À Découvrir :
MUSSET, Alfred (de) – La Mouche

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 1h 30min | Genre : Contes


François Boucher  - Madame de Pompadour

La Mouche serait la dernière œuvre d’Alfred de Musset parue de son vivant. Ce petit conte léger (1853) est la rencontre d’un jeune chevalier de vingt ans et de la Marquise de Pompadour à Trianon dont Musset avait déjà chanté, trois ans plus tôt, les Trois Marches de marbre rose.

« Sur l’épaule frêle, blanche et mignonne de madame de Pompadour, il y avait un petit signe noir qui ressemblait à une mouche tombée dans du lait. Le chevalier, sérieux comme un étourdi qui veut avoir bonne contenance, regardait ce signe… »

> Écouter un extrait : Première Partie.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 7 360 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

À Découvrir :
PEYREBRUNE, Georges (de) – Mater !

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 20min | Genre : Nouvelles


Paul Wichmann - Jeune Fille à la fenêtre

La nouvelle Mater ! est due à la plume de Georges de Peyrebrune (1841-1917).

Une jeune veuve de vingt-cinq ans souffre de n’avoir pas connu la maternité :
« Et blanche elle était, en effet, la baronne Hermine, blanche d’âme et d’atours, ayant conservé pour l’idéale blancheur toute la passion de sa virginale jeunesse… Le temps assez court qu’avait duré son hymen avec un vieillard n’avait pas altéré sa pureté exquise. Naïve même, elle était restée avec une horreur du péché qui tache de pourpre la blanche robe des amoureuses. Et cependant une douleur cachée la poignait ; cette veuve n’avait point d’enfant, cette femme n’était point mère. »

« C’était comme un délire qui, parfois, l’éveillait avec les sursauts terribles d’une sensation physique. Brusquement redressée, frissonnante, et les yeux dilatés dans son visage éclatant d’une rougeur soudaine, Hermine écartait ses bras qui s’étaient repliés sur son sein, comme pour y retenir, dans une maternelle étreinte, un corps flexible et doux, tout petit, dont elle croyait sentir le poids léger sur son cœur oppressé, la tiédeur sur ses flancs. Ses mains crispées cherchaient vaguement autour d’elle avec un geste de folie, d’angoisse. Puis elle s’éveillait tout à fait, et se sentait mourir dans la tristesse désespérée de sa solitude éternelle. »

L’auteur analyse les sensations et les sentiments de son héroïne avec une précision étonnante chez un homme… et nous ne sommes pas surpris d’apprendre que Georges de Peyrebrune est le pseudonyme de Mathilde-Marie Georgina Élisabeth de Peyrebrune, femme de lettres, célèbre en son temps et oubliée aujourd’hui, auteure d’une trentaine de romans populaires, membre du jury du prix Fémina, dont Vers l’amour (1896) et Au pied du mât (1899) furent couronnés par l’Académie française. Son roman Victoire la Rouge (1883) a inspiré à Octave Mirbeau Le Journal d’une femme de chambre (1900).

La postérité est parfois bien ingrate…

Mater !.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 583 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

DUMAS, Alexandre – Conscience l’innocent

Donneuse de voix : Saperlipopette | Durée : 10h | Genre : Romans


Alexandre Dumas

« Ce sont deux chaumières bâties chacune sur l’un des côtés de la route et séparées par cette route seulement ; s’ouvrant l’une sur l’autre, porte en face de porte, fenêtre vis-à-vis de fenêtre, souriant toutes deux sous les rayons d’or du soleil ; l’une ceinte d’un cep de vigne, la couronnant de son diadème de pampres, l’autre entièrement vêtue d’un lierre gigantesque qui, après avoir recouvert son toit comme un manteau, verdissait sa muraille comme une robe.
Deux familles habitaient ces deux maisons. »

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 557 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BARRÈS, Maurice – Le Réveil des morts au village – Discours contre Jean-Jacques Rousseau

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 26min | Genre : Discours


Maurice Barrès

Il y a deux Maurice Barrès (1862-1923): l’écrivain et le politique.

1. L’écrivain

Le sujet de Le Réveil des morts au village :

Un prêtre témoin d’apparitions de fantômes lorrains raconte à Maurice Barrès en 1909 ce qu’il a vu.

« Voici, me dit-il, un fait que j’ai vu, un fait que je garantis : j’étais un jeune vicaire. Dans ce temps-là, ce n’était pas comme aujourd’hui, on n’avait que deux jours de congé par an. Je les passais chez ma mère, à trois lieues d’ici, au moment de la fête de notre village, car c’est l’époque des réunions de famille.

Une étrange troupe d’inconnus passent déguisés…

Un peu plus loin, l’un d’eux aperçoit plusieurs de ces gens qui pénètrent chez un de ses cousins. Il veut les suivre, entrer avec eux, se réfugier. Il heurte la porte close, cependant que les étrangers continuent de s’y enfoncer, comme à portail ouvert. »

Un conseil pour nos audiolecteurs l’occasion de la publication de cette nouvelle datant de 1909 : ne manquez pas de  (re)découvrir La Ville enchantée (1880), roman de Margaret Oliphant, dont Maurice Barrès préfaça la traduction en français de 1911.

2. L’homme politique

Discours contre Jean-Jacques Rousseau

En 1912, à l’occasion du bicentenaire de la naissance du philosophe et écrivain Jean-Jacques Rousseau (1712-1778), la République française entend rendre au célèbre genevois les hommages qu’elle croit lui devoir. Maurice Barrès, écrivain et député de Paris à ce moment, prononce le 11 juin 1912 ce court propos à la Chambre. Un texte mesuré et pesé, qui fait la distinction entre le Rousseau écrivain à la sensibilité touchante et paisible, et le Rousseau politique

Le Réveil des morts au village.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 472 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

RODENBACH, Georges – La Vocation

Donneuse de voix : Pomme | Durée : 2h 56min | Genre : Romans


La Vocation

Rodenbach nous emmène à Bruges, qu’il aime tant.

Hans souhaite ardemment devenir moine, mais sa mère, veuve et possessive, ne veut pas que son fils la quitte !

« Bruges avait l’air d’une ville-fantôme. Les arbres des quais, les hautes tours renonçaient, réconciliés par la même mousseline. Brouillard opaque, et sans nul interstice ! Le carillon lui-même paraissait devoir s’évader, forcer un préau de ouate pour être libre dans l’air, atteindre les pignons sur lesquels, tous les quarts d’heure, les cloches répandaient, comme feuille à feuille, un mélancolique automne de musique. »

> Écouter un extrait : Première Partie.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 603 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

KIPLING, Rudyard – Par le feu – Naboth – Rue du puits qui gazouille

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 35min | Genre : Nouvelles


Naboth

Depuis 2008, Le Retour d’Imray, extrait des Hasards de la vie (1891) de Rudyard Kipling a le bonheur d’avoir été téléchargé 17000 fois. Nous revenons à cet ouvrage avec trois nouveaux récits exotiques que nous vous laissons découvrir.

Par le feu
« Le gendarme consigna dans son Journal la substance de l’affaire, réduite à ses éléments, car le gouvernement du Pendjab n’encourage pas les fioritures romanesques. »

Naboth
« Naboth est parti à cette heure, et sa cabane restituée à la terre originaire avec des bonbons en guise de sel pour montrer que le lieu est maudit. J’ai fait bâtir un kiosque d’été pour dominer le bout du jardin, et c’est sur ma frontière comme un fort d’où je garde mon empire. »

Rue du puits qui gazouille
« Avant de partir je fis de mon mieux pour mettre le feu au carré, mais l’herbe était trop verte. Quelque beau jour d’été néanmoins, si le vent est favorable, une torche de vieux journaux et une boîte d’allumettes éclairciront le mystère du Puits-qui-gazouille. »

Traduction : Théo Varlet (1878-1938).

Illustration : Vieux mendiant de Lucknow vers 1880.

> Écouter un extrait : Par le feu.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 534 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

LONDON, Jack – Les Bords du Sacramento

Donneur de voix : Alain Degandt | Durée : 23min | Genre : Nouvelles


The Banks Of the Sacramento

« Soufflez, ô vents, soufflez, aï, ho !
Vers la Californie, ho !
Car il y a de l’or à boisseaux
Sur les bords du Sacramento. »

Le gamin qui fredonne ce sempiternel refrain, appris de son père, c’est le « petit » Jerry, seul à l’entrée de sa cabane, sur la rive du Sacramento. Son père, le passeur d’eau de la compagnie minière du « Rêve d’Or », dont il garde les installations quasi abandonnées, a dû s’absenter pour régler la succession de son défunt frère.
Afin de venir en aide à un couple de fermiers du voisinage, qui veut à tout prix traverser le fleuve pour se rendre au chevet d’un parent mourant, Jerry se trouve contraint de faire fonctionner le système de nacelles, de tambours et de câbles transbordeurs, malgré l’interdiction. Et ce, en pleine tempête !

Dans ce court récit, écrit de main de maître, London aborde de concert le thème de l’épreuve initiatique, celui de la transgression et celui de la transmission. Ici, le passage de flambeau entre deux générations est traité sur un mode plus positif que dans Une tranche de bifteck, bien qu’il soit souligné et encadré par l’évocation d’une mort récente et d’une autre, imminente.

Traduction : Louis Postif (1887-1942), parue dans Gringoire n°555 du 20 juin 1939.
Titre original : The Banks of the Sacramento, publié en mars 1904 dans The Youth’s Companion.

Licence Creative Commons

Les Bords du Sacramento.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 550 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

DABIT, Eugène – Un mort tout neuf (Deuxième Partie)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 1h 10min | Genre : Romans


Eugène Dabit

La veillée funèbre de l’oncle Albert continue dans ces deux chapitres de Un mort tout neuf ; il est préférable que dans son cercueil, le mort n’entende pas tout qui se passe comme vous le verrez… et l’enterrement n’a pas encore eu lieu. Encore quelques séquences vous attendent…

Du naturalisme à l’état pur dans ce roman d’Eugène Dabit, titulaire du prix du Roman populiste en 1931.

Un exemple des propos tenus :

« Il avait bien d’autres préjugés, murmure Lucienne. Tiens, celui-là, qui a toujours pesé dans sa vie: que nous soyons enfants naturels. Nous, que veux-tu, on a eu des parents négligents, qui ne croyaient pas mourir si jeunes, et coup sur coup, et nous sommes restés avec le nom de la mère. Moi, ça ne m’a jamais gênée.
– Albert, si. »

Chapitres 03 et 04.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 657 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

HUGO, Victor – Histoire d’un crime (Première Journée)

Donneuse de voix : Christiane-Jehanne | Durée : 5h 38min | Genre : Histoire


Auguste Rodin - Victor Hugo

Ce texte écrit en 1851 sur la prise de pouvoir par Napoléon III paraît en 1877, au retour d’exil forcé de Victor Hugo.
Il retrace les quatre journées, et fait revivre des personnages de ces heures sombres.

Cet essai de Victor Hugo est d’une magnifique précision historique, les lieux de Paris sont décrits avec tout le talent du romancier et de l’historien.
Nous suivons ces journées avec l’auteur, qui met tout son talent, sa vivacité, sa plume si alerte, au service de l’Histoire.

Son ironie n’est jamais loin, mais aussi ses idées politiques et sa générosité nous accompagnent.
C’est un récit, d’un maître littéraire et d’un homme politique engagé.

Ici vous est proposée la Première Journée du coup d’état de décembre 1851.
Nous sommes le 2 décembre, date déjà historique.
Nous suivons l’Histoire, « en direct », grâce à ce texte au style si vivant.

Illustration : Victor Hugo, par Auguste Rodin.

Licence Creative Commons

> Écouter un extrait : Chapitres 01 à 03.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 3 057 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

GIONO, Jean – L’homme qui plantait des arbres (Version 3)

Donneur de voix : Lostania0 | Durée : 24min | Genre : Nouvelles


Pierre-Auguste Renoir - La Montagne Sainte-Victoire (1889)

« Elzéard Bouffier est un personnage inventé. Le but était de faire aimer l’arbre ou plus exactement faire aimer à planter des arbres (ce qui est depuis toujours une de mes idées les plus chères). Or, si j’en juge par le résultat, le but a été atteint par ce personnage imaginaire. [...] J’ai donné mes droits gratuitement pour toutes les reproductions. [...] C’est un de mes textes dont je suis le plus fier. Il ne me rapporte pas un centime et c’est pourquoi il accomplit ce pour quoi il a été écrit. » (Jean Giono)

L’Homme qui plantait des arbres (Version 3).

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 173 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous Nos Livres Audio Gratuits :