À Découvrir :
VIDOCQ, François – Mémoires (Chapitre 34)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 44min | Genre : Biographies


La Courtille

Contenu du Chapitre 34 des Mémoires de Vidocq :

Les nouvellistes de malheur. — L’Écho de la rue de Jérusalem et lieux circonvoisins. — Toujours Vidocq. — Feu les Athéniens et défunt Aristide. — L’ostracisme et les coquilles. — La patte du chat. — Je fais des voleurs. — Les deux Guillotin. — Le cloaque Desnoyers. — Le chaos et la création. — Monsieur Double-Croche et la cage à poulets. — Une mise décente. — Le suprême bon ton. — Guerre aux modernes. — Le cadran bleu de la Canaille. — Une société bien composée. — Les Orientalistes et les Argonautes. — Les gigots des prés salés. — La queue du chat. — Les pruneaux et la chahut. — Riboulet et Manon la Blonde. — L’Entrée triomphale. — Le petit père noir. — Deux ballades. — L’hospitalité. — L’ami de collège. — Les Enfants du Soleil.

PS : Vous trouverez la traduction de l’argot des chansons finales dans les notes qui terminent la version texte.

Illustration : Eustache Lorsay, Physionomie, tournure, gestes, toilette et amusements des habitués de la courtille (1840).

Chapitre 34.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 6 698 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

À Découvrir :
BALZAC, Honoré (de) – La Belle Impéria (Conte drolatique)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 50min | Genre : Contes


La Belle Impéria

Les Cent Contes drolatiques (qui ne sont en réalité que trente), sont écrits par Balzac dans la langue réinventée du XVIème sièle.
« Cecy est ung livre de haulte digestion, plein de déduicts de grant goust, espicez pour ces goutteux trez-illustres et beuveurs trez-prétieux auxquels s’adressoyt nostre digne compatriote, éternel honneur de Touraine, Françoys Rabelais. Non que l’Autheur ayt l’oultre-cuydance de vouloir estre aultre chouse que bon Tourangeau, et entretenir en ioye les amples lippées des gens fameux de ce mignon et plantureux pays, aussy fertile en cocqus, cocquards et raillards que pas ung, et qui ha fourny sa grant part des hommes de renom à la France. [...] Ores, esbaudissez-vous, mes amours, et gayement lisez tout, à l’aise du corps et des reins, et que le maulubec vous trousque, si vous me reniez après m’avoir lu. Ces paroles sont de nostre bon maistre Rabelais, auquel nous debvons tous oster nostre bonnet en signe de révérence et honneur. » (Prologue)

Sexualité grivoise, histoires de pucelages, moines paillards, « coquebins » très entreprenants, allusions libertines sont l’essentiel de beaucoup de récits érotiques qui firent scandale. Le premier, La Belle Impéria, est une satire féroce des mœurs de l’église catholique : en 1415, pendant le concile de Constance devant procéder à l’élection d’un nouveau pape, un jeune prêtre de Tours tombe amoureux de la courtisane romaine Impéria ; grâce à sa malice, il élimine deux évêques qui prétendaient aux faveurs de la belle, l’un d ‘eux l’ayant pourtant menacée d’excommunication si elle ne cédait pas à ses désirs.

Prologue.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 14 147 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

CHAMPAGNAC, Jean-Baptiste-Joseph – Innocent condamné à mort injustement

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 18min | Genre : Histoire


Jean-Baptiste Lallemand - Place des Cordeliers à Lyon

Innocent condamné à mort injustement

« La justice humaine est si faillible de sa nature, qu’il n’est que trop commun de voir des innocens condamnés sur des dépositions fausses, faites par des témoins de bonne foi, et sur des arrêts rendus par des juges intègres. On ne peut que gémir sur ces fatales erreurs, qui laissent échapper les vrais coupables, et portent le trouble et la désolation dans,des familles sans reproche. »

Illustration : Jean-Baptiste Lallemand, Place des Cordeliers à Lyon et de la colonne sur laquelle est représentée la Gnomie (178?).

Innocent condamné à mort injustement.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 485 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

ROLLAND, Romain – L’Éclair de Spinoza

Donneur de voix : Cyprien | Durée : 18min | Genre : Philosophie


Baruch Spinoza

Dans ce bref texte paru en revue en 1926 et destiné au grand projet autobiographique inachevé Le Voyage intérieur, Romain Rolland ne cherche pas tant à résumer la pensée de Spinoza qu’à transmettre, avec le lyrisme qui lui est propre, le choc de la découverte de l’éthique durant son adolescence, « l’éclair » que fut pour lui la philosophie du grand Baruch.

Bien avant Gilles Deleuze, Romain Rolland esquisse en conclusion un surprenant parallèle entre Spinoza et Nietzsche, et achève son texte par un extrait de l’Ode à la joie du poète allemand romantique Friedrich von Schiller, subliminal clin d’œil à cette autre figure majeure de son panthéon personnel, Beethoven, qui immortalisa ce poème dans le finale de sa 9e symphonie…

L’Éclair de Spinoza.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 803 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

GLADÈS, André – Amour sans ailes

Donneur de voix : DanielLuttringer | Durée : 39min | Genre : Nouvelles


Amour sans ailes.gif

Cette mélancolique nouvelle d’André Gladès (de son vrai nom Marie-Nancy Vuille, 1867-1906) est parue dans La Revue hebdomadaire en 1893.

« Beatrice Shell, frileusement rapprochée de la cheminée, présentait l’un après l’autre à la flamme ses minces souliers de satin noir dont la pointe, brodée de jais, renvoyait des étincelles. Elle était admirablement belle, d’une beauté de Madone, pure, sérieuse, pénétrante ; il fallait être elle pour oser encadrer son visage, déjà un peu émacié, dans ces nobles bandeaux ondulés si difficiles à porter pour celles qui n’ont pas un ovale irréprochable. Ses yeux, noirs et profonds comme une nuit de velours, étonnaient par leur expression d’intime douleur : on eût dit qu’elle avait au cœur une blessure subtile qui saignait invisiblement et que ses magnifiques yeux tristes imploraient la pitié de chacun. Tout en elle intéressait ou charmait : sa grâce délicate et souffrante, la bonté qui émanait d’elle, ses toilettes d’un deuil atténué, la douce mélancolie que lui avait laissée la mort d’une sœur bien-aimée. Tout le monde dans l’hôtel adorait Beatrice. »

Amour sans ailes.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 505 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

VOLTAIRE – Dictionnaire philosophique : Maladie, Médecine, Génération

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 11min | Genre : Philosophie


Encyclopédie - Planche « Anatomie, Écorché vu de dos»

Voltaire substitue à son article sur Maladie, médecine un dialogue amusant entre une princesse nulle en anatomie et un médecin qui lui apprend tout sur la santé.

« Je suppose que son médecin lui dise : « Madame, pour que vous vous portiez bien, il faut que votre cerveau et votre cervelet distribuent une moelle allongée bien conditionnée dans l’épine de votre dos jusqu’au bout du croupion de Votre Altesse. »»

Les quelques lignes sur Génération ont le même ton humoristique :

« Je dirai comment s’opère la génération, quand on m’aura enseigné comment Dieu s’y est pris pour la création. »

Illustration : Encyclopédie – Planche « Anatomie, Écorché vu de dos» (1762).

Maladie, médecine.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 486 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

POUVILLON, Émile – L’Ancienne

Donneur de voix : DanielLuttringer | Durée : 12min | Genre : Nouvelles


L'Ancienne

Cette courte mais si poétique nouvelle d’Émile Pouvillon (1940-1906) est parue dans La Revue hebdomadaire en 1893.

« L’ancienne descend. Et voici venir au-devant d’elle, du fond de la combe, celui qu’elle vient visiter, le chêne. Un pas encore, et de la base au faîte, il apparaît tout entier. Formidable et paisible, il s’érige échelons par échelons, avec la torsion des maîtresses branches, avec l’enchevêtrement léger des ramures, il monte, il s’étale, il règne. Les autres arbres à côté, charmes, ormeaux, tilleuls, quelques-uns déjà vieux cependant, rongés de mousse, atteignent à peine à sa fourche la plus basse. Plus humbles, comme un peuple enfantin, les chêneteaux nés de ses semences fourmillent à ses pieds, et lui, l’ancêtre, les garde sous la retombée de ses frondes, pareilles à des mains bénissantes. »

L’Ancienne.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 487 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

JEHAN-RICTUS – La Messe chez le bistrot

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 18min | Genre : Nouvelles


Santiago Rusiñol - Café des incohérents

Le poète chansonnier Jehan-Rictus (1867-1933) (anagramme imparfaite de Jésus-Christ) est l’auteur de l’article paru en 1919 La Messe chez le bistrot sous intitulé Essai sur l’ésotérisme des choses familières.

Il assimile une réunion de buveurs dans un bistrot à une assemblée de fidèles dans une église et accumule tous les détails renforçant ce rapprochement symbolique.

« Peu à peu, je suis frappé par l’analogie existant entre la scène qui se déroule et la cérémonie eucharistique. J’ai beau vouloir échapper à cette vision, tyranniquement elle s’impose à mon esprit, et, malgré moi, j’en découvre et interprète l’ésotérisme. Les accessoires m’y aident même ; tout, jusqu’aux phrases des protagonistes, dont le sens caché se dévoile, m’apparaît sous l’angle chrétien, et j’en consigne ici l’exégèse inattendue. »

Illustration : Santiago Rusiñol, Café des incohérents (1889-1890).

La Messe chez le bistrot.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 486 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

COLLINS, Wilkie – Pauvre Lucile (Tome 01)

Donneuse de voix : Cocotte | Durée : 8h 38min | Genre : Romans


William-Adolphe Bouguereau - Portrait de jeune fille

« Ceci est le récit d’événements qui se sont passés, il y a quelques années, dans un coin retiré de l’Angleterre.
Une jeune aveugle, deux jumeaux, un médecin, ont joué un rôle dans ces événements. »
Cette histoire est racontée par une Française, qui s’était mariée à un docteur patriote et républicain. Celui-ci s’était consacré à un devoir sacré : la destruction des tyrans. Il consacrait la fortune de sa femme à aider les populations d’Amérique du Sud en révolte contre leur dictateur.
Cette noble carrière a épuisé les forces et la santé du docteur Pratolungo qui meurt en laissant sa femme ruinée et obligée de chercher du travail pour vivre.
Elle trouve une place de dame de compagnie auprès d’une jeune fille aveugle, qui vit avec son père remarié, sa belle-mère et leurs nombreux enfants, dans le presbytère de Dimchurch.
Et l’histoire commence…

Traduction anonyme (1876).

Illustration : William-Adolphe Bouguereau, Portrait de jeune fille (1898).

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 114 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

TASMA – L’Amour aux antipodes

Donneur de voix : DanielLuttringer | Durée : 1h 17min | Genre : Nouvelles


L'Amour aux antipodes

Cette délicieuse nouvelle d’amour de Tasma (nom de plume de Jessie Catherine Huybers, 1848-1897) a été publiée dans La Nouvelle Revue en 1880.

« Arthur aurait donné tout au monde pour pouvoir se débarrasser de ses lunettes. Il s’était résigné à voir un ciel assombri, une terre en deuil mais ne regarder qu’à travers une lumière crépusculaire la charmante jeune femme qui apparaissait sur le seuil, voilà ce qui le contraria fort ; c’était comme si une fatalité lugubre devait toujours s’interposer entre lui et le rêve de sa jeunesse ; car il n’y avait plus à s’y méprendre. Les cheveux, moins blonds que ceux du portrait, avaient l’air pourtant de friser de même, tout naturellement. Les yeux bleus et clairs gardaient ce même air impérieux qu’Arthur avait si bien reconnu chez « sa petite femme ». Les lèvres n’avaient point perdu la couleur rose que relevait si bien le blanc de petites dents humides et luisantes. Seulement la bouche avait acquis un caractère de fermeté qui ôtait quelque chose au charme des traits. Cela trahissait la femme dont l’ambition est de commander plutôt que de séduire. Les gestes accusaient aussi un certain air de domination. Elle avait un port majestueux, et cela sans effort, car sa taille superbe s’y prêtait. Arthur se souvint alors du portrait qu’il s’était fait d’une bonne ménagère aux allures lourdes, à la figure grasse, et la voilà qui se présentait à lui dans tout l’aplomb de sa beauté. »

Traduction anonyme (1880).

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 650 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous Nos Livres Audio Gratuits :