À Découvrir :
BOURGET, Paul – Deux Ménages

Donneur de voix : DanielLuttringer | Durée : 42min | Genre : Nouvelles


Deux Ménages

La qualité d’observation et une plume souveraine caractérise cette nouvelle (assez) pathétique, tirée du recueil Voyageuses édité en 1897.

« Mrs Harris me reçut dans une espèce de boudoir vitré donnant sur la mer, où je retrouvai bien, dès cette première minute, une image de quelques uns des salons que j’ai le mieux aimés à Cannes, mais c’était une image parodique par excès d’imitation, caricaturale à force d’outrance. Trop de gravures et de tableaux surchargeaient l’étoffe trop riche des murs, trop de fleurs et de trop grandes s’effeuillaient dans des vases trop précieux, trop de petits objets d’argent anglais brillaient sur les tables, parmi trop de photographies de princes et de princesses, toutes avec dédicaces. Et elle-même, Mrs Harris, elle était presque trop belle, avec sa bouche trop rouge aux dents trop nettoyées, ses mains trop poncées sous un abus de bagues, et elle portait une toilette d’été tellement à la mode qu’elle semblait une femme-affiche, la poupée animée qu’un costumier de génie aurait parée et astiquée pour l’exportation. »

Deux Ménages.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 789 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

À Découvrir :
CHATEAUBRIAND, François-René (de) – Mémoires d’outre-tombe (Troisième Partie, Livre 37)

Donneuse de voix : Christiane-Jehanne | Durée : 2h 5min | Genre : Biographies


Tour gothique du pont Charles à Prague

Prague. « À mesure que je montais, je découvrais la ville au-dessous. Les enchaînements de l’histoire, le sort des hommes, la destruction des empires, les desseins de la Providence, se présentaient à ma mémoire en s’identifiant aux souvenirs de ma propre destinée : après avoir exploré des ruines mortes, j’étais appelé au spectacle des ruines vivantes. »

Le 24 mai 1833, l’auteur arrive à Prague, où réside Charles X avec sa famille.
Il rencontre le roi, passe une soirée dans une certaine intimité familiale auprès de Charles X et des siens. Les enfants royaux, Henri et Louise sont vifs et proches de leur grand-père. Chateaubriand les « peint » avec son art du portrait bien ciselé.

La vie politique, bien sûr très présente, amène pensées et réflexions :
« L’incapacité est une franc-maçonnerie dont les loges sont en tout pays, cette charbonnerie a des oubliettes dont elle ouvre les soupapes, et dans lesquelles elle fait disparaître les États. »

Les promenades ou une messe en la basilique font ressurgir des souvenirs, en d’autres lieux, et autres textes, tel Les Aventures du dernier Abencerage (Version 1, Version 2) et son personnage Aben-Hamet :
« J’ai peint Aben−Hamet errant dans la mosquée chrétienne de Cordoue : « Il entrevit au pied d’une colonne une figure immobile, qu’il prit d’abord pour une statue sur un tombeau. » L’original de ce chevalier qu’entrevoyait Aben−Hamet était un moine que j’avais rencontré dans l’église de l’Escurial, et dont j’avais envié la foi. »

Les convictions politiques de l’auteur sont exposées avec force et clarté.

Ce Livre 37 est touchant par l’approche très sensible de Chateaubriand et le recul de sa réflexion, lors de ce moment passé à Prague, auprès de Charles X.

Le 30 mai, il quitte Prague, rejoint Carlsbad, le retour vers la France sera traité dans le Livre 38.

Illustration : Tour gothique du pont Charles à Prague.

Licence Creative Commons

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 7 255 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

HOMMAGE à René Depasse

Donneur de voix : René Depasse (lien vers ses + de 3900 lectures !)


René Depasse

« René Depasse, et Victoria, étaient les piliers de littérature audio. Sans eux, le site n’aurait sans doute pas connu un si rapide succès. J’adorais l’une, j’admirais l’autre. Victoria et René, c’étaient la qualité assurée d’une lecture parfaite. Bien sûr, les centaines de lectures de René demeurent, et charmeront encore bien des audio-lecteurs, même s’il ne faisait pas l’unanimité. L’originalité est souvent à ce prix.
Mes condoléances à sa famille. » (Pomme Arnaudon)

« Merci René d’avoir autant contribué à l’aspect familial et convivial de ce site collaboratif, dès ses débuts en 2007. Vous étiez un personnage, un vrai passionné de lettres, amoureux des beaux textes et de la lecture à voix haute, qui avez su mettre votre passion au service de nombreuses personnes au travers d’internet : beaucoup d’anonymes de toutes nationalités qui ont écouté votre voix au fil d’une visite, et beaucoup d’autres encore qui vous laissaient des commentaires que vous appréciez souvent. Merci au nom de ma grand-mère qui vous a entendu lire Musset, un de ses auteurs favoris, et merci surtout pour votre présence que vous nous laissez sur internet, au travers d’innombrables heures de lectures qui demeurent pour notre plus grand plaisir. Merci immense à Carole et Christine qui ont rendu vos contributions possibles, par leur aide technique et leur soutien inlassables, parfois quotidiens. Et des pensées particulières à Fabrice, Chantal et toute la famille de René, à laquelle toute l’équipe du site témoigne son soutien et son affection. » (Augustin)

« Monsieur Depasse nous laisse un legs inestimable : celui de sa voix. Une voix comme une eau vive qui nous emporte dans les paysages littéraires les plus variés, tour à tour paresseuse et emportée, légère et grave, suave et ironique. Une voix où éclatent l’intelligence, l’humanisme, et cette sorte de sagesse qu’on devine toujours prête à sourire. Une voix complice, qui ne s’éteindra jamais vraiment.  Une voix amie. » (Pauline Pucciano)

« Quelle magnifique personne que notre René, un des maîtres de Littératureaudio ! Il était aussi érudit, bienveillant, brillant interprète des plus grands auteurs,  plein d’humour, que modeste et ouvert aux autres. Il nous laisse ses lectures, qui sont parmi les plus belles de Littératureaudio. Nous ne l’oublierons jamais. » (Cocotte)

« Beaucoup de tristesse, beaucoup d’émotion.  René Depasse a œuvré pour notre site avec générosité, constance, une variété de textes judicieusement choisis, enrichissant notre bibliothèque, et toujours entretenant un tact relationnel. Merci à lui.  Condoléances très peinées et sincères à ses proches. » (Christiane-Jehanne)

« René fait partie des voix qui m’ont donné envie de devenir « donneur de voix ». Un grand merci René. » (Florent)

« Merci René, pour toutes ces heures d’évasion passées en votre compagnie. C’est en découvrant en 2010 votre lecture de La Fille du Capitaine et de L’Épouvante que j’avais été attiré vers Littérature Audio.  J’ai toujours été impressionné par votre grande érudition, et charmé par votre gentillesse mises au service de la diffusion de la culture. Vous resterez présent dans nos cœurs. » (Vincent de l’Épine)

« Ce qui m’a le plus frappée chez René Depasse lors d’une rencontre entre DDV, en 2011 (me semble-t-il), c’est une grande courtoisie, beaucoup de gentillesse et d’amabilité. De belles qualités à ajouter à sa large contribution au succès de Litteratureaudio… Mes sincères condoléances à sa famille. » (Bruissement)

« Je garde le souvenir d’une profusion de découvertes de textes hauts en couleurs présentés de façon toujours très savoureuse dans les billets de René Depasse, et lus avec délectation par lui-même. Nous retournerons à l’atelier des donneurs de voix en gardant le souvenir de son exemple d’imagination, de persévérance et de fidélité à la littérature. C’était une locomotive pour tous, merci Mr Depasse ! » (Ludovic Coudert)

« Merci, cher René, pour votre talent et votre engagement.
Je pense à tous ceux qui ont découvert la littérature grâce à votre voix et aux nombreux élèves que vous avez aidés quand ils éprouvaient des difficultés à lire. Merci. » (Domi)

« Un ami vient de nous quitter. Son œuvre de partage bénévole gigantesque au sein de notre association restera vivante à jamais. » (Alain Degandt)

« Vous m’avez fait frémir pour les mains d’Orlac, pleurer sur les malheurs de la Pocharde et le destin des Désenchantées, réfléchir sur l’esprit des lois avec Machiavel et Montesquieu, rire tout en Ribouldinguant, rougir des aventures légères de Casanova, surveiller le Vésuve lors des derniers jours de Pompéi. Vous m’avez fait connaître Raskolnikov et Salammbô. Grâce à vous, je sais désormais ce que c’est qu’un amphisbène. Et je rêve, encore et toujours, du parfum des îles Borromée…
Mais, au delà de toutes ces découvertes littéraires, et de toutes les autres qui me restent encore à écouter, ce que je retiens de vous, cher René, ce sont tous nos échanges au quotidien sur notre site préféré, dans lesquels votre gentillesse, votre courtoisie, votre enthousiasme, votre humour toujours respectueux, votre exigence aussi (ah ! vous pouvez dire que vous m’avez fait travailler !!!) étaient toujours au rendez-vous. Merci pour tout. » (Christine Sétrin)

« Hommage à notre vétéran, sévère et passionné, à qui bien des auteurs oubliés doivent une nouvelle vie grâce au numérique. C’est l’écoute de sa voix inimitable dans un roman de Barbey d’Aurevilly, voici une dizaine d’années, qui m’a donné l’envie de rejoindre l’équipe… » (Gustave)

« Merci Monsieur Depasse pour votre ténacité et votre dévouement. Je me souviens encore de la première fois où j’ai entendu un de vos enregistrements, votre style  au léger goût suranné mais si enthousiaste et si juste, vos voix inoubliables. Merci de m’avoir fait découvrir de nombreux auteurs que je ne connaissais pas, de m’avoir accompagnée et inspirée. » (Christine Treille)

« J’avais découvert la voix de René Depasse en 2009 par sa très belle lecture de la Batrachomyomachie, célèbre poème grec ancien qui nous contait le combat des grenouilles et des rats. Je choisis de lui rendre hommage par ses quelques vers du Hávamál :

Meurent les biens,
Meurent les parents,
Et toi, tu mourras de même ;
Mais la réputation
Ne meure jamais,
Celle que bonne l’on s’est acquise.

Longue vie à toutes ses lectures ! » (Ahikar)

« Grand merci à vous, cher René Depasse, d’avoir fait montre si longtemps de courage et de persévérance. Nous vous savons gré d’avoir enregistré des centaines de chefs-d’oeuvre, mais aussi des auteurs moins connus. Merci aussi d’avoir superbement ignoré ceux et celles qui avaient l’outrecuidance d’oser vous critiquer.
Nous nous associons à la douleur de vos proches. » (André Rannou)

« Je découvre avec une immense peine la triste nouvelle de la disparition de René Depasse. La grande famille de Littératureaudio.com est en deuil. » (Alice Lym)

« La voix de René, elle, reste avec nous, à travers les centaines (milliers ?) de textes qu’il a enregistrés pour Littératureaudio.com. C’était quelqu’un d’une grande générosité, d’une grande humilité et très sympathique. J’ai collaboré avec lui sur quelques projets et j’ai eu la chance de pouvoir parler avec lui au téléphone il y a quelques mois. Je n’aurai pas la chance de le rencontrer en vrai mais je garderai un beau souvenir de lui. » (Plume)

« Je salue la mémoire de René, qui fut, avec Victoria, l’un des premiers donneurs de voix que j’écoutais en redécouvrant Oliver Twist. C’était en 2009. Au fil des années, nous avons échangé des moments de complicité dont l’humour et la gaieté resteront vivaces dans ma mémoire. Chaque caprice d’un micro, d’Audacity ou du serveur était l’occasion d’un échange, souvent spirituel, parfois hilarant, j’aimais l’entendre. Il me racontait des tranches de vie incroyables, tout aussi incroyables que le nombre de ses contributions, incroyables… mais vraies. Je crois qu’il vivait intensément, démesurément ses passions… Du moins est-ce l’impression qu’il m’en donnait.
Toutes mes condoléances à sa famille, à ses proches, à ses audiolecteurs. Une pensée particulière pour Chantal, avec qui j’avais eu l’occasion d’échanger il y a quelques mois, et pour son fils Fabrice. Je suis heureuse que sa voix nous reste, et avec elle, un peu de cet élan passionné pour  la littérature et la vie. » (Carole Bassani-Adibzadeh)

♦♦♦

« Quand j’étais professeur de lettres classiques, je commençais chaque cours de français par la lecture d’un poème ou d’un texte court de 5 à 6 minutes. La retraite m’a privé de ce plaisir altruiste, mais grâce à Littératureaudio j’ai pu renouer avec cette joie intellectuelle de partager avec des milliers d’auditeurs la connaissance de chefs-d’œuvre et de découvrir des auteurs que le prof n’enseignait pas ! Et je n’avais jamais, dans ma carrière, reçu de remerciements de Russie, du Canada ni de Roumanie !! De plus, je suis heureux de permettre à un étudiant chinois ou marocain d’améliorer sa connaissance du français. Voilà pourquoi vous m’entendez tant. Le doyen de ce site écrit ces lignes en regardant couler la Seine parisienne. (Excusez-moi de finir ce billet comme les Mémoires d’outre-tombe !) »

Depuis ce message de présentation écrit en février 2009, René Depasse n’a jamais cessé d’enrichir Littératureaudio de nouvelles lectures (au total 3973 !), servant avec la même passion les écrivains célèbres et les moins connus. Sa voix restera, pour la plupart d’entre nous, celle de tous ces auteurs et leurs personnages. De Voltaire à Flaubert, de Maupassant à Dostoïevski, de Casanova à Vidocq, de Sherlock Holmes à Arsène Lupin, de Steinmann à Chauvelier, (re)découvrons les enregistrements de René : c’est le meilleur hommage que nous puissions lui rendre !

Page vue 2 013 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

CONAN DOYLE, Arthur – Les Réfugiés

Donneuse de voix : Cocotte | Durée : 7h 22min | Genre : Romans


Les Réfugiés

« Fatigué pourtant d’inventer des sujets, je m’attelai à une œuvre qui, ne fut-elle pas aussi rémunératrice, aurait, littérairement, des visées plus hautes. Je me sentais une vive inclination pour le siècle de Louis XIV et pour ses Huguenots. Je connaissais bien les mémoires du temps et j’avais quantité de notes déjà prêtes. J’écrivis donc rapidement Les Réfugiés. Ce roman a bravé l’action corrosive des années. J’ai donc le droit de prétendre qu’il fut une réussite. » (Arthur Conan Doyle, Ma vie aventureuse.)

Traduction: Géo Adam (XIX-XX)

Illustration : Thure de Thulstrup, The Refugees (1893).

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 901 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

ANONYME – Contes et Légendes du vieux Japon

Donneuse de voix : Christiane-Jehanne & Cocotte | Durée : 1h 35min | Genre : Contes


Cent vues d'Edo

Ces Contes et Légendes du vieux Japon ont d’abord été traduits en anglais par M. A.B. Mitford, secrétaire de la légation britannique au Japon. Ils font partie d’un volume intitulé Tales of Old Japan, dont il recueillit les éléments pendant les années qui suivirent l’ouverture du pays aux étrangers.
Depuis lors, on a beaucoup écrit sur le Japon. De nombreux ouvrages ont parlé de son histoire, de sa littérature, de ses traditions. Mais le livre de M. Mitford garde, pour tous ceux qui habitèrent comme nous l’Extrême-Orient, un grand charme évocateur et primesautier. »
Cet ouvrage a été ensuite traduit en français en 1904 par la comtesse de Pimodan.

L’estampe qui illustre ces contes fait partie de la série : Cent vues d’Edo par Hiroshige n°35 : Printemps.

> Écouter un extrait : 01. Le Moineau.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 832 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

GOETHE, Johann Wolfgang (von) – Les Affinités électives

Donneuse de voix : Pomme | Durée : 11h 49min | Genre : Romans


Les Affinités électives

Selon une théorie scientifique sur les rapports d’attirance et de répulsion entre les éléments chimiques, 2 couples AB et CD mis en présence se désunissent et forment 2 unions nouvelles : AC et BD. (Théorie développée au Chapitres 4)

C’est ce qui arrivera au couple Edouard-Charlotte qui reçoit en son château un ami (le Capitaine) et une nièce (Othilie).

Cette recomposition des couples, qui va à l’encontre de la morale, rend d’abord tout le monde à peu près heureux… puis tourne au drame.

Traduction : Aloïse de Carlowitz (1797-1863).

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 862 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

PÈNE, Annie (de) – Une femme dans la tranchée

Donneuse de voix : Gaëlle | Durée : 41min | Genre : Nouvelles


Annie de Pène - Une femme dans la tranchée

En novembre 1914, Annie de Pène, journaliste au Matin, se rend sur le front à la frontière belge. Elle en tire trois reportages, regroupés et publiés en 1915 : Vers la Reine, Tranchées et Pervyse. Dans ces textes, Annie de Pène s’amuse d’abord de l’opiniâtreté dont elle a dû faire preuve pour obtenir un laisser-passer, une voiture pour rejoindre le front, un logement pour la nuit. Mais elle y dévoile surtout la brutale réalité de la guerre, les villes transformées en garnison, les dures conditions de vie dans les tranchées, les blessés, les disparus – sa naïveté et son enthousiasme initiaux laissant place peu à peu à la compassion pour les soldats et l’effroi de la canonnade. « Combien sont-ils d’hommes enfournés dans ce boyau, dans ce gouffre ? Deux cents ? Dix mille ? Je serais bien en peine de le dire. Il me semble que leurs ombres mouvantes se multiplient à l’infini. »

Illustration : Tranchées de Beaumanoir, Vienne-le-Château (licence Cc-By-Sa-4.0).

Licence Creative Commons

> Écouter un extrait : Vers la Reine.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 685 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

DELLY – La Maison des rossignols

Donneuse de voix : Cocotte | Durée : 6h | Genre : Romans


La Maison des rossignols

Madame de Sourzy reportait sa pensée sur les années heureuses : celles de son enfance, celle de sa courte union avec Adrien de Sourzy. Puis, les malheurs avaient commencé : la mort de son mari, la vente trop hâtive, dans de mauvaises conditions, d’une propriété jusqu’alors prospère, puis des placements défectueux émiettèrent rapidement la fortune de la veuve. Puis la maladie et une catastrophe financière qui emporta tout ce qui restait pour vivre à la veuve et à sa fille, les plongèrent dans la misère.
Madame de Sourzy se vit contrainte, pour ne pas mourir de faim, de faire appel à la générosité d’une cousine de son mari. Celle-ci, veuve d’un riche industriel anglais, orgueilleuse de sa fortune et de son rang, avait toujours considéré de haut ces cousins pauvres.

Illustration : Albert Lynch, La Nouvelle Partition (191?).

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 579 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

DOSTOÏEVSKI, Fedor – Le Bouffon (Version 2 )

Donneuse de voix : Pomme | Durée : 41min | Genre : Nouvelles


Alexej von Jawlensky - Autoportrait

Polzounkov raconte une histoire qu’il a eue il y a six ans avec un certain Fièdossiéï Nikolaïtch, son chef hiérarchique dans une administration de province. Celui-ci lui achète mille cinq cents roubles-argent des documents compromettants, et il semblerait que Polzounkov ait exercé un chantage à l’encontre de son supérieur. Mais lequel sera le dindon de la farce ?

Le narrateur fait, avec tendresse, une description d’Ossip Mikhaïlytch Polzounkov  qu’il considère comme un bouffon, un bouffon digne, inquiet, qui a bon cœur et qui ne cesse d’emprunter de l’argent à tous.

Traduction : Gustave Masson (1819-1888).

Le Bouffon.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 115 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

DOSTOÏEVSKI, Fedor – Prohartchine (Version 2)

Donneuse de voix : Pomme | Durée : 1h 33min | Genre : Romans


Ilya Repin - Portrait du peintre Grigori Grigorievich Miassoïedov (1883)

Semione Ivanovitch Prohartchine est un petit employé, modeste, timide, solitaire, qui ne boit pas. Un jour il s’enhardit à sympathiser, ou plus simplement côtoyer ses voisins, de joyeux farceurs. Quelques plaisanteries de leur part feront peu à peu sombrer Semione Prohartchine dans la folie.

Traduction : J. Wladimir Bienstock (1868-1933).

Prohartchine.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 923 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous Nos Livres Audio Gratuits :