À Découvrir :
LIGUORI, Alphonse (de) – Méditations sur la passion du Christ

Donneuse de voix : Domi | Durée : 1h 10min | Genre : Religion


Diego Velazquez - Cristo crucificado (détail)

Alphonse Marie de Liguori (1696-1787) est un évêque fondateur de la congrégation du Très Saint Rédempteur reconnu saint et docteur de l’église par l’Église catholique.

Dans les Considérations sur la Passion, en parlant du Christ il écrit :
« Il voulut, dans sa passion, être cloué à la croix, pour expier l’abus que nous avons fait de notre liberté. Il voulut expier notre avarice par sa nudité, notre orgueil par ses humiliations, notre envie de dominer par sa soumission aux bourreaux, nos mauvaises pensées par sa couronne d’épines, notre intempérance par le fiel qu’il goûta, et nos plaisirs sensuels par les souffrances de son corps. »

Les méditations sur la passion du Christ lues ici présentent une série de 7 courts textes pour chaque jour de la semaine.

Le texte est publié dans le même livre que Préparation à la mort dans la traduction de l’abbé Salet (1823).

> Écouter un extrait : Dimanche.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 039 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

À Découvrir :
BAZIN, René – Stéphanette

Donneuse de voix : Carole Bassani-Adibzadeh | Durée : 3h 33min | Genre : Nouvelles


Bergeron - Eglise de Vernou Place du Marche Eure Indre et Loire

« Le brocanteur habitait dans la rue de l’Aiguillerie, l’une des vieilles rues d’Angers, une maison à colombage, à double pignon, qui datait du XVIème siècle.
La boutique n’avait pas d’enseigne ; la porte basse appuyée sur deux marches, les montants et les barreaux des deux fenêtres qui enchâssaient de petites vitres carrées et vertes, étaient revêtus d’un enduit que le soleil, la pluie, les ans, avaient boursouflé par endroits, écaillé en d’autres, et recouvert partout d’une teinte de vieillesse et de misère.
A l’intérieur, l’aspect était tout autre : la vaste salle encombrée de ce qu’on est convenu d’appeler des curiosités, débris qu’un siècle lègue à l’autre, friperie dorée, luxe fané, reliques saintes ou profanes, choses déclassées, dont l’histoire, comme celle des hommes, est pleine d’aventures. »

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 10 298 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BUISSON, Ferdinand – Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire : Éducation

Donneur de voix : Christian Dousset | Durée : 51min | Genre : Philosophie


Ferdinand Buisson (1841-1932)

Prix Nobel de la Paix en 1927, philosophe, éducateur, professeur de pédagogie à La Sorbonne, Ferdinand Buisson (1841-1932) fut aussi connu comme homme politique et membre fondateur de la Ligue des Droits de l’Homme ainsi que de la Ligue de l’Enseignement.
Exilé volontaire en Suisse de 1866 à 1870 par désaccord avec le Second Empire, il est appelé par Jules Ferry à la Direction de l’Enseignement Primaire de 1879 à 1896 et, à ce titre, prendra une part active à la conception des grandes lois qui fonderont l’école laïque et républicaine. Ce futur député de la Seine sera aussi le coordonnateur d’une œuvre remarquable : le Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire. Entouré de plusieurs centaines de collaborateurs, il publiera cette « somme » encyclopédique de 1882 à 1887 (1ère édition). Loin de constituer un ensemble monolithique, ce dictionnaire voit se croiser une grande variété de points de vue entre ses pages. Quant à l’objectif de Ferdinand Buisson, il demeure d’« initier les instituteurs à l’esprit du nouvel enseignement et à leur faire connaître le grand effort d’instruction et d’éducation laïque auquel ils sont appelés à collaborer ».
On jugera de l’importance de cette œuvre quand on saura que Pierre Nora l’a retenue comme l’un de ses « Lieux de mémoire ».

Un chaleureux remerciement à M. Philippe Meirieu qui, à travers ses conférences érudites, m’a mis sur la voie de ce « monument » de la pédagogie. C.D.

N.B. : La première édition de ce dictionnaire comporte deux parties, chacune composée de deux tomes ; de là proviennent les articles lus ici. Une 2ème édition verra le jour en 1911.

Illustration : photographie de Ferdinand Buisson.

Licence Creative Commons

Éducation.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 125 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

O. HENRY – Le Comte et l’invité – La Robe pourpre

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 35min | Genre : Nouvelles


La Robe pourpre

Bientôt sera terminé lenregistrement de New York Tic Tac, trente anecdotes américaines humoristiques de O. Henry.

Le Comte et l’invité
« Et maintenant, jeunes filles, si vous voulez voir un jeune homme se précipiter sur la pelle et la pioche, vous n’avez qu’à lui dire que votre cœur est dans le tombeau d’un autre type. Les jeunes gens sont des détrousseurs de tombeaux par nature. »

La Robe pourpre
« Mesdames, vous qui faites vos emplettes en voiture, vous ne comprenez pas. Jeunes filles, vous dont la garde-robe est payée par le papa, vous ne pouvez pas imaginer – non, vous ne pouvez pas comprendre pourquoi Maida ne sentait pas la froide averse de ce Jour d’actions de grâces. »

L’auteur semble destiner ces deux histoires à un public féminin…

Traduction : F.R.

Le Comte et l’invité.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 134 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

PAINE, Thomas – Le Sens commun

Donneur de voix : André Rannou | Durée : 2h 25min | Genre : Essais


Common Sense

Le 10 janvier 1776, à Philadelphie, parut un pamphlet anonyme de 50 pages intitulé Le Sens commun (Common Sense) et adressé aux « habitants de l’Amérique ». Il se vendit à 150.000 exemplaires en quelques mois et la tradition prétend qu’il fut lu par la moitié de la population. L’auteur était Thomas Paine, autodidacte de 37 ans, arrivé d’Angleterre quelques mois plus tôt, au moment où le conflit opposant les treize colonies à la Grande-Bretagne atteignait son point culminant. Le sang avait coulé à la bataille de Lexington le 19 avril et à celle de Bunker Hill le 17 juin 1775, et Paine affirme dans une langue simple que les Américains doivent renoncer à résoudre par la négociation la querelle avec la métropole et exiger l’indépendance immédiate. Il se livre à une attaque en règle contre la monarchie en général et contre George III en particulier, et énumère les raisons, tant économiques que politiques, qui militent en faveur de l’indépendance. Beaucoup de lecteurs furent scandalisés, mais la majorité fut enthousiasmée, et Le Sens commun, plus que toute autre publication, ouvrit la voie à la Déclaration d’Indépendance, unanimement ratifiée le 4 juillet 1776. Thomas Paine, qui allait plus tard défendre la Révolution française contre la charge d’Edmund Burke et néanmoins risquer la guillotine, est à juste titre considéré comme l’un des pères fondateurs des États-Unis d’Amérique.

Traduction : François Xavier Lanthenas (1754-1799).

> Écouter un extrait : Chapitres 00 et 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 146 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

JANIN, Jules – Honestus, conte philosophique

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 55min | Genre : Contes


Honestus

Jules Janin paraît bien désabusé dans Honestus, conte philosophique (1882), paru dans La Revue des deux mondes, comme Le Voyage d’un homme heureux.

Gustave avait prié pour que le vice soit ôté du monde. Il fut exaucé… et la vie devint insupportable sur terre : « Oh ! mon Dieu, dit Gustave, en joignant les deux mains ; mon Dieu, retirez toute cette vertu de la terre. Rendez aux hommes le vice qui les unit les uns aux autres ; rendez-leur le crime, qui les rend vigilants et leur fait aimer les lois. Mon Dieu, faites que les hommes soient encore et toujours voleurs, méchans, assassins, espions, gens de lettres, blasphémateurs, impies ; que les femmes soient toujours coquettes et fausses, et vénales, et danseuses !
La prière monta aux pieds de l’éternel.
Tout reprit son ordre accoutumé dans le monde. Le vice rendit à la société le mouvement et le charme que la vertu lui avait enlevés. »

Honestus, conte philosophique.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 931 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

MAUPASSANT, Guy (de) – Une vie (Version 2)

Donneuse de voix : Christiane-Jehanne | Durée : 8h 51min | Genre : Romans


Claude Monet - Étretat

Une vie, ou L’Humble Vérité est le premier roman de Guy de Maupassant, paru d’abord en feuilleton en 1883 dans le Gil Blas (quotidien de la presse écrite française, entre 1879 et 1940), puis en volume.
Le roman décrit la vie d’une femme depuis sa jeunesse, l’éveil des sens et des sentiments, jusqu’à sa vieillesse, en évoquant avec une grande finesse psychologique sa personnalité si sensible traversant la vie.
L’éducation d’une jeune fille noble, au début du XIXème siècle, ses rêves, sa vie conjugale, son refuge affectif dans la maternité, ses tourments, tout cela, entre autres thèmes, sont remarquablement traités.
C’est aussi un tableau de la société dans une province, la Normandie, ses strates sociales, et la nature particulière à cette belle région, qui joue un rôle à part entière, dans ce roman si célèbre.
L’Histoire de France, la vie politique mouvementée de cette époque n’apparaît pas.
L’auteur évoque bien une vie, la vie d’une femme, Jeanne, personnage inoubliable car si réel.

Ce roman fut écrit en partie à Étretat, et est dédié à madame Brainne, dont Guy de Maupassant fréquentait le Salon.

Licence Creative Commons

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 134 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

LENOTRE, G. – Prophète par amour

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 30min | Genre : Histoire


Louise de Condé

Comme La Bête du Gévaudan, Prophète par amour est une des Histoires étranges qui sont arrivées de G. Lenotre (1855-1935).

Le héros de cette histoire est Nicolas-Louis-Marie Magon La Gervaisais (marquis de, 1765-1838) et l’héroïne la Princesse Louise de Condé, en religion Sœur Marie de la Miséricorde.

Il existe un recueil des Lettres intimes de Mademoiselle de Condé à M. de La Gervaisais (1786-1787), qui était un écrivain prolifique ; Lenotre nous apprend que « plus de trois cents brochures sont publiées par lui, sous son nom ; on a calculé que ces opuscules réunis formeraient au moins vingt-cinq gros volumes ; par malheur tout cela est éparpillé, presque introuvable ; et d’ailleurs qui de nous aurait le courage d’aborder ce fatras : ceux qui ont essayé d’y pénétrer assurent que « ni la Sibylle de Cumes, ni le divin Tirésias, ni la pythonisse de Delphes, ni Mlle Lenormant, ni les somnambules, ni les astrologues, n’ont égalé en lucidité et en divination le marquis de La Gervaisais. »

Car ce marquis fut un devin connu, ce qui explique le titre Prophète par amour.

Illustration : Portrait de Louise de Condé, par Jean-Pierre Franque, d’après Richard Cosway (XVIII-XIXe).

Prophète par amour.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 084 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

LAMARTINE, Alphonse (de) – L’Immortalité (Poème)

Donneuse de voix : Christiane-Jehanne | Durée : 31min | Genre : Poésie


Ciel

Notre site littéraire compte aussi beaucoup de lecteurs mélomanes.
Georges Prêtre vient de nous quitter.
En hommage, ce poème d’Alphonse de Lamartine est accompagné d’une illustration musicale de cet immense chef d’orchestre.

Voici L’Immortalité, Cinquième Méditation, suivie de son commentaire.

« Le soleil de nos jours pâlit dès son aurore ;
Sur nos fronts languissants à peine il jette encore
Quelques rayons tremblants qui combattent la nuit :
L’ombre croît, le jour meurt, tout s’efface et tout fuit.
Qu’un autre à cet aspect frissonna et s’attendrisse,
Qu’il recule en tremblant des bords du précipice,
Qu’il ne puisse de loin entendre sans frémir
Le triste chant des morts tout prêt à retentir,
Les soupirs étouffés d’une amante ou d’un frère
Suspendus sur les bords de son lit funéraire,
Ou l’airain gémissant, dont les sons éperdus
Annoncent aux mortels qu’un malheureux n’est plus !… »

Ce fut à Elvire.
Citation issue du commentaire :

« Moi-même, j’étais alors plongé dans la nuit de l’âme.
[...]
Dès qu’il n’y avait personne entre mes pensées et moi, Dieu s’y montrait, et je m’entretenais pour ainsi dire avec lui. Voilà pourquoi aussi je revenais facilement de l’extrême douleur à la complète résignation. Toute foi est un calmant, car toute foi est une espérance, et toute espérance rend patient. Vivre, c’est attendre. »

Illustration : Ciel (domaine public).

Licence Creative Commons

L’Immortalité (version musicalisée).

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 103 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BATAILLE, Albert – Marie Bière

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 1h 40min | Genre : Histoire


Marie Bière

Marie Bière est le récit et l’audience du procès en Assises en 1880 d’une jeune femme « bien sous tous rapports » accusée d’avoir tiré, avec préméditation, sur son amant Robert Gentien non irréprochable.

Les débats ont lieu devant vos yeux et dans vos oreilles…

« Le soir du 7 janvier à neuf heures, la jeune femme aperçut M. Gentien ; il sortait, ayant au bras l’artiste dont nous venons de parler. L’accusée s’élança hors de la voiture, fit quelques pas et tira. M. Robert Gentien tomba, grièvement blessé à la jambe droite et au dos. Marie Bière se laissa arrêter sans résistance. »

C’est la neuvième affaire consignée par Albert Bataille dans les Causes criminelles et mondaines et enregistrée sur notre site.

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 170 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous Nos Livres Audio Gratuits :