À Découvrir :
HUGO, Victor – Éviradnus (Poème)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 1h 25min | Genre : Poésie


Armures

Extrait de La Légende des siècles (première série), ce long poème Éviradnus, de plus de 1200 vers, fait partie de la section Les Chevaliers errants et est composé de dix-huit chapitres.

« Celui qui marche là, couvert d’une âpre armure,
C’est le grand chevalier d’Alsace, Éviradnus. [...]

Il est toujours en marche, attendu qu’on moleste
Bien des infortunés sous la voûte céleste,
Et qu’on voit dans la nuit bien des mains supplier ;
Sa lance n’aime pas moisir au râtelier. [...] »

La jeune Mahaut doit devenir marquise de Lusace ; son royaume est convoité par ses deux voisins l’empereur d’Allemagne et le roi de Pologne qui décident de la tuer pendant la nuit qu’elle doit passer seule, selon la coutume, endormie par un somnifère, pour « respirer le parfum se ses aïeux », dans la grande salle du château de Corbus.

« Mais ce que cette salle, antre obscur des vieux temps,
A de plus sépulcral et de plus redoutable,
Ce n’est pas le flambeau, ni le dais, ni la table ;
C’est, le long de deux rangs d’arches et de piliers,
Deux files de chevaux avec leurs chevaliers. »

C’est caché, sous une armure, que le vieux justicier Éviradnus sauvera Mahaud et exécutera les deux rois-bandits.

L’ intensité de vie extraordinaire, hallucinatoire, la richesse du vocabulaire, le verbalisme diluvien, la poésie des légendes populaires, les déformations de la réalité, la méditation hamlétique sur le contraste entre les armures muettes et les vivants farouhes qui les habitèrent, tout est fantastique dans cette épopée du grand Hugo.

> Écouter un extrait : Première Partie.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 6 656 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

À Découvrir :
MUSSET, Alfred (de) – À Ninon (Poème, Version 3)

Donneur de voix : Gilles-Claude Thériault | Durée : 6min | Genre : Poésie


Peer Gynt et Solveig Khroma 2003

Seul avec ses pensées.
Craignant la réponse.
Un amour inavoué.
Un amour se cherche.

J’ai volontairement mis en abyme, en relation de similitude, ce poème, avec la recherche amoureuse de Peer Gynt, dans le poème dramatique d’Henrik Ibsen, et Solveig qui a su maintenir le désir
sans douter un seul jour.

Une recherche perpétuelle de ce qu’on a trouvé souvent sans le savoir ?
Une recherche de l’autre par la recherche de soi ?
Alors que le plus souvent, il aurait suffi de faire sauter les verrous
et d’ouvrir sa porte…

« Où étais-je moi-même ? », demande Peer Gynt.
« Dans ma foi, dans mon espérance, dans mon amour », répond Solveig.

Illustration :

Peer Gynt, Edvard Grieg / Henrik Ibsen
photo de la scène finale, © Herman Sorgeloos,
production (saison 2003-2004) de Muziektheater Transparant
en coproduction avec le Théâtre de la Balsamine et Opéra en île de France.
Avec leur aimable autorisation.
Pour en savoir davantage sur cette production de Peer Gynt.

Ambiance musicale :

Edvard Grieg, Peer Gynt, suite no2, ‘La chanson de Solveig’,
interprétée au piano par Robin Alciatore. Avec l’aimable permission de l’artiste.

À Ninon.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 12 040 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

DAUDET, Alphonse – Le Caravansérail

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 14min | Genre : Nouvelles


« Les tuniques bleu de ciel s’y pressaient à côté des vestons de hussards galonnés de soutaches et de brandebourgs... »

Quelques Contes du lundi (1873) ont été suggérés à Alphonse Daudet par son voyage en Algérie.

Le Caravansérail commence ainsi :

« Je ne peux pas me rappeler sans sourire le désenchantement que j’ai eu en mettant le pied
pour la première fois dans un caravansérail d’Algérie. »

mais ce « désenchantement » est très relatif…

Illustration : Le Caravansérail (1904).

Le Caravansérail.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 550 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

SCRIBE, Eugène – Le Roi de carreau

Donneur de voix : DanielLuttringer | Durée : 46min | Genre : Nouvelles


Le Roi de carreau

Cette plaisante nouvelle, au dénouement coquin, d’Eugène Scribe (1791-1881) a été publiée dans la Revue de Paris en 1837.

« – Mademoiselle ! s’écria la vicomtesse d’un air étonné… mais Cécile est mariée !
- En vérité ! et regardant autour de moi, je cherchais le jeune mari, m’étonnant de ce qu’il n’avait pas accompagné sa femme.
- Voici mon gendre, me dit Mme d’Orthès en me présentant au vieillard, et avec emphase elle prononça son nom que je ne vous dirai pas. C’était un homme de haute noblesse, général sous l’empire, duc et pair sous la restauration, ayant dans ce moment encore un commandement militaire important, une immense fortune et beaucoup de bonnes qualités… Mais ces bonnes qualités, il y avait, par malheur, bien longtemps qu’il les possédait… car il avait soixante-sept ans !… de plus, des blessures, des rhumatismes et même de temps en temps la goutte avec toutes ses prérogatives, c’est-à-dire l’impatience, la brusquerie et la mauvaise humeur ; du reste fort aimable quand il se portait bien, et il souffrait pendant dix mois de l’année. C’était là l’époux de Cécile. »

Le Roi de carreau.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 629 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BATAILLE, Albert – Les Assassins de Courbevoie

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 30min | Genre : Société


Les Assassins de Courbevoie

De la série Causes criminelles et mondaines voici, en 1891, Les Assassins de Courbevoie :

« Doré dit le Titi, Berland dit la Redingue, Deville et Chotin, viennent répondre aujourd’hui, avec la femme Borland, mère de l’un d’eux, de l’assassinat effroyable d’une vieille rentière de Courbevoie, Mme Dessaignes. »

Illustration : Le Crime de Courbevoie, par Tony Bardin (1891-1892).

Les Assassins de Courbevoie.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 617 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BANVILLE, Théodore (de) – Rose qui rit

Donneur de voix : DanielLuttringer | Durée : 14min | Genre : Contes


Rose qui rit

Cette nouvelle douce-amère de Théodore de Banville (1823-1891) est extraite de ses Contes bourgeois parus en 1885.

Le début : « Le rire de madame Rose Georget est une des joies et une des curiosités de la ville de Chinon. Le fait est que cette charmante femme rit toujours, à propos de tout et à propos de rien, pour un rayon qui passe, pour une mouche qui s’envole, pour un mot qui n’a, absolument rien de comique ; et pourtant elle n’a pas l’air bête ! Sa jolie petite frimousse à fossettes, chiffonnée comme celle d’une nymphe de Clodion, ses lèvres rouges, son nez relevé au bout comme par un capricieux coup de pouce du statuaire, ses grands yeux d’or, ses cheveux relevés en broussailles, sa mignonne oreille rose, ses mains potelées ont infiniment d’esprit, et sa bouche toujours ouverte laisse voir un tas de perles, où vient se jouer la lumière. »

Rose qui rit.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 673 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

SCHOLL, Aurélien – Le Suicide – Les Orateurs de la dernière heure

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 29min | Genre : Nouvelles


Les Orateurs de la dernière heure

Beaucoup de références à l’Angleterre dans ces deux extraits des Fleurs d’adultère d’Aurélien Scholl.

Les Orateurs de la dernière heure
« C’est une chose singulière que ce besoin de communiquer à d’autres les impressions qu’on reçoit.
Si l’on parcourt le Calendrier de Newgate, on verra que quatre-vingt-dix condamnés sur cent adressent, avant de subir leur supplice, un speech complet à leurs compatriotes. »

Le Suicide
« Allez jusqu’au bout, quand cela ne serait que pour faire un spectateur de plus et rappelez-vous
cette pensée de Pascal, « Le plus grand des maux est la privation de vivre. »»

Illustration : Scott Funk Hershey, Errors of the Roman Catholic Church (1894).

Les Orateurs de la dernière heure.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 688 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

SUE, Eugène – Les Secrets de l’oreiller (Tome 03)

Donneur de voix : DanielLuttringer | Durée : 7h 12min | Genre : Romans


Les Secrets de l'oreiller

Troisième et dernier tome dans lequel sont enfin révélés Les Secrets de l’oreiller

« Les corrompus, les coquins, les scélérats, [...] ces misérables ont peu de souci des autres mondes et narguent les peines éternelles. Ils croient à la prison, au bagne et à l’échafaud, symbolique trinité de leur foi ; et, ces châtiments une fois évités, ils comptent profiter des fruits de leurs méfaits en pleine sécurité.
Il n’en va point ainsi. Non ! Non ! il est bon qu’on le sache, il faut qu’on le sache ; l’heure des succès du perverti, du fripon, du scélérat impuni et heureux est aussi l’heure de ses remords, de ses terreurs incessantes ou des conséquences logiques, infaillibles, de leurs vices, de leurs forfaits ; alors commence pour eux une torture incessante : ils ont L’ENFER DANS L’ÂME. »

Accéder aux autres parties : Tome 01, Tome 02.

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 865 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

RENARD, Maurice – L’Épouvantail

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 10min | Genre : Philosophie


L'Épouvantail

Un gentil conte de lundi de Maurice Renard L’Épouvantail.

Illustration : Lass Dir was erzählen (1890).

L’Épouvantail.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 947 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

VAUTIER, Georges – La Fortune du cousin Jérôme

Donneur de voix : DanielLuttringer | Durée : 1h 27min | Genre : Nouvelles


La Fortune du cousin Jérôme

Cette nouvelle au dénouement sacrificiel de Georges Vautier  (1842-1911) est parue dans la Revue des deux mondes en 1882.

« Il n’entendait pas, il ne retenait que les mots séduisants de gloire et de fortune. La fortune, il l’avait ; la gloire, il pouvait la conquérir. Il n’avait qu’à livrer son nom à un public qui venait de le réclamer, et un avenir brillant s’ouvrait devant lui, qui réalisait tous ses désirs, donnait satisfaction à tous ses goûts, le délivrait de la contrainte qu’il s’imposait depuis tant d’années ! N’était-ce pas Dieu lui-même qui, en lui prodiguant coup sur coup tant de faveurs inespérées, lui faisait connaître sa volonté, l’appelait à d’autres destinées ? Tout ce que la vie a de bonheurs vrais, de saines et fortes affections lui était offert : un foyer l’attirait où manquait un mari et un père, où il était certain de trouver une compagne honnête et fière, éprise de l’art qui le captivait, déjà unie à lui par le lien d’une victoire partagée, une compagne qui le comprendrait, l’encouragerait, lui inspirerait des chefs d’œuvre auxquels elle prêterait l’aide de son talent, à qui il apporterait, lui, la richesse, un nom en passe de devenir célèbre. »

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 820 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous Nos Livres Audio Gratuits :