À Découvrir :
ARÈNE, Paul – Le Fifre rouge

Donneuse de voix : Cocotte | Durée : 10min | Genre : Nouvelles


Paul Arene - Le fifre rouge

Paul Arène (1843 – 1896) est un poète provençal et écrivain français. Il fréquente les Félibres et écrit des contes et nouvelles en français. Il a eu une collaboration très étroite avec Alphonse Daudet.

Dans Le Fifre rouge, il nous conte l’histoire d’un petit fifre, qui n’avait pas un liard pour le Noël de sa grand-mère, parce que le roi, ayant besoin d’argent pour offrir un château à sa nouvelle reine, avait décidé que le régiment ne toucherait pas de solde ce mois-ci.

Le Fifre rouge.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 16 744 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

À Découvrir :
DUMAS, Alexandre – Les Deux Chemises

Donneuse de voix : Cocotte | Durée : 11min | Genre : Contes


Alexandre Dumas - Les deux chemises

Voici un autre conte extrait du recueil Contes dits deux fois, d’Alexandre Dumas.

« C’était un homme sombre et sévère, qui avait eu successivement trois femmes, qui avaient disparu on ne savait comment, seulement on disait que lorsqu’au bout de trois ans de mariage avec la première, il avait vu qu’elle ne lui donnait pas d’enfant, il l’avait empoisonnée pour en épouser une seconde. Mais au bout de trois ans cette seconde étant demeurée stérile, il s’était arrangé de façon à pouvoir en épouser une troisième, dont trois ans après il s’était défait comme des deux autres. »

Ce conte est lu, en particulier, à l’intention des audio lecteurs qui ont été privés de la fin d’un conte précédent, en les remerciant pour leur patience et leur compréhension, et à l’intention aussi de la petite Émilie, qui est hospitalisée, avec un gros, gros bisou.

Les Deux Chemises.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 9 582 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

ROBERT, Clémence – La Duchesse de Chevreuse

Donneur de voix : DanielLuttringer | Durée : 1h 54min | Genre : Histoire


La Duchesse de Chevreuse.gif

Cette haletante nouvelle historique de Clémence Robert (1797-1872) sur Marie de Rohan, duchesse de Chevreuse, qui aurait poussé son amoureux le comte de Chalais à conspirer contre Richelieu, est parue dans La Revue des feuilletons en 1845.

« – Vous feriez donc de bien grands sacrifices pour moi ?
- Je les ferais tous.
- Pour servir un être aimé de moi ?
- Oui, sur l’honneur.
- Pour me venger d’un ennemi ?
- Oh ! bien plus promptement encore.
- Vous renonceriez à la fortune qui peut vous venir de la cour ?
- J’ai trois cent mille écus de rente, dit-il avec un orgueil d’enfant ; c’est l’apanage d’un prince.
- Aux charges, aux privilèges que vous devez obtenir ?
- Je n’ai pas demandé le gouvernement d’Anjou, le titre de grand-maître de la garde-robe ; ils sont venus me trouver d’eux-mêmes… »

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 751 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BERNARD, Tristan – Un mari pacifique

Donneuse de voix : Pomme | Durée : 4h 49min | Genre : Romans


Tristan Bernard

Ce roman est la suite de Mémoires d’un jeune homme rangé.

Daniel a épousé Berthe, il a même un enfant, mais sa vie continue sans grand changement : toujours aussi conformiste, il se coule dans le moule de ce que l’on attend de lui.
Mais un jour il présente à sa jeune épouse son meilleur ami, Éric.

Tristan Bernard, ami de Sacha Guitry, utilise ce même ton sarcastique pour décrire les déboires amoureux de Daniel et la vie des bourgeois.

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 114 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

LACROIX, Paul – Madame de Sévigné et ses enfants à la cour de Versailles

Donneur de voix : DanielLuttringer | Durée : 1h 29min | Genre : Nouvelles


Madame de Sévigné et ses enfants à la cour de Versailles

Cette nouvelle historique est extraite des Contes littéraires du bibliophile Jacob à ses petits-enfants parus en 1897.

« C’était à la fin de 1662. Charles de Sévigné avait atteint sa seizième année, sa sœur Françoise allait avoir quinze ans : l’un devait bientôt se préparer à entrer dans la carrière militaire ; l’autre était déjà digne de paraître à Versailles, auprès de sa mère, la belle et charmante marquise de Sévigné, qu’une absence de douze années n’avait pas fait oublier de ses contemporains de l’ancienne cour.
Cette jeune fille se trouvait douée de tous les avantages que la nature avait départis à sa mère, mais elle n’en savait pas encore le prix, car elle était d’une modestie sans pareille et d’une excessive timidité, qui ne diminuait pas la conscience qu’elle pouvait avoir de la distinction de sa figure et de son esprit. Son frère, au contraire, qui n’était, ni moins beau, ni moins bien fait, ni moins spirituel, s’exagérait peut-être ses qualités et son mérite, en se croyant appelé à marcher l’égal des plus nobles et des plus brillants seigneurs de la cour de Louis XIV. »

> Écouter un extrait : Partie 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 777 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

CHAMPFLEURY – Chien-caillou (Suite et fin)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 50min | Genre : Nouvelles


Chien-caillou

Voici la suite et la fin de Chien-caillou dont le premier récit Inventaire a été lu avant hier.

Jules Champfleury a connu, jeune, la pauvreté, et écrivain s’est révélé maître dans la description réaliste des petits bourgeois et de la bohème. Tout en poursuivant sa carrière d’homme de lettres, Champfleury se spécialise dans l’art de la faïence et apparaît bientôt comme une autorité en la matière. Ce qui explique le métier de graveur qu’il prête à Chien-Caillou.

Une atmosphère de misère avec quelques rares sourires…

Illustration : Chien-Caillou, par Auguste Trichon (1867).

> Écouter un extrait : Le Logis de mademoiselle Amourette.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 661 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

ANONYME – Le Géant aux cheveux d’or et autres contes

Donneuse de voix : Cocotte | Durée : 55min | Genre : Contes


Le Géant aux cheveux d'or

Ces contes sont extraits d’une collection de petits livres pour enfants, éditée par William Thomas Stead (1849-1912), journaliste, pacifiste, philanthrope anglais, disparu en mer lors du naufrage du Titanic. Le but de cette collection anglaise était de fournir aux jeunes lecteurs des adaptations de contes faciles à lire, en accord avec la morale chrétienne et victorienne et surtout, très peu chère afin d’être à portée de tous.
Plusieurs de ces petits livres ont été ensuite repris par Larousse dans sa propre collection Les Livres roses pour la jeunesse, Collection Stead.
Certains étaient des contes classiques (Andersen, Ésope…), d’autres furent publiés anonymement en anglais, puis traduits et publiés anonymement en français.

Les contes de ce recueil ont été traduits et adaptés en français par Mademoiselle Latappy (18?-19?), agrégée de l’Université.

- Le Géant aux cheveux d’or
- L’Enfant trouvée par un oiseau
- Les Animaux reconnaissants
- L’Oiseau d’or
- Le Roi Menton-Crochu
- Jorinda et Jorindel

Deux des contes – dans des version différentes – sont déjà dans la bibliothèque. Il s’agit de Le Cordonnier et les gnomes et La Dame Hollé.

Les illustrations sont de Fanny Railton (1864-1915).

> Écouter un extrait : Le Géant aux cheveux d’or.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 986 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

YRIARTE, Charles – La Belle Nelly

Donneur de voix : DanielLuttringer | Durée : 1h 2min | Genre : Nouvelles


La Belle Nelly

Cette pudique nouvelle d’amour et d’amitié de Charles Yriarte (1833-1898) est parue dans le magazine La Revue illustrée en 1890.

« Quel exil et quel dur esclavage si je me voyais rivé pour la vie à un être doux et charmant, qui ne verrait que ténèbres là où je verrais des rayons, qui ne comprendrait point le sens de ma vie et ne partagerait ni mes extases, ni mes découragements ; et, lorsqu’il croirait avoir rempli mon cœur et accompli son devoir, à toute heure me ramènerait durement sur la terre ou me laisserait seul sur mes cimes. Une image, pâle encore, à peine reconnaissable, m’était apparue au moment de fermer les yeux pour s’effacer dans les vapeurs du sommeil, revenir avec persistance dans le rêve, et me laisser au matin son vivant souvenir. Cette image, c’était celle de Nelly, si douce et si fière, à la fois forte et tendre, grave et légère, que je connaissais à peine, mais dont j’avais senti la sincère étreinte et dont j’étais sûr déjà comme si je l’eusse connue depuis longtemps. »

> Écouter un extrait : Partie 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 753 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

VIDOCQ, François – Mémoires (Chapitre 73)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 31min | Genre : Biographies


Les Emprunteurs

Les Emprunteurs

« L’emprunt, qui participe de l’escroquerie et du vol, est un des moyens les plus ingénieux de s’approprier le bien d’autrui. Jamais les emprunteurs ne firent de plus brillantes affaires que durant les troubles de notre révolution. »

Contenu du chapitre 73 :

Le voyage en poste. – La valise de confiance. – L’exorde. – Les aristocrates. – Les lingots. – Superbe opération. – Qui trop embrasse mal étreint. – Le dépôt. – Le petit soldat et le fou de Cette. – Les brillants et les saphirs. – M. Fromager

Illustration : Henry Monnier, Vignettes diverses (1839).

Chapitre 73.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 662 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

WHARTON, Edith – Le Verdict (Version 2)

Donneur de voix : DanielLuttringer | Durée : 24min | Genre : Nouvelles


Le Verdict

Cette nouvelle sur les mensonges artistiques des peintres « en vogue » est extraite du recueil Les Metteurs en scène édité en 1909.

« Je me remis à mon travail, et je continuai à tâtonner et à patauger ; puis je regardai l’âne de nouveau. Je vis que dès le premier trait de son esquisse Stroud avait su où il voulait en venir. Il avait possédé son sujet, il se l’était assimilé, il l’avait pour ainsi dire réincarné. Et moi ? Je n’avais créé aucune de mes œuvres, – je les avais simplement adoptées !… Enfin sous le regard de cet œil qui m’observait, je me sentis incapable de tracer un trait de plus. Incapable ? Mais je l’avais toujours été ! « Je n’avais jamais rien su. » Seulement, avec mes modèles et mon public, un empâtement un peu voyant suffisait pour cacher la chose. Je les aveuglais à coups de couleur… »

Traduction : Jane Chalençon (1861-1919).

Le Verdict.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 727 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous Nos Livres Audio Gratuits :