À Découvrir :
LE ROY, Eugène – Jacquou le Croquant

Donneuse de voix : Cocotte | Durée : 11h 50min | Genre : Romans


Eugène Le Roy - Jacquou le Croquant

1815 : Jacquou, jeune garçon du Périgord, fils d’un métayer exploité par son patron, le comte de Nansac, vit misérablement dans les pires conditions de pauvreté des paysans français du 19ème siècle. À cause du comte, le père de Jacquou succombe aux rudes conditions des galères et sa mère meurt de misère. Devenu adulte, il ne pense qu’à venger ses parents et sa haine se transforme en un combat contre l’injustice et la cruauté des seigneurs, alors que s’annonce la Révolution de 1830.
« Ce qu’ils ont fait, leurs ancêtres l’ont fait. Poussés à bout par des brutalités insolentes, par des cruautés gratuites, par la violation humiliante de leur dignité d’hommes, ils se sont révoltés. Puisque la loi n’existait pas pour eux, puisque ceux qui devaient les protéger contre ces vexations arbitraires et ces violences sans nom les ont abandonnés, puisqu’on les a relégués pour ainsi dire hors du droit et de la justice, je le dis bien haut : ils sont excusables ; je dirais presque : innocents ! Eux pauvres, chétifs et opprimés, ils ont voulu se remettre en leur droit naturel et, par manière de dire, de bêtes redevenir hommes » E. Le Roy

Avec ce roman publié en 1899, Eugène Le Roy accède à la célébrité.

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 10 148 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

À Découvrir :
LONDON, Jack – La Force des forts

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 50min | Genre : Nouvelles


La Force des forts

La Force des forts (1911) est un recueil de 7 nouvelles socialistes, parfois anarchistes, de Jack London qui retrace, en quelque sorte, la construction, les étapes réussies et ratées, les unions et désunions, l’émergence de « personnalités » devenues souvent odieuses en s’appropriant des titres souverains et même divins, d’une société qui se cherche, dont « la force des forts » devrait éviter les guerres.
Le texte débute par une parabole sur la naissance de la lutte de classes chez l’homme des cavernes, lutte des Mangeurs-de-poissons avec les Mangeurs-de-viande, regroupement des individus, création de la tribu. Le narrateur passe en détail, avec force exemples marquants, l’origine de la tribu. Puis vinrent les premières lois et toute la difficulté de les faire appliquer, la création de la monnaie, etc…

En exergue de ce conte la citation « Les paraboles ne mentent pas mais les menteurs s’en servent » d’un certain Lip-King (serait-ce en hommage à Kipling, prix Nobel en 1907, poète préféré de London ?)

Vous ferez d’inévitables rapprochements avec des problèmes contemporains suggérés par cette parabole.

Le mot de la fin :
« Et tous ces événements arriveront quand tous les sots seront morts et qu’il n’existera plus de chanteurs qui acceptent de collaborer en chantant La Chanson des abeilles. Les abeilles ne sont pas des êtres humains. »

Traduction : Louis Postif (1887-1942).

La Force des forts.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 829 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

POE, Edgar Allan – Marginalia (Deuxième Sélection)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 33min | Genre : Philosophie


John A. McDougall - Edgar Allan Poe

Cette deuxième sélection de Marginalia (section des Contes grotesques) d’Edgar Allan Poë, est une nouvelle application de ce principe : «« Ce que je mets sur le papier, dit Bernardin St Pierre, je le remets de ma mémoire, et par conséquent je l’oublie. » Remarque parfaitement juste. Pour se débarrasser d’un souvenir, il n’y a qu’à le fixer par écrit. »

Petits essais, courtes réflexions, aphorismes, jugements parfois sarcastiques, large pot pourri aux intérêts divers, se succèdent…

Préférez vous :
« Dites à un coquin trois ou quatre fois par jour qu’il est la fleur de la probité, et vous en ferez tout au moins le modèle du bourgeois respectable. D’autre part, accusez obstinément un honnête homme d’être une canaille, et vous lui inspirerez l’ambition perverse de vous prouver que vous n’êtes pas tout à fait dans l’erreur. » (Note 60)

ou:
« Après avoir lu tout ce qui a été écrit sur l’âme et sur Dieu, après avoir pensé là-dessus tout ce qui peut être pensé, l’homme qui peut dire qu’il réfléchit encore, se trouvera face à face avec cette conclusion, que sur ces matières, l’aphorisme le plus profond, est celui qui peut le moins être distingué du sentiment le plus superficiel. » (Note 34)

ou l’intéressant point de vue qui commence ainsi :
« Un Français, – il est possible que ce soit Montaigne, – a dit : « On parle de penser ; mais pour moi je ne pense jamais, si ce n’est quand je m’assieds pour écrire. » C’est ce fait de ne penser que quand on s’assied pour écrire qui est cause du grand nombre d’ouvrages médiocres qui nous accable. » (Note 27) ?

Les 108 notes sont accessibles par la version texte.

Traduction : Émile Hennequin (1858-1888).

Illustration : John A. McDougall, portrait d’Edgar Allan Poe (1846).

Marginalia (Deuxième Sélection).

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 969 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

COLLINS, Wilkie – Le Secret

Donneur de voix : DanielLuttringer | Durée : 16h 26min | Genre : Romans


Wilkie Collins

En cette nuit d’été du 23 août 1829, sur la côte déchiquetée des Cornouailles, la résidence d’été des Treverton n’est que silence et ténèbres.
En effet, le manoir tout entier est suspendu aux battements de cœur de la maîtresse de maison, qui ne tarde pas à rendre son dernier souffle, laissant derrière elle un époux accablé, une fille en pleurs, mais aussi un certain nombre de questions.
Que contient donc cette mystérieuse lettre, confiée par Mrs Treverton à sa femme de chambre avant de mourir ? Quel terrible secret Sarah Leeson préfère-t-elle, avant de disparaître, dissimuler dans la demeure familiale, s’opposant ainsi à la dernière volonté de la défunte ?
Un secret en tout cas suffisamment destructeur pour que, des années plus tard, la domestique sorte de son silence afin d’empêcher Rosamond Treverton de retourner sur les lieux de son enfance, au risque d’y perdre son âme…

Traducteur : Émile Daurand Forgues (1813-1883).

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 201 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BATAILLE, Albert – Un assassin de seize ans – La Bande de Neuilly

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 45min | Genre : Société


Ivorel et Michot, de la bande de Neuilly

Une petite affaire, Un assassin de seize ans, et un dossier complet de La Bande de Neuilly, des années 1882-1892 enregistrés par le compilateur des Causes criminelles et mondaines, Albert Bataille.

Un assassin de seize ans tue son patron afin qu’on parle de lui dans les journaux et parce qu’on ne guillotine pas avant dix sept ans… Ça ne vous rappelle pas quelque chose ce genre de crimes d’adolescents ?

« Ivorel et Gaudissart, bien mis, devaient se présenter chez le père Ollivier de la part d’un de ses amis, M. Caro, car le vieillard était fort méfiant et n’ouvrait pas facilement aux inconnus. De son côté, Paul André qui, en chef prudent, ne travaillait jamais personnellement dans les expéditions dangereuses, remit à ses deux lieutenants une pince-monseigneur, des coins pour forcer les armoires et six mètres de corde pour ligoter solidement le vieil usurier « s’il faisait le méchant. »
Le plan combiné fut exactement suivi. »

Écoutez la suite de La Bande de Neuilly.

Un assassin de seize ans.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 945 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

CHOLEM ALEICHEM – La Gare de Baranovitch

Donneuse de voix : Cocotte | Durée : 29min | Genre : Nouvelles


Cholem Aleichem

Que font les Juifs polonais dans le train qui n’avance pas ? Ils se racontent les aventures les plus bizarres qui sont arrivées (ou non…) à des membres de leur communauté. L’un d’eux, menacé de torturé par la Police du Tzar, s’est enfui avec la complicité des autorités et des responsables communautaires. Maintenant, il a besoin d’argent et on se trouve dans l’obligation d’acheter son silence. Comment tout cela va-t-il tourner ?

Nouvelle traduite par Shmuel Retbi pour Littérature audio.

La Gare de Baranovitch.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 923 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

WELLS, Herbert George – Le Nouveau Dieu

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 40min | Genre : Nouvelles


Le Nouveau Dieu

« Moi aussi, j’ai voulu tenter la chance et m’enrichir. Et au lieu de ça, je suis devenu un dieu ! Ah ! il y a des choses qu’on ne digère pas facilement, vous savez, et vous pouvez m’en croire, c’est pas tout rose d’être un dieu. »

C’est l’intrigant début de Le Nouveau Dieu de H. G. Wells traduit de l’anglais en 1930.

Traduction : René Lécuyer (1887-1939).

Le Nouveau Dieu.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 911 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

CHAMPFLEURY, Jules – Fantaisies et ballades d’hiver (Sélection)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 42min | Genre : Nouvelles


Félix Vallotton - Les Nécrophores (1892)

Champfleury (1821-1889) (voir la notice de Les Trouvailles de Monsieur Bretoncel) a le don de parler de la mort, presque avec le sourire, sans jamais tomber dans le macabre ni dans l’indécence humoristique.

Il a rassemblé quelques textes dans Chien-caillou, Fantaisies et ballades d’hiver, qu’il dédie à Victor Hugo. « Avant, je vous admirais, car vous êtes la « grande figure », un mot que je prends aux Allemands qui l’avaient décerné à Goethe. Depuis, je vous ai aimé. »

Champfleury chante les quatre saisons, à sa manière, dans L’Hiver, Le Printemps, L’Été, L’Automne où s’exprime sa compassion pour les humbles et son hostilité, à la Mirbeau, pour l’administration.

« C’est donc là le signal du printemps, des corbillards faisant queue ! C’est donc ainsi qu’il fait son entrée dans la capitale, le jeune printemps ! – Triomphateur lugubre, que les poètes mercenaires chantent annuellement. »

Dans le même ordre de réactions, La Morgue,
« La Morgue aime la Seine, car la Seine lui fournit des épaves humaines. Ce qu’elles consomment à elles deux, ces terribles receleuses, on l’ignore ; mais le nombre en est grand. Elles ne tiennent pas à avoir des amants beaux et coquets, roses et blonds. Ouich ! elles veulent la quantité. »
rappelle le même sujet traité par Léon Gozlan,

tandis que Le Souvenir du doyen des croque-morts met en scène Petrus Borel, le créateur de Bug Jargal, titre emprunté à Victor Hugo (cf. Borel Le Croque-morts lu en 2009).

Que d’auteurs du site qui se croisent autour de Champfleury !

Illustration : Félix Vallotton, Les Nécrophores (1892).

> Écouter un extrait : L’Hiver.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 902 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

VOLTAIRE – Dictionnaire philosophique : Philosophe – Le Ciel des anciens – Résurrection

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 35min | Genre : Philosophie


Leandro Bassano - Le Jugement dernier

Articles toujours riches en informations, mais dont nous extrayons trois rosseries bien voltairiennes :

Philosophe

« Le philosophe n’est point enthousiaste, il ne s’érige point en prophête, il ne se dit point inspiré des Dieux ; ainsi je ne mettrai au rang des philosophes, ni l’ancien Zoroastre, ni Hermès, ni l’ancien Orphée, ni aucun de ces législateurs dont se vantaient les nations de la Chaldée, de la Perse, de la Syrie, de l’Égypte, & de la Grèce. Ceux qui se dirent enfants des dieux étaient les pères de l’imposture, & s’ils se servirent du mensonge pour enseigner des vérités, ils étaient indignes de les enseigner ; ils n’étaient pas philosophes : ils étaient tout au plus de très prudents menteurs. »

Le Ciel des anciens

« Le langage de l’erreur est si familier aux hommes, que nous appelons encor nos vapeurs, & l’espace de la terre à la lune, du nom de Ciel ; nous disons, monter au ciel, comme nous disons que le soleil tourne, quoiqu’on sache bien qu’il ne tourne pas ; nous sommes probablement le ciel pour les habitants de la lune, & chaque planète place son ciel dans la planète voisine. »

Résurrection

« Le profond philosophe dom Calmet trouve dans les vampires une preuve bien plus concluante. Il a vu de ces vampires qui sortaient des cimetières pour aller sucer le sang des gens endormis ; il est clair qu’ils ne pouvaient sucer le sang des vivants s’ils étaient encor morts ; donc ils étaient ressuscités ; cela est péremptoire. »

Illustration : Leandro Bassano, Le Jugement dernier.

> Écouter un extrait : Philosophe.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 102 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

LA BRÈTE, Jean (de) – Le Comte de Palène

Donneuse de voix : Cocotte | Durée : 3h 25min | Genre : Romans


Henri Fantin-Latour - Portrait de Léon Maître (1886)

« Le comte de Palène était un véritable « hérisson ». Ses paroles amères faisaient chuchoter les vieilles femmes qui racontaient que, pendant sa jeunesse, il avait certainement éprouvé de cruelles déceptions. Cette assertion était-elle vraie ? Rien de précis ne pouvait être affirmé. Mais un fait positif, c’est que, peu aimé de ses parents, qui préféraient son frère aîné, il avait gardé de cette injustice une amertume qui ne devait jamais disparaître.

Vraiment pauvre pendant toute sa jeunesse, il conservait le souvenir douloureux des privations qu’il avait dû s’imposer et de la disproportion existant entre sa naissance et sa fortune.

À part quelques amis, personne ne savait que sous ses airs bourrus, se cachaient des qualités solides, de la générosité et un sens droit.

À trente-huit ans, plusieurs héritages lui apportèrent une fortune assez considérable. Il s’installa dans un château et adopta une vie de gentilhomme campagnard qui répondait parfaitement à ses goûts. »

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 269 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous Nos Livres Audio Gratuits :