La Grande Guerre des émeus

Ce court roman écologique retrace un fait historique bien connu des Australiens, celui qui opposa en 1932 des soldats de l’armée australienne aux émeus.

Les émeus, présents depuis des temps immémoriaux, doivent-ils disparaître au profit des humains toujours plus nombreux et de leur agriculture intensive ? « Ils sont incompatibles avec l’époque actuelle » a déclaré encore récemment un ministre australien à la Chambre des représentants.

Romain Gary écrivait en 1968 dans la Lettre à l’éléphant : « Si le monde ne peut plus s’offrir le luxe de cette beauté, c’est qu’il ne tardera pas à succomber à sa propre laideur et qu’elle le détruira… Pour moi, je sens profondément que le sort de l’homme, et sa dignité, sont en jeu chaque fois que nos splendeurs naturelles, océans, forêts ou éléphants, sont menacés de destruction… Dans un monde entièrement fait pour l’homme, il se pourrait bien qu’il n’y eût pas non plus place pour l’homme. »

Merci à Christine Sétrin pour ses encouragements.

Archives téléchargeables :

Consulter la version texte du livre audio.

Illustration : Émeu d'Australie (Wikipédia).

Licence d'utilisation : voir nos conditions générales.

Remarques :

Complétez l’écoute de La Grande Guerre des émeus en feuilletant le dossier complémentaire que vous trouverez à cette adresse

> Choix bibliographique :

Les journaux australiens de l’époque sur le remarquable site de la National Library of Australia,

Murray Johnson, ‘Feathered foes’: Soldier settlers and Western Australia’s ‘Emu War’ of 1932 in Journal of Australian Studies, Volume 30, Issue 88, 2006, pp. 147-157.

Libby Robin, Emu: National Symbols and Ecological Limits in Boom and Bust: Bird Stories for a Dry Country, CSIRO Publishing, Melbourne, 2009, pp. 241-66.

Références musicales :

Bruitages extraits de freesound.org.

Livre ajouté le 02/11/2014.
Consulté ~59 056 fois

Lu par Ahikar

Suggestions

92 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Cher Ahicar,
    … je comprends…. Il serait bien que vous la trouviez cette fin, qui vous motiverait pour écrire, et qui soit autre que “apercevoir la queue d’un qui d’un tigre »…
    … « apercevoir autre chose » ? ? ?
    Belle journée !!

  2. Chère Carole,

    Raconter « le coup de l’éléphant, du tigre et des forêts du Teraï… » j’hésite. Pour la bonne raison que je n’ai pas vu la queue d’un tigre ! La chute serait donc assez plate ! Pour écrire une nouvelle, je la visualise, je sais quelle sera la chute, comment je veux finir. Inversement, je ne fais pas de plan précis pour le contenu. C’est un peu comme si je connaissais le point de départ et le point d’arrivée. C’est volontairement que je ne fais pas de plan précis. Il me semble qu’en procédant ainsi, le contenu est plus vivant. J’avance sans savoir où je vais, c’est ce qui me stimule, me motive, je suis dans le présent, avec seulement, loin, très loin, je ne l’aperçois pas encore, la ligne d’arrivée.

    Bonne continuation dans vos travaux !

    Amitiés, 🙂

    Ahikar

  3. Cher Ahicar,
    désolée de vous répondre si tard… mais j’y comptais bien… merci de me préciser comment vous avez été amené à écrire ce livre… et aussi… ce mystère… qui imposait d’écrire ce livre et pas un autre malgré ses difficultés… et franchement… le coup de l’éléphant , du tigre et des forêts du Teraï … j’aimerais tant que vous en fassiez un texte… absolument incroyable…
    … je suis contente que vous ayez eu le sentiment de voyager de ce côté-là de l’Australie… vous avez raison… les possibilités d’Internet sont si immenses…
    vous parlez de vos projets avortés… c’est toujours un peu décevant non ?…
    Mais l’important… c’est de réussir à continuer… à écrire…
    belle fin de journée
    Carole

  4. Merci à Corentin, Jessika, Poulet vert et Carole Détain pour vos chaleureux commentaires.

    @Carole

    Il m’a fallu environ un an de recherches avant de passer à l’écriture. Cela me paraît fou quand j’y repense surtout que je ne savais pas du tout où j’allais. Je me disais en plus : « T’es quand même un peu con, tu as bien dû aller dans une trentaine de pays et tu choisis d’écrire une histoire qui se déroule dans un pays où tu n’as jamais mis les pieds. » Cet écueil m’a longtemps fait hésiter. Mais j’ai toujours aimé les défis un peu fous. N’ai-je pas loué une fois, quand j’étais jeune, un éléphant avec l’espoir de débusquer un tigre dans les forêts du Teraï ! Mais, pour revenir à La grande guerre des émeus, ce qui m’a fasciné c’est de découvrir toutes les ressources insoupçonnées d’Internet. Avec Google Earth, par exemple, j’ai pu reconstituer tous les itinéraires qui m’intéressaient. En zoomant, je pouvais même voir le type d’habitations et de végétations qui bordaient les différents lieus. C’est bien simple, au bout d’un an, j’avais presque la sensation physique d’avoir été sur place.

    Mais, pour un projet abouti, que de projets avortés ! Je ne compte plus les projets d’écritures abandonnés, projets auxquels j’avais pourtant cru dur comme fer avant de me rendre compte que je faisais fausse route !

    Amitiés, 🙂

    Ahikar

  5. j’ai lu le PDF de votre texte il y a quelques jours (après avoir écouté le début de votre lecture).
    Précision, humour parfois, surtout immense et surtout une grande générosité de votre part. Vous nous faites profiter de votre talent de conteur pour une cause qui nous touche , qui nous instruit si tristement sur la nature humaine.
    Je trouve que votre voix est parfaitement adaptée à vos écrits, une voix sans effet, sobre, où seul le texte compte. Je suis impressionnée par le travail de documentation pour nous révéler autant de faits précis. Vous vous inscrivez dans la veine du « roman historique » (ou « documentaire » d’une certaine façon) : vous nous faites découvrir des événements réels de l’histoire tout en les rendant vivants et en nous permettant de nous attacher aux personnages.
    Merci pour votre écriture absolument honnête et juste.

  6. C’est excellent du début jusqu’au point final. La Guerre des émeus est une honte nationale pour Les Australiens comme la Guerre du Vietnam pour les USA. Les humains pensent quà se débarasser des animaux qui gênent leur petit confort personnel, alors qu’il y a d’autre solution que toujours tuer.

  7. J’arrive à un moment de ma vie ou j’ai besoin de changement, j’ai envie de découvrir d’autres choses, autres cultures, religions et d’évasion. Je devais partir seule avec un Working Holiday en Australie ou Nouvelle-Zélande. Je pense que partir seule est un bon moyen de se prouver quelque chose à soi-même et je pense aussi que c’est une chose très importante et enrichissante de le faire dans sa vie. Une première annulation à cause des incendies. Et puis Scheiße le Covid ! Grosse déprime ! J’ai l’impression qu’à chaque fois que je décide vraiment de faire qq chose le sort s’acharne contre moi. Et puis voilà qu’hier alors que je déprimais grave je suis tombé sur ton livre. Une merveille ! pendant toute l’aprèsmidi j’ai voyagé avec toi, j’ai téléchargé le pdf, une vraie mine d’or avec des photos merveilleuses. Quelle chance tu as d’avoir pu faire un voyage aussi beau et d’en avoir tiré un livre ! c’est incroyable ce que tu as fait ! j’aimerais me dire que moi aussi un jour j’en serai capable.

    Tschüss !
    Jessika

  8. Super intéressant ! Sachant que maintenant l’émeu et le kangourou sont les symboles de l’Australie !
    Bravo pour ce livre !    :):):):)

  9. Les liens Internet étant parfois volatiles, je vous mets ci-dessous l’article que Clément, grand voyageur, a consacré à La Grande Guerre des émeus.
    Un grand merci à lui! 🙂

    La grande guerre des émeus.
    15 mai 2019 / Clément
    https://afleurdeselle.wordpress.com/2019/05/15/la-grande-guerre-des-emeus/

    Juste avant de quitter l’Australie, j’aimerais vous faire part d’une dernière petite histoire. J’ai découvert récemment un ouvrage intitulé La grande guerre des émeus, qui retrace avec force détails et anecdotes croustillantes la folle guerre qui opposa quelque 20 000 émeus affamés à l’armée australienne dans les années 30. La sécheresse poussant les émeus dans un flux migratoire habituel pour eux, ils se trouvèrent face aux tout récents champs de blé des colons et à leurs barrières anti-lapins. Ils ravagèrent les cultures à un point tel que l’armée dut intervenir à la mitrailleuse pour régler le problème. Mais les volatiles se révélèrent bien plus malins que prévu…

    L’auteur raconte cet étrange événement sous la forme d’une petite nouvelle qui ne reflète que trop bien les difficultés qu’ont eues les colons – et que connaissent encore aujourd’hui les Australiens – à s’adapter à l’environnement plus que particulier de l’Outback. Il énumère au passage de nombreuses autres tentatives d’introductions ratées, de fiascos environnementaux et autres boulettes dévastatrices de l’écosystème qui ont eu lieu au début du siècle dernier (figuier de barbarie, cochenille, dromadaire et autres exemples cocasses… ) ainsi que le fait qu’à cette époque les hommes étaient déjà bien conscients des effets pervers de leurs tours d’apprentis sorciers…

    Si vous souhaitez creuser le sujet, je vous recommande ce petit bouquin. Je ne vais tout de même pas vous le résumer ici ! Il est très court, libre de droit en pdf et même disponible en version audio (lue par l’auteur en personne). On y trouve aussi un tas de petites descriptions de l’incroyable faune locale et une bonne mise en situation des Aborigènes dans leur mode de vie.

    Ce bouquin, qui devrait vous plaire, est dispo en livre audio par ici :
    https://www.litteratureaudio.com/livre-audio-gratuit-mp3/ahikar-la-grande-guerre-des-emeus.html
    Et en pdf par là :
    https://www.litteratureaudio.com/textes/Ahikar_-_La_grande_guerre_des_emeus.pdf
    C’est aussi pour moi l’occasion de vous faire partager ce qui berce la plupart de mes journées : les livres audio. En pédalant, en marchant, en cueillant des myrtilles, en faisant la vaisselle ou en patientant dans les bouchons… le livre audio est un super moyen de bouquiner tout en faisant autre chose. Ces 4 dernières années, j’ai eu le plaisir de découvrir grâce à eux et à des bénévoles, prêteurs de voix merveilleuses, la plupart des livres de Victor Hugo, un bon nombre de Zola et de Jules Verne, les enquêtes de Sherlock Holmes, les histoires extraordinaires de Poe ou de Lovecraft, les aventures de Bougainville et une tripotée de grands classiques de la littérature française que je n’aurais jamais abordés autrement.
    Pour revenir à un sujet un peu moins drôle, pour ceux qui se diraient que la Grande guerre des émeus est de l’histoire ancienne et que les Australiens ont forcément fait d’énormes progrès depuis en la matière (faut pas déconner : des mitrailleuses pour descendre des gros piafs !), je vous laisse regarder cette petite vidéo.
    Car si 20 000 émeus ont été violemment pris pour cible dans les années 30, un nombre identique de requins est tombé dans les pièges mortels des garde-côtes ces dernières années pour assurer aux surfeurs de belles vagues écumeuses sans ailerons et aux touristes de jolies plages de cartes postales. De toute façon, on ne se baigne pas car il reste toujours les crocodiles et autres méduses mortelles. Mais vous savez comment c’est ! Vendre son pays comme une destination touristique exemplaire quand les bouées-canards cachent une meute de requins aux dents pointues (et changeables !) , c’est plutôt casseur d’ambiance. Mieux vaut une discrète extermination, n’est-ce pas ?
    Clem
    https://youtu.be/mrLgDWHEnAc
    https://www.youtube.com/watch?v=mrLgDWHEnAc&authuser=0

  10. Merci beaucoup Laurie pour votre commentaire.Quant à votre demande concernant l’œuvre de Katherine Mansfield, je remercie chaleureusement notre chère modératrice pour sa réponse.
    Amitiés, 🙂
    Ahikar

  11. Merci Clem de nous faire partager tes impressions sur ce bouquin. Sans toi je ne l’aurais certainement jamais lu. Je suis à J-60 du départ. Ton tour du monde m’a surmotivé. Mon projet est de faire les grandes étapes de l’ancienne route de la soie. Et qui sait peut-être un jour l’Australie ?
    Alfredo

  12. Merci Christine pour m’avoir répondu.Pourtant quand je lis Bibebooks il est bien écrit: Nous respectons les droits d’auteur.Pour votre sécurité et pour le respect des auteurs, nous respectons les droits d’auteur. Vous pouvez utiliser et redistribuer les ebooks de Bibebook sans crainte.

  13. Bonjour Laurie,
    Actuellement, nous n’avons aucune indication concernant Marthe Duproix, la traductrice de La Garden Party. Cette traduction est relativement récente (1929) et nous pouvons penser que Mme Duproix a vécu longtemps après 1948 et que ses oeuvres ne sont donc pas dans le Domaine Public.
    Tant que nous n’en saurons pas plus concernant cette traductrice, nous ne pourrons envisager de publier ses travaux sur Littératureaudio.com 🙁
    Bonne journée,
    Ch.

  14. Merci beaucoup Ahikar. J’ai beaucoup aimé ce livre qui a dû vous demander un gros travail d’historien. Je pense que vous devez bien connaître la région de Perth pour avoir si bien décrit toutes les espèces animales qu’on y trouve. Je me permets une suggestion: il n’y a sur votre site aucun ouvrage de Katherine Mansfield, cette grande écrivain de Nouvelle-Zélande. N’aimeriez-vous pas lire La Garden Party dans la traduction libre de droits qu’on peut lire sur Bibebooks.
    http://www.bibebook.com/bib/la-garden-party

  15. Bonjour Mr Ahikar
    ça y est, je suis fan aussi, j’ai écouté 3 de vos nouvelles, la dernière étant “La guerre des émeus” et j’y ai pris beaucoup de plaisir. Je viens donc de télécharger celles que je n’ai pas encore écoutées. Votre voix est également très agréable. Toutes les après-midi, je dois “reposer mes yeux”, les audio-books sont donc très utiles. Et quand je tombe sur un auteur intéressant, cela rend mes 2 heures d’immobilité bien plus plaisantes. J’espère que vous nous en proposerez d’autres bientôt, j’ai hâte de les écouter.
    Je ne connaissais pas cette histoire de la guerre des émeus. Je suis donc allée faire un petit tour sur Wikipédia, pour constater que cet épisode avait bien existé. Décidément les australiens ont vraiment du mal à gérer les espèces animales qu’ils ont ou qu’ils introduisent, et cette guerre des émeus était vraiment lamentable, pour l’armée.

  16. C’est une belle histoire; j’aime bien les auteurs contemporains; dommage que il n’y en a pas plus; ils nous ouvrent le monde et nous permettent de voyager.

  17. Merci Lisel, Moi, Cillian et Mansoor pour vos chaleureux commentaires.
    Cher Mansoor, découvrir Persépolis en compagnie d’un guide à l’esprit fin et d’une profonde érudition reste pour moi un moment inoubliable. Je n’ai pas oublié non plus votre esprit enjoué et votre goût pour les blagues, même si elles avaient souvent pour cible les touristes. 😉
    Amitiés, 🙂
    Ahikar

  18. Tres heureux d’avoir fait votre connaissance. Vous etes une bibliotheque vivante.
    J’espere que vous ecrirez un livre sur notre beau pays.
    Mansoor
    Shiraz

  19. C’est le livre contemporain que je préfère. Je me suis permis de faire des impressions du dossier que je compte distribuer pour faire connaitre votre livre. Avez-vous d’autre projet écologique? J’ai lu vos autres livres sur le site mais ils ressemblent plus à des confessions et j’aime moins.
    Cillian

  20. Cela fait la troisième fois que je l’écoute. Je suis étonnée comme vous avez su glisser du merveilleux à côté de la barbarie. Vous avez beaucoup de talent. Un grand merci très sincère.

    Lisel

  21. Bonjour, je viens de finir d’écouter cette oeuvre. Vraiment génial je tiens à vous remercier pour le travail conséquent j’imagine que vous avez fourni. Je suis une écologiste convaincue et non seulement vous m’avez appris ces faits historiques que j’ignorais, mais en plus vous m’avez fait découvrir ces êtres extraordinaires que sont les émeus extrêmement intelligents et vraiment j’étais suspendue à chaque mot j’ai beaucoup aimé et je trouve ce document vraiment instructif et très intéressant. Des personnages très attachants, mieux qu’un film. Chaque créature que porte la Terre a un rôle à jouer dans le fonctionnement du monde tous interdépendant, l’être humain est lui aussi une composante de la nature et s’il l’oublie il va droit vers sa destruction. Encore merci Ahikar. pour cette belle oeuvre que je diffuse autour de moi et qui je pense m’aidera bien pour trouver un sujet pour mes exposés car je passe un bac littéraire.

  22. Merci Malik pour le lien. J’ai regardé la vidéo. Elle est plutôt bien faite et fidèle à l’histoire. Je ne sais pas si elle s’est inspirée de mon livre, elle ne le précise pas. En tout cas, la vidéo a beaucoup de succès, plus que mon livre. Nous vivons au siècle de l’image, et les mots ont bien du mal à rivaliser avec son pouvoir. 🙁

    https://www.youtube.com/watch?v=2_UV18yY3DE

    Bonne soirée,

    Ahikar

    Merci également à Papa Tango pour toutes vos réponses.

  23. Quelqu’un s’est inpiré de votre bouquin pour faire une chouette video. Vous devriez regardé !

    La guerre des emeus – Castor Mother #4 – YouTube

    Merci pour le beau livre plein de bruit et de fureur comme on dit

    Malik

  24. Mes amis sont d’origine française, installés dans la région de Sydney depuis 2 décennies maintenant.
    Ils ne connaissaient pas l’histoire mais celle-ci est visiblement très connue en Australie, notamment du côté Ouest.
    Cette histoire est la risée des militaires 🙂
    Le paradoxe: ils n’ont jamais vu de vrais émeus !
    🙂

    Pour la devinette, je n’avais en effet pas vu qu’elle était dans « Le Bar » de l’espace visiteur !
    Dommage qu’elle ne soit pas plus visible avec un intitulé « Devinette », mais je comprends qu’elles sont assez récentes ; peut-être une amélioration à venir ?

    Dans tous les cas, bravo pour ce beau site.

  25. Bonjour Papa Tango, merci pour vos commentaires. Serais-je indiscret de vous demander de quelle région de l’Australie sont vos amis ? Des commentaires de leur part me seraient également très précieux ? Comment ont-ils perçu le texte ? Connaissaient-ils déjà cette histoire ? À quel élément du récit ont-ils été le plus sensible ?

    En vous remerciant par avance 🙂

    Concernant la devinette, elle est toujours présente sur le forum ; il faut juste cliquer sur l’onglet « Le bar » pour y accéder. C’est vrai que j’ai remarqué qu’elle est regardée un certain nombre de fois tant qu’elle est affichée dans les « Messages les plus récents ». Après elle n’est pratiquement plus regardée. Mon but était d’apporter un peu d’animation sur le forum, de se cultiver en s’amusant. Le succès étant bien mitigé, je vous invite tous à participer, aussi bien en répondant qu’en posant vous-même une devinette. Cet espace est ouvert à tous.

    Si vous n’osez pas poster directement une devinette, vous pouvez me l’envoyer par l’intermédiaire du forum, et je la posterai pour vous, un peu comme aux Grosses Têtes. 😉 Toute devinette est la bienvenue, dès l’instant qu’elle est d’ordre culturel.

    Bonne après-midi à tous, 🙂

    Ahikar

  26. Ahikar, des amis franco-australiens m’ont chargé de vous remercier pour votre récit que j’ai partagé avec eux. Je voulais du coup en profiter pour vous remercier pour les devinettes. Dommage que vous ayez arrêté car j’aimais bien. Peut-être en vacances ? J’espère qu’il y en aura d’autres à la rentrée !!

  27. Comme j’aurais aimé connaître votre récit plus tôt ! Je rentre d’un voyage en Australie et aurais sûrement eu plaisir à en discuter avec les locaux. Il y a tant de choses extraordinaires là-bas ! Votre récit est prenant et si vivant. Votre lecture m’y emporte à nouveau. Rien que pour cela je vous remercie.
    Vous devriez le traduire en anglais si ce n’est déjà fait 😉

  28. Merci beaucoup Babakar Doucouré pour votre commentaire. La réponse à votre question est simple : nous ne pouvons lire que des ouvrages libres de droits, ce qui n’est pas le cas des auteurs contemporains. Ceux présents sur le site ont donné leur autorisation ou cédé leurs droits.

    Vous en trouverez la liste ci-dessous :

    https://www.litteratureaudio.com/livres-audio-gratuits-mp3/categorie/contemporains

    Un grand bonjour à tous ceux qui nous écoutent du Sénégal.

    Amitiés, 🙂

    Ahikar

  29. J’ai mis mes élèves à entendre ce livre ; après nous avons bien débattu. Pourquoi pas plus de livres qui raconte des histoires de maintenant ?

    MERCI BEAUCOUP

    Babakar Doucouré, du Sénégal

  30. Merci à tous pour vos chaleureux commentaires.

    Je répondrai dans l’ordre.

    @ Stanley Cox :

    Concernant le problème que vous me signalez, à savoir que le lien pour venir ici par SlideShare ne fonctionne pas, vous avez tout à fait raison, mais je n’ai jamais réussi à solutionner le problème. Toutefois, j’ai remarqué que si le lien ne fonctionne ni sur mon PC ni sur mon portable, en revanche il est parfaitement fonctionnel sur mon iPad. Ah ! les mystères de l’informatique !

    @ Asticot :

    Je suis très heureux que le dossier photos vous ait plu. A propos du petit film sur la chasse au boomerang, une personne m’a demandé récemment si je ne m’étais pas inspiré de cette scène pour le récit. Elle a tout à fait raison : il m’est arrivé plusieurs fois de décrire les documents que j’avais sous les yeux. Je n’aime guère inventer. J’aime autant que possible coller à la réalité. Écrire c’est avant tout pour moi essayer de comprendre le monde. Je me méfie beaucoup de l’imagination, et la ressens souvent comme une démission face au réel, une incapacité à saisir toutes les données du monde qui nous entoure.

    @ Tanbesan :

    Merci beaucoup de faire circuler cet ouvrage autour de vous. C’est très gentil ! 🙂

    N’oubliez pas de me dire s’ils ont trouvé ça « chiant », ou s’ils se sont laissé séduire.

    @ Luther :

    « J’aimerais ce livre en anglais » : un jour peut-être, mais je ne saurais vous dire quand, étant pour ma part bien incapable de cette tâche.

    @Danilo :

    Je vous souhaite très sincèrement de réussir au baccalauréat. J’espère également que vous pourrez réaliser votre souhait de vous installer en Australie. À vingt ans, j’avais la même envie que vous, mais celle-ci ne s’est jamais concrétisée. Il ne faut jamais trop attendre pour réaliser ses rêves.

    Très bonne soirée à tous,

    Ahikar

  31. j aimerai bien emigre en australie. j adore se pays. mais si j ai pas le bac se sera dur. vous m avez donne encor plus envi de aller.
    salut dusan. danilo

  32. merci pour le livre et Dusan qui m a envoye le lien. c est tres bien pour l expose que je dois faire. formidable le dossier pdf. danilo

  33. • • •More