À Découvrir :
LORRAIN, Jean – La Princesse au Sabbat

Donneuse de voix : Cocotte | Durée : 13min | Genre : Contes


La Princesse au Sabbat

« La princesse Ilsée n’aimait que les miroirs et les fleurs. Ce n’étaient, dans tout le palais, que le reflet de corolles et de pétales ; de larges nénuphars baignaient, jour et nuit, dans l’eau de grands vases d’albâtre et c’était dans les hauts vestibules ornementés de marbre et de bronze vert, une éternelle veillée de calices et de feuilles rigides d’une humide pâleur. La princesse Ilsée n’avait jamais regardé ni les hommes ni les femmes ; elle se mirait dans les yeux de tous, comme dans une eau plus bleue et plus profonde et les prunelles de son peuple étaient pur elle autant de vivants et souriants miroirs. »

La Princesse au Sabbat est un conte extrait de Princesses d’ivoire et d’ivresse, de Jean Lorrain. En 1899, ce conte fut adapté en ballet pour Les Folies Bergères avec une musique de Louis Ganne.

Illustration : La Princesse au Sabbat, par Manuel Orazi (1898).

La Princesse au sabbat.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 256 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

À Découvrir :
GASKELL, Elizabeth – Marie Barton

Donneur de voix : Florent | Durée : 11h 13min | Genre : Romans


Octave Tassaert An Unfortunate Family aka Suicide 1852

Manchester, 1839, une crise industrielle touche de plein fouet l’industrie du textile. Les Barton, ouvriers, et les Carson, patrons, composent une partie du tableau dressé par E. Gaskell. L’auteur analyse finement les relations entre les personnages, leurs réflexions et leurs sentiments.

« Quand j’étais petit, on m’apprit bien à lire ; pourquoi faire, puisque je n’avais pas de livres ? qui m’en aurait donné ? On disait autour de moi que la Bible, c’était bon ; et quand plus tard je voulus connaître la raison des choses, je me mis à chercher dans la Bible ; mais comment croire et comprendre, quand tout le monde autour de vous dit qu’il fait jour et agit comme si c’était la nuit, quand on dit blanc et qu’on pense noir ? Je dirai ça dans l’autre monde pour excuser ma faute, et le bon Dieu me pardonnera. J’aurais suivi volontiers tout ce qui est dans l’Évangile, si j’avais vu les autres tâcher de s’y conformer ; c’eût été dans mon cœur ; mais ceux qui en parlaient le plus faisaient juste le contraire : alors j’ai pensé qu’on avait écrit ça pour tromper les ignorants et les femmes, tous ceux qui leur ressemblent quoi ! »

Traduction : Melle Morel (1882).

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 13 342 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

JEROME K. JEROME – Trois Hommes dans un bateau (Version 2)

Donneur de voix : DanielLuttringer | Durée : 6h 27min | Genre : Romans


Trois hommes dans un bateau

Présenter le roman le plus désopilant du monde ? Allons…

Le (presque) début : « J’ai toujours en mémoire cette visite faite un jour au British Muséum. Je voulais me renseigner sur le traitement d’une légère indisposition dont j’étais plus ou moins atteint – c’était, je crois, le rhume des foins. Je consultai un dictionnaire médical et lus tout le chapitre qui me concernait. Puis, sans y penser, je me mis à tourner les pages d’un doigt machinal et à étudier d’un œil indolent les maladies, en général. J’ai oublié le nom de la première sur laquelle je tombai – c’était en tout cas un mal terrible et dévastateur – mais, avant même d’avoir lu la moitié des « symptômes prémonitoires », il m’apparut évident que j’en souffrais bel et bien. Un instant, je restai glacé d’horreur. Puis, dans un état de profonde affliction, je me remis à tourner les pages. J’arrivai à la fièvre typhoïde… m’informai des symptômes… et découvris que j’avais la fièvre typhoïde, que je devais l’avoir depuis des mois sans le savoir. Me demandant ce que je pouvais bien avoir encore, j’arrivai à la danse de Saint-Guy… et découvris – comme je m’y attendais – que j’en souffrais aussi. Je commençai à trouver mon cas intéressant et, déterminé à boire la coupe jusqu’à la lie, je repris depuis le début par ordre alphabétique… pour apprendre que j’avais contracté l’alopécie et que la période aiguë se déclarerait dans une quinzaine environ. Le mal de Bright – je fus soulagé de le constater – je n’en souffrais que sous une forme bénigne, et pourrais vivre encore des années. Le choléra, je l’avais, avec des complications graves. Quant à la diphtérie, il ne faisait aucun doute que j’en étais atteint depuis la naissance. Consciencieux, je persévérai tout au long des vingt-six lettres de l’alphabet et, pour finir, il s’avéra que la seule maladie me manquant était bel et bien l’hydarthrose des femmes de chambre. »

Traduction : Déodat Serval (pseudonyme de Théo Varlet, 1878-1938).

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 080 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

VASSY, Gaston – Le Train des suicidés

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 15min | Genre : Nouvelles


Cette nouvelle inspira un roman d'aventures publié en 1930, lui-même adapté au cinéma par Edmond T. Gréville l'année suivante

Gaston Pérodeaud (1847-1885), plus connu sous le pseudonyme de Gaston Vassy, est un auteur bien oublié aujourd’hui, « fantaisiste et mystificateur de premier ordre, qui aurait tué père et mère pour faire une bonne blague ». Autres titres accrocheurs que Le Train des suicidés, fantaisie macabre : Le Piano anthropophage, Le Homard-lapin, L’Âme en pilule, L’Horloge-cercueil, L’Ondine aux sangsues, Le Melon tombal, etc.
Il influença Gaston de Pawlowski et Alphonse Allais…

« Drelin, drelin, drelin !… Une seconde fois, le signal électrique se fit entendre. On n’était plus qu’à un mille du précipice. L’amour-propre reprit le dessus. On plia rapidement les couvertures, et tous, debout, se mirent à entamer le Yankee Doodle… »

Cette nouvelle inspira un roman d’aventures signé Charles Vayre et Charles Cluny, publié en feuilleton dans L’Intransigeant en 1930 avant de sortir en volume l’année suivante (notre illustration). Ce roman fut lui-même adapté au cinéma par Edmond T. Gréville en 1931.

Le Train des suicidés.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 516 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

COLLINS, Wilkie – Pauvre Lucile (Tome 02)

Donneuse de voix : Cocotte | Durée : 7h 20min | Genre : Romans


William-Adolphe Bouguereau - Aphrodite

Nugent a connu en Amérique un chirurgien ophtalmologiste allemand qui a fait fortune en rendant la vue à de nombreux aveugles par une opération de la cataracte.
Ayant décidé de venir en Angleterre pour visiter le pays, il décide, à la demande de Nugent, d’examiner les yeux de Lucile. Il est sûr de lui rendre la vue , malgré l’avis contraire de son confrère anglais.

Le tome 1 s’achève au moment où commence l’opération…

Le chapitre 9 dure plus de 2 heures. Pour satisfaire les audio lecteurs qui préfèrent des morceaux plus courts, j’ai découpé arbitrairement ce chapitre en quatre parties d’environ 30 minutes chacune. Dans le zip, ces parties se succèdent sans coupures.

Traduction anonyme (1876).

Illustration : William-Adolphe Bouguereau, Aphrodite.

Accéder au premier tome.

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 663 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

HALÉVY, Ludovic – Un tour de valse

Donneur de voix : DanielLuttringer | Durée : 43min | Genre : Nouvelles


Un tour de valse

Cette tourbillonnante nouvelle de Ludovic Halévy (1834-1908) fait partie du recueil de nouvelles Karikari paru en 1892.

« Tu crois peut-être, Dieu me pardonne ! que c’est à cause de ton mérite que je t’ai choisi, voulu. Tu serais loin de compte, mon pauvre ami ! C’est, tout au contraire, à cause de ton absence de mérite… M. de Courtalin, à la bonne heure, voilà un homme de mérite ! J’avais, du matin au soir, les oreilles rebattues du mérite de M. de Courtalin, et c’est pour cela que je l’avais pris en haine… Ce que je redoutais par-dessus tout, c’était cette espèce de mari qui s’appelle un homme supérieur. Et maman s’y prenait bien mal pour me gagner à son candidat, quand elle me disait : « C’est un homme très instruit, très sérieux, très laborieux, très distingué ; il a eu une jeunesse admirable, il a été le modèle des fils ; il sera le modèle des maris… » Cela me faisait frissonner d’entendre maman parler ainsi… Je ne connais rien de plus affreux que ces gens qui ont toujours, toujours raison, qui font preuve en toute circonstance d’un imperturbable bon sens, qui nous écrasent de leur supériorité. Avec Gontran je suis tranquille, bien tranquille… »

Un tour de valse.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 421 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

GOURMONT, Rémi (de) – Deux Histoires magiques

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 24min | Genre : Nouvelles


Theodoor Verstraete - Après l'enterrement

Rémi de Gourmont nous donne les impressions d’un homme derrière le corbillard qui conduit sa maîtresse au cimetière dans Celle qu’on ne peut pas pleurer. Le dialogue avec le mari est assez surprenant…

« On suivait le corps le long d’un petit chemin bordé de sapins, d’une tristesse convenable, d’une désolation modérée, et à mesure que l’on approchait du cimetière, les conversations s’apaisaient, tombaient, comme les bruits d’une forêt avant l’orage, comme les murmures d’un troupeau à la porte de l’abattoir. L’inquiétude, peu à peu, imposa silence, et la foule entra dans la ville morte avec la peur de n’en pas sortir. »

Danaette pourrait être sous-titrée « Neige et volupté »:

« En vérité, la Neige la violait et la possédait, – et Danaette se laissait faire, curieuse de cet adultère nouveau, toute livrée au plaisir ineffable – et presque effroyable – d’être l’amoureuse proie d’un divin caprice et l’amante élue par le rêve de quelques anges devenus soudain pervers. »

Illustration : Theodoor Verstraete, Après l’enterrement (187?).

Celle qu’on ne peut pas pleurer.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 416 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

TOURGUENIEV, Ivan – Un incendie en mer (Version 2)

Donneur de voix : DanielLuttringer | Durée : 19min | Genre : Nouvelles


Un incendie en mer

Cette courte histoire vécue d’Ivan Tourgueniev, sous-titrée « souvenir posthume », a été publiée notamment dans La Vie littéraire en 1899.

« Mon Barine (Seigneur), personne n’est maître de sa vie, et vous pas plus que les autres. Que la volonté de Dieu se fasse ! mais vous alliez commettre un suicide et vous seriez puni dans l’autre monde.
Jusque-là je n’avais pas eu la moindre envie de me suicider, mais à ces paroles, par une sorte de bravade incompréhensible dans ma situation, je feignis deux ou trois fois de vouloir mettre à exécution le dessein qu’elle me prêtait, et la pauvre vieille se penchait chaque fois vers moi pour m’empêcher d’accomplir ce qu’elle considérait comme un grand crime. Enfin, j’eus honte de cette comédie et je cessai de l’inquiéter. »

Traduction : Michel Delines (1851-1914).

Un incendie en mer.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 415 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

LEMONNIER, Camille – La Mort de la Mort

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 15min | Genre : Nouvelles


La Mort de la Mort

Découvrez La Mort de la Mort de Camille Lemonnier publié dans un Gil Blas de 1891.

«« Vieille, dit-il, je viens de voir une chose extraordinaire… C’est la propre Mort du tableau de l’église qui est descendue sur la place. Elle avait son capuce rabattu sur les yeux ; mais, par les trous, elle regardait les fenêtres des maisons. »

La bonne Anne se faufila derrière son comptoir. Du bout des doigts, elle écarta une paire de bas de femme qui pendillait à une corde et aperçut, en effet, la Mort faisant les cent pas devant le mur du cimetière, dans un reste de jour. »

La Mort de la Mort.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 363 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

DUMAS, Alexandre – Histoire d’un mort racontée par lui-même

Donneur de voix : DanielLuttringer | Durée : 44min | Genre : Nouvelles


Histoire d'un mort racontée par lui même

Dans cette nouvelle à caractère fantastique, Alexandre Dumas nous conte l’histoire d’un médecin qui va mourir d’amour et sera réveillé au cimetière par le diable en personne…

« Vos poètes, par exemple, qui parlent d’amour pur, ne comprennent donc pas qu’en montrant l’amour qui sauve, ils inspirent la passion qui perd ; car, grâce à moi, ce que vous recherchez toujours, ce n’est pas la femme comme la Vierge, c’est la pécheresse comme Ève. Et toi-même, dans ce moment, toi que je viens de tirer d’une tombe, toi qui as encore le froid d’un cadavre et la pâleur d’un mort, ce n’est pas un amour pur que tu vas chercher près de celle à qui je te conduis, c’est une nuit de volupté. Tu vois bien que le mal survit à la mort, et que si l’homme avait à choisir, il préférerait l’éternité des passions à l’éternité du bonheur, et la preuve, c’est que, pour quelques années de passions sur la terre, il perd l’éternité du bonheur dans le ciel. »

Histoire d’un mort racontée par lui-même.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 574 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous Nos Livres Audio Gratuits :