Livres audio gratuits pour "paul Bourget" :


BOURGET, Paul – Le Danseur mondain (Version 2)

Donneur de voix : DanielLuttringer | Durée : 4h 29min | Genre : Romans


Le Danseur mondain

Renée tombe amoureuse de Neyrial, maître de danse dans un hôtel de la Riviera, qui est également très attiré par la jeune femme… Mais ce dernier a un passé suspect. Autrefois il était employé chez un avocat, lequel était aussi un bibliophile passionné, et il a volé quelques volumes en éditions rarissimes. Le vol étant découvert, Neyrial (de son vrai nom, Pierre-Stéphane Beurtin) a dû partir…

Extrait : « Du coup, ce témoignage, apporté par Renée, ruinait à fond l’édifice d’hypothèses construit par Jaffeux. Si ce garçon avait été le séducteur accusé par son ancien patron, se serait-il déshonoré, gratuitement, aux yeux de la jeune fille ? Non, puisque c’était là se l’aliéner à jamais. Impossible d’imaginer qu’en agissant de la sorte il se ménageât un moyen de pression sur le vrai coupable. Celui-ci ne voyait plus qu’un seul motif à cette attitude, adoptée à deux reprises, dans ce bureau de commissariat d’abord, puis tout à l’heure dans le jardin. Le voleur de livres, qui s’était perdu par cette première faute, avait eu pitié du voleur du bijou. Cette pitié expliquait également le prêt des mille francs. Si Gilbert n’avait pas eu dans les oreilles ce rire de tout à l’heure et son insultante ironie, combien l’eût touché cette triple preuve d’une si généreuse sympathie ! À cette minute, et trop près de cette scène, ce bienfait lui était plus qu’odieux, intolérable. Le fils d’officier, chatouilleux, par éducation et par hérédité, sur le point d’honneur, frémissait encore de l’affront, et que l’auteur de cet affront eût eu, à son égard, de telles magnanimités, achevait de le jeter dans un état de gêne morale tel qu’il n’en avait jamais éprouvé de pareil. »

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 4 484 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BOURGET, Paul – Pauvre Petite

Donneuse de voix : Cocotte | Durée : 1h 6min | Genre : Nouvelles


Jean Béraud - After the Misdeed

Simple histoire

« L’orgue chante. La foule emplit la vaste église
La jeune mariée entre, des fleurs au front,
Et l’espoir des bonheurs permis qui lui viendront
Ravir son cœur naïf d’un émoi qui la grise.

- Bien des jours ont passé depuis cet heureux jour.
Rideaux baissés, un fiacre au coin d’un quai s’arrête ;
Une femme voilée en sort, baissant la tête.
L’adultère revient d’un rendez-vous d’amour.

Entre l’heure innocente et l’heure criminelle
Que de drames secrets se sont joués en elle !
Quel sacrifice a fait ce cœur, s’il reste fier !

C’est la bien simple histoire écrite dans ce livre,
Et quand le criminel bonheur payé si cher
Te manqua, pauvre cœur, tu ne pus lui survivre ! »

Un grand merci à R.D.

> Écouter un extrait : Chapitre 00.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 3 526 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BOURGET, Paul – Dualité

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 1h 55min | Genre : Nouvelles


Wassily Kandinsky - Rapallo en 1905

« Les artistes littéraires ne peuvent douter de la réalité qu’ils ont vue, – de leurs yeux vue, comme dit l’autre. En revanche, ils doutent de leur puissance à faire accepter comme vraies des complexités du cœur très contraires au type moyen de nature humaine que chacun de nous porte en soi.
Le vrai peut quelquefois n’être pas vraisemblable…
Je ne me dissimule point que c’est un cas de dualité sentimentale évidemment exceptionnel jusqu’à l’invraisemblance. Il paraîtra pourtant moins spécial et, sinon inexplicable, presque naturel, en admettant cette hypothèse que le grand principe du balancement des organes domine la vie psychologique, comme il domine la vie physiologique. », écrit Paul Bourget dans la préface.

Et le maître nous fait, à Rapallo où il était allé sur les conseils de Maupassant, le récit d’une Dualité sentimentale dont il a été le témoin très agissant, celle de Madame de Charme, alias Madame de Malines, alias Mme de Saint-Cygne ou plus simplement mademoiselle Blanche Ragot.

> Écouter un extrait : Première Partie.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 3 763 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BOYLESVE, René – La Becquée

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 7h 40min | Genre : Romans


La becquee

René Boylesve (1867-1926), auteur d’une quarantaine de romans et nouvelles (Le Parfum des îles Borromées, Sainte Marie des Fleurs, Le Bonheur à cinq sous) est resté méconnu, éclipsé par la célébrité de ses amis Anatole France, Henri de Régnier, André Gide, Francis Vielé-Griffin, et Jean Moréas, Charles Guérin, Paul Bourget, Paul-Jean Toulet, Paul Valéry, Maurice Barrès…

Plusieurs de ses romans dont La Becquée (œuvre en partie autobiographique) ont pour cadre la Touraine ; Beaumont n’est autre que sa ville natale La Haye-Descartes et la Courance est le nom d’un petit ruisseau de la propriété familiale. Le personnage central est la grand’tante du petit René Boylesve (il était gosse au moment des événements du récit), dépeinte sous le nom de Félicie Planté (en réalité Clémence Jeanneau), généreuse mais ayant le culte de l’argent et effondrée devant les gaspillages de son beau-frère Fantin…

Roman du sentiment, non seulement vécu, mais décrit en profondeur et art de faire sentir les moments intimes par des descriptions délicates, telle celle-ci, prise au hasard :

« Les heures de la triste saison tournaient au cadran de bronze, sous le corps gracieux du Cupidon. Quand elles sonnaient, ces dames levaient la tête sans interrompre leur ouvrage, et il se trouvait invariablement quelqu’un pour annoncer le nombre des battements du petit marteau. Le feu de bois sec pétillait ; on confiait des châtaignes à la cendre brûlante ; tout à coup cela sentait le roussi : on se levait et secouait ses robes ; ou bien une châtaigne faisait explosion, et tout le monde se mettait debout. On était sensible au souffle du vent, à la moindre goutte de pluie au dehors ; la température était l’objet d’une préoccupation constante, et l’on avait presque des battements de cœur lorsque, le temps s’étant mis à la neige, on épiait, les yeux au ciel sali, la chute tremblotante des premières blancheurs. »

> Écouter un extrait : 01. L’Événement. Les Figures.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 12 075 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

MIRBEAU, Octave – Le Calvaire

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 9h 45min | Genre : Romans


Le Calvaire

De 1880 à 1883 Octave Mirbeau a été l’esclave consentant de Judith Vimmer (Juliette Roux, dans le roman), femme de petite vertu et de petite intelligence, futile et infantile, qui lui a fait endurer les pires souffrances. Trois ans plus tard, il publiera Le Calvaire qui suscitera un énorme scandale.
Écrit à la première personne, ce roman-confession est, sous le nom de Jean Mintié, le récit de ses propres turpitudes. C’est un acte d’expiation, mais aussi un acte de libération.

« Je voudrais, oui, je voudrais ne pas poursuivre ce récit, m’arrêter là… Ah ! je le voudrais ! A la pensée que je vais révéler tant de hontes, le courage m’abandonne, le rouge me monte au front, une lâcheté me prend, tout à coup, qui fait trembler ma plume entre mes doigts… Et je me suis demandé grâce à moi-même… Hélas ! je dois gravir, jusqu’au bout, le chemin douloureux de ce calvaire, même si ma chair y reste accrochée en lambeaux saignants, même si mes os à vif éclatent sur les cailloux et sur les rocs ! Des fautes comme les miennes, que je ne tente pas d’expliquer par l’influence des fatalités ataviques, et par les pernicieux effets d’une éducation si contraire à ma nature, ont besoin d’une expiation terrible, et cette expiation que j’ai choisie, elle est dans la confession publique de ma vie… »

Par ailleurs il dénonce avec virulence les atrocités de l’armée française, s’en prend à l’idée même de la Patrie, démystifie la famille, le plaisir, que, comme Baudelaire, il assimile à un fouet ; l’amour dans Le Calvaire n’est pas « l’amour frisé, pommadé, enrubanné », mais « l’Amour barbouillé de sang, ivre de fange, l’Amour aux fureurs onaniques, l’amour maudit, qui colle sur l’homme sa gueule en forme de ventouse, et lui dessèche les veines, lui pompe les moelles, lui décharne les os. »
Le récit est totalement subjectif et on a droit à des « rêves », à des« visions », à du « délire », voire à des « hallucinations ». « En écrivant, je ne me suis préoccupé ni d’art, ni de littérature, éloigné de tout ce qui pouvait ressembler à une œuvre composée, combinée, écrite littérairement. J’ai voulu seulement évoquer une douleur telle quelle, sans arrangement ni drame », disait-il à son ami Paul Bourget.
Ce roman d’amour, à deux personnages principaux, finissant mal, rappelle Manon Lescaut de l’abbé Prévost.

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 8 538 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BOURGET, Paul – Les Deux Sœurs

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 5h 50min | Genre : Romans


Affiche des bains de Ragatz (1927)

« M’aime-t-il ? Elle ne m’aime pas ! L’aimé-je ?… », questions, silences qui en disent long, désespoirs, joies (rares), monologues intérieurs, introspections constantes sont la matière de Les Deux Sœurs, roman d’analyse de Paul Bourget qui nous plonge dans la bourgeoisie française du XIXème siècle, quand le mariage était une valeur sacrée. Les relations difficiles entre les deux sœurs, les chemins tortueux empruntés par les quatre personnages pour aboutir au dénouement final soigneusement décrits font oublier le caractère parfois un peu désuet, dû à l’époque, de certaines répliques.

« Les deux sœurs formaient ainsi, causant avec un abandon que révélait l’accord de leur démarche, une couple d’une grâce singulière, tant la ressemblance de leurs silhouettes et de leurs visages était saisissante à cette minute. L’aînée, Agathe, avait trente ans, la cadette, Madeleine, en avait vingt-neuf. Cette différence, insignifiante, ne se reconnaissait pas à leur aspect, et elles donnaient l’impression de deux jumelles, si pareilles de traits que cette quasi-identité déconcertait les personnes qui ne les ayant pas vues souvent rencontraient l’une d’elles en l’absence de l’autre. »
De laquelle M. Brissonnet tombera-t-il amoureux, de l’épouse respectable (Madeleine) ou de la jeune veuve (Agathe) ?

Il peut être intéressant de connaître le même thème traité par Théophile Gautier dans Laquelle des deux ?

> Écouter un extrait : 01. Sur un quai de gare.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 6 364 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BOURGET, Paul – Simone, récit de Noël

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 25min | Genre : Nouvelles


Paul Bourget - Simone, récit de Noël

Simone expose les douleurs d’une petite fille souffrant de l’indifférence de son père.
« Son père ne l’aime plus ! Les images vont et viennent dans sa petite tête, qui, toutes, se résument dans cette idée. Il ne l’aime plus, elle qui était jadis sa préférée… Elle revoit l’allée du parc de Versailles où elle a subi sa première impression, sans pénétrer, aujourd’hui plus qu’alors, la cause de ce changement soudain dans les manières de cet homme, qui ne pouvait, autrefois, rester un quart d’heure avec elle sans la couvrir de caresses. »
Noël lui redonnera le bonheur… mais cette nouvelle de Paul Bourget est plutôt réservée aux « grandes personnes ».

Simone, récit de Noël.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 8 269 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BOURGET, Paul – Une nuit de Noël sous la Terreur

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 1h 20min | Genre : Histoire


Paul Bourget - Une nuit de Noël sous la Terreur

Après quelques pages historiques d’introduction, Paul Bourget présente ainsi ce sombre récit, hélas ! vraiment vécu :
« À partir de maintenant, c’est donc le duc de Fleury de 1793 qui tient la plume », dont voici les premiers mots :
« Quoique quarante ans se soient écoulés entre le jour de Noël où j’écris ces lignes (1833) et celui dont je veux retracer l’angoisse (1793), aucune des émotions traversées alors ne s’est effacée de mon esprit. »

Il existe aussi des Noëls non joyeux…

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 14 820 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous nos livres audio gratuits pour "paul Bourget" :