intégrale.

Licence Creative Commons

> Écouter un extrait : Chapitre 05.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 920 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous Nos Livres Audio Gratuits :