Venise au soleil couchant (lumière rouge)

Trois Poèmes (Venise et l’Italie)

Alfred de Musset nous a laissé deux versions de Dans Venise la rouge : celle de 1828, avant son voyage passionnel avec George Sand et celle de 1844 plus désenchantée, mais il n’est pas sûr que ce soit seulement le souvenir de sa rupture avec elle qui ait inspiré le poète après tant d’années.

« Toits superbes ! froids monuments !
Linceul d’or sur des ossements !
Ci-gît Venise.
Là mon pauvre cœur est resté.
S’il doit m’en être rapporté,
Dieu le conduise !

Mon pauvre cœur, l’as-tu trouvé
Sur le chemin, sous un pavé,
Au fond d’un verre ?
Ou dans ce grand palais Nani,
Dont tant de soleils ont jauni
La noble pierre ? »

Le troisième poème, où défilent des cités italiennes, À mon frère revenant d’Italie reprend aussi ces strophes.


Remarques :

Consulter les versions textes de ce livre audio : Dans Venise la rouge en 1828Dans Venise la rouge en 1844À mon frère revenant d’Italie.

Livre audio gratuit ajouté le 11/03/2016.
Consulté ~9890

Lu par René Depasse

Suggestions

Commenter

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *