À Découvrir :
ZOLA, Émile – La Fée amoureuse

Donneuse de voix : Domi | Durée : 16min | Genre : Contes


Auguste Renoir - Les Amoureux

« Les voici donc, mon amie, ces libres récits de notre jeune âge, que je t’ai contés dans les campagnes de ma chère Provence, et que tu écoutais d’une oreille attentive, en suivant vaguement du regard les grandes lignes bleues des collines lointaines. »
(Émile Zola, Contes à Ninon).

Voici l’un d’entre eux.

La Fée amoureuse.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 10 428 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

À Découvrir :
PERRAULT, Charles – La Belle au bois dormant

Donneur de voix : Olivier Pontreau | Durée : 24min | Genre : Contes


Camille Claudel - L'Abandon

Il s’agit de la version originale du conte de la Belle au bois dormant. La fin est peu connue et diffère beaucoup de la version Walt Disney…

« Attendre quelque temps pour avoir un Époux,
Riche, bien fait, galant et doux,
La chose est assez naturelle,
Mais l’attendre cent ans, et toujours en dormant,
On ne trouve plus de femelle,
Qui dormît si tranquillement.
La Fable semble encor vouloir nous faire entendre,
Que souvent de l’Hymen les agréables nœuds,
Pour être différés n’en sont pas moins heureux,
Et qu’on ne perd rien pour attendre ;
Mais le sexe avec tant d’ardeur
Aspire à la foi conjugale,
Que je n’ai pas la force ni le cœur
De lui prêcher cette morale. »

La Belle au bois dormant.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 94 434 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

DAUDET, Alphonse – Le Nabab (Tome 01)

Donneuse de voix : Pauline Pucciano | Durée : 6h 30min | Genre : Romans


Bravay, député du Gard

Pour son roman Le Nabab, Daudet s’inspira d’un personnage réel, un dénommé Bravay. Il écrit : « J’ai connu le vrai Nabab en 1864. J’occupais alors une position semi-officielle, secrétaire du Duc de Morny, demi-frère de Napoléon III, qui m’obligeait à mettre une grande réserve dans mes visites à ce fastueux et accueillant Levantin. Plus tard, je fus lié avec un de ses frères, mais à ce moment-là, le pauvre Nabab se débattait au loin, dans des buissons d’épines cruelles et on ne le voyait plus à Paris que rarement… »

Le scandale commença sitôt que ce roman sortit des presses en 1877, quelques années après la mort de Bravay. Dans Le Figaro du 5 janvier 1878 : « Quant à l’auteur du roman (Daudet), il n’avait pour écrire l’histoire du Nabab qu’à recueillir ses souvenirs personnels, il est le compatriote de Bravay, qui ne lui fut pas inutile à son entrée dans le monde parisien où, depuis, M. Alphonse Daudet a pris une place si distinguée. »

Le jour même, Daudet protestait contre les insinuations du rédacteur du Figaro : « Quant à moi, Monsieur, s’il est vrai que j’occupe dans le monde une situation aussi distinguée que vous voulez bien le dire, ce n’est pas à François Bravay que je le dois. Je ne l’ai vu que deux fois dans ma vie ; juste le temps de le juger, de le plaindre et de le peindre. »

À cette polémique oubliée survit un grand roman, au ton souvent cruel, qui décrit la dégringolade de ce fabuleux parvenu dans une haute société parisienne aussi vénale que dépravée. Quelques personnages humbles font modestement contrepoint à cette horde cupide.

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 273 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

HORNUNG, Ernest William – L’Auteur ! L’Auteur !

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 33min | Genre : Nouvelles


L'Auteur ! L'Auteur !

Dans L’Auteur ! L’Auteur !, Hornung (1866-1920)  pose le problème du plagiat et de la propriété littéraires.

Un directeur de théâtre conseille à un auteur de détruire sa pièce qui lui semble nulle. Ce dernier la brûle, mais le directeur en avait fait une copie qu’il remanie légèrement, qui est applaudie deux ans plus tard et dont il revendique la propriété.

Hornung tient cette histoire de l’auteur spolié lui-même, qui était son ami.

Traduction : René Lécuyer (1887-1939).

L’Auteur ! L’Auteur !.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 906 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

CHOLEM ALEICHEM – Soixante-Quinze Mille

Donneuse de voix : Cocotte | Durée : 1h 40min | Genre : Nouvelles


Cholem Aleichem

La Grande Loterie de l’Empire russe vient d’avoir lieu. Le propriétaire d’un billet qui rapporte soixante-quinze mille roubles va bien vite s’apercevoir qu’il n’est pas le seul parrain de la fête. Tout le village et même le curé prétendent en avoir la propriété légale. L’affaire va se compliquer quand on commettra l’erreur fatale de s’adresser aux avocats…

Nouvelle traduite par Shmuel Retbi pour Littérature audio.

Soixante-Quinze Mille.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 976 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

VOLTAIRE – Dictionnaire philosophique : Femme – Polygamie

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 25min | Genre : Philosophie


Polygamie

Deux articles du Dictionnaire philosophique de Voltaire qui nous éclairent sur la pensée de nos ancêtres il y a cinq cents ans sur la Polygamie.

Un des vizirs du grand Soliman tint ce discours à un agent du grand Charles-Quint (1500-1558) :

« Chien de chrétien, pour qui j’ai d’ailleurs une estime toute particulière, peux-tu bien me reprocher d’avoir quatre femmes selon nos saintes lois, tandis que tu vides douze quartauts par an, et que je ne bois pas un verre de vin ? Quel bien fais-tu au monde en passant plus d’heures à table que je n’en passe au lit ? Je peux donner quatre enfants chaque année pour le service de mon auguste maître ; à peine en peux-tu fournir un. Et qu’est-ce que l’enfant d’un ivrogne ? »

Réponse de l’Allemand.

« Chien de musulman, pour qui je conserve une vénération profonde, avant d’achever mon café je veux confondre tes propos. Qui possède quatre femmes possède quatre harpies, toujours prêtes à se calomnier, à se nuire, à se battre : le logis est l’antre de la Discorde. Aucune d’elles ne peut t’aimer : chacune n’a qu’un quart de ta personne, et ne pourrait tout au plus te donner que le quart de son cœur. Aucune ne peut te rendre la vie agréable : ce sont des prisonnières qui, n’ayant jamais rien vu, n’ont rien à te dire. »

Les jugements sur la Femme ne laisseront pas indifférents Ne hurlez pas mesdames :

« Il n’est pas étonnant qu’en tout pays l’homme se soit rendu le maître de la femme, tout étant fondé sur la force. Il a d’ordinaire beaucoup de supériorité par celle du corps et même de l’esprit.
On a vu des femmes très-savantes comme il en fut de guerrières ; mais il n’y en a jamais eu d’inventrices. »

Femme – Polygamie.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 991 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

TROLLOPE, Anthony – La Fille du pasteur d’Oxney Colne

Donneur de voix : Vincent de l’Épine | Durée : 1h 29min | Genre : Nouvelles


Patience Woolsworthy

« – Tout ce que j’ai fait, dit-il, c’était pour entendre un mot de vous.
- Un seul de mes mots peut donc avoir tant de pouvoir ! Mais marchons, voulez-vous, ou mon père va nous prendre pour l’une de ces pierres levées de la lande. […]
- Patty , dit-il, s’arrêtant à nouveau sur le chemin, répondez à ma question. J’ai droit à une réponse. M’aimez-vous ?
- Et dans ce cas ? Et si j’ai été assez sotte pour que vos perfections soient trop nombreuses pour mon faible cœur ? Dans ce cas, Capitaine Broughton ?
- Vous ne m’aimez pas, sinon vous ne vous moqueriez pas de moi en ce moment.
- Peut-être pas, c’est vrai, dit-elle. Elle ne semblait pas prête à abandonner un pouce sur le terrain de l’humour. Et ils se remirent à marcher. »

La fille du Pasteur d’Oxney Colne (The Parsons’s Daughter of Oxney Colne, 1861), c’est Patience Woolsworthy, jeune fille de fort tempérament comme aime à les dépeindre Anthony Trollope, orgueilleuse et indépendante d’esprit.
La liberté peut-elle exister pour les jeunes filles de l’Angleterre victorienne, totalement enchaînées par la perspective du mariage ?

Traduction : Vincent de l’Épine pour Littératureaudio.com.

Illustration : Frederic Leighton (1830-1896), Study of a Lady.

> Écouter un extrait : Première Partie.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 267 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

WELLS, Herbert George – L’Héritage perdu

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 25min | Genre : Nouvelles


Vincent Van Gogh - Nature morte aux livres

L’Héritage perdu est le récit d’un entretien de Herbert George Wells avec un visiteur, malchanceux héritier d’un millionnaire, écrivain raté, dont il n’avait pas pu trouver le testament trop bien caché… Nous n’en dirons pas plus, sinon la conclusion :

« Cela nous montre combien nous autres, pauvres hommes, nous avons de mal à nous comprendre. »

Traduction : René Lécuyer (1887-1939).

Illustration : Vincent van Gogh, Nature morte aux livres (détail, 1887).

L’Héritage perdu.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 958 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BUISSON, Ferdinand – Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire : Éducation

Donneur de voix : Christian Dousset | Durée : 51min | Genre : Philosophie


Ferdinand Buisson (1841-1932)

Prix Nobel de la Paix en 1927, philosophe, éducateur, professeur de pédagogie à La Sorbonne, Ferdinand Buisson (1841-1932) fut aussi connu comme homme politique et membre fondateur de la Ligue des Droits de l’Homme ainsi que de la Ligue de l’Enseignement.
Exilé volontaire en Suisse de 1866 à 1870 par désaccord avec le Second Empire, il est appelé par Jules Ferry à la Direction de l’Enseignement Primaire de 1879 à 1896 et, à ce titre, prendra une part active à la conception des grandes lois qui fonderont l’école laïque et républicaine. Ce futur député de la Seine sera aussi le coordonnateur d’une œuvre remarquable : le Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire. Entouré de plusieurs centaines de collaborateurs, il publiera cette « somme » encyclopédique de 1882 à 1887 (1ère édition). Loin de constituer un ensemble monolithique, ce dictionnaire voit se croiser une grande variété de points de vue entre ses pages. Quant à l’objectif de Ferdinand Buisson, il demeure d’« initier les instituteurs à l’esprit du nouvel enseignement et à leur faire connaître le grand effort d’instruction et d’éducation laïque auquel ils sont appelés à collaborer ».
On jugera de l’importance de cette œuvre quand on saura que Pierre Nora l’a retenue comme l’un de ses « Lieux de mémoire ».

Un chaleureux remerciement à M. Philippe Meirieu qui, à travers ses conférences érudites, m’a mis sur la voie de ce « monument » de la pédagogie. C.D.

N.B. : La première édition de ce dictionnaire comporte deux parties, chacune composée de deux tomes ; de là proviennent les articles lus ici. Une 2ème édition verra le jour en 1911.

Illustration : photographie de Ferdinand Buisson.

Licence Creative Commons

Éducation.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 954 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

O. HENRY – Le Comte et l’invité – La Robe pourpre

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 35min | Genre : Nouvelles


La Robe pourpre

Bientôt sera terminé lenregistrement de New York Tic Tac, trente-deux anecdotes américaines humoristiques de O. Henry.

Le Comte et l’invité
« Et maintenant, jeunes filles, si vous voulez voir un jeune homme se précipiter sur la pelle et la pioche, vous n’avez qu’à lui dire que votre cœur est dans le tombeau d’un autre type. Les jeunes gens sont des détrousseurs de tombeaux par nature. »

La Robe pourpre
« Mesdames, vous qui faites vos emplettes en voiture, vous ne comprenez pas. Jeunes filles, vous dont la garde-robe est payée par le papa, vous ne pouvez pas imaginer – non, vous ne pouvez pas comprendre pourquoi Maida ne sentait pas la froide averse de ce Jour d’actions de grâces. »

L’auteur semble destiner ces deux histoires à un public féminin…

Traduction : F.R.

Le Comte et l’invité.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 913 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous Nos Livres Audio Gratuits :